vendredi 1 avril 2016

Terrorisme: Le Sénat vient de voter la condamnation d'un individu pour ce qu'il lit et non pas pour ce qu'il fait ou ce qu'il projette


Inquisition moderne ? Le Sénat a adopté mercredi soir une disposition qui obligera les internautes qui consultent des sites avec de la propagande terroriste à prouver leur bonne foi. Sinon, trois ans de prison.

Contre l’avis du gouvernement qui sait l’article probablement inconstitutionnel, le Sénat a adopté jeudi un amendement présenté par le groupe des Républicains dans le cadre de l’examen du projet de loi de réforme pénale, qui vise à condamner la lecture répétée de sites de propagande terroriste. Le même texte avait été précédemment rejeté par l’Assemblée nationale.
Que dit le texte interdisant la visite de sites ?
L’article amendé punit de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende que « le fait de consulter habituellement un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, images ou représentations soit provoquant directement à la commission d’actes de terrorisme, soit faisant l’apologie de ces actes lorsque, à cette fin, ce service comporte des images ou représentations montrant la commission de tels actes consistant en des atteintes volontaires à la vie est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ».
La seule lecture de la propagande écrite est donc exclue, sauf si elle figure sur un site qui montre aussi des images de décapitations ou d’autres atrocités.
Toutefois même dans ce dernier cas, le dispostif « n’est pas applicable lorsque la consultation est effectuée de bonne foi, ou résulte de l’exercice normal d’une profession ayant pour objet d’informer le public, ou intervient dans le cadre de recherches scientifiques ou est réalisée afin de servir de preuve en justice »
Contrairement à d’autres versions antérieures de la proposition, l’internaute qui n’a pas de volonté terroriste et qui consulte « de bonne foi » pour s’informer est donc épargné par les poursuites, au même titre que les chercheurs ou journalistes. C’est heureux, même si cette « bonne foi » devra être prouvée, ce qui renverse la charge de la preuve.
« NOUS VOULONS POUVOIR PUNIR AUSSI CEUX QUI CONSULTENT RÉGULIÈREMENT CES SITES AVEC DE MAUVAISES INTENTIONS »
En séance, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a bien tenté, assez mollement, de rappeler que le droit actuel permet déjà de sanctionner la consultationde sites de propagande terroriste, à la condition fondamentale qu’il s’agisse d’un élément constitutif parmi d’autres, d’une entreprise individuelle terroriste. Jusqu’à présent, il n’était pas prévu de sanctionner la seule lecture, qui reste un acte privé, qui ne présuppose pas d’intention de passer à l’acte.
Mais «  en matière de terrorisme, c’est la tolérance zéro » qu’il faut appliquer, a harangué le sénateur Philippe Bas, très remonté. Après avoir lu sur sa tablette un long extrait de propagande terroriste sans aucune équivoque, l’élu a expliqué que « nous ne pouvons nous contenter de savoir que [la lecture de ces propagandes] est une composante d’une autre incrimination ».
Philippe Bas, sénateur LR.
Il faut condamner « le simple fait de consulter régulièrement ces sites, sauf quand c’est un journaliste, un chercheur, ou quelqu’un qui recherche éventuellement de bonne foi une information (ce que l’on peut vérifier après enquête) », a-t-il demandé. « Je crois qu’il est raisonnable de tuer dans l’œuf les effets de cette propagande ».
«  Ce que le président Bas a lu est très choquant, mais c’est de l’apologie, voire de la provocation. Le droit commun existant suffit à poursuivre sur cette base là », a bien tenté de protester le ministre Urvoas. « Oui, mais nous voulons pouvoir punir aussi ceux qui consultent régulièrement ces sites avec de mauvaises intentions », a alors répliqué M. Bas.
En vain, le sénateur Pierre-Yves Collombat a tenté de combattre l’amendement. « Comme dirait le Général De Gaulle, vaste programme que de poursuivre l’imbécilité », a-t-il commencé. « C’est inapplicable. J’ai un peu de mal à comprendre. Il faut peut-être un peu se réveiller. Il faut bien lutter contre le terrorisme, mais il faut avoir des moyens qui permettent de lutter, et pas seulement se faire plaisir ».
Pierre-Yves Collombat , sénateur RDSE

COMMENT SAVOIR QUI CONSULTE CES SITES ?

Reste à voir, si la commission mixte paritaire (CMP) maintient le dispositif — et s’il n’est pas contesté avec succès auprès du Conseil constitutionnel —, comment la loi pourra être mise en œuvre en pratique.
En effet, les fournisseurs d’accès à internet ont certes l’obligation de conserver certaines données de connexion et de les mettre à la disposition de la justice, mais l’article L31-1-1 du code des postes et communications électronique précise bien que ces informations « ne peuvent en aucun cas porter sur le contenu des correspondances échangées ou des informations consultées, sous quelque forme que ce soit, dans le cadre de ces communications ».
Certes, dans un avis récent, la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) a estimé que les URL des sites visités pouvaient être considérées comme de simples données de connexion, mais l’avis dit à la fois tout et son contraire, et n’a de toute façon aucune portée juridique contraignante.
LA VOLONTÉ DU LÉGISLATEUR : CONDAMNER UN INDIVIDU POUR CE QU’IL LIT ET NON PAS POUR CE QU’IL FAIT NI MÊME CE QU’IL PROJETTE
L’utilisation des fameuses « boîtes noires » installées auprès d’hébergeurs ou de FAI pourrait être envisagée, avec toutefois les mêmes difficultés. Ces boîtes noires fonctionnent avec les métadonnées fournies par les opérateurs, et ces derniers n’ont pas (ou pas toujours) connaissance des URL demandées par les internautes.
En réalité, le plus probable reste que l’article ne soit jamais appliqué, ou qu’il ne le soit que dans des cas très marginaux, lorsque les enquêteurs qui procèdent à une perquisition ne trouvent rien d’autre que l’historique de navigation d’un suspect pour le condamner. C’est ce qui se passe parfois en matière de pédopornographie, dont la consultation est également réprimée en tant que telle.
Mais qu’importe l’aspect pratique. Le principal est la volonté du législateur : condamner un individu pour ce qu’il lit et non pas pour ce qu’il fait ni même ce qu’il projette, ou lui demander de prouver sa bonne foi. Une forme d’inquisition moderne. L’enfer, comme souvent, est pavé de bonnes intentions.
Source: Numerama

9 commentaires:

  1. Nous sommes en pleine stratégie du choc (cf naomi klein).

    Les attentats de paris et de bruxelles sont les déclencheurs qui doivent amener les populations en état de choc.
    Profitant de cet état de peur, de confusion, d'incertitude touchant la psychologie des foules, l'état en profite pour faire passer des lois liberticides (état d'urgence, surveillance généralisée...) ou de régressions sociales (loi travail el khomri).

    Ces lois n'auraient jamais rencontrées l'adhésion du peuple si il n'y avait pas eu ces évènements.

    Posez-vous la question de savoir par exemple pourquoi la loi travail est mise en place maintenant alors qu'elle aurait put l'être à mi-mandat présidentiel...

    Comme le disait talleyrand: " Il faut agiter le peuple avant de s'en servir"

    RépondreSupprimer
  2. L'humanité est tellement malléable que ça en deviendrait presque comique. Les commanditaires de toute cette merde doivent bien se marrer, eux.

    RépondreSupprimer
  3. tourner ça au comique comme P.E.B....

    http://www.canalplus.fr/c-humour/pid6591-c-barre.html?vid=1249993

    RépondreSupprimer
  4. Marquer les gens comme terroristes en allant sur des sites alternatifs d'infos ;)

    Ca va arriver.

    Ils n'ont aucun scrupule pour voler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CE SERA FAIT NE VOUS INQUIETEZ PAS ! INSTAURER LA PEUR CHEZ LES MOUTONS AFIN QU'ILS PANIQUENT ET SE TERRENT DANS LEUR CAVES LUMIERES ETEINTES !

      Supprimer
  5. La peur et la propagande Nuit mentalement. bhouu

    En effet, l’inversion accusatoire étant de mise, le curseur peut être mis à n’importe quel niveau !
    La camisole forcé voilà ce qui viendra... petit à petit de loi en loi.

    " Ils ne sont déjà pas capables d’arrêter le soi-disant téléchargement illégal en surveillant les vilains pirates, alors je ne vois pas comment ils vont surveiller tout le monde via les supports informatiques (ordinateur, téléphone, tablette, objet connecté, machine à café...) pour savoir quel site chaque citoyen visite !"

    RépondreSupprimer
  6. Au pire, un ptit VPN et hop ! Dans leurs culs.

    RépondreSupprimer
  7. Ben Fawkes ça augure rien de bon tout ça... il va avoir de la place pour chacun de nous ? ^^ Perso' m'en fou, c'est un plaisir de voir ton blog avec un bon café chaque matin !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    Voici le témoignage de la personne tabassée au sol....

    http://www.oureyeislife.com/?p=968

    Bonne journée et bon courage à tous/toutes

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog