dimanche 19 janvier 2014

Plus de 182 000 cadres chinois sanctionnés pour corruption


Le président chinois Xi Jinping, à la tête... (PHOTO LAN HONGGUANG, REUTERS/XINHUA)C'est le monde à l'envers. Tandis que que l'Europe s'engouffre peu à peu dans la dictature et la répression, la Chine elle se met à sanctionner la corruption abolit les camps de rééducation, et libère près de 160 000 prisonniers politiques. Peut être une façon de se racheter une réputation à l'étranger dans le domaine des droits de l'homme alors que parallèlement, ils sont en recul constant en Europe et aux États-Unis. Quand cette purge aura-t-elle lieu dans nos contrées? (parce qu'il a du boulot aussi...)

Le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir a annoncé vendredi avoir sanctionné plus de 182 000 de ses cadres l'an dernier, au cours de ce que les autorités décrivent comme une vaste campagne anticorruption.
Les organes chargés de combattre la corruption ont reçu en 2013 plus de 1,95 million de signalements à travers le pays, et ont enquêté sur quelque 172 500 cas, a indiqué Huang Shuxian, directeur adjoint de la puissante Commission centrale de contrôle de la discipline, le gendarme du Parti.
Finalement, 182 038 cadres ont fait l'objet de sanctions disciplinaires, lesquelles peuvent aller de l'avertissement à l'expulsion du Parti ou pire - et des peines de détention et amendes peuvent être de surcroît infligées par la justice aux membres ayant été exclus.
«Les autorités disciplinaires du Parti à tous les niveaux (...) ont soutenu l'adoption de sanctions contre tous les (membres) corrompus», a affirmé M. Huang à l'occasion d'un breffage.
Le président chinois Xi Jinping, à la tête du Parti depuis novembre 2012, avait affiché son intention de s'en prendre «aux mouches comme aux tigres», c'est-à-dire aux cadres de tous niveaux, estimant que la corruption pourrait menacer l'existence même du Parti.
Jusqu'à présent, au moins 19 responsables ayant un rang égal ou supérieur à celui de vice-ministre ont été épinglés dans ce vaste mouvement anticorruption initié par Xi, dont un vice-ministre de la Sécurité publique.
Mais les experts estiment que seules des réformes politiques en profondeur permettraient de contrer efficacement une corruption endémique, et que rien n'a encore été fait en ce sens.
Parallèlement, les autorités centrales ont imposé aux responsables politiques une cure d'austérité, bannissant les banquets, les cadeaux luxueux, ou encore restreignant les voyages à l'étranger.

Source:

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog