lundi 4 avril 2016

Les gouvernements admettent que l'histoire a été façonnée par des attaques sous fausse bannière (Partie 2)





.




Cette deuxième partie vient compléter les 42 exemples précédents de false flags et manipulations de masse opérés par les gouvernements avec 21 exemples supplémentaires accompagnés de preuves concrètes pour chacun d'entre eux. Je me suis permis de retirer un exemple de la liste qui évoquait un document déclassifié de la CIA sur des entraînements à la fabrication d'engins explosifs selon les méthodes utilisées par les terroristes pour les recrus de l'agence ainsi que le choix des cibles et des tactiques opérationnelles car cela ne représente pas réellement un aveux que ces techniques ont été utilisées pour des false flags. Néanmoins, bien d'autres exemples vont dans ce sens comme nous allons le voir. Fawkes
-------
(43) Comme cela est admis par les fichiers de la police secrète russe qui font partie des archives de l'Institution Hoover, la police secrète du Tsar russe a fait exploser des bombes et a tué des gens dans le but de blâmer et d'arrêter les agitateurs dans le milieu 
ouvrier. Et voir cela.

(44) En 1993, une bombe en Irlande du Nord a tué 9 civils. Les documents officiels de la Royal Ulster Constabulary (à savoir le gouvernement britannique). montrent que le cerveau de l'attentat était un agent britannique, et que le bombardement a été conçu pour attiser les tensions sectaires. Et voir ceci et cela


(45) Une Publication de l'armée des Etats-Unis datant de 1994 appelée " Special Forces Foreign Internal Defense Tactics Techniques and Procedures for Special Forces" - mis à jour en 2004 - recommande l'emploi des terroristes en utilisant des opérations sous fausse bannière pour déstabiliser les régimes de gauche en Amérique latine. Des attaques terroristes sous faux drapeau ont été menées en Amérique latine et d'autres régions dans le cadre des «sales guerres» de la CIA. Et voir cela.


(46) De même, un manuel des "opérations psychologiques" de la CIA préparé par un entrepreneur de la CIA pour les rebelles des Contras du Nicaragua a fait remarquer la valeur d'assassiner quelqu'un de son propre camps pour créer un «martyr» pour la cause. Le manuel a été authentifié par le gouvernement américain. Le manuel a reçu tant de publicité de l'Associated Press, du Washington Post et d'autres couvertures médiatiques que - lors du débat présidentiel de 1984 - Le président Reagan a été confronté à la question suivante à la télévision nationale:


En ce moment, nous sommes confrontés à l'histoire extraordinaire d'un manuel de guérilla de la CIA pour les contras anti-sandinistes que nous soutenons, qui préconise non seulement des assassinats de sandinistes, mais l'embauche de criminels pour assassiner la guérilla que nous soutenons afin de créer des martyrs.


(47) En 2003, La police à l'extérieur d'un sommet de l'Union européenne en Grèce a été filmée en train de cacher des cocktails Molotov sur un manifestant pacifique.


(48) De même, en 2005, le professeur John Arquilla de la Naval Postgraduate School - un analyste renommé de la défense des États-Unis a été crédité du développement du concept de 'netwar' - appelant les services de renseignement occidentaux à créer un nouveau «pseudo gang» de groupes terroristes, comme un moyen de porter atteinte à des "vrais" réseaux. Selon le journaliste gagnant du Prix Pulitzer Seymour Hersh, La stratégie de "pseudo-gang" d'Arquilla était déjà mise en œuvre par le Pentagone:

"En vertu de la nouvelle approche de Rumsfeld, on m'a dit, que des agents militaires américains seraient autorisés à se présenter à l'étranger comme des hommes d'affaires corrompus qui cherchent à acheter des articles de contrebande pouvant être utilisés dans des systèmes d'armes nucléaires. Dans certains cas, selon les conseillers du Pentagone, les citoyens locaux pourraient être recrutés et invités à se joindre à la guérilla ou à des terroristes ...

Les nouvelles règles permettront à la communauté des Forces spéciales de mettre en place ce qu'ils appellent des «équipes d'action» dans les pays cibles d'outre-mer qui peuvent être utilisés pour trouver et éliminer les organisations terroristes. "Vous souvenez-vous des pelotons d'exécution d'extrême droite à El Salvador?" me demanda l'ancien responsable du renseignement de haut niveau, en se référant aux gangs militaires dirigés qui ont commis des atrocités au début des années quatre-vingt. «Nous les avons crée et nous les finançons, dit-il. «L'objectif est maintenant de recruter des gens du pays dans tous les domaines que nous voulons. Et on ne va rien dire au Congrès à ce sujet.» Un ancien officier de l'armée, qui a une connaissance des capacités de commando du Pentagone, a déclaré:« Nous allons faire affaire avec les méchants."




(49) En 2005, des soldats britanniques déguisés en arabes ont été arrêtés par la police irakienne après une fusillade contre la police. Les soldats possédaient apparemment des explosifs, et ont été accusés d'avoir tenté de déclencher des bombes. Bien qu'aucun des soldats n'ait admis qu'ils effectuaient des attaques, des soldats britanniques et une colonne de chars britanniques ont pris d'assaut la prison, ils ont fait tomber un mur de la prison, et les ont fait sortir. Les mesures extrêmes utilisées pour libérer les soldats - plutôt que d'avoir à faire face à des questions et potentiellement subir un procès - pourraient être considérées comme un aveu.


(50) Un manuel de terrain des opérations spéciales de l'armée américaine datant de 2008 recommande que l'armée utilise des groupes non étatiques de substitution tels que les "forces paramilitaires, des particuliers, des entreprises, des organisations politiques étrangères, des organisations résistantes ou insurgées, des expatriés, des adversaires transnationaux du terrorisme, des membres désillusionnés du terrorisme transnational, les commerçants du marché noir et autres «indésirables.» sociaux ou politiques. "Le manuel reconnait spécifiquement que les opérations spéciales des États-Unis peuvent impliquer à la fois le contre-terrorisme et le « terrorisme » (ainsi que « les activités criminelles transnationales, y compris le trafic de stupéfiants, la vente d'armes illicites, et les opérations financières illégales.»)


(51) L'ancien Premier ministre italien, président et chef des services secrets Francesco Cossiga a informé le ministre en charge de la police en 2008, sur la façon de faire face à des manifestations des enseignants et des étudiants:

Il devrait faire ce que je faisais quand j'étais ministre de l'Intérieur ... infiltrer le mouvement avec des agents provocateurs enclins à faire tout ce qu'il faut .... Et après cela, avec la force du consentement de la population acquise, ... les battre jusqu'au sang et battre jusqu'au sang également les enseignants qui les incitent. Surtout les enseignants. Pas les personnes âgées, bien sûr, mais les professeurs femmes oui.


(52) Les émeutiers qui ont discrédité les manifestations pacifiques contre la prestation de serment du président mexicain en 2012 ont admis qu'ils étaient payés 300 pesos chacun pour détruire tout sur leur passage. Selon Wikipedia, les photos montrent également les vandales en attente au sein de groupes derrière les lignes de police avant que les violences n'éclatent.


(53) Le 20 Novembre 2014, des agents provocateurs mexicains ont été transportés par des véhicules de l'armée pour participer aux manifestations contre les enlèvements de masse d'Iguala en 2014, comme cela a été montré par des vidéos et des images distribuées par les réseaux sociaux.


(54) Deux membres du parlement turcdes sources américaines de haut niveau et d'autres sources ont admis que le gouvernement turc, un pays de l'OTAN, a mené les attaques aux armes chimiques en Syrie et les a faussement attribué au gouvernement syrien; et des personnalité de haut rang du gouvernement turc ont reconnu leurs plans de mener des attaques afin de blâmer le gouvernement syrien.


(55) Le chef de la sécurité ukrainienne admet que les attaques de tireurs embusqués qui ont commencé le coup d'Etat ukrainien ont été réalisées afin d'accuser l'opposition. Des responsables ukrainiens admettent que les snipers ukrainiens ont tiré sur les deux camps, afin de créer un maximum de chaos.


(56) Des représentants du gouvernement birman ont admis que la Birmanie (renommé Myanmar) a utilisé des attaques sous fausse bannière contre les groupes musulmans et bouddhistes dans le pays afin d'attiser la haine entre les deux groupes et empêcher la démocratie de se propager.


(57) La police israélienne a de nouveau été filmé en 2015 habillée en arabes et jetant des pierres, puis sont passés des manifestants palestiniens vers les soldats israéliens.


(58) Des soldats américains ont admis que s'ils tuent des irakiens ou afghans innocents, ils déposent alors des armes automatiques près de leur corps afin qu'ils puissent prétendre qu'ils étaient des militants.


(59) De même, la police inculpe des innocents pour des crimes qu'ils n'ont pas commis. La pratique est si bien connue que le New York Times a noté en 1981:


"Dans le jargon de la police, un "throwdown" est une arme déposée sur une victime."

Newsweek rapportait en 1999:

"Perez, un ancien policier du département de la police de Los Angeles, a été surpris en train de voler huit livres de cocaïne provenant des casiers de preuves de la police. Après avoir plaidé coupable en septembre, il a négocié une peine plus légère en évoquant une histoire épouvantable de tentative d'assassinat et un "throwdown" (argot policier pour une arme déposée par les policiers pour faire en sorte qu'un tir soit légalement justifiable. Perez affirma que lui et son partenaire, l'agent Nino Durden, avaient abattu un membre non armé du gang de la 18ème rue nommé Javier Ovando, puis avaient déposé un fusil semi-automatique sur le suspect inconscient et avait affirmé que Ovando avait essayé de tirer sur eux lors d'une planque."

Wikipédia indique:

"Dans le cadre de sa négociation de plaidoyer, Pérez a impliqué des dizaines de policiers de l'unité anti-gang de la division Rampart, en décrivant les violences régulières exercées sur les membres de gangs, la dépose d'éléments de preuve sur les suspects, la falsification des rapports et jusqu'à des tirs non provoqués."

(Alors qu'il ne s'agit pas techniquement d'attaques sous fausse bannière, la police a également été démasquée en train de piéger des personnes innocentes de différentes manières).

(60) Un ancien officier de renseignement des Etats-Unis a récemment affirmé:

"La plupart des attaques terroristes sont des attaques sous fausse bannière ou sont créés par nos propres services de sécurité."

(61) L'agent spécial en charge du bureau du FBI de Los Angeles a déclaré que la plupart des attentats terroristes sont commis par la CIA et le FBI sous fausse bannière. De même, le directeur de l'Agence nationale de sécurité sous Ronald Reagan - le lieutenant général William Odom a dit:

"Les États-Unis utilisent depuis longtemps le terrorisme. En '78 -79, le Sénat a essayé d'adopter une loi contre le terrorisme international. Dans toutes les versions qu'ils ont produites, les avocats ont déclaré que les Etats-Unis seraient en violation de cette loi."

(Audio ici).


(62) Les dirigeants à travers l'histoire ont reconnu les «avantages» des attentats sous fausses bannière pour justifier leur agenda politique:

"Le terrorisme est la meilleure arme politique car rien ne ne pousse davantage les gens que la peur d'une mort subite".

Adolph Hitler




«Mais bien sûr les gens ne veulent pas la guerre ... Mais après tout ce sont les dirigeants du pays qui déterminent la politique, et il s'agit toujours simplement d'entraîner le peuple à les suivre, que ce soit une démocratie, ou une dictature fasciste, ou un parlement, ou une dictature communiste ... voix ou pas de voix, les gens peuvent toujours être poussés à suivre leurs leaders. C'est facile. Tout ce que vous avez à faire est de leur dire qu'ils sont attaqués et dénoncer les pacifistes pour manquement patriotique et d'exposer le pays au danger. Cela fonctionne de la même manière dans tous les pays ".

Hermann Goering, chef nazi.

"La meilleure façon de prendre le contrôle d'une population est de commettre des actes de terreur. [Le public] réclamera de telles lois si leur sécurité personnelle est menacée".

Josef Staline


Lien connexe:

Les gouvernements admettent que l'histoire a été façonnée par des attaques sous fausse bannière (Partie 1)


Source: Washingtons Blog

Traduction: Fawkes News



3 commentaires:

  1. Super, un grand merci Guy.
    Pourquoi je suis pas plus étonné que ça ?
    Excellentes les citations.

    RépondreSupprimer
  2. Tout ce qui me fallait pour convaincre mon entourage si moutonné.
    Bravo pour ces 2 articles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon courage pour convaincre votre entourage

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog