vendredi 28 février 2014

En garde à vue pendant huit heures pour des affiches dénonçant la politique d'Israël


Mardi 25 février, Boualem Snaoui, responsable de l’association pro-palestinienne, a été placé en garde à vue, pour avoir placardé des affichettes à caractère racial et religieux sur les affiches électorales de René Taieb, candidat Ps aux municipales à Montmagny. Collée sur le visage de l’élu, on pouvait notamment y lire le slogan : « STOP à la collaboration avec le terrorisme d’état israélien».

Le conseiller municipal, ancien délégué du Crif (conseil représentatif des institutions juives de France) 95, avait déposé plainte début février pour «dégradation de ses affiches, et incitation à la haine raciale».

Précisant qu’aucune autre affiche n’a été visée, René Taieb s’indigne :
 
«On a collé des affichettes sur mon visage qui n’ont rien à voir avec la campagne. Je suis élu depuis 20 ans à Montmagny et je n’ai jamais vu ça !»
 
C’est à l’aide des caméras du centre de surpervision urbaine de la ville que les enquêteurs ont pu identifier l’auteur de ces actes.
Boualem Snaoui raconte :
 
«Ils se sont servi des caméras de surveillance de la ville de Montmagny et m’ont suivi jusqu’à chez moi.»
 
Le militant pro-palestinien a été interpellé devant son domicile dans le cadre d’une procédure ouverte par le parquet de Pontoise pour dégradations commises en raison d’une appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion indéterminée. 
Les perquisitions de son véhicule ont permis aux policiers de découvrir de nombreuses affiches et tracts, ainsi que les fameuses affichettes dénonçant la politique de l’Etat israélien à l’égard du peuple palestinien.
Sur celles-ci, on peut lire le texte suivant :
 
«En 4 ans, l’armée israélienne a détruit 12 000 maisons palestiniennes et déraciné 200 000 oliviers (rapport B’tselem, ONG israélienne) – Quel rapport avec la sécurité d’Israël ? STOP à la collaboration avec le terrorisme d’état israélien. Pas un sou à l’occupant israélien.»
 
Alors que la mesure de garde à vue a été levée sur instruction du parquet, l’enquête se poursuit. 
Au lendemain de son arrestation.
Boualem Snaouï se défend :
 
«La liberté d’affichage est constitutive d’une liberté fondamentale. C’est une pratique enracinée dans la tradition démocratique Ce n’est pas un délit. J’appelle plutôt ça un grief infondé.»
 
De son côté, Ensemble, le parti de Boualem Snaoui, a publié un communiqué dans lequel les responsables s’insurgent contre «le détournement des missions de la police nationale à des fins politiques»

Source:

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog