vendredi 19 juillet 2013

Phosphate de calcium: une alternative à l’aluminium, efficace, sûr et disponible, que les autorités de santé feignent d’ignorer



Pourquoi le phosphate de calcium a-t-il utilisé comme adjuvant vaccinal pendant 25 ans (1960 à 1985) puis subitement jeter aux oubliettes? Réponse: ça coûte trop cher, prenons un truc bien toxique à la place. Voici, un article bien documenté de l'association réseau vaccin hépatite B qui démontre qu'une alternative à l'aluminium existe donc depuis plus de 50 ans mais que celle ci n'intéresse pas les autorités de santé. Après tout, pourquoi se priver d'une façon peu coûteuse de flinguer les neurones de milliards de gens...ça arrange à la fois les fabricants et les gouvernements. 


En passant, même si je suis contre la vaccination en général car l'aluminium n'est pas le seul problème et que je doute également de l’efficacité des pétitions, sachez que l'association E3M (Association Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages) a déjà récolté plus de 70 000 signatures pour la création de vaccins sans aluminium (ça ferait déjà une cochonnerie en moins). Il reste un peu moins de 5000 signatures pour que la pétition soit validée. Si vous souhaitez apporter votre soutien à celle-ci, c'est par ici que ça se passe. J'aurais préféré une pétition pour le retrait de l'obligation vaccinale mais bon.


"En 2005 déjà, à l’occasion d’une question écrite d’Ivan Renar (député du Nord - CRC/SPG - Question n° 17387) sur l’aluminium et les vaccins, le Ministère répondait que pour remplacer l’adjuvant aluminique, il faudrait des années d’études.

En 2011, à la question écrite de Frédéric Reiss, député du Bas-Rhin (UMP - Question n° 96099) sur ce même sujet de l’aluminium et des vaccins, le Ministère répond invariablement que pour remplacer l’adjuvant aluminique, il faudrait des années d’études.


Faux prétextes…

Six années se sont écoulées entre ces 2 questions.
Six années perdues pour la Santé Publique, car la littérature scientifique internationale n’a cessé d’alerter sur la toxicité de l’aluminium utilisé dans les vaccins.
Six années qui auraient dû permettre, au vu de la littérature scientifique internationale qui apporte déjà les réponses claires sur les alternatives possibles, que les études de développement soient menées et achevées, avec mise en œuvre des essais cliniques.

1. Le risque d’effets secondaires graves liés à l’adjuvant aluminique est connu depuis longtemps.


L’Institut Pasteur a remplacé l’adjuvant aluminique par le phosphate de calcium (CaP) dans les années 1970, sur des critères scientifiques (efficacité et sécurité d’utilisation du phosphate de calcium, toxicité de l’adjuvant aluminique. Travaux menés notamment par le Pr Relyveld).


1985 : l’Institut Pasteur est racheté par l’Institut Mérieux. Le Phosphate de Calcium (CaP) est abandonné pour des raisons économiques (liées aux coûts de fabrication essentiellement). Les chercheurs de Pasteur alertent en vain les pouvoirs 
publics. Depuis plusieurs années, les publications scientifiques sur les risques liés à l’adjuvant aluminique sont de plus en plus nombreuses.

2. Les autorités sanitaires nord-américaines ont reconnu ce risque.

Le NVAC (US National Vaccine Advisory Committee) recommande en effet en 2008 :


« L’intérêt pour le développement de nouveaux adjuvants vaccinaux s’est accru pour plusieurs raisons. (…) La poursuite des recherches sur les mécanismes par lesquels les adjuvants influencent la réponse des cellules T sera la clé pour le développement de nouveaux vaccins efficaces. » 


Le NVAC mentionne explicitement le phosphate de calcium comme alternative possible aux sels d’aluminium : 



3. Le phosphate de calcium : une alternative d’actualité
Le milieu scientifique international reconnait l’efficacité et l’innocuité du phosphate de calcium (publications dans des revues prestigieuses) :

 1995 : Gupta (Adjuvant properties of aluminum and calcium compounds), In Pharm Biotechnol.


« Le phosphate de calcium, qui a des propriétés similaires aux adjuvants d'aluminium, présente l'avantage important d'être un composant naturel de l'organisme, et de ne pas augmenter la production d'IgE ». (a)

 1996 : Aggerbeck (Booster vaccination against diphtheria and tetanus in man. Comparison of three different vaccine formulations), In Vaccine.(b)

« Le vaccin adsorbé sur phosphate de calcium (...) s'est avéré être de la même efficacité que le vaccin adsorbé sur hydroxyde d'aluminium (...). Le vaccin adsorbé sur phosphate de calcium a entraîné moins de réactions indésirables que celui adsorbé sur hydroxyde d'aluminium ».

 2004 : Wheeler (Allergy vaccines - new approaches to an old concept) In Expert Opin Biol Ther. (c)

« Les produits injectés plus récents, tels que ceux contenant de la tyrosine ou du phosphate de calcium, remplacent progressivement les extraits aqueux et les adjuvants plus anciens tels que l'aluminium ».

 2004 : Petrovsky4

(Vaccine adjuvants: Current state and future trends) in Immunology and Cell Biology.(d)
« Tout en ayant des propriétés similaires aux sels d'alun, le phosphate de calcium a l'avantage d’être un composé naturel pour le corps humain et est donc particulièrement bien toléré. Il a une capacité raisonnable à adsorber des antigènes, induit des niveaux élevés d'anticorps IgG et n'augmente pas la production d'IgE. »

Les laboratoires font de la Recherche et Développement et déposent des brevets
 Etex en 2000 (USA), 2001 (Corée), 2006 (Corée) 
Brevet déposé: « Calcium phosphate delivery vehicle and adjuvant » (e)
« Les composants du phosphate de calcium sont attrayants comme adjuvants et véhicules de distribution, car ils sont non toxiques, stables et biocompatibles. En outre, les phosphates de calcium sont connus pour posséder des caractéristiques de grande affinité pour les liaisons avec les antigènes, les vaccins, les immunogènes, les protéines et d'autres agents.


 La Fondation Mondiale « Recherche et prévention Sida » (France 2006) (f)

Brevet déposé : « Use of HIV-1 GP120 and GP160 proteins modified in the V3 lopp for the preparation of vaccine compositions and formulations containing the same ».
Ce brevet concerne la recherche pour un vaccin contre le HIV, avec utilisation possible (comme adjuvant) d’hydroxyde d’aluminium, de phosphate de calcium, de liposome.

 CELL- Medecine (Japon 2007) (Corée 2008) (g)

Brevet déposé : « Immune adjuvant » « La présente invention concerne un adjuvant immunitaire présentant un haut degré d'innocuité, doté d’un puissant effet 
immunostimulant (p. ex. du phosphate de calcium microparticulaire) ».

 Novartis (USA 2007) (h)

Brevet déposé : « composition with antigens adsorbed to calcium phosphate ».
« Il existe une tendance, cependant, à réduire la quantité d'aluminium utilisée dans les vaccins et à diminuer l'utilisation de sels d'aluminium comme adjuvants. C'est un objectif de l'invention que de fournir des adjuvants sans aluminium pour une utilisation dans la vaccination. »

 Lipoxen technologies Ltd (G.B. 2008) (i)

Brevet déposé : « Liposomes »
« Les résultats montrent que le "capisome" (i.e. « phosphate de Calcium + liposomes») est un adjuvant prometteur pour les vaccins à ADN ».

 Novartis (USA 2009 et 2011).(j)

Brevet déposé: « Influenza vaccines including combinations of particulate adjuvant and immunopotentiator »« Les compositions et les kits de l'invention comprennent des adjuvants insolubles. Des exemples d’adjuvants utiles à l'invention incluent, non exclusivement, les sels d'aluminium, les sels de calcium, et les microparticules. »

 CNRS (France 2011) (k)

Brevet déposé: « TAT protein for preventing or treating AIDS »
« Les exemples d'adjuvants incluent de manière préférentielle le phosphate de calcium, mais aussi le phosphate d'aluminium, l'hydroxyde d'aluminium, … ».

 Qing (USA 2011) (l)

Brevet déposé : « Therapeutic calcium phosphate particles and methods of manufacture and use »
« La présente invention concerne de nouvelles particules fondamentales de phosphate de calcium, les méthodes pour les fabriquer, et les méthodes pour les utiliser comme adjuvants vaccinaux ».

4. Le phosphate de calcium sous forme nano-particulaire: des résultats intéressants


Le phosphate de calcium est aussi envisagé depuis 10 ans, en tant qu’adjuvant, sous une forme nano-particulaire. Les résultats intéressants présentés par cette utilisation du phosphate de calcium nécessiteraient d’être étudiés au regard des découvertes les plus récentes sur les risques liés à l’injection de nanoparticules, notamment celles du Pr RK Gherardi.


Des publications scientifiques pertinentes

 2000 : QING HE – USA - (Calcium Phosphate Nanoparticle Adjuvant) in Clinical and diagnostic Laboratory Immunologym « En vertu de la puissance de ce phosphate de calcium comme adjuvant et de l'absence relative d'effets secondaires, nous pensons que cette nouvelle formulation de phosphate de calcium a un grand potentiel pour une utilisation comme 
adjuvant chez l’homme ».

 2002 : QING HE - USA - (Calcium Phosphate Nanoparticles Induce Mucosal Immunity and Protection against Herpes Simplex Virus Type 2) in Clinical and diagnostic Laboratory Immunologyn « Compte-tenu de ces résultats, nous concluons que (i) le vaccin au phosphate de calcium contre le HSV-2 semble en même temps induire à la fois l'immunité systémique et celle des muqueuses et (ii) le phosphate de calcium montre un grand potentiel comme adjuvant de vaccins muqueux sûrs et efficaces pour les humains, compte tenu de l'absence 

relative d'effets secondaires et l'absence d'induction d'anticorps IgE ».

 2010: SOKOLOVA - Allemagne - (The use of calcium phosphate nanoparticles encapsulating Toll-like receptorligands and the antigen hemagglutinin to induce dendritic cell maturation and T cell activation) in Biomateri also« Nous montrons que les nanoparticules de phosphate de calcium sont capables d'induire à la fois l'immunité innée et l’immunité adaptative par l'activation des cellules dendritiques. En fonction des antigènes enfermés dans les nanoparticules, elles peuvent devenir des vaccins antiviraux efficaces par leur excellente capacité à induire une puissante immunité cellulaire spécifique à l’antigène ».


 2011 : Abd el Razek - Egypte - (Nanocapsulated Rift Valley Fever Vaccine Candidates and Relative Immunological and Histopathological Reactivity in Out Bred Swiss Mice) in J Vaccines Vaccin (p)

« Il peut être conclu que le phosphate de calcium est un meilleur amplificateur de la réponse immunitaire pour le vaccin vétérinaire contre la « fièvre de la Vallée du Rift », avec une sécurité relative à la dégradabilité plus rapide que l'alun ».

Le laboratoire BioSante (USA) fait de la Recherche et Développement et dépose des brevets 

En 2000, 2002, 2003, 2007, il dépose plusieurs brevets concernant la méthode de fabrication et d’utilisation du phosphate de calcium sous forme nano-particulaire, et ce pour différents vaccins. Nom commercial de l’adjuvant : BioVant.
En 2005, est annoncé un partenariat avec le département de la Défense des USA, concernant un vaccin contre l’Anthrax.
En 2006, la recherche porte sur l’utilisation du phosphate de calcium comme adjuvant dans les vaccins contre H5N1 et autres HxNx :
« Ces résultats d'étude sur l’adjuvant BioVant suggèrent que nous serions en mesure de développer des vaccins contre la grippe avec une utilisation moindre d'antigènes de la grippe pour atteindre une protection immunitaire adéquate contre un virus de la grippe aviaire potentiellement mortel.
Ces résultats indiquent en outre la capacité de BioVant à être un adjuvant de nouvelle génération plus sûr que les sels d'aluminium injectables ».

Conclusion:


Depuis 40 ans, des chercheurs (notamment de l’Institut Pasteur) attirent l’attention des pouvoirs publics sur la dangerosité des sels d’aluminium utilisés dans les vaccins.

Depuis 40 ans, le phosphate de calcium est reconnu comme adjuvant vaccinal sûr et efficace par le milieu scientifique. Aucune étude ne remet en cause ces travaux.
Depuis 10 ans, la Myofasciite à Macrophages est suspectée d’être déclenchée par les adjuvants aluminiques (rapport InVS).
Depuis 10 ans, plusieurs laboratoires déposent des brevets concernant le phosphate de calcium comme adjuvant vaccinal.
Nous évoquons le phosphate de calcium depuis des années.
Est-ce à une association de patients de faire le travail de veille et d’alerte présenté dans ce document?
Où est la revue de synthèse de la littérature scientifique sur le sujet, qu’aurait du effectuer l’Afssaps ?
A quel moment le ministère s’est-il saisi du sujet, face à l’incurie de l’agence sanitaire ?
Les autorités sanitaires (Afssaps, Ministère) restent sourdes et aveugles… 
Face aux légitimes questions des parlementaires, elles avancent des arguments spécieux, simples prétextes pour ne rien faire …
Elles appliquent à la lettre le principe de Jules Renard : « Le temps perdu ne se rattrape jamais. Alors, continuons de ne rien faire. »

Comment s’étonner alors du discrédit jeté sur les politiques de vaccination ?"

Lien connexe:

L'arnaque du retrait du vaccin DTPOLIO

Références Internet des publications et brevets mentionnés dans ce document 
(a) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7551219
(b) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8961516
(c) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15335314
(d) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15479434
(e) http://www.wipo.int/patentscope/search/en/WO2000015194
(f) http://www.patentgenius.com/patent/7063849.html
(g) http://brevets-patents.ic.gc.ca/opic-cipo/cpd/eng/patent/2636257/summary.html
(h) http://www.freepatentsonline.com/y2009/0035326.html
(i) http://www.patentgenius.com/patent/7381421.html
(j) http://www.faqs.org/patents/app/20090304739
(k) http://www.freepatentsonline.com/y2011/0212118.html
(l) http://www.freepatentsonline.com/y2011/0236685.html
(m) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11063495
(n) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC120054/
(o) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20417963
(p) http://www.omicsonline.org/2157-7560/2157-7560-2-115.digital/2157-7560-2-115.html

Source:
Réseau vaccin hépatite B

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog