mardi 24 mars 2015

Comment la résignation peut être inculquée à une population?


Voici la vidéo d’une expérience intéressante qui nous aide à mieux comprendre comment la résignation peut être inculquée à une population. On y voit une psychologue (Charisse Nixon) qui réussit à provoquer dans sa classe, à travers l’angoisse et la frustration, un état de résignation et d’impuissance, le tout en moins de 5 minutes.

Il ressort de ce type d'expérience que dans des conditions de frustration ou d'angoisse permanente, l'être humain tend à se résigner et à considérer comme insurmontables des difficultés même légères.

En pratique, la répétition de l'échec amène l'être humain à penser de manière pessimiste et à se croire incapable de résoudre un problème, du coup il abandonne et le résultat est un échec complet. 



Si l'on pense seulement un instant au bombardement médiatique auquel nous sommes soumis en permanence, il n'est pas difficile de comprendre de quelle manière ces études sont utilisées et qui les manie à son avantage... En soumettant une personne à un sentiment d'angoisse et de frustration constant, on peut l'induire à penser qu'il n'y a rien à faire, que rien ne peut changer sa propre condition, et l'amener ainsi à un état d'apathie où il supportera n'importe quel méfait. À l'inverse, comprendre comment ces mécanismes fonctionnent permet de savoir comment réagir de manière positive à l'adversité. 

Certains disaient par le passé que lire pendant 15 minutes un magazine de mode fait baisser le taux d'estime pour soi d'environ 30%, mais aujourd'hui, la guerre contre l'estime de soi s'étend sur tous les fronts : radios, télés, journaux, publicités partout dans les rues, sur Internet et sur les réseaux sociaux qui te suivent où que tu ailles. Imaginez ce que provoquer de s'entendre dire tout au long de son existence que quelque chose ne va pas dans votre vie, que votre voiture est vieille, que votre garde-robe est démodé, que vos dents ne scintillent pas, que vous avez de la cellulite, etc. Autrement dit, à travers la frustration, l'estime de soi plonge sous le niveau zéro et la voie est alors ouverte pour faire accepter avec résignation et apathie n'importe quelle solution qui en général, sera proposée par ceux-là mêmes qui sont à l'origine du problème. [La suite en italien ici]

Traduction : Christophe pour ilfattoquotidiano.fr
Via L'Echelle de Jacob

8 commentaires:

  1. Beaucoup d'adultes utilisent face à un problème constaté l'expression "oui, mais qu'est-ce qu'on peut y faire?"
    Sous-entendant déjà qu'on ne pourra rien y faire. Pour moi, c'est une solution de facilité plutôt qu'un sentiment d'impuissance.
    Je pense que l'impuissance n'est pas uniquement apprise par le fait d'induire que les gens sont nuls, mais plutôt parce qu'au fond, les gens sont paresseux, de plus en plus paresseux et baissent les bras par indifférence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La résignation individuelle peut aussi venir de la paresse mais parallèlement, ceux qui se désintéressent de certains sujets se passionnent pour d'autres donc cela parait difficile à croire.

      A mon avis, il y a quand même une part de conditionnement social dans le fait d'accepter notre paradigme actuel comme une fatalité à laquelle on ne pourrait rien changer. On commence par le croire de manière individuelle, puis on finit par nous faire comprendre que même au niveau global, rien ne sert de lutter, qu'il faut laisser faire les dits "experts", que l'on est "pas à la hauteur".

      Le sentiment d'impuissance général est multifactoriel.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Bonjour Guy Fawkes,
    Bien sûr que le sentiment d'impuissance est multifactoriel. Je le pense comme vous. Je viens de me faire la réflexion suivante : avant, c'est-à-dire quand la société était organisée autour de l'Eglise, les gens n'ont jamais appris à polémiquer, ils acceptaient les règles et c'était bien pour tout le monde (enfin, en apparence). Depuis que l'on discute les règles, qu'elles soient religieuses ou civiles, nous ne savons plus trop dans quelle direction aller. Ce qui signifie que nous n'avons plus de chemin de vie défini et que cela nous rend également impuissant par incertitude de savoir comment s'en sortir. Là où le bat blesse, c'est que face à nos "non réponses", la solution de compenser par l'abandon ou la passivité plutôt que par l'action est majoritaire chez l'homme. L'homme a besoin de directives que d'autres ont mis sur leur chemin. Dans la vidéo, personne ne dit "il n'y a pas d'anagramme possible". Etrange comme attitude ! La parole sert à nommer. Et là, on dirait qu'ils sont complexés parce qu'ils ont encore fait confiance à l'autorité (celle de la psy qui donne des instructions). Il faut sortir de l'idée que l'autorité est juste !

    RépondreSupprimer
  3. Les psy, et les prof sont pour la plupart des fêlés, faut pas les contredire, ils ont la science infuse,
    dès l'école on nous apprend, comment faire ceci, celà, plus la telé plus les bouquins de merde d'apprentis psy, pour nous apprendre la drague comment garder son partenaire, là, je pense a nadine de rotschild , et son bouquin merdique , qui a passé chez ardissson , cette vieille crote, avec le pognon qu'elle et sa moitié nous ont piqué, une danseuse streapteaseuse, du moulin rouge qui se fait appeler baronne ou duchesse , un titre que cette pétasse va garder a vie ! FIN ca fait du bien .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suite, tout est fait pour nous faire devenir de ptits moutons

      FIN de l'épisode .

      Supprimer
  4. Au Royaume de la Survie

    UN EXCELLENT DOCUMENTAIRE (!) de 2011 réalisé par Marc Alexander Littler.
    « The Kingdom of Survival » (titre original) est un documentaire interdisciplinaire qui combine enquête itinérante spéculative et journalisme d’investigation afin de tracer des liens possibles entre le survivalisme, la spiritualité, l’art, la radicalité politique, la culture hors-la-loi, les contre médias et la philosophie de marge.
    Naviguant autour des thèmes de l’utopie, du capitalisme mondialisé, de l’anarchie, de l’auto-défense intellectuelle et spirituelle, de la religion et de l’art, le film étudie des stratégies de survie physique et psychologique telles qu’elles peuvent être pratiquées par des groupes ou des individus qui ne se reconnaissent plus dans une société postmoderne régie par la confusion et les conflits permanents.
    Mark Alexander Littler, écrivain et cinéaste dissident, taille la route des hors-la-loi à travers l’Amérique à la recherche de visions qui défient le statut quo. Au cours de son voyage, il croise le chemin d’un objecteur de conscience et linguiste renommé, Noam Chomsky ; d’un professeur d’université spécialiste de l’histoire des hors-la-loi, Mark Mirabello ; d’un journaliste gonzo, Joe Bageant ; d’un légendaire ermite et constructeur de cabanes à 50 dollars, Mike Oheler ; d’un éditeur de littérature anarchiste, Ramsey Kanaan ; d’une productrice de radio égalitaire, Sasha Lilley ; et d’un musicien de Folk, Will « the Bull » Taylor.
    Ensemble, ils explorent et proposent des visions radicales et alternatives pour le XXIe siècle.

    https://www.youtube.com/watch?v=wudOVyC2NrI

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que les élèves ont retiré un gros bénéfice de cette expérience.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog