samedi 6 février 2016

Le bourrage de crâne continue: Une réunion pour contrer la montée des théories du complot à l'école





ça n'arrête plus dans les médias ces dernières semaines: c'est l’hystérie collective  à l'encontre des théories du complot qui sont accusées de tous les maux de notre société, jusqu'à devenir le "marche-pied de la radicalisation". Lorsque les médias alternatifs évoquent l'implication du Mossad dans le 11 septembre, pour eux c'est une théorie du complot. Par contre, lorsque le journaliste Éric Laurent, spécialiste de politique internationale, en parle sur France 2, les invités l'écoutent avec attention d'un air incrédule. 

Sur RTL, cette information factuelle devient directement une théorie du complot : "les juifs étaient au courant du 11 septembre". Ce genre d'amalgame grossier permet de tout ramener à l'antisémitisme et c'est bien pratique. Ce ne sont pas non plus "les juifs" qui ont attaqué délibérément l'USS Liberty en 1967, ou qui ont attaqué leur propre ambassade à Londres en 1994 ou l'AMIA à Buenos Aires la même année...mais bien le gouvernement israélien. Fawkes
-------


REPLAY - Comment lutter contre les théories du complot, qui trouvent de plus en plus d'échos chez nos jeunes ? Les acteurs de l'Éducation nationale vont se réunir pour chercher une vraie réponse à ce phénomène inquiétant.


Mardi 9 février pendant toute la journée, des enseignants, des chercheurs et la ministre de l'Éducation vont tenter de trouver des recettes pour lutter contre les théories du complot à l'école. C'est une première. Parmi les participants, il y aura Sophie Mazet, 35 ans. Professeur dynamique et inventive, comme il en existe dans tous les lycées de France d'ailleurs, elle a, avant les autres, pris conscience de l'ampleur du phénomène. Un jour de 2011, au milieu de son cours d'anglais, un de ses élèves explique que "les juifs étaient au courant du 11 septembre". Voire "avaient organisés les attentats". Effarée, elle interpelle ses élèves et constate que beaucoup "ont des doutes", "s'interrogent". Depuis ce jour-là, Sophie Mazet dispense dans son établissement de Seine-Saint-Denis des cours qu'elle a intitulés Manuel d'autodéfense intellectuel (éditions Robert Laffont).


Apprivoiser la rhétorique complotiste

Aux élèves volontaires (ce cours est hors programme), elle tente de leur apprendre à se repérer dans le magma, l'océan d'informations sur Internet. Elle leur propose d'apprendre à identifier des sources. Qui propage ces théories ? Petit à petit, elle met à jour les vieilles ficelles des théories du complot. Elle décortique les argumentaires pseudo-scientifiques. En fin de séance, elle propose à ses élèves de "créer leur théorie du complot, en se mettant seul ou en groupe". "Ils utilisent la rhétorique complotiste telle qu'on l'a décortiquée ensemble pour créer leur théorie qui est souvent assez drôle, parfaitement délirante. C'est une façon d'apprivoiser cette rhétorique. cela aide à démystifier vraiment les théories du complot", poursuit-elle.

Démystifier, patiemment démonter. Sophie Mazet ne fait pas de miracle. "Je ne convainc pas les plus endurcis", admet-elle. Elle évite que les élèves "qui ont des doutes" basculent dans les théories du complot. Ce travail, qu'elle même depuis cinq ans, lui semblait indispensable.

Ce "manuel d'autodéfense intellectuel" pourrait devenir un des outils pédagogique à disposition des enseignants. Avec d'autres professeurs qui ont pris des initiatives, Sophie Mazet a été invitée par l'Éducation nationale à expliquer sa démarche. Honnêtement, personne ne sait exactement "ce qu'il faut faire". Mais tout monde sait ce qu'il ne faut surtout pas faire. Imposer un "cours de désintoxication" et expliquer que "les théories du complot disent n'importe quoi", c'est la meilleure façon de conforter les élèves dans leurs convictions complotistes. À savoir que l'école et les profs sont dans le système, comme les élus et les médias.

Ce qui est préconisé, c'est de donner des armes pédagogiques aux enseignants de toutes les disciplines pour qu'ils puissent répondre aux questions des élèves qui les interpellent sur ce qu'ils ont lu sur Internet. Le sociologue Gérald Bronner, spécialiste des croyances collectives, appelle à "une révolution pédagogique" qui soit à la hauteur du big bang qu'a provoqué l'Internet sur le marché de l'information.

"Un défi civique"

Les théories du complot sont le "marche-pied de la radicalisation". On a mis trop de temps à s'en rendre compte, mais le colloque montre que "les pouvoirs publics ont maintenant pris conscience de l'ampleur du problème", se satisfait Rudy Reichstadt, responsable de l'Observatoire du conspirationnisme. Il va ouvrir le colloque en expliquant que désormais "une partie de l'opinion publique est en désaccord avec la réalité communément admise et se trouve donc en rupture avec une autre fraction de la société française".

Il faut reconnaître qu'avant les attentats de janvier 2015, le plus souvent, les théories du complot étaient perçues comme farfelues, presque distrayantes. Elles sont désormais "un défi civique" pour l'Éducation Nationale mais aussi pour nous tous.

Lien connexe:

Gérald Bronner, Rudy Reichstadt et Pierre-André Taguieff: les experts du chantage à la « théorie du complot »


Source: RTL

5 commentaires:

  1. Il est facile de retourner leur stratégie contre eux. En utilisant leur démarche de recherche des sources, en faisant aller chercher les élèves au bon endroit et non sur des sites qui font dans le sensationnel, ils peuvent tomber sur des documents déclassifiés, des enquêtes de journalistes, des livres de sociologues, d'historiens etc... Les professeurs peuvent et doivent être en première ligne de la réinformation. Car la compréhension du monde est limitée par l'envie de savoir, les barrières conceptuels et la confiance envers les autorités (légitime Traditionnellement) et tout cela vient de l'école...

    RépondreSupprimer
  2. "Pas de spams, d'insultes, de discriminations,..." autrement dit, fermez-la !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as rien de plus intéressant à partager...oui certainement. Tu ne vas pas nous remettre le même commentaire à chaque fois quand même?

      Supprimer
  3. La valeur d'une théorie réside dans son application. Par exemple nul ne conteste la théorie de la gravitation.
    Quand est-il de l'application des théories suivantes :
    Le plan Coudenhove-Kalergi – le génocide des peuples d’Europe
    http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2015/08/30/32558998.html
    Lui même en parfaite harmonie avec les Protocoles de Toronto
    http://vahineblog.over-blog.com/2016/01/le-protocole-de-toronto-pour-la-mise-en-place-du-nouvel-ordre-mondial.html

    RépondreSupprimer
  4. N'empêche qu'un jour ces médias et politiques qui n'ont pas fait leur travail, voir pire aider les comploteurs et qui maintenant veulent faire taire le complotisme devront le payer.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog