mercredi 22 octobre 2014

Les américains savent qu'Ebola peut être aéroporté dans un climat froid, ils ont pourtant refusé un traitement efficace l'année dernière



Ces deux informations à elles seules permettent de comprendre l'ampleur des mensonges dans la crise Ebola. Le premier lanceur d'alerte a avoir évoqué le fait que le virus Ebola peut se transmettre par l'air en période hivernale dans nos contrées est le Dr. Laibow. Voici des extraits d'études très explicites de l'USAMRIID qui confirment ses conclusions:


Ebola peut se propager par l'air par temps froid:

D'après l'étude Lethal experimental infections of rhesus monkeys by aerosolized Ebola virus.

«Nous avons aussi démontré la transmission par aérosol du virus Ebola à de plus basse température et humidité que celle normalement présente dans l'Afrique subsaharienne, dans  l'étude de 1995 intitulée "Infections létales expérimentales de singes rhésus par aérosol de virus Ebola". La sensibilité du virus Ebola aux températures élevées et à l'humidité dans les toits de chaume, de boue, et les cabanes partagées par les membres des familles infectés dans le sud du Soudan et le nord du Zaïre ont peut-être été un facteur limitant la transmission par aérosol du virus Ebola dans les épidémies en Afrique. 

Il a été démontré qu'à la fois une température élevée et humidité relative pouvait réduire la stabilité de l'aérosol de virus."

Concernant les cas d'Ebola de macaques dans les laboratoires de Reston (Virginie) en Décembre 1989, l'étude conclue:

"Alors que les infections dans des cages voisines ont pu se produire par contact direct, les infections dans des cages éloignées suggère la transmission par aérosol, car aucune preuve de contact physique direct avec une source infectée n'a pu être établie»

"Six soigneurs d'animaux en étroit contact quotidien avec des singes infectés étaient séropositifs par dosage indirect d'anticorps par immunofluorescence (IFA) (CDC 1990). Sur les six, cinq n'avaient pas d'antécédents connus d'exposition parentérale ou induite par un traumatisme à virus Ebola ce qui suggère la possibilité d'une transmission par aérosol."

D'après l'étude  "A Characterization of Aerosolized Sudan Virus Infection in African Green Monkeys, Cynomologus Macaques and Rhesus Macaques"  de 2012:

"Il n'y a pas de preuves solides de transmission secondaire par voie aérosol dans les épidémies de filovirus africains. Toutefois, nous pensons que la transmission par aérosol est possible et peut se produire dans des conditions de basse température et d'humidité qui peuvent ne pas avoir été des facteurs de foyers dans les climats plus chauds."




"Les Filovirus, qui sont classés dans la catégorie des agents de bioterrorisme par le CDC ont une stabilité en aérosol comparable à d'autres virus lipidiques tels que le virus de grippe A." 

"Les Filovirus sous forme d'aérosols sont donc considérés comme une possible menace grave pour la santé et la sécurité du public."

Voir également: Des experts de l'Ebola déclarent que la souche sévissant en Afrique de l'Ouest est la pire de toutes les souches jamais vues auparavant qui indique que le virus actuel est peut-être plus susceptible de se propager à travers des aérosols que les souches déjà rencontrées par les scientifiques.

Est-ce que vous avez l'impression que les services de santé ont relayé le même type d'informations au public? Non, eux parlent de mutation qui rendrait le virus aéroporté. Le Dr Laibow avait raison, Ebola a toujours eu cette caractéristique. C'est le milieu dans lequel il évoluait jusqu'alors qui ne lui était pas favorable mais à cause des graves négligences dans les protocoles de sécurité et dans la gestion de cette crise par les autorités de santé européennes et américaines, cela pourrait encore changer. Voilà la deuxième information qui est encore plus révélatrice.

L'armée américaine a rejeté un traitement efficace contre Ebola deux semaines avant le début de l’épidémie:

Un médecin affirme qu'il a développé un médicament efficace pour lutter contre le virus Ebola avec l'armée américaine à Fort. Detrick Maryland, mais que la recherche a été inexplicablement arretée deux semaines avant la première apparition du virus en Afrique de l'Ouest.

Richard C. Davis, MD, un ancien chirurgien de l'US Navy, a déclaré à Infowars qu'il menait un projet de développement d'un médicament appelé RC-2beta, qui, selon Davis fonctionne », au cœur de nos cellules pour améliorer l'efficacité des mitochondries et promouvoir la signalisation de gène à stimuler l'auto-réparation cellulaire et la destruction des agents pathogènes ».

À l'automne 2013, la compagnie de Davis a commencé à collaborer avec l'armée américaine lors de leur installation d'armes biologiques de niveau 4 à Ft. Detrick, Maryland afin de développer le médicament, avec un succès étonnant.
Selon Davis, le médicament "a tué quatre des virus les plus mortels du monde d'une manière dose-dépendante. L'armée a également noté que les cellules non infectées dans les mêmes cultures n'ont pas été touchées par le médicament (c'est à dire qu'il était non-toxique)".


"Tout le monde était très heureux de ces résultats, car il n'y a jamais eu un anti-viral à large spectre qui pouvait tuer tant de différents virus sans affecter les cellules normales (non infectées) de cette manière", écrit Davis.

Cependant, alors que l'armée avait d'abord indiqué à Davis et son équipe qu'ils étaient prêts à poursuivre rapidement avec d'autres tests, les communications ont complètement cessé.





Les Données de recherche de l'Armée montre l'efficacité de RC-2beta dans la lutte contre le virus Ebola.


"Nos proches communications et relations cordiales passées avec l'équipe de Fort Detrick ont totalement et inexplicablement cessés. Nos appels et e-mails sont restés sans réponse ", écrit Davis, ajoutant qu'il était "stupéfait" lorsque les premiers rapports de virus Ebola en Afrique sont apparus deux semaines plus tard.


Le médecin a également désespérément contacté les médias grand public dans le but de parler de cette affaire, y compris CNN, ABC, MSNBC, CBS, le New York Times, le Washington Post, le Los Angeles Times et d'autres. Après la prise de contact initiale et avoir accepté de fournir des documents, Davis a ensuite été ignoré et chaque média a enterré cette histoire.


Davis se tourna alors vers le membre du Congrès de la Floride David Jolly dans un effort pour rouvrir la communication avec Ft. Detrick, un processus qui est en cours.


Alors que les autorités de santé et les médias font une promotion agressive du ZMapp et d'autres médicament moins performants et des vaccins contre le virus Ebola, Davis se mit à contacter avec impatience l'Organisation mondiale de la Santé, qui en Juin a annoncé que les traitements expérimentaux pour Ebola seraient essayés rapidement.


"Ma priorité personnelle était d'obtenir les deux documents nécessaires (utilisation humanitaire d'exemption et le certificat d'exportation) pour expédier notre médicament pour les équipes médicales qui travaillent désespérément en Afrique", écrit Davis. "J'ai donc commencé appelant tous ceux qui pourraient être en mesure d'aider. Depuis mai, j'ai appelé les responsables de chaque organisation dans le monde impliqué dans cette crise. Cela inclut l'Organisation mondiale de la Santé, le CDC, les différentes équipes de la FDA, le National Institutes of Health, la DARPA,de multiples secours privé et les organisations humanitaires (comme Médecins sans frontières), et des dizaines d'autres. La réponse était toujours la même ... Silence ... "


Le médecin a également critiqué la réponse de l'administration Obama à l'épidémie d'Ebola.


"La réponse du gouvernement américain a été manifestement absurde», écrit Davis. «Chaque protocole qui a été mis en place pour prévenir la propagation de la maladie a été ignoré. Nos frontières restent ouvertes, les patients infectés sont amenés dans nos hôpitaux, et aucune contre-mesure vraiment efficaces n'a été érigé pour endiguer les risques infectieux. "


Les remarques de Davis sur la gestion par le gouvernement de la crise et le fait qu'un remède potentiellement efficace pour le virus a été ignoré par Ft. Detrick immédiatement avant la flambée en Afrique de l'Ouest lui font tirer une conclusion qui donne à réfléchir.


«J'en viens à conclure que le leadership en Amérique est soit coupable de faute grave, de manquement au devoir, de négligence criminelle ou pire, de trahison", écrit Davis, avertissant que "la crise sera sans aucun doute une spirale hors de contrôle" si l'on continu à suivre aveuglément les conseils incompétents des autorités de santé publiques, le gouvernement et les médias.


Davis bénéficie d'un impressionnant Curriculum Vitae, il est l'auteur de plus de 400 brevets et marques, tout en ayant également des mentions élogieuses du chef des opérations navales.


"Les conclusions inéluctables de la négligence ou de la corruption ou les deux ne peuvent pas être simplement balayés par souci de rectitude politique quand la vie de chacun d'entre nous est en jeu», écrit Davis, ajoutant: «Ebola est réel. Il est ici, maintenant. Il n'y a plus de temps à perdre "


Références:




Lien connexe:

LE VIRUS EBOLA NE VIENT PAS D’AFRIQUE (Dr Guy Kodzo ALOVOR, Médecin et Dr Yves Ekoué AMAÏZO, Directeur Afrocentricity Think Tank)


Publié par Fawkes News



3 commentaires:

  1. Bonjour , Hs
    false flag, pour mettre en place des forces armées, dans tous les pays, repression, et loi martiale qui est le but de nos amis occultes , du haut de la pyramide.

    http://fr.sott.net/article/23612-Otttawa-un-autre-attentat-sous-faux-drapeau

    RépondreSupprimer
  2. Un médecin qui a deux cliniques dans le Missouri a déclaré à Infowars que les autorités cachent la véritable situation de propagation du virus Ebola pour éviter l'hystérie

    http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2014/10/un-medecin-qui-deux-cliniques-dans-le.html

    RépondreSupprimer
  3. Obama dit en conférence de presse qu'Ebola est un bon entrainement pour une future maladie aéroportée et tout aussi mortelle:

    https://www.youtube.com/watch?v=h7kkyE_U4MA

    Ils aiment tellement se vanter de leurs exploits à l'avance...

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog