jeudi 5 juin 2014

Monsieur le député, comment se fait-il que la France soutienne un régime néo-nazi en Ukraine ?


Je m'associe à cette démarche des moutons enragés et enverrais dès demain une lettre au député de ma circonscription: je vous invite à en faire de même. Fawkes
Beaucoup d’entre vous ont réagi au billet d’hier qui appelait à soutenir la population du Donbass, en Ukraine. Vous pouvez vous abonner au groupe Facebook intitulé Save Donbass People From Ukrainian Army, publier une photo de soutien sur leur page comme je l’ai fait ( en cherchant bien vous trouverez ma bobine…), ou simplement la « liker » et la partager avec vos contacts. Faire connaître la situation réelle et informer autour de soi est déjà une action significative au vu des tombereaux de propagande déversés par les médias mainstream sur le conflit Ukrainien (et je ne vous parlerai pas du reportage d’hier soir sur Arte, à vomir…)

Certains ont souhaité s’engager davantage et ont commencé à écrire des courriers à leurs députés, je plussoie fortement cette initiative. Les élus sont en effet bien souvent tout aussi désinformés que les citoyens lambda et  il est donc important de les interpeller, ne serait-ce que pour les informer de qui notre gouvernement soutien vraiment en Ukraine et de ce qui se passe réellement là-bas. Je vous propose donc ci-dessous un modèle de courrier que vous pourrez arranger à votre sauce et qui présente les événements de manière factuelle tout en recadrant l’essentiel : comment se fait-il que notre gouvernement soutienne des factions néo-nazies en Ukraine qui bombardent leur population ?
Je vous encourage donc à partager ce courrier, à vous l’approprier, à le modifier, et surtout, à interpeller les députés et à leur écrire. Vous trouverez  les coordonnées de vos élus sur le site de l’Assemblée Nationale.
A vous d’agir maintenant !
---------------------------------------
Monsieur le député,
L’Ukraine connaît actuellement une situation d’insurrection populaire de toute la partie russophone du pays qui a dégénéré en guerre civile.
Cette insurrection fait suite au coup d’état du moi de février dernier qui a vu la destitution du président élu Viktor Ianoukovitch et la constitution d’un gouvernement transitoire. La composition de ce gouvernement qui aurait dû oeuvrer à l’unité nationale a placé en réalité les habitants russophones du pays, mais également tous les démocrates qui avaient manifesté pour un changement de régime, face aux factions d’extrême droite et à la mouvance néo-nazie Ukrainienne qui s’est emparée du pouvoir.
Ainsi, le parti Svoboda, qui s’appelait à l’origine, il faut le rappeler, « Parti National Socialiste d’Ukraine » et qui fait ouvertement référence au nazisme que ce soit dans son emblème, la « Wolfsangel », ou dans les déclarations et prises de positions publiques de ses dirigeants, s’est vu attribuer six postes clefs dans le gouvernement transitoire, dont le secrétariat à la sécurité et à la défense, le ministère de la défense, ou encore l’éducation, la jeunesse et les sports. Confier de telles responsabilités à des personnalités se réclamant du nazisme ne peut que constituer un motif d’inquiétude pour la population Ukrainienne, et particulièrement la population russophone. Cela aurait dû constituer également un motif d’inquiétude pour les diplomaties Françaises et européennes.
Je suis particulièrement choqué de voir les références explicites de ce parti, par son logo que je reproduis ci-dessous, à l’emblème de la division SS « Das Reich » qui a perpétré le massacre d’Oradour sur Glane en juin 1944 ! C’est pour moi un acte de trahison et une insulte aux victimes du nazisme.
Le parlement européen a voté une résolution le 13 décembre 2012, dans laquelle il « s’inquiète de la montée du sentiment nationaliste en Ukraine, qui s’est traduit par le soutien apporté au parti «Svoboda», lequel se trouve ainsi être l’un des deux nouveaux partis à faire son entrée à la Verkhovna Rada; rappelle que les opinions racistes, antisémites et xénophobes sont contraires aux valeurs et principes fondamentaux de l’Union européenne et, par conséquent, invite les partis démocratiques siégeant à la Verkhovna Rada à ne pas s’associer avec ce parti, ni à approuver ou former de coalition avec ce dernier. »
Le centre Simon Wiesenthal a placé le parti Svoboda en 5ème position des organisations antisémites.
Les mesures prises par ce gouvernement sont sans surprise toutes allées dans le sens d’une stigmatisation de la population russophone et alimentent les pires craintes pour sa sécurité ainsi que pour les garanties des droits démocratiques élémentaires en Ukraine :
  • Abrogation du statut de la langue Russe en tant que langue régionale
  • Constitution d’une Garde Nationale composée de miliciens du groupuscule néo-nazi Praviy Sektor chargée de réprimer la contestation dans l’est du pays
  • La création d’un « bureau d’épuration de l’administration » chargé « d’éradiquer le régime bandit ».
  • Interdiction du parti communiste et exclusion de ses députés du parlement (Projet de loi 4201 du 23 février)
Le développement actuel des événements militaires confirme que le gouvernement Ukrainien en place à Kiev n’oeuvre pas pour la paix et la réunification du pays mais poursuit des buts bellicistes à l’encontre de la partie russophone de la population et de ses opposants, y compris parmi les populations de l’ouest du pays. A cet égard l’élection de M Porochenko à la présidence de la république n’a strictement rien changé, il a d’ailleurs déclaré le lundi suivant son élection : « Il y aura une forte augmentation de l’efficacité des opérations antiterroristes. Les sections et les unités doivent être mieux équipées. Elles doivent avoir un armement moderne, les meilleures munitions.»
La tragédie d’Odessa le 02 mai et le massacre sordide de plus de 40 civils innocents, dont des femmes et des enfants, dont la plupart ont été brûlés vifs à l’intérieur de la maison des syndicats, et dont certains ont été achevés par les miliciens postés à l’extérieur, sont la matérialisation tragique de cette idéologie nauséabonde à l’oeuvre au sein du gouvernement de Kiev et des milices en charge du « maintien de l’ordre » et du « nettoyage » de l’est du pays selon les propres termes des autorités.
Le 09 mai, la garde nationale a tué plus de 20 personnes dans la ville de Marioupol en donnant l’assaut à l’arme lourde contre le commissariat dont le personnel avait rallié les insurgés.
Enfin, le 02 Juin, des bombardements aériens et d’artillerie ont été mis en action à Lougansk en plein centre ville, faisant 8 victimes civiles.
Les opérations qualifiées de « nettoyage », par le pouvoir en place ont fait pour l’instant plus de 160 victimes civiles. Ces opérations militaires ont été confiées à la garde nationale composée de miliciens du groupuscule néo-nazi Praviy Sektor, l’armée régulière ayant fait défection à plusieurs reprises.
Pour que toute ambiguïté soit levée, voici l’emblème du bataillon « Azov », déployé près de la ville de Marioupol, et qui vient d’être intégré à la garde nationale :
En tant que citoyen Français, je suis profondément révolté par l’action du gouvernement Français et son soutien diplomatique et militaire à des forces néo-nazies au sein même du continent Européen.
Le ministre des affaires étrangères M Laurent Fabius ainsi que le président de la république M François Hollande se sont effectivement positionnés à plusieurs reprises et de manière très concrète comme des soutiens actifs du gouvernement de M Arseni Iatseniouk, notamment par l’envoi du navire de renseignement Dupuy de Lôme en mer Noire. Dans le cadre de l’OTAN, notre pays participe également à fournir du matériel aux milices néo-nazies et assure un soutien diplomatique aux opérations militaires.
En tant que citoyen Français, je vous demande solennellement, Monsieur le député, comment se fait-il que notre pays soutienne un gouvernement néo-nazi en Ukraine, et qui bombarde sa propre population ?
Dans l’attente de votre prise de position sur ce sujet, soyez assuré de mes sentiments les meilleurs.
N’hésitez pas à me contacter pour tout renseignement complémentaire.

2 commentaires:

  1. C"est assurément une bonne démarche à suivre. Car beaucoup ne le savant même pas qu'en Ukraine c'est un gouvernement au commende du pays. les médias mainstream n'en parlent plus. Ils préfèrent taper sur Poutine. Du coup pour rester crédible, ils doivent fermer les yeux sur les massacre qui on lieu en se moment même. Et il faux que cela se sache, et surtout que cela s'arrête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, tous les emails des députés sont disponibles en ligne, profitons en:
      http://www.nosdeputes.fr/deputes

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog