dimanche 14 juillet 2013

World War Z : quand l’ONU et l’OMS font leur cinéma


Agoravox:
"Nous y voilà. L’été est arrivé, et avec lui sa cohorte de films censés divertir les estivaliers en mal de beau temps, voir en mal de vacances tout court. Parmi eux, les traditionnels « blockbusters », ces films à gros budget devant littéralement faire « exploser le quartier », ou, pour le moins, les recettes. On parle même désormais des « blockbusters » de l’été, c’est dire que l’industrie cinématographique, notamment Hollywood, se soucie de nos vacances.
Le blockbuster, c’est un peu comme de la « junk food » : du plaisir immédiat et à peu de frais. Pas besoin de penser, c’est prémâché. Et c’est de toute façon ça que l’on en attend, car en vacances, c’est bien connu, on veut se détendre et surtout, surtout, ne pas avoir à se triturer le ciboulot. Et où est donc le mal ? On sait que le Big Mac est mauvais pour la santé, mais une fois de temps en temps, il n’y a pas de mal à se faire du bien après tout.
Au menu cette année, nous trouvons entre autres « World War Z », réalisé par Marc Forster et dans lequel Brad Pitt interprète Gerry Lane, ancien membre de l'ONU, devant mettre fin à une épidémie transformant les personnes contaminées en zombies. Cette adaptation cinématographique du roman éponyme de Max Brooks au budget faramineux de 190 000 000 de dollars s’inscrit dans la droite lignée des blockbusters apocalyptique qui, depuis le succès en 1996 de l’Independance Day de Roland Emmerich, rythment les sorties de l’été.
Au-delà du festival d’effets spéciaux aussi spectaculaires les uns les autres, de la cadence effrénée et de l’incontestable suspense qui ne lâche pas le spectateur, le film se veut également le vecteur d’une critique de nos sociétés individualistes contemporaines, au sein desquelles l’égoïsme peut se révéler plus meurtrier que le pire des virus. De la forme et du fond donc. Que demander de plus ?
Par ailleurs, et pour une fois, ce n’est pas la salvatrice hégémonie américaine qui est flattée, à l’instar de la majorité des films de ce genre. Non, pour une fois ce sont les instances internationales, et la coopération de même nature qui constituent, notamment à travers le personnage incarné par Brad Pitt, la figure du super héros moderne. Pas de GI Joe surhumain donc, seulement de la bonne volonté agrémenté d’une bonne louche d’ingéniosité (et de bonne fortune, il faut bien l’admettre).
Le film nous promet donc une petite révolution : plus d’américano-centrisme d’une part, substitué par la promotion d’un humanisme transnational, et l’annonce d’une critique d’un égoïsme moderne délétère. Cette promesse n’est ni plus ni moins celle d’un blockbuster d’un nouveau genre : le blockbuster « intelligent », mâtiné d’une sociologie, pour ne pas dire d’une anthropologie, au service d’une critique sociale. Encore une fois, et comme dirait un proche de M. Pitt, what else ?
Or, qu’en est-il réellement ? Le film tient-il son pari ?
Tout dépend de l’objectif réel de cette production. Car au terme du visionnage, on est obligé d’admettre que le film de Marc Forster distille avec une certaine force un message politique et social, mais pas du tout celui annoncé, bien au contraire. Et c’est en cela que le film constitue de fait une petite révolution du genre. Analyse.
Le film porte donc sur l’apparition aussi soudaine que brutale d’une pandémie transformant les personnes infectées en zombies. Gerry Lane, ancien membre de l’ONU, doit reprendre du service (le désormais bien connu « syndrome de Rambo ») pour trouver l’origine du virus à partir de laquelle il sera possible de développer un vaccin. Jusque-là, rien d’exceptionnel.
Cependant, dès la trentième minute un détail doit retenir notre attention, car il plante plus ou moins subtilement les soubassements du message réel que veut véhiculer le film. En effet, alors que le personnage principal est en route pour la Corée pour y trouver le « patient zéro » (le premier atteint par le virus), le virologue diplômé d’Harvard qui l’accompagne (autorité incontestable donc) nous expose à l’aide d’une métaphore filée la philosophie qui préside au film et qui annonce la couleur :
« Mère Nature est une tueuse en série. Y’en a pas de meilleurs, ni de plus créatifs. Mais comme tous les tueurs en série, elle ne peut résister à la tentation de se faire attraper. […] C’EST UNE POURRITURE »
Ces propos, aussi contestables soient-ils, et ainsi sortis de leur contexte, pourraient paraître anodins. Toutefois, à bien y regarder, c’est loin d’être le cas. En effet, la Nature est ici posée comme l’origine première du Mal. Déjà, pour la critique du caractère individualiste de nos sociétés modernes, on repassera, puisqu’ici l’Homme n’est pas présenté comme la cause, mais bien comme l’innocente victime du sort qui l’accable. Mais c’est en poursuivant le visionnage que l’on comprend mieux l’intentionnalité qui sous-tend de tels propos.
Passons sur les clichés qui rythment les presque deux heures du film, comme par exemple la pseudo critique d’Israël et de sa culture de l’emmurement qui, loin de protéger les population des zombies, la conduit à la catastrophe (on ne peut faire plus « subtil »), et intéressons-nous immédiatement à ce qui en constitue le dénouement, dénouement qui pour nous révèle le message subliminal que l’on tente de nous faire avaler grâce à cet enrobage d’effets qui deviennent par-là aussi spécieux que spéciaux.
Comment donc Gerry Lane, et donc l’ONU qu’il incarne, parvient-il à « sauver l’innocente humanité » de cette nature psychopathe et meurtrière ? M. Nations-Unies, notamment à l’aide des précieuses recommandations de notre fin virologue d’Harvard, parvient à déduire que les zombies ne s’en prennent pas aux individus atteints de maladies létales en phase terminale, de la même manière qu’un lion ne s’attaque pas à une brebis galeuse (ça se tient non ?). Et c’est là qu’intervient une très audacieuse pirouette : si les porteurs de maladies mortelles sont protégés contre les attaques des zombies, quoi de plus simple que de s’infecter soi-même avec des virus létaux dont on détient déjà les vaccins ?
Aussi M. Nations-Unies se rend-il chez ses amis de l’OMS qui conservent leur commun trésor, à savoir les souches virales des maladies infectieuses les plus virulentes, et ce afin de trouver le « bon » pathogène (sic !), celui qui sera susceptible de protéger l’humanité le temps de trouver un vaccin. Or, parmi les candidats possibles nous retrouvons ? Le H1N1 !(Bah oui, faut du létal mais pas trop quand même…)
C’est à ce moment du film que nous remercions l’OMS d’avoir avec bienveillance développé un vaccin contre les dernières mutations de la grippe (ou pas…). En effet, s’en suit alors une campagne mondiale de « vaccination » de la population à ce qu’on nous laisse entendre être ni plus ni moins que la grippe A.
Quelle belle ironie du sort ! Alors que l’agence Onusienne est régulièrement mouillée dans des affaires de conflits d’intérêts avec les lobbies pharmaceutiques, et qu’elle est encore aujourd’hui mise en cause dans la gestion de l’épidémie de la grippe porcine, accusée notamment d’avoir pour des raisons de profits pris des risques considérables en matière de santé publique avec la mise en place hâtive d’un vaccin très contesté quant à ses réels effets, il est assez intéressant de voir comment la situation est retournée très largement en faveur de l’OMS, présentée avec la grande sœur l’ONU comme les sauveurs de l’humanité !
Le film de Marc Forster procède donc à un retournement de perspective de taille : ce n’est plus les lobbies pharmaceutiques et leur soif insatiable de profit qui sont problématiques, c’est la nature –cette « pourriture », qui est intrinsèquement mauvaise, et que seuls ces mêmes groupes pharmaceutiques sont à même de dominer pour nous en protéger de la meurtrière folie.
Le message est donc clair : l’avenir de l’Homme est dans les mains de l’OMS et de l’ONU. Nous pouvons donc dormir sur nos deux oreilles. Et avant tout, ne plus voir les nouvelles grippes sorties de nulle-part d’un œil méfiant, mais bien comme une chance pour l’humanité d’un jour faire face à une épidémie de zombies ! 
Roselyne Bachelot vous souhaite un bon visionnage !"

8 commentaires:

  1. Madame bachelot nous a aussi sauvé la vie grâce a sa super commande de vaccins contre la grippe aviaire .Quelle ministre !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis allé le voir avec mon conjoint, ce film n'est pas logique!Il est dit grossièrement qu'un animal ne mange pas un autre animal malade donc c'est une bonne idée de s'implanter un virus, virus qui a de forte chance de tuer son hôte hein!, seulement c'est aussi juste que faux. Si un animal est vraiment purulent ou affaiblit en effet il aura de forte chance de ne pas se faire dévorer hors nous le savons tous, toutes les maladies ne sont pas flagrantes! Comme leur méthode d'injection de virus fonctionne cela veut dire que l'humain même zombifié reste plus intelligent et sensible que l'animal...pour moi déjà ça ne tien pas la route.

    Ensuite, quel est le but du zombie à part tuer? Transformer l'humain oui mais sans aucun objectif ensuite alors pourquoi nous sortir une espèce d'histoire branlante comme quoi le zombi ne voudrait pas de l'humain malade? Ca ne tien pas debout! Il est clairement dit que leur transmettre un virus ne les affectaient en rien, aussi ils ne se dévorent pas entre eux...donc qu'est ce que cela peut bien leur foutre aux zombies que les Hommes soient malades puisqu'ils ne seraient pas touchés par ça?! RIEN!

    On remarquera aussi que le scientifique hyper calé qui apporte toujours le réconfort mental au spectateur en utilisant des termes pas toujours compréhensibles mais se voulant réconfortant parce qu'il y a un semblant de solution logique, meurt rapidement et d'une façon...

    Ton article est bien ficelé en tout cas et très réaliste.

    RépondreSupprimer
  3. "Virus qui a toute les chances de tuer son hôte" -> Quelle bonne idée n'est-ce pas? Dans cette optique, tu te vaccine pas, tu meurs, tu te vaccine, il est possible que tu meurs et si tu ne meurs pas c'est les labos qui s'en mettent pleins les poches et passent pour des héros.

    Après, il y a une part de predictive programming et une part de fiction dans ce film, c'est toujours ainsi que ça se passe. Penser qu'un homme zombifié serait à même de distinguer qui est en bonne santé et donc un bon candidat pour répandre le virus et qui ne l'est pas et devient un paria aux yeux des zombies, ça c'est de la science fiction, il faut bien ça pour que les gens mordent à l'hameçon... mais pas trop fort :)

    Sans objectif? Pas sur...Le film dit bien que le but des zombies et de faire circuler le virus donc un homme malade n'est pas un bon hôte pour celui ci. Sur ce point, je trouve justement que ça se tient. Le problème est justement qu'un homme classique ne peut pas détecter la maladie au premier coup d’œil et qu'il n'y a pas de raison qu'un zombie soit plus aguéri à ce jeu là qu'un homme classique. Ils évitent de mordre les hommes malades non pas pour ne pas se contaminer eux mêmes mais pour cette raison là car leur but est de zombifier tout le monde.

    Concernant le scientifique, peut être un clin d’œil pour dire au public qu'en cas de menace zombie, la science sera impuissante et qu'il faudra compter davantage sur ses acquis (l'armée et les vaccins existants)

    A noter que le virus en question est présenté comme une mutation de la grippe A et de la rage (pas juste la grippe A comme l'indique l'article). J'ai remarqué aussi qu'au début du film ils parlent de loi martiale à la télé avant même que les zombies se soient manifestés. Pour rappel, même si pour nous la menace zombie parait bien abstraite, les ricains eux s'y sont bien préparés et depuis un bail:

    http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/04/simulation-dattaque-zombies-de-civiles.html

    Après savoir si ce n'est que la frime ou s'il ont ça bien au chaud dans un coin...aucune idée mais ils ne sont pas du genre à se préparer pour rien, pareil pour la loi martiale à laquelle ils s’entraînent depuis un bail également.

    RépondreSupprimer
  4. Oui quand la petite fille dit "maman c'est quoi la loi martiale?" j'ai bien rigolé, quelle bande de salop!

    RépondreSupprimer
  5. J"ai visionne le film et bien que je sois contre les vaccins totalement contre. Je peux vous dire que mon sentiment a la fin du film avait bien change. Je dis bien mon "sentiment" cela ne veut pas dire que je me ferais vacciner. Mais c'est bien le but de ce genre de film, convaincre les populations a se faire vacciner si une telle menace arrivee. OU semer la peur (encore) et/ou le doute.

    Apres tout, qui voudrait se voir reduit a une vie "eternelle"(?) de zombie tels qu'ils nous les montrent dans les locaux de l'OMS? Pas moi ! Plutot mourir meme si c'est en recevant un "vaccin" pourri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je peux vous dire que mon sentiment a la fin du film avait bien change."

      -> Alors on peux dire que l'objectif du film est parfaitement rempli.
      Quelle meilleure façon d'inciter les gens à se vacciner qu'en leur faisant passer le message inconsciemment que s'ils ne le font pas ils deviendront aussi des sauvages zombies. Même si l'image est poussé à l'extrême, là aussi c'est le but.

      Les gens se diront, à choisir entre devenir un zombie et me vacciner, je préfère tenter ma chance. D'autant que l'on voit bien ce qui arrive aux zombies: c'est la mort qui les attends car ils ne sont plus humains et n'ont donc plus aucune intérêt ni légitimité aux yeux des hommes, ce sont des bêtes qu'il convient d'exterminer. Voilà donc ce que représente les malades. La solution? La vaccination bien sur...voilà l'idée je pense. C'est un habile bourrage de crane qui fera son petit bonhomme de chemin dans l'inconscient collectif.

      Supprimer
  6. pardon, "telle qu'ils nous les montrent"

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi le titre de ce film est WWZ ? qu'a t'il a voir avec l'ouvrage de Max Brooks ? des Zombies ??? oui, je crois que la ressemblance s'arrête ici, et au titre bien sur.
    Pas de "Happy end" dans le livre, pas de vaccin, ou de remède miracle. le narrateur parcours la planête pour recueillir des témoignage auprès des survivants et des acteurs de la guerre des Zombies. Chacun lui raconte comment l'affrontement s'est déroulé sur son continent et comment ils en sont venus à bout. C'est noir et sans espoir !!!
    En bref, j'ai été plus que déçu par ce film :)))


    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog