mercredi 3 septembre 2014

La Russie négocie un plan de paix Vs l'OTAN veut armer l'Ukraine et amène des navires de guerre en mer noire



Plusieurs articles qui nous mènent tous à la même conclusion: l'OTAN fait tout pour envenimer la situation et ce qui est en jeu n'est pas uniquement la situation en Ukraine. Fawkes


Quatre navires de l'OTAN entreront dans la mer Noire avant le 7 septembre


Par La Voix de la Russie | Le destroyer américain Ross, l'aviso français Commandant Birot, la frégate canadienne Toronto et la frégate espagnole Almirante Juan de Borbon entreront dans la mer Noire avant le 7 septembre, a communiqué mercredi une source militaro-diplomatique.

L'USS Ross et le Commandant Birot franchiront les détroits de la mer Noire aujourd'hui 3 septembre, a précisé la source. « Les frégates espagnole et canadienne doivent entrer en mer Noire le 6 septembre », a-t-elle ajouté.
Le navire français collecteur de renseignements Dupuy-de-Lôme déployé actuellement en mer Noire quittera ses eaux le 5 septembre.

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_09_03/Quatre-navires-de-lOTAN-entreront-dans-la-mer-Noire-avant-le-7-septembre-3041/

L'Ukraine construira un mur à la frontière avec la Russie  (Kolomoiski voudrait tenez vous bien:  un mur d'acier électrifié avec aux alentours du mur un fossé profond et ample avec des mines à l'intérieur) 


L'Ukraine lance la construction d'un mur à la frontière avec la Russie, a annoncé mercredi à Kiev le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk.
"Nous lançons un projet baptisé Mur. Il s'agit de construire une barrière réelle à la frontière d'Etat entre l'Ukraine et la Fédération de Russie", a indiqué M.Iatseniouk lors d'une réunion du gouvernement.
Le gouvernement ukrainien a ensuite précisé sur son site que le mur serait construit à la frontière en six mois.

L'Ukraine veut adhérer à l'Otan


L'Ukraine a annoncé vendredi son intention de relancer le processus d'adhésion de l'Otan, suspendu par Viktor Ianoukovitch en 2010. Kiev entend ainsi répondre à l'"agression" russe.
"Le gouvernement soumet au Parlement un projet de loi visant à annuler le statut hors bloc de l'Ukraine et revenir sur la voie de l'adhésion à l'Otan", a annoncé le Premier ministre Arseni Iatseniouk lors du Conseil des ministres, vendredi. Cette décision intervient alors que les tensions se multiplient dans l'Est du pays avec la Russie. Le chef du gouvernement ukrainien avait indiqué cette semaine que l'Ukraine attendait des "décisions cruciales" au sommet de l'Otan qui se tiendra les 4 et 5 septembre à Newport, en Grande-Bretagne. Vendredi, le secrétaire général de l'organisation, Anders Fogh Rasmussen, a appelé la Russie à cesser ses "actions militaires illégales" en Ukraine.

Le processus suspendu en 2010

Pour l'heure, le cadre formel des relations entre l'Otan et l'Ukraine est régi par la Charte de partenariat spécifique de 1997, qui a permis la création de la Commission Otan-Ukraine. En avril 2008, au sommet de Bucarest, les dirigeants des pays de l'Otan avaient convenu que l'Ukraine pourrait devenir membre de l'organisation à l'avenir. Mais en 2010, le gouvernement nouvellement élu du président Viktor Ianoukovitch avait mis en suspens ce processus.
L'adhésion à l'Otan est ouverte à "tout autre État européen susceptible de favoriser le développement des principes du présent Traité et de contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord", précise l'organisation sur son site Internet. L'Otan a par ailleurs élaboré un "plan d'action pour l'adhésion", qui offre aux pays "des conseils pratiques et une assistance ciblée". Les candidats doivent quant à eux répondre à certains critères géographiques, politiques et stratégiques tels que la démocratie, le respect des libertés individuelles et de l'état de droit.

Riposte russe

Vendredi, Vladimir Poutine a annoncé lors d'une conférence de presse qu'il fallait "forcer" Kiev à négocier "sur le fond" avec les séparatistes pro-Russes. Dans le même temps, la Russie a fait savoir que les forces de l'Organisation du traité de sécurité collective (ODKB), l'équivalent russe de l'Otan, "sont prêtes à prendre part à toute opération de maintien de la paix". Bien que l'ODKB ne comprenne que la Russie, le Bélarus, l'Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan, son secrétaire général, Nikolaï Bordiouja, a précisé que "les forces de maintien de la paix peuvent être déployées sur les territoires de pays membres et au-delà

Ukraine: Vladimir Poutine propose un plan de paix

Vladimir Poutine a présenté mercredi un plan de règlement du conflit en Ukraine consistant essentiellement en un cessez-le-feu bilatéral avec un retrait des forces armées ukrainiennes, et la mise en place d’un contrôle international de la cessation des hostilités. En revanche, pas un mot sur un règlement politique. Un plan rejeté par Kiev mais il se confirme que des discussions ont lieu entre Kiev et Moscou.

Avec nos correspondantes à Moscou, Muriel Pomponne et Veronika Dorman
Dans un premier temps ce mercredi matin, le président ukrainien Petro Porochenko assurait qu'un accord était trouvé avec Moscou avant de se rétracter et d'afficher la prudence. Désormais, c'est la Russie qui reprend les choses en mains et qui dit espérer un accord final entre Kiev et les rebelles prorusses vendredi.
Selon ce plan que Vladimir Poutine aurait ébauché lors de son déplacement vers la Mongolie, il faut tout d'abord arrêter l'avancée des forces armées rebelles vers Donetsk et Lougansk. Ensuite, il faut écarter les forces armées ukrainiennes des agglomérations pour faire en sorte que les artilleries ne puissent pas toucher les civils.
Le cessez-le-feu et la sécurité doivent être placés sous surveillance internationale, a également prévu Poutine. Tout recours à l'aviation doit être exclu. Il faut ensuite procéder à un échange de prisonniers selon la formule « tous contre tous » et « sans condition ». Des couloirs humanitaires doivent être ouverts, pour laisser passer les réfugiés et les cargaisons d'aide. Enfin, il faut envoyer dans les régions qui ont souffert des brigades pour restaurer les infrastructures et les bâtiments publics.
Arseni Iatseniouk rejette la proposition de Vladimir Poutine
Le Premier ministre ukrainien a rejeté ces propositions, estimant qu'ils ne s'agissait que de « poudre aux yeux » visant à tromper l'Occident à la veille du sommet de l'Otan, et à épargner à la Russie de nouvelles sanctions. Pour lui, la Russie veut geler le conflit. Le véritable plan de Poutine, « c'est de détruire l'Ukraine et de rétablir l'Union soviétique », a -il ajouté. Il estime que le seul plan à mettre en oeuvre en Ukraine est un retrait de l’armée russe, des mercenaires et des terroristes du territoire ukrainien. Et il espère que l’Union européenne et l’Otan vont aider l’Ukraine à stopper l’agresseur.
Toutefois, en fin de journée la présidence ukrainienne confirmait que des discussions sont en cours. Ce matin, elle avait annoncé prématurément un accord de cessez-le-feu avec la Russie. Mais cette fois c'est le président Porochenko, qui, publiquement, déclarait espérer le début d’un règlement pacifique du conflit lors de la rencontre OSCE – Russie- Ukraine, vendredi à Minsk en Biélorussie. Il se confirme donc que la diplomatie a repris sa place dans le conflit. Mais c'est la Russie qui est en position de force, alors que la déroute des forces ukrainiennes se poursuit à l'Est.

Obama en Estonie : « L'Otan doit garder la porte ouverte »
En déplacement en Estonie, petit pays balte limitrophe de la Russie, Barack Obama n'a fait aucune allusion au cours de sa conférence de presse au plan de règlement que son homologue russe avait dévoilé un peu plus tôt. Dans la journée, il avait appelé à la prudence, jugeant qu'il était « trop tôt » pour se prononcer sur un éventuel accord.
Par ailleurs, alors que l'Organisation du traité de l'Atlantique-Nord (Otan) se réunit en sommet au Pays de Galles à partir de demain, le président américain a  déclaré que l'Alliance atlantique devait rester ouverte à l'intégration de nouveaux membres : « Nous devons réaffirmer le principe qui a toujours guidé notre alliance : pour les pays qui remplissent nos conditions et qui peuvent contribuer à la sécurité de l'Alliance, la porte restera ouverte. » « Nous continuerons à offrir de la formation et de l'aide à l'armée ukrainienne afin qu'elle soit plus forte pour défendre son pays », a-t-il poursuivi. « Et comme il n'y pas, à terme, de solution militaire à cette crise, nous continuerons aussi à soutenir le président Porochenko dans ses efforts pour arriver à la paix. »
Enfin, le ministère de la Défense polonais a annoncé la tenue d'un exercice militaire international avec la participation de soldats d'une douzaine de pays, dont les Etats-Unis. Prévu de longue date, et en-dehors se déroulera du 13 au 26 septembre dans l'ouest de l'Ukraine, dont la partie orientale est touchée par un conflit armé.

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog