jeudi 21 novembre 2013

Interview de James W. Douglass, auteur de "JFK et l'indicible : Pourquoi Kennedy a été assassiné..."



Le 50e anniversaire de l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy ce 22 novembre est l'occasion pour nous de revenir sur les parallèles entre ces deux événements, au travers du livre de James W. Douglass "JFK et l'Indicible : Pourquoi Kennedy a été assassiné...". Nous publions ci-dessous l'interview exclusive de l'auteur, réalisée par ReOpen911 pour la sortie de son livre en France aux Éditions Demi Lune.
* * *
INTERVIEW de  James W. DOUGLASS (*)

Pour commencer, pouvez-vous éclairer nos lecteurs sur votre parcours et les raisons qui vous ont amené à travailler sur l’assassinat de Kennedy ?
James Douglass : Je suis un disciple de Jésus, de Gandhi, de Dorothy Day et de Martin Luther King. Je m’attache à rechercher le règne de la justice et de la paix sur la terre, à travers des expériences non violentes par la force de la vérité et de l’amour. JFK et l’Indicible est une expérience de la vérité, telle que la comprenait Gandhi. Cela signifie rechercher inconditionnellement la vérité, aussi patiemment que possible et sans se préoccuper des conséquences.
Je suis venu à JFK à travers MLK (Martin Luther King). Lorsque King a été assassiné en avril 1968, j’étais professeur de religion à l’Université d’Hawaï à Honolulu. Lorsque mes étudiants et d’autres amis ont formé la Résistance Hawaïenne, je me suis joint à eux. Nous avons été emprisonnés pour nous être assis devant un convoi de troupes partant pour le Vietnam. Ce fut mon baptême de la non-violence comme mode de vie, et aussi le début de ma recherche de la vérité sur le meurtre de King. L’assassinat du Dr King soulève des questions parallèles à ceux de Malcolm X et de John et Robert Kennedy. J’ai commencé à enquêter sur ces quatre assassinats en 1996. J’ai écrit le livre sur JFK d’abord, parce qu’il est mort le premier. Je vois leur histoire comme les quatre dimensions d’un mouvement qui a transformé les États-Unis et le monde, et leur assassinat comme quatre efforts successifs pour annihiler une vision d’espoir.

Votre livre sur JFK porte comme sous-titre, en anglais : Why he died and why it matters (« Pourquoi il est mort et en quoi cela importe »). Pouvez-vous résumer votre réponse à la première question : pourquoi Kennedy a-t-il été assassiné ?
JD : Mon but était de raconter l’histoire de la manière la plus honnête possible, et en allant au fond des choses, et de façon à ce que le lecteur connaisse toutes mes sources.
JFK a été tué par ce que l’on nomme le National Security State (l’appareil de Sécurité nationale, qui inclut les chefs militaires et du Renseignement), parce qu’il a renoncé au militarisme et s’est engagé vers la paix avec ses ennemis communistes, en particulier Nikita Khrouchtchev et Fidel Castro. C’est une histoire porteuse d’un grand espoir, une parabole de transformation et de rédemption. Si Kennedy n’avait pas mis sa vie en jeu lorsqu’il s’est opposé à la guerre nucléaire que ses généraux voulaient déclencher, nous ne serions pas vivants aujourd’hui pour discuter de sa décision et devenir, à notre tour, des artisans de la paix. 

Quelle a été la réception de votre livre par les grands médias, et auprès du public américain en général ? 
JD : Le livre n’a été commenté par aucun des grands médias. Mais le soutien de quelques personnalités comme le réalisateur Oliver Stone ou Robert F. Kennedy junior (neveu du Président Kennedy) ont aidé à initier un phénomène de bouche-à-oreille qui en a fait un best-seller. Le livre a inspiré deux pièces de théâtre, actuellement jouées à travers l’Amérique. Une adaptation graphique sous forme de BD est en cours. J’espère que le livre peut ainsi poursuivre sa fonction de ferment de vérité. 

Pensez-vous que la vérité sur l’assassinat de Kennedy se répand dans les consciences et change la manière dont les Américains voient leur propre gouvernement ? 
JD : Malgré le déluge de désinformation, je pense que le peuple américain se rapproche d’une prise de conscience au sujet de la mort de JFK. Les chercheurs progressent vers un consensus selon lequel il s’agissait d’un assassinat par l’État sécuritaire. Le public a soif de vérité, mais ne sait pas toujours où la chercher. Il ne peut certainement pas la trouver dans les grands médias, qui ne s’y aventurent pas. La vérité est là, comme « sous nos yeux », mais est et demeure du domaine de l’Indicible. 

En quoi la lutte à mort entre Kennedy et la CIA dont vous rapportez en détail les épisodes dans votre livre, peut-elle nous aider à comprendre la relation actuelle entre le Président Obama et ses agences de Renseignement ?
JD : En tant que Président, Barack Obama a fait face aux mêmes défis que Kennedy, mais il n’a pas réagi en œuvrant à contre-courant, comme son prédécesseur. Il a choisi de ne pas attaquer de front son appareil sécuritaire et ses soutiens dans le complexe des affaires. 
Grâce aux révélations courageuses d’Edward Snowden, les contradictions d’Obama sont devenues flagrantes. Obama comprend parfaitement les enjeux, et il connaît les histoires de Kennedy et de King. Mais il ne veut pas s’aventurer dans cette direction ; il n’a d’ailleurs nommé à ses côtés personne qui aurait pu l’y aider. 
Cependant, la résistance n’est pas seulement l’affaire de Barack Obama : elle nous concerne tous. Martin Luther King estimait nécessaire l’émergence d’un mouvement d’action non violente global. Il reconnaissait les obstacles systémiques et personnels qui s’y opposaient. Il mesurait le prix à payer, mais il a agi en accord avec sa vision et avec ses discours. Il savait que sa vie en serait écourtée, mais qu’elle finirait dans la vérité. 

John Kennedy est souvent dépeint comme un playboy. Vous avez choisi de ne pas vous attarder sur cet aspect. Pourquoi ?
JD : La propagande a besoin de salir la réputation des personnes dont elle cherche à détruire l’héritage. Ce faisant, elle incite les gens à se dire : « Quelle importance de savoir qui a tué Kennedy ? Après tout ce n’était qu’un (riche, un coureur de jupons, etc.) » Elle détourne ainsi l’attention du public vers des sujets futiles. Kennedy a été assassiné non pas parce qu’il trompait sa femme, mais parce qu’il a choisi de se dresser contre un pouvoir incommensurable, en se positionnant résolument dans le camp de la paix.

Comment expliquez-vous que la thèse de la responsabilité de la CIA que vous développez se trouve en compétition avec des ouvrages accusant Lyndon Johnson d’être le cerveau du complot. 
JD : Le complot visant à tuer Kennedy était beaucoup plus vaste que la CIA, laquelle a simplement coordonné le plan. Il allait bien au-delà de l’implication de Lyndon Johnson dans le cover-up. Je pense personnellement que Johnson avait une connaissance préalable de l’assassinat de JFK, mais dans le livre, je me suis limité aux éléments que je pouvais appuyer par des sources solides. 
Se focaliser sur Johnson n’est qu’une diversion de plus. Traquer le cerveau démoniaque qui aurait orchestré le complot revient à désigner un bouc émissaire. L’assassinat de Kennedy est l’œuvre d’un système, qui actionne un pouvoir indicible que nous persistons à nier et que nous craignons d’affronter parce qu’il semble invincible. Mais c’est une illusion. 

Votre livre raconte la lutte épique de Kennedy contre les forces de guerre, et en particulier contre la prolifération des armes nucléaires, qu’il espérait pouvoir abolir de son vivant. Pourquoi n’évoquez-vous pas son conflit avec l’État israélien concernant son projet secret d’armement nucléaire à Dimona ?
JD : Je n’ai trouvé aucun indice convaincant qu’Israël soit impliqué dans l’assassinat de Kennedy. L’histoire que j’ai écrite porte sur les raisons de sa mort. Pour qu’Israël soit incluse dans cette histoire, il faudrait que la résistance de Kennedy au programme d’armement nucléaire israélien soit liée au complot contre sa vie. 

Vous être membre de l’association Religious Leaders for 9/11 Truth et du Consensus Panel. Pensez-vous que la vérité sur Dallas peut contribuer à la recherche sur la vérité du 11-Septembre ?
JD : Le crime de Dallas a posé les fondements pour le 11-Septembre. Si vous comprenez l’assassinat de Kennedy, vous comprenez tout, y compris la vérité évidente que des gratte-ciel ne s’effondrent pas de la manière dont le prétend le gouvernement états-unien. L’histoire de Kennedy est comme une lentille grossissante à travers laquelle nous pouvons voir notre monde et le changer. 

Propos recueillis en septembre 2013 par Laurent Guyénot pour les Editions Demi-Lune

Note (*) : Né en 1937, James W. DOUGLASS est un écrivain et un militant pour la paix de longue date. Avec son épouse Shelley, il a cofondé le Ground Zero Center for Nonviolent Action à Poulsbo, dans l’État de Washington. Il a publié, tout récemment, une étude sur l’assassinat de Gandhi, Gandhi and the Unspeakable: His Final Experiment with Truth (2012) et prépare deux autres ouvrages sur les assassinats de Malcolm X et de Martin Luther King, d’une part, et de Robert Kennedy, d’autre part.


Vous pouvez vous procurer le livre JFK & l’Indicible, de James W. DOUGLASS sur le site de l’éditeur.
sur Amazon, ou bien sûr en librairie.

Cliquez ici pour accéder au dossier de présentation.

Malgrès les doutes concernant Jesse Ventura, l'emission est l'une des rares disponibles en français qui s'intéresse au sujet:

5 commentaires:

  1. Kennedy avait réussi à imprimer des dollars appartenant vraiment au Trésor Américain. Le consortium de banques privées possédant la «Federal Reserve» n'a pas apprécié... Le contrat pour son assassinat fut levé en attente d'être... exécuté.

    RépondreSupprimer
  2. HS SYMPA ET TRES INTERESSANT MIAM MIAM

    http://fr.sott.net/article/17883-Corruption-Charles-Aznavour-J-ai-paye-des-politiques-pour-avoir-la-paix-fiscale

    si aznavour l a fait

    bettencourt aussi !

    johnny aussi arthur aussi christian clavier et jean reno et biend autres

    merci charles .......la france des elites en pleine action

    RépondreSupprimer
  3. C'est en espagnol mais Daniel Estulin dit que l'assassinat de Kennedy est pleins de signes occultes maçonniques et que cette année certains actes auraient été une sorte de commémoration comme les attentats de Boston (au 666 bolyston street souvenez vous):

    http://actualidad.rt.com/actualidad/view/111321-estulin-simbolos-asesinato-kennedy-conspiracion-jfk

    Pour ceux qui comprennent l'espagnol, l'article est accompagné de l’émission desde la sombra qui dure 25 min et qui est diffusée sur rt

    RépondreSupprimer
  4. JFK, Israel at Odds Over Nukes

    November 17, 2013


    There was a was a secret back-channel confrontation
    between Kennedy and Israeli PM Ben Gurion that came
    to a head in 1963. – See more at: http://henrymakow.com/#sthash.sazfM4nv.dpuf

    CIA-Zionist-Controlled Media in JFK Coverup

    November 16, 2013

    (Left. Dan Rather didn’t shoot JFK. But he and his colleagues covered up the truth.
    They are complicit in the crime.)

    ZIONISTS MADE KENNEDY AN OFFER – SILVER OR LEAD?
    JFK REJECTED THE BRIBE.
    - See more at: http://henrymakow.com/#sthash.sazfM4nv.dpuf

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog