samedi 8 mars 2014

Arrestation violente et injustifiée du député Laurent Louis à Mons






Le député récoltait des signatures sur la Grand-Place sans autorisation… Découvrez son arrestation en vidéo!
Alors qu’il s’affairait à récolter des signatures sur la Grand-Place de Mons pour pouvoir présenter son parti Debout Les Belges aux élections, le député a fait l’objet ce samedi en début d’après-midi d’une arrestation judiciaire sur la Grand-Place de Mons.
Motif initial de l’intervention policière ? Laurent Louis n’aurait pas eu les autorisations nécessaires pour ce faire sur la voie publique. L'un de ses militants / sympathisants a également été arrêté à la suite d'une altercation avec une policière. Celle-ci aurait été violemment poussée et s'est fracturée le coude en chutant.
"L'enquête a été confiée à la police judiciaire parce que des policiers locaux sont impliqués dans les faits", indique Christian Henry, procureur du Roi de Mons. "Nous communiquerons davantage dès que nous aurons les auditions de tous les témoins et protagonistes de l'affaire."




Voilà une explication plus poussée sur sudinfo:

Laurent Louis est entendu actuellement par la police judicia

Laurent Louis est entendu actuellement par la police judiciaire à Mons pour une altercation avec la police locale, au cours de laquelle une policière a été blessée (elle souffre d'une fracture du coude). Les militants du député d'extrême droite ont filmé une partie de la scène qui a été diffusée par dhnet.be.
Tout a commencé ce matin dans le piétonnier du centre-ville montois. "Une de nos équipes qui patrouillait dans le piétonnier est tombée sur une groupe d'une quinzaine de personnes qui distribuait des tracts et tentait de récolter des signatures", raconte le commissaire Philippe Borza, de la police locale de Mons-Quévy.
Laurent Louis récolte en ce moment des signatures pour la liste qu'il veut présenter aux élections, "Debout les Belges".
"Les policiers se sont faits connaître et ont demandé au responsable du groupe de leur montrer son autorisation. Tout événement sur la voie publique est en effet soumis à autorisation préalable", rappelle le commissaire Borza.
Evidemment, la petite troupe de Laurent Louis n'avait aucune autorisation à montrer pour la simple raison qu'ils n'en avaient pas sollicité. Les policiers leur ont donc demandé de cesser.
L'incident semble clos. Mais un peu plus tard, sur la Grand-place, Laurent Louis et son groupe aperçoivent une autre patrouille, en train d'interpeller deux individus complètement ivres. Et les hommes de Laurent Louis entreprennent de filmer la scène. Les policiers leur demandent d'arrêter, ce qu'ils refusent de faire. Les policiers demandent alors un renfort.
Et ce sont les policiers qui avaient rencontré le groupe de Laurent Louis un peu plus tôt dans le piétonnier qui arrivent en renfort sur la Grand-place. Les gens de Laurent Louis refusent toujours de se plier à leurs injonctions, et le ton monte. Au cours de la dispute, un des militants de "Debout les Belges" bouscule une policière qui chute lourdement, se fracturant le coude. Cet homme a fait l'objet d'une arrestation judiciaire.
Ce n'est pas tout: les policiers veulent alors contrôler le groupe, mais Laurent Louis (que les policiers n'ont pas reconnu) refuse de montrer ses papiers. "On a alors décidé de procéder à son contrôle. Lorsqu'une personne refuse de s'identifier spontanément, nous pouvons la retenir le temps nécessaire à son identification, jusqu'à 12 heures", explique le commissaire Borza. Laurent Louis refuse de suivre les policiers et doit être emmené manu militari.
La police a donc procédé à son arrestation administrative, mais le Parquet a décidé de son arrestation judiciaire. L'audition de Laurent Louis, du militant qui a blessé la policière, des témoins de la scène et des policiers est réalisée par la police judiciaire.


Sources:
DHNET
sudinfo

7 commentaires:

  1. Tant que personne ne t'écoute, tu peux tout dire...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La peur rend les gens sourds, aveugles et muets ;)

      Un cri dans la forêt.

      Supprimer
  2. Il n'avait pas eu d'autorisation de la ville pour faire campagne. Mais pourquoi n'a t'il pas pu obtenir cette autorisation ? Car il est mis à l'index par tous les autres politiques belges.

    RépondreSupprimer
  3. c'est dans le fief de dirupo.

    Néanmoins je ne trouve que la force soit nécessaire.
    Je n'ose imaginer si un jour je me fais serrer de la sorte.
    C'est là où la légitime défense trouve frontière.

    RépondreSupprimer
  4. Si j'ai bien lu l'article,Le parti "debout les belges "est catalogué d'extrême droite ?

    RépondreSupprimer
  5. http://jedoutedoncjecherche.wordpress.com/2014/02/17/laurent-louis-le-jcvd-du-monde-politique/

    RépondreSupprimer
  6. Je sais que les députés et les hommes politiques font souvent preuve de versatilité (exemple : les promesses du candidat F. Hollande, avant son élection). Ce qui constitue un usage tellement courant que, pour le pire, il est possible de protéger des attaques meurtrières n'importe qui s'y collant. Pour leur principe, c'est difficile de ne pas se dire que c'est pire que de parler pour ne rien dire.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog