jeudi 11 juillet 2013

Corruption des gouvernements: Juncker, Rajoy dans la ligne de mire

Le premier ministre du Luxembourg obligé de démissionner, le chef du gouvernement espagnol dans la tourmente également. A qui le tour?



Ria Novosti:
"Le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker a présenté jeudi sa demande de démission au grand-duc Henri de Luxembourg, rapporte la Radiotélévision belge francophone (RTBF).

Mercredi, M.Juncker, ministre depuis trente ans et chef du gouvernement depuis dix-huit ans, a annoncé sa démission en raison de révélations concernant le fonctionnement des services secrets de son pays.

Le parlement luxembourgeois a été saisi mercredi d'un rapport concernant une écoute faite par l'ancien chef du service de renseignement (SREL) lors d'un entretien dans le bureau même du premier ministre.

Placé sous l'autorité hiérarchique du chef du gouvernement, le SREL est aussi accusé d'avoir fiché des milliers d'habitants, tenté de déstabiliser un magistrat, sans compter des malversations comme des reventes de voitures de luxe achetées à prix réduit dans les années 2004-2009.

Le premier ministre du Luxembourg a été contraint de présenter sa démission et celle de son gouvernement à la suite de ce scandale retentissant."


Source:
Ria Novosti


News360x:
"La pression s’accentue sur le parti au pouvoir en Espagne. Hier, des centaines de manifestants en colère se sont rassemblés sous les fenêtres du parti populaire (PP) suite à la publication dans la presse de nouveaux documents comptables compromettants pour le chef du gouvernement Mariano Rajoy.

“Au moment où je vous parle, parti populaire rime avec corruption au sein de toutes les institutions espagnoles. C’est pour cette raison que nous voulons sa démission immédiate et de nouvelles élections”, réclame l’une des manifestantes.

Comme le soulignent aujourd’hui la plupart des journaux du pays, Mariano Rajoy est plus que jamais en première ligne. Depuis le début du scandale, qui remonte à 2009, le Premier ministre nie avoir bénéficié de compléments de salaires illégaux alors qu’il faisait partie du gouvernement dans les années 1990. Ses ministres, comme celui de l’Agriculture, font bloc derrière le chef du gouvernement. Pourtant, sur les extraits de comptes publiés par le quotidien de centre-droit El Mundo, Mariano Rajoy figure parmi les bénéficaires de compléments de salaires.

L’homme clé de ce scandale, c’est Luis Barcenas, l’ancien trésorier du PP. Actuellement en détention, il aurait admis avoir tenu ces comptes. Pour l’instant, Mariano Rajoy reste silencieux et la direction nationale du parti a tout démenti en bloc dans un communiqué."


Source:

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog