vendredi 31 janvier 2014

La loi sur les ondes a été réduite à néant, les lobbies sont contents


Vous pensiez que la niche parlementaire des "écologistes" permettrait de voter une loi protégeant vraiment la santé des ondes électromagnétiques ? A la niche !

Ce n’est pas un texte de loi, c’est un squelette. Un macchabée. Le 23 janvier, les députés se sont penchés au chevet d’une proposition de loi relative aux ondes électromagnétiques. Un an après l’enterrement d’une loi sur le même sujet, la résurrection du mort-vivant n’a pas eu lieu.
Pire, les amendements visant à renforcer le cadavre de loi ont été rejetés… et remplacés par des dispositions encore moins protectrices, notamment concernant les enfants.

Résumé du texte mort-né :
. La reconnaissance de l’électro-hypersensibilité ? Torpillée.
. La création de zones blanches pour répondre à des situations d’urgence vitale ? Dézinguée.
. La réduction des niveaux d’exposition à 0,6 puis à 0,2 v/m comme le recommande le Conseil de l’Europe depuis 2011 ? Bazardée.
. Le moratoire sur les nouvelles technologies comme la 4G, les compteurs intelligents…, en attendant des études d’impact sanitaire ? Pulvérisé.
. L’interdiction du wifi dans les lieux publics et particulièrement dans les écoles ? Carbonisée.
Etc.
Dans cette proposition de loi, il est question de « modération » d’exposition aux ondes. C’est on ne peut plus clair, net et précis. Du principe de précaution à la modération, on avance.
Pour ce qui est de la concertation et de la transparence en matière d’installations d’antennes-relais, on attendra la publication d’un décret. On y croit.
Le wifi continuera de sévir dans les lieux publics, mais on aura droit à un pictogramme nous informant de la chose. Avec la légende : « Souriez, vous êtes irradié » ?
Les enfants scolarisés seront exposés aux nécro-ondes wifi dès la maternelle, parce que l’interdire « serait un réel frein au développement du numérique dans les écoles primaires à un moment où celui-ci est une priorité du président de la République », dixit le gouvernement. Au moins, c’est clair : la croissance numérique d’abord, la santé des enfants aux calendes grecques. Dit autrement : Veuillez mettre votre casque de sécurité après avoir été assommé.
Pour les électro-sensibles, il est urgent d’attendre. Que des gens soient dans une souffrance extrême, tant pis pour eux. On verra dans un an, avec un rapport sur « l’opportunité de créer des zones à rayonnement électromagnétique limité, notamment en milieu urbain »... C’est quoi, « limité », quand on ne supporte plus des niveaux infimes d’ondes pulsées ?
Que signifie « prendre en compte l’électro-hypersensibilité en milieu professionnel » quand on ne peut plus travailler, quand on ne peut même plus aller chez le dentiste ? On testera « l’efficacité des dispositifs d’isolement ».Ah, le bonheur de vivre dans une cage en tissu blindé.
Mais de quoi se plaint-on, c’est bon pour la croissance économique, alors quoi ?
Pour le reste, les avancées sont squelettiques : des campagnes d’information, la désactivation facile du wifi, l’interdiction du wifi dans les crèches, la réglementation de la publicité, un traitement des points atypiques où« l’exposition est sensiblement supérieure à la moyenne »... Appréciez au passage l’adjectif « sensiblement » et le soin porté à la santé : on s’en remet à des moyennes constatées sur le terrain et non à des normes sanitaires. Grandiose.
Un pas en avant dans un contexte où l’on en fait cinquante en arrière. Ce n’est pas une avancée, c’est un recul, sauf à dissocier une loi du monde réel dans lequel elle s’inscrit. Et dans ce monde réel, la pollution électromagnétique s’aggrave, avec le déploiement de la 4G, des compteurs Linky, des tablettes en wifi à l’école… Que prévoit la loi sur ces nuisances grandissantes ? Rien. Et, ne disant rien, elle les consacre, elle leur donne le champ libre. In fine, c’est une régression.
« Les lobbies n’auront pas le dernier mot », s’enthousiasmait la rédactrice de cette proposition. Par rapport à une véritable loi de santé publique, ils l’ont eu. Avec, en arrière-plan, un formidable marché de dupes. C’est du grand art.
Quand je lis qu’il est possible de « faire rimer innovation et protection » sans« freiner l’innovation technologique », quand je relis la loi en discussion, je suis consterné.
Enfin quoi, on protège qui ? Des humains qui vivent terrés pour échapper à la torture des ondes ? Des enfants irradiés parce qu’il faut développer l’obésité technologique ? Des régions dévastées pour extraire les minerais de nos gadgets électroniques, sans parler des guerres financées par le commerce du coltan, des derniers gorilles menacés d’extinction, du flicage technologique généralisé, des effets cocktails dévastateurs, du gaspillage des ressources et d’énergie pour produire et faire fonctionner nos divinités numériques ? Lire ou relire Le téléphone portable, un gadget de destruction massive, de l’excellent collectif Pièces et Main d’œuvre.
Parce qu’il s’agit de cela : le développement technologique est notre nouveau dieu. Nous avons transféré le sacré à la technique devenue autonome et totalitaire, pour reprendre les mots de Jacques Ellul, ô combien prophétique et enterré à son tour, lui aussi.
La suite ? Des querelles dérisoires d’un débat à la marge, des fausses oppositions, des petites manœuvres de basse politique.
Pendant ce temps là, la pollution se répand massivement et des personnes, de plus en plus nombreuses, en souffrent à tel point que leur vie-même est en jeu. Et pour elles, le calvaire continue. Pire encore, il s’aggrave.
Combien faudra-t-il de témoignages pour que ça bouge enfin vraiment ? Combien de films, d’appels de Fribourg, de résolutions européennes, de preuves scientifiques, de professeurs Dominique Belpomme, de docteurs William J. Rea, d’écotoxicologues Magda Havas Ph.D., de biophysiciens Andrew Marino Ph.D., de Dr Roy Fox… ?
Combien de victimes ?
Source:

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog