vendredi 22 janvier 2016

Allemagne : l’horreur du quotidien d’un camp de réfugiés vu de l’intérieur


Menaces de mort contre les bénévoles, comportements provocants, mensonges, faux documents, violences verbales, misogynie, agressions sexuelles et physiques : voilà les pressions ordinaires auxquelles doivent faire face les travailleurs sociaux allemands dans les « centres de réfugiés », selon une employée désabusée qui a rompu le silence imposé sur le sujet des immigrants.
Une travailleuse sociale allemande — demeurée anonyme pour des raisons de sécurité — a donné lundi une interview à la chaîne d’information allemande N24 TV sur son quotidien dans un « Centre d’accueil » de Hambourg.


Ce documentaire, intitulé « Ich halte es dort nicht mehr aus » — je ne peux plus le supporter —, commence en décrivant son enthousiasme initial pour aider les « réfugiés » qu’elle avait soutenus au moment de leur arrivée.
« J’ai postulé pour ce travail, car c’était exactement ce que je voulais faire, » déclare-t-elle. « Au moment où j’ai obtenu le poste, j’étais extatique : je pouvais vraiment faire quelque chose de concret pour aider les réfugiés et plus seulement les soutenir en manifestant. » Et voilà pourquoi, a-t-elle poursuivi, « je suis allé si joyeuse à mon premier jour de travail dans le centre d’accueil. »
« Naturellement, j’étais très excitée comme on l’est toujours pour le premier jour d’un nouvel emploi… c’est vraiment vraiment super ici, je me disais à moi-même. »

Lors des jours suivants, dit-elle, elle se plongea dans son travail, qui consistait à fournir des conseils aux 1500 immigrants du centre.
« J’étais responsable pour répondre à tous les problèmes sociaux des réfugiés, de les aider dans la procédure de demande d’asile et de prise de rendez-vous médicaux lorsqu’ils en avaient besoin, » dit-elle à N24.

Et donc les premiers réfugiés sont venus dans mon bureau. Dès les premières visites, j’ai réalisé que ma vision très positive et idéaliste et leur comportement étaient très différents de la réalité.
« Honnêtement environ 90 pour cent de ceux qui j’ai conseillé étaient désagréables. Beaucoup d’entre eux étaient très exigeants. Ils venaient pour exiger que je leur trouve un appartement, une voiture et un très bon travail. Quand je leur ai dit que ce n’était pas possible, ils criaient et devenaient très agressifs. Un Afghan a menacé de se tuer devant moi [si je ne l’aidais pas dans ses exigences].
Et un certain nombre de Syriens et Afghans ont déclaré qu’ils feraient une grève de la faim jusqu’à ce que je les envoie vers un autre endroit. Un Arabe a menacé une collègue de nous décapiter ! »
En raison de ces menaces de mort « et d’autres choses », a-t-elle poursuivi, nous devions appeler la police pour notre protection « plusieurs fois par semaine. »

« Par ailleurs les réfugiés fournissaient des renseignements inexacts tout le temps. Ils venaient me voir pour raconter une histoire qui ne correspondait pas à leurs papiers. Je voulais vérifier avec mes collègues, et je m’apercevais que ces mêmes réfugiés leur avaient présenté une histoire complètement différente.
Il y avait, par exemple, un résident qui est venu me voir avec un avis d’expulsion. Il voulait savoir ce qui allait arriver. Je lui ai expliqué et puis il a disparu. Peu de temps après, il est revenu voir ma collègue et a montré de nouveaux documents d’identité avec un nom différent. Il a été ensuite déplacé dans un autre camp.

Un autre problème est qu’ils respectaient rarement leurs rendez-vous. S’ils demandaient un médecin comme un dentiste ou un chirurgien orthopédiste, je m’occupais des rendez-vous, mais le moment venu, ils ne venaient pas.
Cela arrivait si souvent que les médecins nous ont demandé de ne pas prendre tant de rendez-vous — mais que pouvais-je faire ? Je ne pouvais pas rejeter leur demande d’une visite médicale juste parce que je soupçonnais que le patient ne serait pas là à temps.
La jeune employée a ensuite abordé avec N24 le plus gros problème pour elle : la question de leur attitude envers les femmes.

Le pire pour moi est que les réfugiés se comportent incroyablement mal envers les femmes. Il est connu que ce sont principalement des hommes célibataires qui arrivent dans ce pays, au moins 65 ou 70 pour cent. Ils sont jeunes, dans les 20 ans et rarement plus de 25.
Ils ne respectent simplement pas du tout les femmes. Ils ne nous prennent pas au sérieux. Si moi en tant que femme je dois leur dire quelque chose ou prendre une déclaration de leur part, ils ne m’écoutent pas du tout, ou ils refusent de me parler et vont vers un collègue masculin.

Pour nous les femmes, ils ont seulement des regards méprisants ou sexuellement insistants. Quand ils nous voient, ils lancent des sifflements bruyants et disent ensuite quelque chose dans une langue étrangère, et ils éclatent tous de rire.
C’est vraiment très désagréable. Ils nous photographient avec leur téléphone portable, sans rien nous demander et même si vous protestez cela ne change rien.

Toutes mes collègues m’ont dit qu’elles supportent ces choses elles aussi. Mais, disent-elles, il n’y a rien à faire. Alors elle l’ignore. J’ai essayé de le faire aussi, mais cela n’a pas fonctionné. Et ce harcèlement est récemment devenu pire, parce que ces dernières semaines, car il y a plus d’hommes arrivés du Maghreb et de Libye.
Ils sont encore plus agressifs. Je ne pouvais plus me permettre de faire comme si cela n’existait pas et j’ai dû m’adapter continue-t-elle.

Plus précisément cela signifiait que je devais commencer à m’habiller différemment. Je suis effectivement une personne qui aime porter parfois des vêtements moulants — , mais je ne peux plus maintenant, je dois porter des pantalons amples et des hauts toujours fermés jusqu’au cou. Je ne mets plus de maquillage et je porter un foulard ou une capuche.
Et non seulement ai-je eu à changer mon apparence extérieure pour me protéger de ce harcèlement, mais j’ai également eu à modifier mon comportement. J’évite, par exemple, d’aller n’importe où dans le Centre où il y a souvent de grands groupes de ces hommes. Si je dois faire quelque chose par là, j’essaie de faire le plus rapidement que possible.
Mais généralement, je reste dans mon petit bureau, si possible, même pendant les pauses. Et je ne dois plus prendre le train pour travailler, parce qu’une collègue a été suivie par certains des hommes à la station de métro et agressée dans le train. Je voudrais m’éviter ce genre de mésaventure et don je prends la voiture.

Elle a conclu l’interview en évoquant sa prochaine démission, avec ses collègues, qui ne supportent plus les abus des immigrants.
J’étais si convaincue avant cet emploi sur l’importance de cette aventure, et son utilité, et il est très difficile d’admettre que tout est si différent de ce que vous avez imaginé. Abandonner mon travail serait précisément un aveu. Mais nous n’en pouvons plus ; nous ne pouvons plus supporter de voir dans quelle erreur nous allons, et que nous ne pouvons rien y changer.

Source: Novopress

7 commentaires:

  1. J'ai des amis qui sont partis à Calais, pour l'instant les retours sont positifs. (pourvu que ça dure!)
    https://www.youtube.com/watch?v=jJJoL2hNfa0

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je le fais en deux fois, comme c'est trop long...:

      j'ai vécu 13 ans (1985 à 1998) avec des demandeurs d'asile musulmans: turc et kosovare: je m'amusais de les marier - après bonne insistance de leur part: comme on - notre "politique" - les avait laissé entrer dans mon pays, et puis ils recevaient plus d'aide que nous citoyens: fallait les aider pour être bon et pas un raciste... et quand une fille n'est pas assez forte, n'a pas le bon soutien de sa propre famille, ces jeunes hommes en quête de survie au mieux possible - une choses inné à l'être humain - le savent vite fait et en profitent: en plus leur attitude envers la femme ne les fait pas hésiter d'en profiter. j'ai vu que tout mon argent est parti dans leur pays, j'ai vu le commerce avec les drogues - ils étaient bien protégés par nos forces de l'ordre! - le commerce avec les filles, l'homosexualité, les avortements forcés, le commerce avec les armes, le soutien des mosquées (les Arabes investissaient/finançaient déjà dans ces temps ces entreprises), l'abus des aides sociales, les menaces de mort et et et. Moi j'étais vu par mes concitoyens pour cela comme pute de musulmans - autant que par mes maris et les leurs! par contre quand je divorçais, on me traitait de méchante anti-humanitaire, des deux côtés aussi!

      je ne regrette rien, j'aime la manière de ces peuples/hommes de se prendre au sérieux, de s'entraider, leur sens de famille, leur hospitalité, leurs codes de vies bien rangés, leur fierté, leurs mensonges bien clairs et visibles/compréhensibles: j'ai aimé voir la fausseté de notre société qui ne comprend pas grand chose de tout cela: la mauvaise conscience la rend tiers-mondistes... leur conditionnement les empêche de voir la réalité derrière les mensonges, certains politiciens par contre comprennent et l'utilisent!!!: notre société qui est encore plus mensongère que ces gens qu'on (qui???) utilise/laisse venir! prenons nos responsabilité, apprenons de nos erreurs! On récoltera ce qu'on a semé!

      Et maintenant ça ne sera pas mieux cette fois - sauf qu'il y en a cent fois plus de jeunes hommes en âge de force sexuelle et en bon âge de combat qu'il y a 30 ans qui arrivent/sont arrivés: si nous ne savons pas être clair et fort et unis contre la force, la manipulation (par qui???), l'abus de ces gens - qui sont quand-même installés ici par nos politiciens, et si on est contre, on est un méchant raciste! et on joue avec notre mauvaise conscience: on a fait plein de mauvaises choses dans nos temps... -, on l'aura, on le subira!

      Supprimer
    2. deuxième parti:

      Il faut aussi réfléchir à/savoir la raison qui est derrière ce "drame" de pauvres migrants:
      n'est ce pas d'abord la politique américaine/israélienne/européenne (je sais je parle comme un(e) "antisémite", con-spirationniste - pour certains, en tout cas aujourd'hui on pourrait le tourner facilement dans ce sens) qui se mêle dans tous ces pays où il y a du pétrole ou des pipelines de pétrole et/ou de l'or et/ou de drogues ou ou ou: ils interviennent (Irak, Libye, et et et ), pour sauver les pauvres peuples de leurs méchants dictateurs - qui avaient d'abord travaillés pour eux les américains/occidentaux - comment c'est possible??? est-ce que la CIA est aussi forte??? pour manipuler n'importe qui dans leur sens??? le MindKontrol ça existe, c'est utilisé??? -, et avaient osé de vouloir s'en débarrasser d'eux - les américains/occidentaux -, installer leurs propres lois: alors nos grands pays occidentaux humanitaires démocratiques viennent régler cela, avec leurs armes sophistiqués, entre autres à déchets radioactifs, pillent ces pays, tuent de centaines de milliers de civils (avec leurs attaques "chirurgicales!!!"), les mettent ces pays dans un chaos absolu et installent leurs systèmes bancaires, leurs idéologies (leurs systèmes scolaires, médicales et et et ), leurs! armés secrètes "terroristes" (avec l'islam ça marche très bien: la grande menace contre les bons chrétiens!!!); et puis récamment: l'arme des migrants pour déstabiliser l'Europe! En passage ils se gagnent plein de fric avec toutes les machineries de guerre et les armes qu'ils peuvent vendre/utiliser: le citoyen va payer par ses impôts!!!!.

      mais ces "migrants" préfèreraient vivre tranquillement dans leurs beaux pays, travailler dans ce qu'ils aiment, avoir une famille heureuse: c'est cela qu'ils faut leur rendre possible, alors: on arrête les invasions, les guerres, les bons/mauvais: c'est bien aimer l'un l'autre, s'entreaider: mais sur des bases saines, et ne pas imposé par des mensonges! Avec l'argent dépensé pour cette machinerie de guerre, dont profitent très très très peu de monde financièrement/point de vue du pouvoir: on rend notre terre un paradis! travaillons pour cela, arrêtons de aider à faire la guerre, vivons la paix, vivons ce qui nous fait plaisir, aimons l'un l'autre inconditionnellement! Si nous nous aimons, nous ne pouvons pas nous mentir ni mentir aux autres, ni profiter des misères des autres: on veut que tout le monde - inclus les animaux, la nature - soit aussi heureux que nous! vivons le bonheur, l'amour, le respect!

      Supprimer
  3. Les japonais ont LA solution contre les agressions (tout droit sorti de Spiderman on dirait)

    https://www.youtube.com/watch?v=yempitYWLJA

    Et c'est discret en plus...

    RépondreSupprimer
  4. Voilà, étant relativement bon germanophone, j'ai traduit pour mon Blog Météo-du-monde.info plusieurs articles de "Welt" ou "der Spiegel" ou encore de blogs, une interview d'un des plus importants penseurs au monde de la mondialisation, Peter Sloterdisjk et cela donne un bon aperçu sur la manière dont les Allemands perçoivent les problèmes avec les réfugiés ainsi que leur place en Europe. D'une part, ils sont plus embarrassés par la situation que de potentiels nazis, d'autre part ils sont agacés par le fait que certains autres pays européens ne les aident pas.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog