jeudi 21 août 2014

Kiev essaye de taire la vérité + accord de non divulgation sur l'enquête du crash MH17


Par La Voix de la Russie | L’espace informationnel est en train d’être nettoyé en Ukraine. Après avoir interdit la diffusion des chaînes de télévision russes sur le territoire ukrainien Kiev s’en prend à Internet et aux réseaux sociaux. Dans cet Etat européen moderne qui se positionne en Etat démocratique et civilisé, la liberté d’information est bafouée et ceux qui ont des opinions qui divergent de l’idéologie officielle du régime, persécutés.

Les personnes qui contribuent à diffuser des émissions télé russe en Ukraine sont déclarées hors la loi. Dès le mois de mars dernier Kiev a interdit la retransmission d’un nombre de chaînes de télévision russes sur le territoire ukrainien. Il y a eu d’autres interdits par la suite. En tout quatorze chaines de télévision sont aujourd’hui frappées d’interdiction. Et lorsque certains Ukrainiens qui voulaient avoir des informations provenant des sources autres que celles contrôlées par Kiev, ont préféré payer l’accès par câble aux chaînes de télévision russes, ils se sont retrouvés hors la loi et encourent une responsabilité pénale. Le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsen Avakov a ordonné d’identifier les opérateurs qui continuent à retransmettre des émissions télé russes. Il est par ailleurs prévu de contrôler ce que les gens regardent dans les écoles, hôtels, clubs de vacances… Il est certes plus difficile d’avoir l’accès aux télés des personnes privées mais Kiev a déjà mis en pratique le système de dénonciations. Dans les villes à l’est du pays contrôlées par les forces gouvernementales les autorités ont ainsi installé des urnes où l’on peut mettre une lettre anonyme informant des sympathies d’un tel ou d’un tel envers les séparatistes. Les mêmes urnes pourraient très bien être utilisées contre ceux qui regardent les chaînes de télévision interdites par Kiev.
L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a essayé de condamner cette censure flagrante en Ukraine. Les protestations des défenseurs européens des droits de l’homme étaient cependant si faibles que Kiev, au lieu d’abandonner les persécutions des chaînes de télévision russes, envisage de restreindre l’accès aux ressources Internet russes et à certains comptes sur les réseaux sociaux. Les commentaires des bloggeurs empêchent aux autorités de laver les cerveaux des Ukrainiens, dit Sergueï Jelezniak du comité parlementaire de la politique d’information et des technologies de communication de la Douma d’Etat.
« Kiev a peur de la vérité quelle que soit la forme de celle-ci ce qui se répercute aussi bien sur les journalistes des médias indépendants qui ne sont pas admis sur le territoire ukrainien, qu’on fait chanter, qu’on kidnappe, qu’on torture, qu’on tue. Cela concerne également les experts et les personnes exprimant les opinions qui ne sont pas approuvées par le régime nationaliste radical actuellement en place en Ukraine. On constate que cela concerne déjà les bloggeurs dont les commentaires seront déclarés non-conformes à l’idéologie officielle par les policiers de quartier ».
L’Ukraine compte utiliser des équipements soviétique de l’époque de la guerre froide pour bloquer des signaux radio et télé. Quant à ceux qui postent sur Internet des images de ce qui se passe au sud-est de l’Ukraine, Kiev emploie déjà la force brute à leur égard. Tout comme à l’égard des journalistes russes sur lesquels la saison de chasse est ouverte en Ukraine.


MH17 : LES RAISONS DU CRASH DU BOEING 777 CLASSÉES SECRET DÉFENSE !


Eh bien, eh bien, voilà que, tout à coup, les raisons du crash du Boeing 777 sont classées secret défense !
Débris du vol MH17
Débris du vol MH17
La Hollande, La Belgique, L’Australie et l’Ukraine ont signé, il y a 10 jours, un « Accord de Non-Divulgation », qui interdit à ces pays de divulguer les résultats de l’enquête concernant le MH17 et leur donne un droit de veto les uns sur les autres. On ne sait pas trop encore ce qu’il en est de la Malaisie. Elle a d’abord « catégoriquement refusé de signer », puis elle l’a peut-être fait discrètement. Cela n’a pas été confirmé par Kuala Lumpur.
L’accord signé le 8 août stipule que les progrès et les résultats de l’enquête sur le terrible accident survenu au Boeing 777 malaisien seront gardés secrets.
Selon le correspondant de [l’Agence de presse] Unian, à un briefing à Kiev, le 10 août, le porte-parole du Procureur Général, Yuri Boychenko, a déclaré que l’enquête se poursuivait et que ses résultats ne seraient publiés que lorsqu’elle serait tout à fait terminée, et seulement si tous les signataires étaient d’accord.
Chaque signataire peut exercer son droit de veto, sans avoir à le justifier.
C’est seulement après avoir signé cet accord que le Conseil suprême d’Ukraine (Verkhovna Rada) a donné l’autorisation à des enquêteurs malaisiens d’aller inspecter le site du crash de l’avion de ligne de la Malaysian airlines dans la région de Donetsk.
Selon des experts internationaux, l’enquête sur le crash du Boeing 777 malaisien pourrait prendre plusieurs semaines.
La seconde étape de recherche des corps des victimes sera discutée la semaine prochaine.
Tout cela signifie que les résultats de l’enquête sont classifiés et que nous ne saurons jamais ce qui s’est vraiment passé (nous avons déjà connu cela), ou alors nous ne le saurons que dans quelques années, lorsque les causes politiques du désastre n’auront plus d’importance.
C’est bien simple, les résultats intermédiaires de l’enquête prouvaient sans conteste l’innocence de la Russie et/ou de la République populaire de Donetsk dans la mort des passagers de l’avion malaisien, et cela ne plaît pas du tout aux pays signataires. Je ne fais bien sûr pas référence aux citoyens ordinaires ni aux parents des victimes, mais aux élites dirigeantes de ces pays.
PS. Aux dernières nouvelles, la Malaisie aurait finalement refusé de signer l’accord.
Mark Sleboda
Traduit par Dominique Muselet pour vineyardsaker.fr
Source : unian.net
Traduction: vineyardsaker

2 commentaires:

  1. Et voila, comme il fallait s'y attendre les raisons et les circonstances du crash du MH17 en ukraine sont classées secret défense.
    On ne saura jamais le fin mot de l'histoire. Normal...

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/08/22/mh17-les-raisons-du-crash-du-boeing-777-classees-secret-defense/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci je l'ajoute en MAJ.
      NSNBC confirme en commentaire de cet article que le tout est classifié:

      http://nsnbc.me/2014/08/14/serious-conflicts-of-interest-in-mh17-investigation-led-by-dutch-safety-board/

      Bel aveu de culpabilité...

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog