mardi 10 décembre 2013

Syrie : l'enquête à charge contre les Etats-Unis après l'attaque chimique


L'attaque chimique dans la Ghouta constitue le premier emploi d'ampleur de telles substances depuis la signature, en 1993, de la convention d'interdiction des armes chimiques.



Le Monde:
Nouvel accès de « conspirationnisme » ou scoop retentissant ? L'article de Seymour Hersh, vétéran du journalisme d'investigation américain, publié dimanche 8 décembre par la London Review of Books tend à réécrire l'histoire, déjà passablement énigmatique, de l'intervention américaine avortée en Syrie. Le journaliste qui, en 2004, avait contribué à révéler le scandale de la prison irakienne d'Abou Ghraib, accuse l'administration Obama d'avoir manipulé les informations concernant l'attaque chimique perpétrée le 21 août dans la Ghouta, près de Damas, pour justifier des frappes militaires contre le régime Assad.



Même si Barack Obama a finalement renoncé à intervenir militairement, il a auparavant justifié sa volonté de le faire en attribuant à l'armée syrienne la responsabilité de l'attaque qui, de source américaine, a causé la mort de 1 400 personnes, dont des centaines d'enfants. Le régime aurait ainsi franchi la « ligne rouge » que le président américain avait fixée.
« Obama n'a pas raconté la totalité de l'histoire », car son administration a« délibérément manipulé les renseignements » en sa possession, assure Hersh.« Le mécanisme de sélection a été analogue à celui utilisé pour justifier la guerre en Irak. » A la question qu'il a choisie pour titre de son article – « A qui appartient le sarin ? » –, le journaliste répond qu'il pourrait bien s'agir des rebelles. Il accuse Washington d'avoir « sélectionné les renseignements afin de justifier une frappe contre [le président syrien, Bachar] Al-Assad », reconstruisant a posteriori la conviction de la culpabilité du régime.

« ILS ONT RECONSTITUÉ DES ÉLÉMENTS D'UNE HISTOIRE PASSÉE »
Selon lui, les rebelles, contrairement aux déclarations officielles américaines, ont la capacité de se procurer des gaz mortels. Citant un haut consultant des servicesde renseignements, il écrit :
« L'administration Obama a transformé les informations en sa possession en termes de chronologie et d'enchaînement des faits, afin de permettre au président et à ses conseillers de fairecroire que des renseignements recueillis plusieurs jours après l'attaque avaient été récoltés et analysés en temps réel, au moment même où l'attaque était perpétrée ».
Après l'attaque de la Ghouta, l'administration américaine a en effet affirmé avoirintercepté des communications entre des officiels du régime syrien attestant de sa responsabilité. Ces affirmations ont été recoupées par l'ONG Human Rights Watch (HRW).
Mais selon Hersh, les services américains ne disposaient, avant le 21 août, d'aucune information sur l'attaque de la Ghouta, ni sur les intentions du régime syrien. Il en veut pour preuve un document révélé par Edward Snowden et publié le 29 août par le Washington Post indiquant que la NSA avait perdu son accès aux conversations du commandement de l'armée syrienne, notamment à propos d'une attaque chimique. Le journaliste assure également qu'en décembre 2012, à la différence d'août 2013, les « capteurs » américains en Syrie avaient détecté préventivement la production de gaz sarin dans un dépôt militaire syrien, déclenchant une mise en garde de Barack Obama.
Le président Obama se serait basé non sur des communications interceptées au moment de l'attaque, mais sur des interceptions réalisées en décembre et analysés a posteriori. « Ils ont reconstitué des éléments d'une histoire passée », affirme l'un des anciens hauts fonctionnaires cités.
L'article affirme aussi qu'un rapport secret de la CIA atteste de la capacité des djihadistes du Front Al-Nosra à se procurer et à utiliser le gaz sarin, en particulier grâce à Ziyaad Tarik Ahmed, un ancien militaire irakien spécialiste des armes chimiques. Parole d'« expert » à l'appui, il conteste les constatations balistiques qui ont conduit à accuser le régime syrien, et suggère que les lanceurs utilisés, loin de provenir de l'arsenal de l'armée syrienne, sont de fabrication artisanale.

WASHINGTON SE DÉFEND
La thèse iconoclaste de Seymour Hersh a immédiatement fait l'objet d'un vigoureux démenti officiel : « Il n'y a pas d'indice à l'appui des allégations de M. Hersh et la suggestion qu'il y a eu une manœuvre pour supprimer des renseignements est simplement fausse, a affirmé Shawn Turner, porte-parole de la direction du renseignement national (DNI), lundi. Les renseignements indiquaient clairement que le régime Assad et seulement lui pouvait êtreresponsable de l'attaque à l'arme chimique du 21 août ».
Célébrité du monde journalistique, Seymour Hersh s'est vu décerner le prix Pulitzer en 1970 pour sa couverture de la guerre du Vietnam, en particulier la révélation du massacre de My Lai perpétré en 1968 par l'armée américaine contre des centaines de civils. Cette fois, son article sur la Syrie a été refusé par leWashington Post, le quotidien estimant que les sources utilisées « ne correspondent pas à [ses] normes ». Il n'a pas non plus été publié dans le New Yorker, magazine dont M. Hersh est un contributeur habituel.
Seymour Hersh suggère que les raisons pour lesquelles Barack Obama a finalement renoncé in extremis à frapper le régime seraient à rechercher dans les informations contradictoires qui lui seraient parvenues sur la véritable origine de l'attaque chimique.

Source:

17 commentaires:

  1. Vous avez dit....Seymour Hersh.... Seymour Hersh.... ce nom a une consonance assez caractéristique.... que vous pouvez vérifier avec Google... Et il nous suggère que le très "honnête, intègre, juste, bon et brave" Obama aurait renoncé à attaquer la Syrie dans un accès de scrupules quant à la véracité des renseignements dont il disposait...
    Pffffff... vous ne sentez pas l'enfumage sioniste?...

    RépondreSupprimer
  2. Le fait que je publie l'article, ne veux pas dire que j'en cautionne forcément l'intégralité. Je relaye l'info;)
    Il n'y a qu'a voir la source pour comprendre qu'il y a forcément un minimum d'enfumage.

    RépondreSupprimer
  3. HS: Excuses moi Guy pour ce Hors sujet mais il est bon de prevenir:
    Un drone militaire type Predator vient de passer au dessus de chez moi. il venait de la mer (La Manche). Il est soit francais (l'armée en a acheté) soit Anglais.
    Comme il est d'usage, sa direction etait azimut sur le soleil pour ne pas etre repéré.
    Je l'ai cerné avec mes lunettes volant à 3000m (suis équipe militaire)puis il a disparu (systeme holographique) tout en laissant son bruit de réacteur.
    Tout ceci pour dire que cela bouge un peu trop à mon gout..ca s'agite...et les appareils à hautes technologies sortent du trou...Regardez bien le ciel, c'est un indicateur des premices futures...les gens ne regarent pas assez notre ciel....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, on regarde pas assez en journée comme le soir !
      Moi je vois rien et je risque de rien voir j'ai pas de jumelle.
      C'est quoi ce délire avec les drones? la surveillance? la chasse aux pléadiens (c'est pas gagné) ? lol

      Supprimer
    2. je precise: soit un predator nouvelle generation (reaction) soit un Harfang (EADS)...et non un MQ-1 Predator (moteur propulsion)..

      Supprimer
    3. Je regarde toujours le ciel avec mes yeux ....
      Surtout au Portugal quand je suis en vacances

      Supprimer
    4. Predator c'est forcement anglais sinon ce serait Prédateur ^^

      Supprimer
  4. C'est ricain, ils ont acheté 16 MQ9 Reaper récemment. Le premier vol aurait eu lieu en Octobre:

    http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/premier-vol-d-un-equipage-francais-aux-commandes-d-un-drone-reaper

    Chez moi, quand je regarde le ciel tout ce que je vois c'est des chemtrails. Hier, il y avait un beau soleil et un ciel bleu, complètement gâche par des épandages massif. On ne voyais plus rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. attention aux annonces officielles et ce qui se fait par derriere.. On a plus de 16 drones au sein de l'effectif militaire francais..Pour info, quand les militaires font une annonce, c'est que cela a été fait des années auparavant...Un exemple flagrant: Projet Aurora..Touts les projets sensibles sont gérés comme cela...
      En ce qui concerne le drone de ce matin:
      Un reaper est un drone à propulsion...Celui vu dans le ciel ce matin etait à réaction...je regarde mes fiches et il semblait de type EADS Talarion (l'harfang etant à propulsion)...J'opterai pour cela.

      Supprimer
  5. Oui mais Aurora est un black project (donc top secret), ce n'est pas le cas des drones. Mais bon, tu es probablement plus au courant que moi de tout cela. C'est possible qu'ils en aient d'autres bien sur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends mais les drones sont aujourd'hui des projets dits 'ouverts' et d'ailleurs cela n'inquiète pas la population..Cependant, il y a quelques années, les drones etaient des Black projects...Personne n'en entendait parler et pourtant ils existaient:)))))....

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Dans les années 1993-94, on en voyait deja....Black project des années 80-90

      Supprimer
  6. Oui j'avais rédigé un article sur le sujet:

    http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/05/documentaire-sirius-on-ne-nous-dit-pas.html

    Il y en avait bien avant les années 80.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le SR71 volait déjà à plus de mach 3 et 26 000 mètres en 1966 alors imaginez ce qu'ils ont maintenant. Bien sur je parle d'avions pas de drone dans cet article.

      Supprimer
    2. Depuis quelques decennies, la technologie MHD a fait faire de grands bonds...mais ce n'est rien rapporté à la technologie Electromagnetique (Ovni militaire):-))...Ces deux technos sont utilisés en parallèle depusi plusieurs décennies..a l'insu d'une humanité...vidée de sa substance (pour etre poli)

      Supprimer

  7. comment faire pour que les drones dans le ciel deviennent quelque chose de banal ?

    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2013/12/02/01007-20131202ARTFIG00294-des-mini-drones-pour-livrer-les-colis-d-amazon.php

    ainsi un drone d espionnage ou meme pour assassiner passera inapercu :)

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog