mardi 26 avril 2016

Mondialisme : le TPP sur l’agenda de la Trilatérale, du Bilderberg, du CFR





On avance souvent que le traité transpacifique (TTP) est manigancé par les multinationales ultralibérales pour augmenter leurs profits. En fait, c’est un nouveau pas du mondialisme vers la gouvernance globale, tissée de longue main par la Trilatérale, le groupe Bilderberg, le CFR (Council for Foreign Relations). Voici quelques dates de leur agenda.

Le TTP est, avec le traité transatlantique, l’un de ces accords qui visent à transformer le monde en une vaste zone de libre-échange. De ce fait ses partisans de droite et ses adversaires de gauche y voient la chose des marchés internationaux, du capitalisme triomphant pour le bien ou pour le mal. Ils ont raison d’y reconnaître la main de Wall Street, mais tort de voir en la bourse de New York une figure de la libre entreprise. Au contraire. C’est plutôt le moyen d’une sorte de socialisme international, ou de capitalisme d’un État planétaire. Bref, c’est l’agent du mondialisme, et cela de façon tout à fait ouverte.


Depuis 1973, la Trilatérale de l’interdépendance au mondialisme


Le richissime industriel et banquier David Rockefeller, qui fonda la Commission trilatérale en 1973, a écrit dans ses mémoires publiés en 2002 :

« Certains croient même que nous participons à une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États Unis. Ils définissent ma famille et moi comme des « internationalises » conspirant avec d’autres dans le monde pour construire une entité globale, économique et politique, plus intégrée – un seul monde, si vous voulez. Si telle est l’accusation, je me proclame coupable, et j’en suis fier. »
 Or la principale organisation qui pousse le TPP depuis l’origine est la Trilatérale. Et le véritable projet, le but de l’agenda (au sens latin, les choses qui doivent être faites) du TPP est donc celui de la Trilatérale, c’est-à-dire le mondialisme, l’établissement d’un pouvoir économique et politique centralisé à l’échelon de la planète. Dès sa première réunion à Tokyo en 1973, la Trilatérale se donnait pour mission de rendre plus étroite « l’interdépendance » entre les continents et de combattre « politiquement et économiquement les nationalismes ».

La Trilatérale, le Bilderberg et le CFR s’insinuent là où c’est utile


Quatre ans plus tard, grâce à l’entregent d’un professeur d’université discret mais influent, Zbiniew Brzezinski, la Trilatérale amenait un parfait inconnu, Jimmy Carter, à la maison blanche et truffait l’administration américaine de ses hommes, ou de ceux du CFR auquel elle est structurellement liée. Depuis, pas à pas, aidés du groupe Bilderberg fondé par les mêmes milieux dès 1954, ils sont passés de « l’interdépendance » au mondialisme, et la crise financière commencée en 2008, ressentie tout autour du globe, est censée amener les peuples à penser que le système des nations ne marche plus.

Chacun aura noté le rôle important qu’ont tenu, dans cette crise financière, les Rockefeller, Goldman Sachs, la banque Citigroup, la BCE, la FED, et les Rothschild, avec leurs innombrables obligés et affidés. A tous les postes importants de la banque et de la diplomatie supranationale, dans les think tanks qui pèsent, dans les chaires universitaires influentes, on retrouve les mêmes, parfois officiellement membres du CFR, de la Trilatérale, du Bilderberg.

Un agenda chargé et réalisé dans le plus grand secret


Outre la solidarité, le secret a été la condition de leur succès. A la réunion du Bilderberg en 1991 à Baden Baden, David Rockefeller remerciait les directeurs du New York Times et duWashington Post d’avoir régulièrement assisté aux travaux du groupe sans jamais rien en divulguer. Et d’expliquer uniment :

« Il aurait été impossible de mener notre plan pour le monde si nous avions étés sous les projecteurs de la publicité durant toutes ces années. Aujourd’hui le monde est plus évolué et préparé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est préférable sans nul doute à l’autodétermination des nations pratiquée dans les siècles passés. »

L’aveu du mondialisme par la bouche d’Arnold Toynbee


L’historien anglais Arnold Toynbee, qui était aussi directeur des études à l’Institut royal des affaires internationales, ne disait pas autre chose en 1931 :

« Nous travaillons discrètement mais de toutes nos forces à détruire cette mystérieuse force nommée souveraineté nationale. En niant de notre bouche ce que nous faisons de nos mains, parce qu’attaquer la souveraineté des nations est encore une hérésie pour laquelle un homme politique ou un journaliste peut être ostracisé ou discrédité. »


Heureux temps ! Aujourd’hui, c’est au contraire pour avoir commis le crime de défendre la souveraineté nationale que certains hommes politiques sont diabolisés.

Du TPP au FTAAP, la suite de l’agenda du mondialisme


Dans la foulée du TPP, l’extension prévue du FTAAP (Free trade area of the Asia Pacific) à la Chine communiste et à la Russie dans le cadre du mondialisme donnera corps au vieux projet de convergence entre l’Est et l’Ouest formé depuis plus de quarante ans par la Trilatérale, le CFR et le groupe Bilderberg. Dès 1973, le « symbole » du capitalisme David Rockefeller rendait visite au grand timonier Mao Tse Toung à Pékin. De retour de ce charnier dictatorial qu’était alors la Chine communiste, où les révolutions successives avaient causé des morts par dizaines de millions, où les camps de rééducation abritaient autant de citoyens, Rockefeller écrivit dans le New York Times :

« On est impressionné immédiatement par le sens de l’harmonie nationale (…) Quel que soit le prix de la révolution chinoise, elle a évidemment réussi non seulement à former une administration plus efficace et consciencieuse, mais aussi à promouvoir une haute morale et un sens de la communauté (…) L’expérience sociale en Chine sous la direction du président Mao est l’une des plus importante et des plus réussie de l’histoire. »

Comme on le voit, le maoïsme n’infestait pas que la Sorbonne. Ces bonnes paroles furent suivies d’actes, en l’espèce des transferts massifs de capitaux et de technologie qui, sous la direction de la Trilatérale, du CFR et du groupe Bilderberg, transformèrent l’économie chinoise alors comparables à toutes celles du tiers monde en la puissance que l’on connaît. Sur l’agenda du mondialisme, le TPP et le FTAAP seront les prochains pas pour l’inclure à la future gouvernance globale.


1 commentaire:

  1. - HS -
    Golan Heights again...
    https://www.youtube.com/watch?v=e0Dg05P1P40

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog