dimanche 22 juin 2014

Les enfants de Fukushima sont en train de mourir


Un sujet pas drôle pour un dimanche de début d'été, mais qui reflète tristement la réalité.


Plus de 48 % des 375.000 jeunes – presque 200.000 enfants – testés par l'Université de Médecine de Fukushima vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd'hui d'anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes

Quelque 39 mois après les multiples explosions à Fukushima, le taux de cancers de la thyroïde chez les enfants des environs sont montés en flèche, dépassant de 40 fois la normale.

Plus de 48 % des 375.000 jeunes – presque 200.000 enfants – testés par l'Université de Médecine de Fukushima, vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd'hui d'anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes. Le taux est en voie d'accélération.

Plus de 120 cancers infantiles ont été relevés quand on ne s'attend qu'à trois seulement, déclare Joseph Mangano, directeur exécutif du Projet Radiation et Santé Publique.

L'industrie nucléaire et ses chantres continuent de nier cette tragédie sanitaire. Certains ont en fait affirmé que "pas une seule personne" n'a été affectée par la libération massive des radiations de Fukushima, qui, pour certains isotopes, a dépassé de presque 30 fois celle d'Hiroshima.


Mais l'épidémie mortelle de Fukushima concorde avec les impacts subis par les enfants après l'accident de Three Mile Island en 1979 et l'explosion de Tchernobyl en 1986, de même qu'avec les conclusions rapportées pour d'autres réacteurs commerciaux.


La probabilité que l'énergie atomique puisse causer de telles épidémies a été confirmée par la Commission Canadienne de Sécurité Nucléaire, qui dit qu'une "augmentation du risque de cancers infantiles de la thyroïde" accompagnerait une catastrophe nucléaire.


Dans l'évaluation des perspectives de la construction d'un nouveau réacteur au Canada, la Commission dit que le taux "augmenterait de 0,3 % à une distance de 12 kilomètres de l'accident. Mais cela suppose la distribution de comprimés d'iodure de potassium et une évacuation d'urgence, ce qui ne s'est produit ni à Three Mile Island, ni à Tchernobyl, ni à Fukushima.

Les chiffres ont été analysés par Mangano. Il a étudié les impacts des radiations créées par des réacteurs sur la santé humaine depuis les années 80, démarrant son travail avec un radiologue légendaire, le Dr Ernest Sternglass et le statisticien Jay Gould.

Mangano confirme que la santé globale au sein de populations sous le vent (des réacteurs) s'améliore quand on ferme les réacteurs et décline quand ils sont ouverts ou ré-ouverts.

Les enfants à proximité ne sont pas les seules victimes de Fukushima. L'un des responsables de la centrale, Masao Yoshida est mort à 58 ans d'un cancer de l’œsophage. Masao a héroïquement refusé d'abandonner Fukushima au pire moment de la crise, sauvant probablement des millions de vies. Les ouvriers du site employés par des entrepreneurs indépendants – dont de nombreux sont dominés par des syndicats du crime – sont souvent laissés sans aucune surveillance pour l'exposition aux radiations. La colère du public augmente avec les plans du gouvernement pour obliger les familles – dont certaines avec de nombreux enfants – à retourner dans la région lourdement contaminée autour de la centrale.

Suite à l'accident de 1979, les propriétaires de Three Mile Island ont nié que le réacteur avait fondu. Mais une caméra robot l'a confirmé ensuite.

L'état de Pennsylvanie a mystérieusement fait disparaître la liste d'enregistrement des cancers, puis a dit qu'il n'y avait "aucune preuve" d'un quelconque décès.

Mais un large éventail d'études indépendantes confirme les taux en élévation de mort d'enfants et d'un excès de cancers parmi la population générale. Morts en excès, mutation et taux de maladies parmi les animaux du secteur ont été confirmés par le Département d'Agriculture de Pennsylvanie et les journalistes locaux.

Dans les années 80, un juge fédéral, Sylvia Rambo, a bloqué un recours collectif de quelques 2400 habitants de Pennsylvanie sous le vent, déclarant qu'il n'y avait pas eu suffisamment de radiations libérées pour affecter quiconque. Mais 35 ans après, personne ne sait la quantité de radiations qui s'est échappée ou sa direction. Les propriétaires de Three Mile Island ont tranquillement payé des millions de dollars aux victimes sous le vent en échange de leur silence.

À Tchernobyl, le rassemblement de 5000 études a montré un nombre supérieur à 1 million de décès.

Les effets des radiations sur les jeunes sous le vent en Biélorussie et en Ukraine ont été horribles. Selon Mangano, 80 % des "enfants de Tchernobyl" nés sous le vent depuis l'accident ont été affectés par un large éventail d'impacts allant de malformations et de cancers de la thyroïde à des maladies à long terme du cœur, du système respiratoire et mentales. Les résultats signifient que seul un jeune sous le vent sur cinq peut être reconnu en bonne santé.

Les Médecins pour la Responsabilité Sociale et la branche allemande des Médecins Internationaux pour la Prévention des Guerres Nucléaires ont averti de problèmes parallèles près de Fukushima.

Le Comité Scientifique des Nations-Unies sur les effets des radiations atomiques (UNSCEAR) a récemment publié des rapports qui minimisent les impacts des catastrophes sur les humains. L'UNSCEAR est intimement lié à l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique, dont le mandat est de promouvoir l'énergie nucléaire. L'AIEA (Agence Internationale de l'Énergie Atomique) a depuis toujours l'ordre de contrôler en les bâillonnant les conclusions des Nations-Unies sur les impacts sanitaires des réacteurs. Pendant des dizaines d'années l'UNSCEAR et l'OMS ont entretenu une couverture protectrice sur la propagation des impacts sanitaires de l'industrie nucléaire. Fukushima a prouvé qu'elle n'était pas une exception.

En réponse, les Médecins pour la Responsabilité Sociale et les médecins allemands pour la prévention des guerres nucléaires ont émis une réfutation en dix points, avertissant le public sur la crédibilité compromise des Nations-Unies. La catastrophe est "en cours" disent les groupes, et doit être surveillée pendant des décennies. "Les choses auraient pu être bien pires" si les vents avaient soufflé vers Tokyo plutôt que vers le large (et vers l'Amérique).

Il existe toujours un risque pour l'irradiation de produits, et parmi les ouvriers du site dont les doses et les impacts sur la santé ne sont pas sous surveillance. Estimer la dose actuelle parmi les ouvriers et ceux sous le vent est sujet à caution et une attention spéciale doit être montrée pour les sévères impacts sur les embryons.

Les études de l'UNSCEAR sur les rayonnements ambiants sont également "trompeurs" et il doit y avoir de nouvelles études sur les effets génétiques des radiations ainsi que sur les "maladies non-cancéreuses". L'assertion des Nations-Unies disant "qu'aucun effet sanitaire discernable relié aux radiations n'est attendu parmi les membres exposés" est "cynique", disent les groupes. Ils ajoutent que les choses se sont empirées par le refus officiel de distribuer de l'iodure de potassium, qui aurait pu protéger le public des impacts thyroïdiens dus aux libérations massives d'iode-131 radioactif.

Par dessus tout, les terribles nouvelles de Fukushima ne peuvent que s'aggraver. Les radiations des trois cœurs fondus sont toujours charriées dans le Pacifique. La gestion des barres de combustible des piscines suspendues dans l'air et éparpillées autour du site reste périlleuse.

Le régime pro-nucléaire de Shinzo Abe veut rouvrir les 48 réacteurs restant. Il a fortement incité les familles qui ont fui la catastrophe à réoccuper les maisons et les villages irradiés.

Mais Three Mile Island, Tchernobyl et le fléau de mort et de maladie qui fait aujourd'hui surface près de Fukushima dit trop clairement que le coût humain de telles décisions continue de s'aggraver – avec nos enfants les premiers et les pires touchés.


Source:  Eco Watch (Harvey Wassermann) 
Traduction: BBB (Hélios)

6 commentaires:

  1. c'est pas cousteau comme j'avais dis dans un precedent commaitaire qu'il faudrait tuer 350000 personnes par jour pour rester dans un monde en equilibre vous croyez que les plus riche vont nous faire plaisir en nous laissant vivre...je crois pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop de monde sur terre, c'est l'escroquerie du nouvel ordre mondial et des eugénistes illuminati kissinger, rockefeller et consorts...
      Trop de monde sur terre c'est le mensonge que les oligarques ont trouvés pour garder leurs privilèges et leurs pouvoirs...
      Notre terre pourrait tres bien accueillir jusqu'à 13 milliards d'etres humains vivants dans de bonnes conditions et en équilibre avec la nature mais il faudrait pour cela qu'une minorité de parasites renoncent à s'accaparer de l'ensemble des ressources de la planète.

      Pourquoi croyez-vous qu'ils ne débloquent pas l'énergie libre?

      Voici une vidéo de webster Tarpley qui traite bien ce sujet sur la dépopulation :

      http://fawkes-news.hol.es/viewtopic.php?f=2&t=157

      Supprimer
    2. Tu as raison. D'ailleurs, curieusement, les plus fervents supporters de la réduction de la population sont tout à fait disposés à trucider les autres mais ne donne jamais l'exemple. Ben non, on est soit disant trop nombreux, mais c'est les autres qui doivent mourir...c'est plus confortable.

      Supprimer
  2. Voilà justement une vidéo toute fraîche qui fait écho à mes propos:

    http://www.dailymotion.com/video/x1zn1kd_un-militant-gay-veut-imposer-l-avortement-a-tous-paul-joseph-watson-vostfr_news

    RépondreSupprimer
  3. Les oligarques, éliminent la population, depuis bien longtemps , tout en raclant au passage, sur toutes sortes de maladies qu'ils vendent via la bouffe médication maffieuse ,et des lois qui portent ateintes directement a la vie privée,
    C'est ces oligarques qui représentent un pour cent du peuple, construit sur une hiérarchie pyramidale, qu'il faut pointer du doigt, c'est eux le problème .et non la surpopulation .Quand on sait qu'il se sont accaparés de toutes les ressources terrestres, difficile pour la majorité restante de vivre décemment .

    RépondreSupprimer
  4. http://fukushima-diary.com/

    Fukushima Beginning To Disintegrate - Pacific Ocean Dying - Unit 4
    https://www.youtube.com/watch?v=DD7RoXE-gMU

    Et comme d'hab le lavage de cerveau fait bien son effet quand j’entends les gens osé dire que le nucléaire est une des énergies les plus propres c'est juste désolant ..

    Déchets le cauchemar du nucléaire
    https://www.youtube.com/watch?v=x9Odwlv5uSA

    Tribuman - What a disaster
    https://www.youtube.com/watch?v=YMLtrrvaQIU

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog