mardi 6 décembre 2016

BestOf2016 : vous ne devinerez jamais quel est le nouvel Eldorado fiscal d'après la banque Rothschild


24) Je remet au goût du jour cet article publié sur le blog le 7 avril dernier car le très sérieux média espagnol "El confidential Digital" a eu connaissance d'un des sujets  qui sera abordé lors de la prochaine réunion du groupe Bilderberg qui se tiendra dans 3 jours à Dresde en Allemagne. Curieusement, cette année, la liste des participants n'a pas encore été publiée mais nous savons désormais que les Bilderbergers vont aborder le thème des Panama Papers et plus précisément la possibilité que les Etats-Unis deviennent le seul paradis fiscal au monde. 

On comprendra dès lors que cette vaste fumisterie médiatique des Panama Papers n'a fait qu'ouvrir la voix à la redirection des fonds des puissants vers le nouvel Eldorado fiscal qu'évoquait la banque Rothschild en début d'année. La raison pour justifier cet énorme transfert de richesses, qui est déjà en cours, est bien évidemment la lutte contre le blanchiment d'argent et le terrorisme, le constat étant que si les Etats-Unis devenaient le seul paradis fiscal, les activités illégales seraient plus facilement traçables. En tout cas, c'est l'idée. Ce serait surtout une manne financière considérable pour certaines banques comme la banque Rothschild, dont certains membres de la dynastie font partie du comité de direction du groupe Bilderberg depuis des années. Sûrement un pur hasard bien évidemment ;) Guy Fawkes 

-------

Cet article a été publié en Janvier dernier par Bloomberg et, comme vous allez le constater, il prend aujourd'hui tout son sens suite au gros buzz médiatique du moment: les Panama Leaks autrement appelées Panama Papers. D'après Andrew Penney, directeur général chez Rothschild & Co, le nouvel Eldorado fiscal ne serait autre que...les Etats-Unis.

 Leur banque semble d'ailleurs très investi dans cette démarche puisqu'ils avouent volontiers aider les grandes fortunes à migrer des anciens paradis fiscaux qui ont pris du plomb dans l'aile vers les Etats-Unis et bien évidemment, vers leur banque qui bénéficie, comme par enchantement, d'une exonération. Quoi un complot? Encore?


 "En Septembre dernier, dans un cabinet d'avocats surplombant la baie de San Francisco, Andrew Penney, directeur général chez Rothschild &Co., a fait un exposé sur la façon dont la riche élite mondiale peut éviter de payer des impôts.

Son message était clair: Vous pouvez aider vos clients à déplacer leurs fortunes aux États-Unis, sans payer d'impôts tout en étant dissimulés vis à vis de leurs gouvernements.


Certains appellent cela la nouvelle Suisse.

Après avoir passé des années à fustiger les autres pays pour avoir aidé les riches américains à cacher leur argent à l'étranger, les États-Unis apparaissent comme l'un des principaux paradis fiscaux cultivant le culte du secret pour les riches étrangers. En résistant à de nouvelles normes mondiales d'information, les États-Unis sont en train de créer un nouveau marché brûlant, devenant ainsi la destination fiscale de prédilection pour les richesses provenant de l'étranger. Des avocats de Londres en passant par les sociétés de fiducie suisses, chacune leur emboîtent le pas, en aidant les riches dans le monde à déplacer leurs comptes provenant d'endroits comme les Bahamas et les îles Vierges britanniques vers le Nevada, le Wyoming et le Dakota du Sud."

"Rothschild, l'institution financière européenne séculaire, a ouvert une société de fiducie à Reno, au Nevada., À quelques pâtés de maisons des casinos Harrah et Eldorado. Cette société déplace désormais la fortune de riches clients étrangers provenant de paradis fiscaux comme les Bermudes, qui sont sujets à de nouvelles obligations d'information internationales, vers les fiducies (trusts) gérées dans le Nevada par Rothschild, qui sont exonérés."


"Pour les conseillers financiers, l'état des lieux actuel est tout simplement une bonne opportunité d'affaires. Dans un projet de sa présentation à San Francisco, Penney de chez Rothschild a écrit que les Etats-Unis "sont effectivement le plus grand paradis fiscal dans le monde." Les Etats-Unis, a-t-il ajouté, dans des termes ultérieurement supprimés de ses remarques préparées, ne disposent pas "des ressources nécessaires pour faire appliquer les lois fiscales étrangères et ils ne sont pas très enclin à ce que cela change".


Publié par Fawkes News




7 commentaires:

  1. "Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. " en ce cas, que dire ? Surtout face à pareille famille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux dire que c'est une famille où ils adorent les pizzas...

      Supprimer
  2. Quand Sarkozy sortait le Panama de la liste noire des paradis fiscaux

    http://news360x.fr/sarkozy-sortait-panama-de-liste-noire-paradis-fiscaux/

    RépondreSupprimer
  3. justement en parlant de Bloomberg ....

    Un an après avoir prédit le Brexit et Trump, Bloomberg annonce Le Pen présidente et un Frexit pour 2017
    http://www.brujitafr.fr/2016/12/un-an-apres-avoir-predit-le-brexit-et-trump-bloomberg-annonce-le-pen-presidente-et-un-frexit-pour-2017.html

    Le magazine américain dévoile son «guide pessimiste» pour l’année 2017 et cela n’a rien de très rassurant.

    À quoi ressemblera le monde dans les semaines et mois à venir? Bloomberg s’est lancé, cette année encore, le défi d’imaginer les événements et les actualités qui pourraient bien être amenés à devenir réels au cours de l’année 2017. Un «guide pessimiste» qui s’attache donc à prédire ce qu’il pourrait survenir de pire dans le monde, compte tenu du contexte actuel et des mutations économiques, géographiques, politiques ou militaires vers lesquelles nous nous dirigeons.

    Si le travail auquel se livre Bloomberg est avant tout un exercice de fiction, rappelons qu’il est largement inspiré et lié à l’actualité du monde qui nous entoure. L’an dernier, dans son «guide pessimiste» de 2016, Bloomberg avait pu prédire le Brexit et la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le magazine avait également anticipé la victoire de Donald Trump à la présidence des États-Unis, avant même qu’il ne soit désigné le camp républicain pour représenter le parti dans le scutin présidentiel. Deux projections majeures qui, faut-il le rappeler, ont bel et bien vu le jour au cours de l’année.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog