vendredi 29 août 2014

Ebola en Afrique de l'Ouest : une méthode criminelle qui peut être appliquée mondialement



Je n'adhère pas vraiment à la tournure de l'article trop dramatique mais avec les psychopathes que l'on à la manoeuvre, on ne sait jamais trop à quelle sauce on voudrait nous manger. On ne sait pas encore concrètement ou cette épidémie made in USA nous mènera: le climat de suspicion et de peur est déjà en cours, le contrôle des population est probablement à venir (elle l'est déjà dans les zones épidémiques). Pour le reste, plans génocidaires ou pas, l'avenir nous le dira mais, qu'on se le dise: ils en sont capables. Apparemment, des cas d'Ebola ont été diagnostiqués au Congo et il s'agirait d'une autre souche du virus. Par ailleurs, alors que la plupart des vaccins mettent 10 ans et plus à être dévellopés, un vaccin de GSK va être testé sur des volontaires dès Septembre alors qu'ils sont très loin du compte, ça promet. La machine à dollar est lancée. Fawkes

Quand le 8 août l’OMS a déclaré l’Ebola problème d’urgence internationale, elle a obtenu le pouvoir de mobiliser l’armée et la police avec ou sans le consentement des gouvernements individuels en vertu des Règlements Sanitaires Internationaux. Ce jour-là, Stephen Morrison, directeur du Centre de Politique de Santé Mondiale du Centre d’Études stratégiques et Internationales, a déclaré qu’on pouvait s’attendre à des interventions militaires américaines et de l’ONU.



Juste deux semaines après la déclaration d’urgence, une loi martiale Ebola a commencé à être mise en œuvre à grande échelle et avec une brutalité jamais vue auparavant.

Un million de gens, ou environ 5 % de la population totale du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée ont déjà été mis en quarantaine par une méthode qui pourrait se répéter autour du monde.
De plus, l’armée britannique a annoncé qu’elle pourrait installer deshôpitaux de campagne et le Pentagone a dit réfléchir pour envoyer dupersonnel militaire américain en Afrique de l’ouest en préparation d’une campagne de vaccination de masse avec des vaccins Ebola expérimentaux.



Les gigantesques zones de quarantaine, qui s’accompagnent de famine et de mort, comme les médias dominants, peuvent ne pas se limiter à l’Afrique de l’ouest. Elles pourraient bientôt se répandre tout autour du monde aussi vite que le matraquage médiatique de l’Ebola et la peur dans les hôpitaux.

Aux USA, le CDC a rapporté 68 cas  de crainte d’Ebola ; en Irlande, un homme de Donegal a été suspecté d’Ebola ; en Allemagne, 600 personnes ont été mises en quarantaine dans un centre pour l’emploi de Berlin ; en Grande-Bretagne, un commissariat de police d’Exeter a fermé sa prison ; et en Autriche deux nigériens ont été mis en quarantaine.





Il est nécessaire de s’inquiéter de ce qui se passe en Afrique de l’ouest – pas seulement parce que c’est un crime scandaleux en soi, mais aussi parce que nous commençons à voir la méthode que le Pentagone et l’OMS ont l’intention d’utiliser dans d’autres parties du monde et il faut nous y préparer.
Très important, les gens des zones de quarantaine d’Afrique de l’ouest sont condamnés à la famine et à la mort après avoir été classés comme menace biologique pour la société sur la base d’une pseudo-science frauduleuse, si grotesque qu’elle est difficile à comprendre pour un esprit normal.
Le danger réel d’une épidémie d’Ebola est faible. L’Ebola est de toutes façons une arme de guerre américaine.

L’Ebola ne peut se transmettre que par des sécrétions corporelles comme le sang, le vomi ou les excréments. Pas de transmission par l’air, sauf dans des conditions de laboratoire comme l’a même admis l’OMS dans un email qu’elle m’a envoyé en avril.
Jonas Schmidt-Chanasit, le directeur de diagnostic des virus de l’Institut Bernhard Nocht de Médecine Tropicale de Hambourg, a catégoriquement exclus une infection par voie aérienne comme c’est le cas pour la grippe.


“Si l’Ebola était aussi facilement transmissible que le prétendent l’OMS et le CDC, le nombre de victimes en Afrique de l’ouest cinq mois après son démarrage ne serait pas de 1400 morts officielles mais de beaucoup plus, surtout du fait que l’Ebola a touché des villes de millions d’habitants”, souligne-t-il.
Pourtant la fausse assertion que l’Ebola est transmissible est répétée par les médias dominants et par beaucoup de médias alternatifs. Et bien sûr, elle est encouragée par l’OMS et le CDC qui utilisent des kits de diagnostic frauduleux et des autopsies d’Ebola verbales, même s’ils admettent qu’ils ne sont pas garantis ou efficaces tout comme ils admettent l’usage d’un lancement en urgence de vaccins non fiables.

L’alliance contre nature d’une pseudo-science et de la force militaire pourrait être appliquée pour tuer potentiellement des milliards de gens.
Dans d’autres rapports, j’ai étudié cette pseudo-science et j’aimerais porter à l’attention la méthode employée par l’OMS pour justifier la création de zones de quarantaine gigantesques bouclées par l’armée.
Des preuves mettent l’accent sur une approche monstrueusement efficace et qu’on peut décomposer selon les étapes suivantes :

1) Faire un faux diagnostic d’Ebola et/ou injecter aux gens un virus Ebola militarisé (par exemple, aux gens illettrés dans les refuges pour sans abris ou des patients dans un hôpital à double fonction et dans un laboratoire d’armes biologiques comme à Kenema)
2) Les infecter avec l’Ebola
3 Les tuer, médiatiser leur mort, enfler les chiffres officiels à l’aide des autopsies verbales et d’autres instruments et répandre la panique
4) Prendre les corps des gens contaminés, les déverser dans les rues ou les utiliser pour contaminer les rivières et les réservoirs d’eau
5) Démarrer une “recherche de contact” d’autres victimes pour leur injecter l’Ebola
6) Quand le matraquage médiatique est suffisamment important, mettre en quarantaine des villes, régions et finalement des pays entiers.

Une fois sous quarantaine, on peut donner aux gens emprisonnés de la nourriture génétiquement modifiée Monsanto pour répandre la maladie et/ou des vaccins expérimentaux contre l’Ebola, résultant en d’énormes victimes qui peuvent être contrôlées et l’OMS veut des morts qui peuvent être contrôlées.

Ces décès massifs des zones de quarantaine peuvent servir à justifier d’autres plus grosses quarantaines sous prétexte de protéger les gens d’un virus muté facilement transmissible.
Cette méthode peut être répétée en Europe, en Amérique du nord, en Australie, en Chine jusqu’à ce que la totalité de la population mondiale soit virtuellement éliminée.
La monstruosité de ce qui se passe est difficile à comprendre. L’énormité est difficile à transmettre. Pourtant nous le voyons se passer en pratique.

Au Liberia – sous autorité d’un gouvernement dirigé par une ancienne employée de la Banque Mondiale et de Citibank, Ellen Johnson Sirleaf – la police et l’armée agissent de concert avec les gouvernements et les corporations pour s’assurer que le peuple “coopère avec les équipes médicales”.
L’armée du Liberia a déjà pris des mesures drastiques. On a ordonné aux soldats des frontières de tirer sur les gens essayant de s’enfuir dans les pays voisins, préparant le terrain pour que le Liberia tout entier soit bouclé et transformé en un gigantesque camp de concentration.
Le 20 août, 70.000 personnes de Monrovia ont été mises sous quarantaine sans avertissement, ni possibilité de stocker de la nourriture et de l’eau.


La réaction naturelle à cette suppression a été une émeute. Ce qui a servi de prétexte pour user d’une force brutale et inhumaine. L’armée a utilisé du gaz lacrymogène et a tiré à balles réelles, blessant au moins quatre personnes.

Policiers et soldats – qui ne portaient aucun masque, montrant quelle farce est toute cette quarantaine – ont escorté la famille de l’homme politique local.
Les gens piégés sous quarantaine sont présentés par les médias comme déraisonnables quand ils protestent sur la manière dont leur quartier a été transformé en camp de concentration où on leur tire dessus s’ils tentent de partir et de mourir de faim s’ils restent.
Aujourd’hui, on a pu lire que du riz et de l’eau ont été fournis par le biais du Programme Alimentaire Mondial de l’ONU .

Bizarrement, les médias rapportent que les travailleurs humanitaires font signer les gens en leur faisant tremper le doigt dans de l’encre pour obtenir leurs rations alimentaires.
Avez-vous déjà entendu parler de gens qui signent pour obtenir des rations dans des zones de famine. Moi non.
Serait-il possible que les gens signent en fait non pour leurs rations, mais pour une formule de consentement demandée par l’OMS pour des vaccins expérimentaux, qu’on peut maintenant donner dans la nourriture grâce à la nouvelle technologie végétale de Monsanto ?
Mathias Schnell pense que son vaccin combiné rage et Ebola pourrait être administré AVANT une épidémie.

“Schnell pense que le vaccin combinant rage/Ebola sur lequel travaille son équipe aurait les meilleures chances s’il était diffusé avant une épidémie”, dit le compte-rendu.
Notez le mot “Avant” ! Ce qui implique que les vaccins créeront l’épidémie.
Ce qu’il faut retenir est que nous ne savons pas ce qui arrive avec ces vaccins. Ils pourraient contenir de la biologie synthétique, des nanobots, la peste.
Le scénario est en place pour une mort en masse des zones de quarantaine d’Afrique de l’ouest et une utilisation des morts comme prétexte pour instituer d’autres quarantaines, d’autres programmes de vaccination, encore plus de tyrannie.
Les propres documents de l’OMS admettent que le but est de vacciner 6,7 milliards de gens et nous assistons à l’usage de l’armée et de la police pour réaliser cet objectif.

Lien connexe: 


Promouvoir un remède contre l'Ebola sur internet est interdit par la FDA



Source: Case about Flu (traduction Helios / BBB)


4 commentaires:

  1. Les gens sont encore surpris par ce qui se passe décidément ! Quand comprendront-ils qu'ils sont dirigés par des menteurs, des machiavéliques et des meurtriers de masse ? Ah oui, j'oubliais c'est trop difficile à admettre. Personnellement je le dis, je ne fais confiance à personne et surtout pas à ces organisations internationales gangrenées par les lobbys. Il fallait qu'ils trouvent un moyen de préparer les gens à la loi martiale et ils l'ont trouvé ! Du moins ils testent une méthode. Ils connaissent la peur de certains pour les épidémies. J'ai même un ami qui panique à mort avec cette affaire d'Ebola et qui est choqué par mon calme. Je lui ai dit que le paludisme selon les chiffres officiels tuaient plus de un million de personnes chaque année et les moustiques vecteurs de cette maladie sont partout ? Alors je dois faire quoi m'enfermer ou me barricader pour ne pas être touché par cette maladie ? Et puis le tapage autour des épidémies en on a vu avec la grippe aviaire, le SRAS et la grippe porcine ! Donc une propagande de plus ou une de moins ! On me traite d'irresponsable ? Ah bon ? Rien à cirer ! Je compte analyser cette propagande avec calme et cynisme. Quant à se laver les mains tout le temps, ne pas faire d'accolade et autres (mesures préventives dans certains pays), je le fais tout le temps alors rien ne changera !

    RépondreSupprimer
  2. Si j'ai bien compris,ebola se transmet de la même façon que le sida(années 80) qui je le rappelle devait tuer des millions de gens...
    Curieusement on ne sait pas exactement quel véhicule utilise le virus pour contaminer l'homme.
    Et curieusement comme pour le sida on soupçonne les chauves-souris et les singes...
    Cette histoire pue,elle pue la spoliation de terres,celle des africains.Car sous prétexte de soigner des gens on leur administrera un vaccin qui les tuera plus sûrement.Ils sauveront un enfant ou une femme enceinte et en feront un grand tapage médiatique mais ils passeront sous silence les centaines de milliers de morts qu'ils auront provoqués par les vaccins,la quarantaine(manque de nourriture,manque d'eau,maladie,loi martiale...).
    Dans le meilleur des cas ils s'en mettront plein les poches,en jouant avec la vie des innocents.Que Dieu les maudisse!
    Je suis bête...c'est déjà fait.
    Il n'y a rien de bon à attendre de la part de ces gens,politiciens,scientifiques,militaires,police car même s'ils ne sont pas tous mauvais,la voix des des bons est noyé dans le tapage ambiant.
    On est vraiment mal barrés,un faux califat,une fausse guerre en ukraine,une fausse épidémie...mais toujours des vrais morts.

    RépondreSupprimer
  3. "Mathias Schnell pense que son vaccin combiné rage et Ebola pourrait être administré AVANT une épidémie."

    Evidemment. Un vaccin ne guérit jamais une maladie, il la prévient.

    Celui qui a écrit l'article est visiblement complètement fou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous, vous cherchez des poux là ou il n'y a pas lieu d'être. L'auteur est une journaliste d'investigation qui a démasqué l'OMS comme étant des gros menteurs pathologiques lors de l'épidémie H1N1. Et elle ne prétend pas que le vaccin guérit la maladie.

      Il y a deux stratégies de vaccination: soit le faire préventivement en l’absence de toute épidémie (c'est le cas typiquement pour le DTP en France) soit le faire dans une zone ou il y a déjà un foyer infectieux, ou une vrai épidémie. L'inventeur dit simplement que son vaccin "aurait les meilleures chances s’il était diffusé avant une épidémie”. Oui et non.

      Dans la mesure ou Ebola était jusque là une maladie tout à fait anecdotique en terme du nombre de cas (quelque chose comme 1500 en 40 ans), prétendre qu'une vaccination préventive est préférable est une escroquerie totale. Ebola a toujours été contrôlé facilement et rapidement sans vaccin. Cette fois c'est différent car il y avait une volonté de propagation et surtout une souche plus virulente (sortie de nulle part...là aussi gros mensonge).

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog