dimanche 11 octobre 2015

WikiLeaks révèle comment, dès 2006, les Etats-Unis ont poursuivi de manière agressive le changement de régime en Syrie, en provoquant le début d’un bain de sang


Ce qui suit est le chapitre 10 des documents WikiLeaks:

Le 31 Août 2013, le président américain Barack Obama a annoncé qu’il avait l’intention de lancer une attaque militaire contre la Syrie en réponse à une attaque aux armes chimiques dans ce pays que les États-Unis ont attribué au gouvernement syrien. Obama a assuré le public américain que ce serait une action limitée uniquement destinée à punir le gouvernement Assad pour l’utilisation d’armes chimiques; l’objectif de l’action militaire américaine ne serait pas de renverser le gouvernement Assad, ni de changer l’équilibre des forces dans la guerre civile interconfessionnelle en Syrie.


L’histoire montre que la compréhension du public face à la politique étrangère des États-Unis dépend de façon cruciale de l’évaluation des motivations des responsables américains. Il est plus que probable que les responsables américains se présenteront aux yeux du public comme ayant des motivations plus nobles que ce qu’ils partagent avec d’autres en privé, et donc que si les membres du public avaient accès aux motivations partagées en privé, ils pourraient faire des évaluations différentes de la politique américaine. Ceci est la raison principale pour laquelle la publication des câbles diplomatiques américains par WikiLeaks était si importante.

Les câbles ont donné au public une ouverture récente sur les stratégies et les motivations des responsables américains telles qu’ils les ont exprimé entre eux, pas comme ils ont l’habitude de les exprimer au public. Dans le cas de la Syrie, les câbles montrent que le changement de régime avait été un objectif de longue date de la politique américaine; que les Etats-Unis ont fait la promotion du sectarisme en soutien à leur politique de changement de régime, contribuant ainsi à jeter les bases de la guerre civile interconfessionnelle et à l’effusion massive de sang que nous voyons aujourd’hui en Syrie; que les éléments clés de la politique de changement de régime par l’administration Bush sont restés en place alors même que l’administration Obama s’est tournée publiquement vers une politique d’engagement; et que le gouvernement américain était beaucoup plus intéressé par la politique étrangère du gouvernement syrien, notamment sa relation avec l’Iran, que par les droits de l’homme à l’intérieur de la Syrie.

Un câble du 13 Décembre 2006, «Influencer le SARG [Gouvernement Syrien] à la fin de 2006″, indique que, d’aussi loin que 2006 – cinq ans avant les manifestations du «Printemps arabe» en Syrie – déstabiliser le gouvernement syrien était une motivation centrale de la politique américaine. L’auteur du câble était William Roebuck, à ce moment chargé d’affaires à l’ambassade américaine à Damas. Le câble souligne les stratégies pour déstabiliser le gouvernement syrien. Dans son résumé du câble, Roebuck écrit:

Nous croyons que les faiblesses de Bachar sont dans la façon dont il choisit de réagir à des questions imminentes, à la fois dans la perception et dans la réalité, comme le conflit entre les étapes de la réforme économique (cependant limitée) et des forces corrompues, bien enracinées, la question kurde, et la menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit. Ce câble résume notre évaluation de ces vulnérabilités et suggère qu’il peut y avoir des actions, des déclarations, et des signaux que le gouvernement US peut envoyer et qui permettront d’améliorer la probabilité de telles opportunités qui se manifestent.

Ce câble indique que l’objectif des États-Unis en Décembre 2006 a été de saper le gouvernement syrien par tous les moyens, et que ce qui importait était de savoir si l’action des États-Unis permettrait de déstabiliser le gouvernement, pas de savoir ce que pourraient être les autres impacts de l’action. En public, les Etats-Unis étaient en faveur de la réforme économique, mais en privé les États-Unis ont vu le conflit entre la réforme économique et « les forces corrompues, retranchées » comme une « opportunité ». En public, les États-Unis étaient opposés aux « extrémistes islamistes » où que ce soit; mais en privé, ils ont vu la « menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit » comme une « opportunité » que les Etats-Unis devraient considérer dans leur champ action pour essayer de l’augmenter.
-----

Fawkes: La suite de l'article est également très intéressante et détaille comment les Etats-Unis ont sciemment exacerbé les tensions intracommunautaires pour nuire au régime de Damas et favoriser les intérêts US. Les câbles révèlent l'ensembles des "vulnérabilités" que Washington devrait exploiter pour permettre de déstabiliser le gouvernement syrien comme le fait d'encourager les rumeurs de coups d'Etat pour créer un climat de paranoïa et pousser le président à la faute ou présenter les efforts de celui-ci pour lutter contre les groupes extrémistes comme des signes de faiblesse et d'instabilité du régime. Il y a de nombreux autres exemples. A noter que déjà à l'époque, les Etats-Unis finançaient l'opposition syrienne.

Source et suite: Truth-out

Traduction: Wikileaks Actu

2 commentaires:

  1. Ce n'est guère étonnant. N'empêche qu'ils sont désormais obliger de revoir leur copie, ils ont perdu leur suprématie militaire face à la Russie. Et ils sont bien forcé d'un peu "oublier" leur rêve de conquête "fantasmée" dans le bouquin de Brzezinski, "Le grand échiquier" Quand à la France, elle aussi va bien devoir se calmer un moment. Elle reste presque la seul avec l'UE à continuer de demander la tête de Assad. Je viens de découvrir pourquoi.

    Je me cite :

    "Bonjour tout le monde Smile
    Les événements ce déroulent décidément plus vite depuis que la Russie est entrée en action..Trop vite et surtout bien pour certains dont leur intérêts étaient ailleurs...Ainsi pourquoi la France s'obstine t-elle à accuser le gouvernement syrien de tout les maux, alors que même les Etats Unis sont entrain de revoir leur copie ? Parce que depuis Sarkozy jusqu'à Hollande, leur campagne et parti sont financer par des dons occultes émanant du Qatar et de l'Arabie Saoudite, ce qui explique leur complaisance envers se dernier, et leur soutient indéfectible pour leur intervention illégale au Yémen...Pour bien comprendre, il faut remonter aux accords Sykes-Picot avec les britanniques qui celle l'amitié entre ces derniers pour le partage des terres ottomane en Syrie..Nous sommes bien en présence de néo-colonialisme basé sur de vieux accords. Les anglais se partageaient les terres sur ceux de l’État de Palestine, d’Israël, de la Jordanie, de l’Irak et du Koweït actuels. Ce qui leur permit de "donner une partie de la Palestine aux juifs..Quand à Paris, il s’appropria donc les territoires du Liban et de la Petite Syrie actuels dont près de la moitié de la population à l’époque était chrétienne. Dont à l'époque ils se présentaient comme protecteur de ces derniers, les temps on décidément bien changé..Il y avait aussi une opposition entre les colonisateurs et modérés, les partisans de la colonisation admettaient une soumission culturelle, politique et économique ! Il faut savoir que les accords Sykes-Picot se sont négociés dans l'ombre entre ces deux belles démocraties (sic). C'est les bolcheviques qui découvrit les documents dans les affaires du tsar et déclenchaient un scandale, les arabes fut furieux ! Se sont les gauchistes Gambetta et Jules Ferry qui après la perde de l'Alsace et la lorraines, décidèrent de partir en Afrique pour la conquête de nouveaux territoire. Se sera l'Algérie..Cela débouchera sur les révoltes de 1930, vous voyez bien que c'est une coutume gauchiste qui se perpétue de nos jours.. Pour plus de détaille et être complet lire http://www.voltairenet.org/article189002.html

    Il n'y a pas que la France qui campe sur ces position complètement absurde et mensongère, l'UE elle aussi persiste et signe. leur postulat qui est basé sur des mensonges comme le sois disant viol de l'espace aérien turc, ou encore de défendre ce qu'ils appellent "des groupes modérés" Mais que Navlov identifient à juste titre de terroristes. Il est complètement stupide qu'une Europe ou un Mac Cain y voient subitement autre chose...Lire Syrie: *l'UE appelle Moscou à cesser ses frappes contre l'opposition modérée, rejette Assad "

    (*) http://www.romandie.com/news/Syrie-lUE-appelle-Moscou-a-cesser-ses-frappes-contre-lopposition-moderee-_RP/638302.rom

    Texte et recherches Akasha.

    RépondreSupprimer
  2. Salut cher Guy

    Quoi c'est devenu permanent la modération activée ? cela me semble pourtant super calme, enfin tu vas me dire que c'est le but de l'activation aussi lol

    Akasha.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog