mercredi 6 août 2014

Revue de presse Ukraine (MAJ: le vol MH-17 descendu par un avion et non un missile)


Ukraine: les bombes au phosphore visaient la population civile


Beaucoup d'articles intéressants de Ria Novosti ce Mercredi:


(MAJ): 

MH17: un missile et un tir de canon seraient à l'origine du crash (médias)

(voir également l'analyse d'une photo du cockpit en HD par un expert en aviation)


Le Boeing malaisien, qui s'est écrasé en juillet en Ukraine, aurait été abattu par un missile air-air et un obus de 30 mm d'un avion d'attaque Su-25, rapporte mercredi le journal malaisien New Straits Times se référant à des experts.
"Plusieurs photos des lieux du crash montrent des éclats ressemblant à ceux d'une arme téléguidée et sur d'autres photos on voit des traces d'un tir plus précis, d'un tir de canon. Nous sommes en train de l'analyser", a indiqué un expert au journal malaisien.

Selon les experts, cette hypothèse explique la nature des dégâts causés au Boeing 777, notamment la présence de trous ronds qui seraient le résultat d'un tir de canon, et de trous déchirés par un missile.
Les experts cités par le journal estiment qu'un missile air-air à tête chercheuse thermique doté d'une ogive de 3 kg a frappé les moteurs de l'avion de ligne. 
Si l'avion avait été frappé par un missile sol-air Bouk, il aurait été complètement détruit et l'agresseur n'aurait pas eu besoin d'utiliser un canon de 30 mm.
Le Boeing volait à 10.600 m d'altitude alors que l'avion d'attaque Su-25 a un plafond pratique de 7.600 m. Selon les experts, le pilote du Su-25 aurait dû le pousser "au maximum de ses performances, mais c'est tout à fait possible".
Le général Andreï Kartapolov, chef du commandement opérationnel de l'Etat-major général des Forces armées russes, a antérieurement annoncé qu'un avion de combat ukrainien, probablement un Su-25, volait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s'est écrasé plus tard. Il a rappelé que le Su-25 est capable de détruire des cibles aériennes à une distance de 5 km.
D'après les médias, les données des boites noires du Boeing 777 ne contredisent pas l'hypothèse selon laquelle l'avion a été endommagé par un missile air-air.
Un Boeing 777 de Malaysia Airlines effectuant le vol MH17 Amsterdam-Kuala-Lumpur avec 298 personnes à bord s'est écrasé le 17 juillet dans la région ukrainienne de Donetsk (est) sans laisser de survivants. L'appareil est tombé dans une zone d'affrontements entre l'armée ukrainienne et les forces d'autodéfense populaire. Les autorités de Kiev accusent les insurgés d'être à l'origine du crash, mais ces derniers déclarent ne pas disposer de systèmes capables d'abattre un avion volant à 10.050 m d'altitude.


A Venise, un procès contre Obama et Porochenko


La Russie et l'Iran ont signé un protocole d'entente prévoyant un élargissement important de leur coopération économique, a annoncé hier le ministère russe de l'Energie, écrit mercredi 6 août le quotidien Kommersant. Cela confirme la préparation d'une transaction d'envergure entre Moscou et Téhéran: la Russie achèterait le pétrole iranien et fournirait en échange à l'Iran des voitures, des équipements, des métaux, des céréales et des services. Selon les sources du gouvernement russe, les USA ont tenté de faire échouer ces accords. Parallèlement à l'assouplissement des sanctions internationales contre Téhéran, les compagnies russes ne sont pas les seules à s'activer – leurs concurrents, y compris occidentaux, travaillent également dans ce sens.

"Ce mémorandum implique l'élargissement de la coopération commerciale et économique dans les domaines de la construction et reconstruction des capacités de production, du développement de l'infrastructure électrique, dans le secteur pétrolier et gazier, ainsi que pour la fourniture de voitures, d'équipements et de produits de grande consommation", explique le ministère de l'Energie. Ce dernier précise que les contrats seront évoqués concrètement les 9 et 10 septembre à Téhéran lors de la réunion de la commission intergouvernementale russo-iranienne.
Comme l'a expliqué l'ambassadeur de Russie à Téhéran Levan Jagarian, l'Iran pourrait exporter en Russie du pétrole brut mais aussi des produits pétrochimiques, du ciment, des tapis et des fruits et légumes traités. L'argent récolté par l'Iran servira à acheter en Russie des produits et des services. Selon l'ambassadeur d'Iran à Moscou Mehdi Sanai, Téhéran souhaiterait acheter des installations mécaniques, des rails, des camions lourds, des métaux et des céréales russes.
Selon des sources du gouvernement russe, les Etats-Unis ont tenté de mettre en échec cette transaction en menaçant les compagnies russes et iraniennes d'adopter des sanctions. La Maison blanche insiste sur le fait que l'activation de la coopération russo-iranienne va à l'encontre de toutes les sanctions anti-iraniennes et des accords intermédiaires sur le problème nucléaire iranien (les sanctions américaines ont été assouplies mais pas levées). L'administration Obama craint que les recettes récoltées grâce aux transactions avec Moscou réduise l'intérêt de Téhéran de parvenir à un compromis à long terme sur son programme nucléaire.
Selon les experts, la signature du protocole russo-iranien a lieu aujourd'hui à cause de la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident.
D'autre part, la course pour le marché iranien prend de l'ampleur et c'est une autre cause de la réalisation rapide des plans entre Moscou et Téhéran, d'après les experts. Le processus de levée des sanctions contre l'Iran a été lancé fin 2013 et des délégations d'affaires chinoises, britanniques, allemandes, françaises, italiennes, autrichiennes ou encore suédoises se sont déjà rendues à Téhéran. Reuters et le Wall Street Journal ont récemment rapporté, se référant aux sources de l'industrie allemande, que les entreprises allemandes pourraient réorienter leurs investissements dans l'économie russe vers l'Iran en raison de la situation en Ukraine et des sanctions antirusses adoptées par les USA et l'UE. Selon les prévisions de la Chambre allemande de commerce et d'industrie, après l'assouplissement plus poussé des sanctions contre Téhéran, les exportations annuelles allemandes en Iran atteindront 10 milliards d'euros (1,85 milliard d'euros en 2013). "Dès que les sanctions contre l'Iran seront levées, le marché explosera", a déclaré Stephanie Spinner-König de la société allemande Spinner GmbH, qui fabrique des composants pour les équipements high-tech. 

Etats-Unis: les médias sous contrôle du Département d'Etat (député russe)

(par ailleurs, Jen Psaki, la porte parole de la bêtise humai...heu de la maison blanche a indiqué que les Etats-Unis sont préoccupés par la tenue d'exercices aux frontières de l'Ukraine et qu'ils considèrent cela comme une provocation. Vaste blague vu que l'exercice était prévu de longue date, que les exercices de l'OTAN ont bien été maintenu aussi et surtout que ces exercices se déroulent en fait à plus de 700km á l'Est de la frontière ukrainienne. Cette pauvre porte parole raconte décidément n'importe quoi, le ministre de la défense russe lui a taillé un costard et il a bien fait. Quand la propagande et les mensonges se melent à l'incompétence, le résultat fait peur à voir.)


Les médias américains sont contrôlés par le Département d'Etat, pas un seul journaliste US n'ayant cherché à rencontrer des militaires ukrainiens qui ont déserté en Russie, a estimé mercredi le président de la commission des Affaires internationales de la Douma Alexeï Pouchkov.
"Les médias américains sont morts - dorénavant, ce sont des sections du Département d'Etat américain. Pas un seul journaliste US ne s'est rendu dans la région de Rostov (sud de la Russie) pour rencontrer les militaires ukrainiens qui ont déserté en Russie", a écrit  le parlementaire sur Tweeter.
Auparavant, la vice-directrice du service de presse de la diplomatie russe Maria Zakharova a annoncé que les journalistes des principaux médias américains avaient repoussé l'invitation du ministère russe de la Défense et du ministère russe des Affaires étrangères à visiter la région de Rostov afin de rencontrer des militaires ukrainiens qui ont demandé l'asile en Russie.
Selon la responsable, les journalistes ne sont pas venus en invoquant "différentes raisons techniques". Parmi eux se trouvaient des journalistes de la CNN, du New York Times, du Washington Post et du Christian Science Monitor.
Un correspondant de l'agence Reuters avait d'abord accepté, mais a changé d'avis à mi-chemin, une fois parti vers l'aéroport.
Dans la nuit de dimanche à lundi, 438 militaires ukrainiens ont demandé l'asile aux gardes-frontières russes. Un couloir humanitaire a été ouvert pour laisser les militaires entrer sur le territoire de la Russie. Parmi les militaires figurent 164 gardes-frontières ukrainiens.

Ukraine: des combattants étrangers participent à l'opération (armée)


Les représentants des structures de force ukrainiennes ont officiellement reconnu que des étrangers, notamment des Italiens, des Géorgiens, des Biélorusses et même des Russes, prenaient part à l'opération spéciale menée par l'armée ukrainienne dans l'est du pays.  
"Des armes étrangères, c'est faux, on ne s'en sert pas. Quant aux représentants d'autres pays qui prennent part à l'opération antiterroriste, ça a été annoncé à plusieurs reprises. Il s'agit de citoyens italiens, géorgiens, biélorusses et même russes. Quant à l'équipement de combat, aux chars at aux autres armes étrangères, l'armée ukrainienne n'en possède pas", a annoncé mercredi à RIA Novosti Alexeï Dmitrachkovsky, porte-parole de l'opération.  
Auparavant, la diplomatie ukrainienne et le service de renseignement du pays avaient annoncé qu'aucun étranger n'était engagé dans l'opération spéciale lancée en avril dans l'est de l'Ukraine.   
Toujours selon Dmitrachkovsky, les étrangers ont livré à l'armée des caméras thermiques et des dispositifs optiques.  
Les insurgés tenant tête aux forces de Kiev ont plus tôt annoncé que les mercenaires luttant aux côtés des troupes régulières étaient appuyés d'armements étrangers. 
Les autorités de Kiev mènent depuis le 15 avril une opération militaire d'envergure visant à réprimer la révolte qui a éclaté dans le sud-est de l'Ukraine suite au renversement du régime du président Ianoukovitch le 22 février dernier.  
Les hostilités ont déjà fait plus d'un millier de morts parmi les civils et entraîné d'importantes destructions. La Russie qualifie cette opération de punitive et appelle les dirigeants ukrainiens à y mettre fin.

Ukraine: les bombes au phosphore visaient la population civile 

( Kiev utilise également de l'huile incendiaire H17 dans certaines bombes qui brulent les victimes jusqu'aux viscères. Une arme encore pire que le phosphore blanc).


Les bombes au phosphore tirées dans l'est de l'Ukraine visaient la population civile, aucun site militaire ne se trouvant dans cette région, a annoncé mercredi aux journalistes le porte-parole du Comité d'enquête de Russie, le général Vladimir Markine.
"Le Comité d'enquête a obtenu des preuves irréfutables de l'usage de cette arme (interdite dont la composition est similaire à celle des bombes au phosphore, ndlr) par les forces armées ukrainiennes, les bombes ne visant que la population civile, car aucun site militaire ne se trouvait dans la zone des bombardements", a indiqué le général.
Auparavant, des experts russes et des membres des forces d'autodéfense populaire de Donetsk et de Lougansk ont dénoncé l'utilisation par l'armée ukrainienne de bombes au phosphore blanc et à sous-munitions interdites par les conventions internationales.

Source:Ria Novosti

3 commentaires:

  1. MH17: un missile et un tir de canon seraient à l'origine du crash (médias)

    http://fr.ria.ru/world/20140806/202058801.html

    RépondreSupprimer
  2. A signaler également une analyse de la part d’un pilote et journaliste Allemand, Peter Haisenko.Il déduit de ce qu’il a pu voir des images du Crash que l’avion MH17 aurait pu être en fait visé dans la cabine au canon de 30 mm, dont les Su-25 de l’armée Ukrainienne sont équipés. Ils disposent d’une rafale de 250 balles antichar, dont la trace serait compatible avec ce qu’il a relevé sur les photos.Je ne sais honnêtement pas quel crédit apporter à cette analyse, et j’ai quand même quelques doutes, car si il est vrai que un SU-25 peut monter à 10000 m et en fait même bien plus haut, ce n’est pas un avion pressurisé, ce qui signifie que le pilote doit obligatoirement porter un masque à oxygène pour atteindre cette altitude, et ne pourrait y rester que peu de temps (en plus du fait que le SU-25 volerait beaucoup plus lentement).En tout cas, il apparaît très clairement que Kiev souhaite faire le ménage avant de laisser quiconque s’approcher du site du crash, au point que même le gouvernement Néerlandais a fait savoir son agacement à l’Ukraine de ne pouvoir accéder au site à cause des combats qui continuent à faire rage à proximité du site, et contrairement à l’engagement de cessez-le feu pris autour du site.

    RépondreSupprimer
  3. hs
    http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203688010669-piratage-informatique-des-hackers-russes-ont-vole-12-milliard-de-mots-de-passe-1030830.php


    etrange cette info ....intox propagande anti russe ???

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog