jeudi 27 juin 2013

Le Japon cesse de recommander les vaccins Gardasil & Cervarix suite aux nombreux effets secondaires

Voici un article, bien documenté d’initiative citoyenne qui montre une fois encore que l'objet de la vaccination, et en particulier celui du HPV qui s'adresse précisément aux femmes, est (entre autre) la diminution de la fertilité. Toute cette vaste mascarade n'est ni plus ni moins qu'une opération de stérilisation massive à l'échelle mondiale comme l'a admit un jour Bill Gates. De fait, l'OMS a très clairement effectué des études sur des vaccins stérilisants donc ce n'est pas une affirmation hasardeuse. Cette vaccination n'est certes pas obligatoire mais tout est fait pour inciter les parents à faire vacciner leurs enfants volontairement: vaccins mis à disposition gratuitement, désinformation du public, minimisation des effets secondaires, recommandation du vaccin par les gouvernements et mise en application à la médecine scolaire et pour finir l'habituelle diatribe de la peur qui convint souvent les plus réticents.

Pourquoi inciter des jeunes filles à partir à partir de 11 ans (USA) à se vacciner contre un virus sexuellement transmissible alors que ce cancer est très rare, que le vaccin ne couvre que 4 variantes du virus HPV (sur plus de 100), que le rapport bénéfice risque a été démontré comme mauvais, et qu'un simple dépistage du cancer du col de l'Utérus ainsi que l'utilisation de préservatifs suffit comme mesure préventive. Après l'Autriche, voici que le Japon fait marche arrière également au sujet de cette vaccination. On peut parier que cela n'est pas prêt d'arriver en France donc faites passer l'information.
Initiative citoyenne:
"Après l'Autriche en 2008 qui avait refusé de recommander la vaccination anti-HPV (contre le papillomavirus impliqué dans les cancers du col de l'utérus), voici que le Japon décide de même en 2013. En cause : toutes sortes de plaintes liées à la très mauvaise sécurité de ces vaccins qui sèment en fait la controverse partout dans le monde.
Plusieurs médias japonais, comme le Japan Times, viennent de l'annoncer : le Ministère japonais de la Santé a décidé le 14 juin dernier de ne plus recommander la vaccination anti-HPV des jeunes filles, suite à des centaines de rapports d'effets secondaires.
Dans ce pays, la vaccination a commencé à être financée dès 2010 par les autorités et c'est seulement à partir de cette année-ci que la vaccination était pratiquée de façon systématique. Plus de 3 millions de jeunes filles âgées de 12 à 16 ans ont donc déjà été vaccinées.
Sur ce nombre de jeunes filles vaccinées, 1968 rapports d'effets secondaires ont été comptabilisés, parmi lesquels plusieurs cas de douleurs chroniques, ainsi que des phénomènes d'engourdissements et d'insensibilité.
Un panel d'experts a été mis sur pied par le Ministère pour investiguer cette situation. Selon eux, une causalité entre ces cas et la vaccination ne peut absolument pas être exclue, pire, elle est même "hautement possible".
Les experts ont donc conseillé au Ministre de suspendre la recommandation de cette vaccination, et ce jusqu'à ce que les investigations arrivent à leur terme, ce qui prendra plusieurs mois. Le Ministre verra alors s'il maintient sa position de ne plus recommander une telle vaccination ou pas.
Les implications de cette décision ne touchent visiblement pas la gratuité et ces vaccins resteront donc probablement gratuits au niveau des gouvernements locaux, ce qui peut évidemment paraître bizarre ou incohérent. 
En revanche, sur ordre du Ministère, les institutions médicales et les vaccinateurs seront désormais tenus d'informer les jeunes filles avant la vaccination que le Ministère ne la recommande plus. Une situation qui, selon un officiel, fera très rapidement baisser les taux de vaccination dans le pays.
Pour Mika Matsufuji qui représente une association de parents d'enfants victimes de cette vaccination, "il s'agit d'une étape très importante." Cette maman qui est apparue en pleurs dans les médias a en fait une fille qui n'est plus capable de marcher et qui est en fauteuil roulant depuis sa vaccination avec le Cervarix en 2011.


L'Association de Mika Matsufuji milite pour l'arrêt de cette vaccination anti-HPV.
Dans son pays, le taux de signalement d'effets secondaires a été officiellement de 245,1 par million pour le Cervarix et de 155,7 par million pour le Gardasil. Mais il ne faut toutefois pas oublier que selon des revues médicales officiellesseuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont comptabilisés, les autres n'étant en fait jamais signalés nulle part (parce que la plupart des victimes ne font jamais le lien et que le corps médical est dans une attitude de déni, peu enclin évidemment à incriminer un acte qu'il a lui-même recommandé et en lequel il croit). Du coup, ces chiffres pourraient bondir dans la réalité à des taux d'effets possiblement invalidants allant de 1 à 2 jeune(s) fille(s) vaccinée(s) sur 100.

Aux USA, où le Gardasil est commercialisé depuis 2006 et où le Cervarix est arrivé aussi sur le marché quelques temps après, les chiffres officiels de signalement d'effets secondaires du système de notification VAERS faisaient état fin avril 2013 de pas moins de 136 décès et d'environ 30 000 effets secondaires dont de trop nombreuses hospitalisations et séquelles irréversibles.
Il y a quelques mois à peine, on apprenait que le gouvernement américain avait déjà versé près de 6 millions de dollars d'indemnisation répartis entre 49 familles de victimes, incluant 2 décès suite à cette vaccination. Une information que la presse francophone n'a évidemment pas relayé.... histoire de ne pas donner trop d'idées aux nombreuses victimes belges ou françaises qui s'ignorent encore ?

En Inde, des essais cliniques du Gardasil et du Cervarix avaient été interrompus suite à la survenue d'un nombre anormalement haut d'effets secondaires et de décès parmi les participantes. Une plainte a même été introduite devant la Cour Suprême du pays suite aux effets de ces vaccins sur des jeunes filles pauvres, utilisées comme cobayes.
Selon une méta-analyse très solide de chercheurs canadiens et publiée en décembre 2011 dans Annals of Medicine, le rapport bénéfice/risque et coût/bénéfice de ces deux vaccins est très clairement négatif. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont passé en revue plus d'une centaine d'autres d'études sur ces vaccins. Ils rappellent par exemple dans leur papier que selon plusieurs publications scientifiques, un vaccin comme le Gardasil a entraîné 3 fois plus d'effets secondaires que tous les autres vaccins du programme américain réunis ou encore que le vaccin Cervarix a, quant à lui, entraîné de 6 à 24 fois plus d'effets secondaires proportionnellement que tous les autres vaccins du programme britannique pris tour à tour.
Ces chiffres montrent à eux- seuls qu'il y a un problème majeur de sécurité avec ces vaccins.
Dans l'étude de Slade et Al. (parue dans JAMA en 2009), on voit que le Gardasil entraîne par exemple un nombre anormalement élevé de syncopes et de thrombo-embolies (par rapport aux autres vaccins). Parallèlement, ce vaccin a été associé à plusieurs morts violentes chez des jeunes filles jusque là en pleine santé, qui ont été retrouvées mortes dans leur lit, dans leur bain, ou encore par exemple sur le carrelage de la cuisine. Des décès par arrêt cardiaque, par embolie, par attaque cérébrale, etc.
Le vaccin Gardasil contient de l'aluminium, une substance notoirement toxique pour le système nerveux central, mais qui s'avère aussi cancérigène, comme encore rappelé dans ce récent reportage de France 3. Ce vaccin contient aussi en outre du borate de sodium (aussi appelé "Borax") qui est un des composants de la mort au rat. Le borate de sodium doit normalement être accompagné du fameux logo à tête de mort selon la législation européenne, et également des références R60 et R61 qui signifient qu'il est toxique pour la fertilité mais aussi toxique pour le développement de l'enfant au cours de la grossesse.
D'ailleurs à ce propos, des chercheurs ont publié en 2012 dans le British Medical Journal sur le cas d'une jeune fille chez laquelle le vaccin Gardasil a induit un état de ménopause précoce avec destruction du tissu ovarien. Les chercheurs ont bien précisé avoir exclu toutes les autres causes possibles, ne laissant ainsi plus de doute sur le rôle dramatique du vaccin quadrivalent Gardasil. Ils ont en outre évoqué dans leur publication que de plus amples études étaient urgemment nécessaires car bien d'autres cas pourraient en effet exister. Combien de jeunes filles vaccinées au Gardasil mais souvent sous pilule ne se rendront-elles ainsi compte que bien trop tard, quand elles essayeront d'avoir des enfants, qu'elle sont stériles ? Penseront-elles alors encore à faire le lien avec le vaccin ?
Selon plusieurs enquêtes réalisées en France et à l'étranger, il s'avère que le taux de déperdition entre la première et la dernière dose n'est pas négligeable. Ainsi, selon une présentation qui avait été faite au Congrès de la Société Française de Santé Publique en 2011seules 38% des jeunes filles suivies dans une clientèle en Picardie avaient été au bout du schéma vaccinal en 3 doses. Selon une thèse de doctorat en médecine (de Maud Kokotek, en 2011), 33% des jeunes filles n'avaient pas reçu les 3 doses. Une telle situation est évidemment très évocatrice d'une mauvaise tolérance avec des effets secondaires notoires qui font ainsi obstacle à la poursuite du schéma chez un certain nombre de jeunes filles.
Pour ce qui est du vaccin Cervarix, les choses ne sont pas tellement plus rassurantes puisque l'étude majeure du fabricant GSK censée attester du bienfondé de cette vaccination, l'étude Patricia, a consisté à comparer des femmes vaccinées par Cervarix avec un groupe qui a reçu le vaccin Havrix de la firme, qui est en fait un vaccin contre l'hépatite A mais qui contient aussi de l'aluminium. Sans grande surprise à nos yeux, il y a eu un taux d'effets secondaires graves de 9% dans le groupe Cervarix et de 8,9% soit quasiment identique dans le faux groupe témoin. Sans surprise aussi, GSK est arrivée à la conclusion que seul 0,1% de tous ces effets secondaires graves étaient imputables à un de ses deux vaccins, la firme n'allant évidemment pas se tirer commercialement une balle dans le pied !
Dans ces études biaisées toutefois, les autorités américaines ont détecté un risque de près de 6% supérieur d'avortement spontané dans le groupe Cervarix que dans le faux groupe témoin dans un délai de moins de 90 jours après la vaccination.
Des études post-commercialisation du Cervarix dans les pays du Nord de l'Europe ont consisté à comparer l'incidence des effets secondaires avec ceux du vaccin Engerix B du groupe, qui n'est autre que le fameux vaccin anti-hépatite B, qui est pourtant responsable d'une des plus grandes séries d'effets secondaires de toute l'histoire de la pharmacovigilance française selon le rapport Dartigues. Un vaccin qui est donc particulièrement à même d'engendrer des réactions auto-immunes et une meilleure façon de faire passer le vaccin Cervarix comme plus sûr qu'il n'est, grâce à ce genre de comparaison biaisée.
Toutes ces données éclairent évidemment d'un jour nouveau le bienfondé de la décision prise il y a peu par la Ministère de la Santé japonais. Mais il est certain que les pressions internationales tacites doivent être très importantes car l'OMS a le bras long et recommande en réalité l'extension universelle de ces vaccins, y compris dans les pays pauvres, avec le soutien logistique du GAVI et de la Fondation Bill et Melinda Gates. Dans les années 90 déjà, l'OMS avait fait bruyamment savoir son désaccord avec la suspension française de la vaccination anti-hépatite B dans les collèges et lycées, plaçant le Ministre de la Santé d'alors sous une fameuse pression. Lors de l'épisode de la fausse pandémie de H1N1 également, on a aussi pu voir la formidable pression qui s'exerçait sur la Ministre médecin de la Santé polonaise Ewa Kopacz, coupable selon l'OMS et l'Union Européenne de donner ainsi une chance aux Européens de se rendre compte qu'on peut avoir moins de victimes de la grippe et éviter aussi du même coup les effets secondaires, sans acheter le moindre vaccin expérimental.
Ces donc ce genre de pressions qui doivent expliquer le probable maintien de la gratuité d'une telle vaccination anti-HPV au Japon, pour laquelle la loi sur la Vaccination préventive avait même été modifiée. En France une telle vaccination a tout de même déjà coûté pas moins de 450 millions d'euros en 5 ansvu le prix élevé des vaccins (dont le coût de production est relativement faible pour les fabricants, s'agissant de vaccins transgéniques, et donc la marge bénéficiaire élevée). Un comble et même une absurdité, quand on sait que dans ce pays, comme chez nous en Belgique, seules 60% des femmes recourent au frottis de dépistage, un outil sûr et efficace, mais hélas non gratuit, qui a permis à lui seul une réduction de 80% de la mortalité par ce type de cancer !
C'est ce constat de bon sens qui a d'ailleurs décidé dès 2008 la Ministre autrichienne de la Santé d'alors, le Dr Andrea Kdolsky, a ne pas recommander ni rembourser cette vaccination peu utile et dangereuse. Il faut dire que cette décision cohérente et prudente intervenait quelques mois après le décès de deux jeunes filles en Autriche et en Allemagne après le Gardasil.
Un nombre croissant de gens, y compris en Belgique, se demandent le nombre de victimes qu'il faudra accumuler suite à ces vaccins pour que les autorités daignent enfin faire marche arrière. En Belgique francophone, cette vaccination proposée dans le cadre scolaire depuis deux ans est un fiasco, seuls un quart des parents succombant en quelque sorte à ce "cadeau empoisonné" de la gratuité totale du vaccin effectué dans ce cadre scolaire.
C'est dans ce contexte que les autorités, qui ont acheté des vaccins pour au moins 4 ans, ont "mis toute la gomme" pour essayer de faire remonter les taux de vaccination. Elles ont ainsi investi pas moins de 80 000 dans un projet pilote entre autres destiné à convaincre toute une série de médecins généralistes du bienfondé de la vaccination anti-HPV scolaire, avec en rôle principal, une "ambassadrice" qui est diététicienne de formation et qui est aussi déléguée médicale chez Quintiles, un sous-traitant de la firme GSK qui commercialise le Cervarix ! La Ministre communautaire de la Santé, Fadila Laanan, a en outre deux soeurs qui travaillent chez GSK sans qu'elle l'ait jamais mentionné publiquement avant d'arriver à ce poste. L'association interuniversitaire Provac qui est chargée d'élaborer la communication sur ces vaccins pour les jeunes et les parents est par ailleurs présidée par le Dr Swennen, une doctoresse en conflits d'intérêts avec les pharmas (cfr p .4/126) Cette association a notamment expliqué jusqu'ici à la Ministre l'échec de cette vaccination scolaire par l'existence de groupes hostiles à la vaccination. Il lui faudra désormais essayer d'expliquer pourquoi un état industriel développé comme le Japon aurait pris une telle décision uniquement sur base de "groupes hostiles à la vaccination" et non sur de très solides faits de nature à impacter la responsabilité du monde politique en cas d'inaction coupable..."

Source:
Publié sur: 

2 commentaires:

  1. Il y a des modifications dans les vaccinations, par exemple moi qui aurait du refaire le DTP cette année (mais je ne veux pas) je peux attendre 4 ans.

    http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/questions_reponses_calendrier_vaccinations2013.pdf

    C'est bien la première fois qu'un doc recule de 4 ans un vaccin ....Il est pas mauvais au passage totalement contre le Gardasil.


    RépondreSupprimer
  2. De toute façon, une fois que t'a fais tes premiers rappels en étant petit, tout le reste est optionnel à part si l'on travail dans le milieu médical. Il s'agit de recommandations, aucunement d'une obligation. Les gens qui veulent vraiment savoir s'ils sont protégés, je les encourage plutôt à faire un titrage des anticorps vaccinaux: c'est remboursé par la sécu et ça permet de savoir si un rappel est souhaitable ou non.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog