mardi 1 juillet 2014

La pollution au plastique concerne 88% de la surface des océans

Des micro-fragments de plastique polluent jusqu’à 88% de la surface des océans. Leur présence affecterait aussi la chaîne alimentaire marine, indique une étude de chercheurs espagnols publiée aux Etats-Unis.
C’est aujourd’hui une certitude : la pollution aux plastiques menace la presque-totalité de la surface des océans. « Les courants océaniques transportent des objets de plastique réduits en de très petits fragments par les radiations solaires,
et ces micro-plastiques, qui peuvent demeurer ainsi des centaines d’années, ont été détectés dans 88% des échantillons de la surface des océans lors de l’expédition Malaspina en 2010 », explique Andrés Cózar, un scientifique du Centre supérieur de la recherche scientifique (CSIC) de l’université de Cadiz en Espagne qui est le principal auteur de cette recherche intitulée « Plastic debris in the open ocean » publiée dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (voir ici) .
Cette recherche a confirmé l’existence de cinq grandes « zones de convergence»  où s’accumulent ces déchets plastique à la surface, qui correspondent aux cinq grandes circulations des eaux autour du globe (voir la carte ).

Toutefois, la surface des océans ne peut pas être la seule destination de ces micro-débris puisque, comme le suggère l’étude, une grande partie d’entre eux se retrouve probablement dans la chaîne alimentaire marine, absorbés par les animaux marins ou déposés dans les fonds océaniques. Ces petits fragments de plastique contiennent souvent des contaminants qui peuvent être avalés et digérés par les animaux marins ( voir cette infographie sur les menaces qui pèsent sur la flore et la faune marine ). De plus, l’abondance des déchets en plastique qui flottent sur les océans permet à de nombreux petits organismes de coloniser des zones auxquelles ils n’avaient pas accès auparavant, expliquent-ils. Toutefois, « le plus grand impact de cette pollution sur l’écosystème marin reste inconnu », admettent ces scientifiques.
De 7.000 à 35.000 tonnes de déchets flottants
Les principaux résidus trouvés dans ces déchets sont le polyéthylène et le polypropylène, des polymères utilisés dans la fabrication d’ objets quotidiens comme des sacs, des contenants alimentaires et de boissons, des ustensiles de cuisine ou des jouets. « La bonne nouvelle dans tout cela c’est que l’abondance de ces déchets de plastique est beaucoup moins grande qu’attendue mais le grand problème est de déterminer où vont tous les micro-plastiques qui entrent dans l’océan », relève Carlos Duarte, coordinateur de l’Expédition Malaspina Expedition.
Les chercheurs estiment que les déchets de plastique flottant sur les océans de 7.000 à 35.000 tonnes, avec une plus grande concentration dans le Pacifique Nord qui représente 33 à 35% du total. Le rejet de ces déchets dans les océans provoque des dégâts estimés, au minimum, à 13 milliards de dollars. « Ce phénomène menace la vie marine, le tourisme et la pêche », a averti l’ONU à l’ouverture de sa première Assemblée sur l’environnement le 23 juin à Nairobi.
L’expédition Malaspina, un projet conduit par le CSIC, compte plus de 400 chercheurs venant de plusieurs pays. Ces scientifiques ont récolté près de 200.000 échantillons d’eau, de plancton, de particules atmosphériques et de gaz dans 313 endroits dans les océans Indien, Pacifique et Atlantique, à différentes profondeur jusqu’à 6.000 mètres.

Source: Les echos

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog