lundi 14 juillet 2014

Le 14 juillet: une fête maçonnique



Le 14 juillet devient fête Nationale en 1880, sous la IIIème République. Après un oubli de près de 100 ans depuis la prise de la Bastille.
La République encore toute nouvelle à l’époque, se cherche des symboles. Là encore, comme souvent en cette période de notre Histoire Nationale, l'action des francs-maçons sera importante.


C'est le frère Benjamin Raspail, député de la Seine pour la gauche républicaine (fils aîné de François-Vincent Raspail, candidat malheureux à la présidence de la République en 1848, carbonaro et franc-maçon au sein de la célèbre loge parisienne Les Amis de la Vérité du Grand Orient de France), qui dépose le 21 mai 1880 la loi faisant du 14 juillet la fête nationale. Ce projet de loi, signé par 64 députés, sera adopté par l'Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle sera promulguée le 6 juillet 1880.
Mais qu'est-ce qu'on commémore au juste ? La loi a eu bien du mal à passer car nombre de députés ne souhaitaient pas commémorer la prise de la Bastille du 14 juillet 1789, épisode historique jugé trop violent.
Le frère Benjamin Raspail propose donc de commémorer... le 14 juillet 1790, jour de la Fête de la Fédération, 1er anniversaire de la prise de la Bastille.
Il faut savoir qu'à partir de la prise de la Bastille, dans tout le pays, des hommes se fédèrent pour défendre la liberté, à l'image de la Garde Nationale parisienne dirigée par le frère et Marquis de La Fayette. Une garde est donc créée par département.
C'est La Fayette qui a d'ailleurs l'idée d'une grande fête populaire regroupant l'ensemble des fédérés autour du Roi et de la Constitution.
La décision officielle est prise en juin 1790 par l'Assemblée Nationale. La fête se déroule donc en grande partie dans l'improvisation mais surtout dans une grande ferveur populaire.
Le 14 juillet 1790 ce sont 14 000 fédérés venus de province (chaque garde nationale a été chargée de choisir parmi ses membres 2 hommes sur 100), rangés par départements sous 83 bannières, qui partent de l'emplacement de la Bastille, empruntent les rues Saint-Antoine, Saint-Denis, Saint-Honoré et se rendent par le Cours-La-Reine par le pont de bateaux qui leur permet d'accéder au Champ de Mars.
 Ils sont plus de 60 000 fédérés avec ceux de Paris qui les ont rejoint.
Plus de 400 000 parisiens assistent à la Fête.
C'est le frère La Fayette qui le premier jure fidélité à la Constitution et au Roi. Louis XVI lui-même fait ensuite serment de respecter la Constitution.
Puis une grande Messe est célébrée par l'Evêque constitutionnel d'Autun, le frère Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.
Enfin le "Te Deum de la Fraternité" pour 3 voix, chœur d'homme et orchestre d'harmonie, composé et dirigé par le frère François-Joseph Gossec(membre de la Loge "La Réunion des Arts" à l'Orient de Paris) est joué devant la foule.
Pour la première fois le drapeau de la jeune République américaine est déployé hors des Etats-Unis. Une délégation menée par le frèreJohn Paul Jones (fondateur de la Marine Américaine) et par le frèreThomas Paine (qui sera plus tard élu à la Convention) se joint au cortège des fédérés. Elle comprend également James Swan, Georges Howell, Benjamin Jarvis, Samuel Blackden, Joël Barlow, William Henry Vernon. Elle arrive au Champ de Mars avec son drapeau et est acclamée par la foule des patriotes.
La Fête de la Fédération sera un grand moment d'Union Nationale (peut-être même le seul…) et de ferveur citoyenne comme notre pays en a rarement connu.
C'est pourquoi en 1880, la jeune République veut retrouver autour de ses valeurs cet élan populaire et choisit de célébrer la Fête de la Fédération. Elle a d'ailleurs fait les choses en grand. Le ministre de l'Intérieur prescrit aux préfets de veiller à ce que cette journée "soit célébrée avec autant d'éclat que le comportent les ressources locales".
Un défilé militaire est organisé sur l'hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du frère Président de la République Jules Grévy (membre de la loge La Constante Amitié du Grand Orient de France à Arras). Il s'agit de montrer le redressement de l'armée française après la défaite contre la Prusse en 1870.
Ce défilé militaire, toujours en vigueur aujourd'hui le 14 juillet, s'inspire aussi du défilé des gardes fédérés de 1790.
En 1880 on inaugure également le monument surmonté de la statue de la place de la République, et partout sont donnés concerts et feux d'artifices.
"La colonne de Juillet" qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaire de juillet 1830, les « Trois glorieuses », journées au cours desquelles Charles X fut renversé au profit de Louis-Philippe 1er « roi des français », fils de Philippe-Egalité, cousin du Roi Louis XVI et régicide qui fut également Grand-Maître du Grand Orient de France (voir plus bas).
Nous nous rappelons aussi que le 14 juillet 1789 n’aurait certainement pas eu lieu si le Roi, après avoir convoqué les Etats-Généraux, n’avait pas , le 11 juillet 1789, renvoyé son ministre le plus populaire, Necker, tenu pour responsable du désordre qui règne à paris.
La nouvelle du renvoi de Necker, dès qu’elle est connue dans la Capitale provoque une consternation générale.
On craignait – probablement à juste titre que- sans ce ministre, ce soit la banqueroute de l'état, la disette générale et peut être une dissolution de l'assemblée.
C’est au Palais Royal, cœur de l’agitation, propriété de Philippe Duc d'Orléans, cousin du Roi et Grand-Maître du GODF, où la police ne pouvait évidemment pénétrer, que des orateurs agitaient le peuple par des harangues enflammées.
Parmi eux le frère Camille Desmoulins, (initié à 16 ans à la Loge des Maitres du Grand Orient de France à l’orient d’Amiens), proche du frère Mirabeau, debout sur une table, devant le café de Foy,  appelle les Parisiens à l'insurrection "Aux armes, ... M. Necker est renvoyé: ce renvoi est le tocsin d'une St Barthélemy des patriotes ...courrons aux armes ! Prenons tous des cocardes vertes, couleur de l'espérance ...".
Le mouvement est lancé… il ne s’arrêtera plus…

Jean-Laurent Turbet

Source: jlturbet

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Tout ça pour en arriver à martyriser l'Ukraine et Gaza.
    Mais cela donne des idées à certains sur la marche à suivre,
    d'après ce que je lis sur le net :

    "Ce ne sont pas des actes de bravoure isolés comme les manifestations pour Gaza qui suffisent et qui vont faire pression, mais l’unité du Peuple tout entier pour l’application de la Loi d’Amour.

    Non. Il faut coordonner le refus de toutes les ignominies en un vaste réseau solidaire. C’est à ce prix que le Peuple Français vaincra.

    De sa victoire : il ouvre les portes à la victoire de l’Europe et du monde. Son rôle est crucial.

    C’est à lui, le Peuple de France, à montrer l’exemple de sa solidarité indéfectible devant l’adversité et le pourrissement des Valeurs qui ont fait la France et qui doivent à nouveau se révéler à tous.

    Après il sera beaucoup plus facile d’œuvrer pour la Paix mondiale, en Ukraine et à Gaza.

    Le Peuple d’Ukraine n’a pas fini de souffrir : il n’a plus rien. Qui lui viendra en aide ?

    Ne pas laisser passer l’injuste. C’est la condition pour la Paix qu’il faut sans retard rendre effective, au lieu de conciliations et autres acceptations de l’inacceptable.

    Il n’y a pas à attendre un jour de plus, mais à agir pour le Bien tout de suite ou les milliers de morts, les millions de déplacés, puis les millions de morts n’auront servi à rien qu’à servir tous ceux qui sont prêts à tout pour faire valoir leur objectif égoïste.

    Aucune loi ne fonctionne. Que celle du plus fort par chantage. La Paix ne viendra que dans l’acte de tous, d’unité et de Volonté d’appliquer la Juste Loi."

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog