mercredi 11 mai 2016

Prochain coup fourré? Un projet de loi pour empêcher l’école à la maison



En plein état d'urgence à rallonge, certains députés se voient pousser des ailes dès qu'il s'agit de proposer des lois liberticides. Voyons la dernière en date, proposée le 27 avril dernier à l'Assemblée Nationale. Celle-ci, sous prétexte de lutter contre la radicalisation voudrait fortement limiter la possibilité de scolariser son enfant à domicile. La proposition de loi demande entre autre à ce que seul l’exigence de soins médicaux, la situation de handicap en attente de scolarisation dans un établissement médico-social, des activités sportives ou artistiques, des parents itinérants ou l'éloignement géographique d’un établissement scolaire puisse justifier un tel choix d'éducation

Cette proposition de loi évoque également un point qui porte à sourire lorsque l'on connait l'acharnement de l'Education nationale pour véhiculer de plus en plus de messages politiques dans l'éducation: "Les écoles doivent demeurer des lieux où se transmettent les savoirs et non les idéologies." Cela devrait être vrai. Dans la pratique, on l'a vu avec la théorie du genre, c'est très loin d'être le cas. En vertu de cette loi, une famille qui souhaiterait par choix éthique enseigner à ses enfants dans un cadre familiale en serait prohibée. Nous n'en sommes encore qu'au stade de proposition mais nul doute qu'une telle loi pourrait passer comme une lettre à la poste dans le contexte actuel ou tous les excès étatiques sont permis. Fawkes
-------

Jusqu’à présent, 100% des terroristes islamistes de France sont issus des écoles publiques. Donc, pour lutter contre la radicalisation et l’islamisation, le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti vient de déposer un projet de loi visant à interdire l’école à la maison et à restreindre les conditions de création d’école hors-contrat. Si son objectif réel est d’éviter de nouveaux attentats en France, son projet de loi est complètement inapproprié. Sans vouloir faire de procès d’intention à ce député, l’objectif inavoué de ce projet de loi est peut-être autre, c’est-à-dire interdire la liberté pédagogique et accroître encore davantage le monopole de l’Éducation nationale.

En France, c’est l’instruction qui est obligatoire, non la scolarisation. Quelques parents choisissent, pour des raisons qui leurs sont propres, de faire eux-mêmes l’école à leurs enfants. Peut-être n’ont-ils pas envie que leurs enfants fassent partie des 30% d’heureux élus touchés par l’illettrisme. Ou bien que leurs enfants soient confrontés à la violence des autres enfants scolarisés ou des trafics qui gangrènent les écoles. Ou tout simplement qu’ils habitent loin d’écoles valables.

On sait que la République se méfie de l’école libre, car l’école de la République est d’abord un projet politique qui a pour finalité non l’instruction des enfants mais le formatage des esprits. Le hors-contrat est dans le collimateur de ce gouvernement, qui a diligenté de nombreuses inspections aux mois de novembre-janvier dernier afin de les surveiller et d’accroître la pression sur ces établissements. L’école à la maison, qui ne cesse de se développer depuis quelques années, est-elle aussi vue avec inquiétude. Comme il est difficile d’avouer ouvertement que l’on restreint les libertés fondamentales, il faut bien trouver un prétexte qui puisse passer.

Ici, c’est l’islamisme. Car, c’est bien connu, toutes les écoles hors contrats sont des madrasas qui apprennent aux élèves à manier des kalachnikovs, et toutes les familles qui instruisent elles-mêmes leurs enfants sont des salafistes en recherche de radicalisation. Sauf que, jusqu’à présent, les terroristes sont les fruits de l’école d’Etat, non de l’école libre. Mais cette réalité, comme l’illettrisme et comme le coût exorbitant de l’école gratuite, doit être cachée.

Comme le rappelle une mère de famille qui pratique l’éducation à la maison :

« Ne sait-il pas que les familles instruisant leurs enfants sont déjà contrôlées une fois par an par un inspecteur de l’Éducation Nationale et tous les deux ans par les services sociaux ?
Je suis contrôlée tous les ans depuis des années, quand les enseignants le sont en moyenne tous les 5 ans. Je connais des enseignants qui ont été contrôlés deux fois en plus de 25 ans de carrière !

Pour ma part, pour rassurer ces hommes politiques qui parlent sans connaître le détail du dossier IEF, je ne serais pas opposée à :

un contrôle de l’EN tous les ans pour tous les enfants qui ne sont pas scolarisés en présentiel
un contrôle social tous les ans au lieu de tous les deux ans
un test écrit obligatoire lire-écrire-compter à l’âge supposé d’entrée en 6e pour tous les enfants. »

On notera une des perles du projet de loi : « Les écoles doivent demeurer des lieux où se transmettent les savoirs et non les idéologies. » C’est effectivement tout à fait le cas des écoles publiques… Si ces députés étaient cohérents avec leur projet de texte législatif ils devraient dissoudre le Ministère de l’Éducation nationale.

On apprend par ailleurs dans ce projet de loi que l’instruction à domicile a augmenté de 54,6% en trois ans. « Ce phénomène a été rendu possible par les nombreuses lacunes dont souffre notre législation » dit le projet de loi. Il ne semble pas venir à l’esprit des rédacteurs du texte que ce phénomène puisse être la conséquence des errements de l’école d’État et de ses innovations pédagogiques désastreuses.

La liberté scolaire est toujours un combat.

Pétition pour demander le retrait du projet de loi.

Projet de loi.


6 commentaires:

  1. farida belghoul et marion sigaut en parle en long et travers .. à muselé et calomnier à discriminé les parents responsables à transmettre valeurs de savoir étique et morale surtout !! Droit l'homme des lumière ne l'entend pas de la sorte.

    RépondreSupprimer
  2. Très bon article, clair et précis, si le député à l'origine de ce projet de loi avait une once de sincérité, rien que ce billet est suffisant pour qu'il le retire. Il faut signer cette pétition. Enough is enough ne s'arrêteront-ils jamais ? Révoltant cette permanente oppression, toujours à vouloir tailler le plus possible dans les libertés des peuples, encore plus enrageant quand il s'agit de nos enfants.

    RépondreSupprimer
  3. Une excellente conférence de Tomas Schuman - SUBVERSION

    Les techniques qu'utilisent le pouvoir et les gouvernements pour subvertir les peuples.

    http://www.dailymotion.com/video/xkqbob_les-methodes-de-subversion-1de4_lifestyle

    http://www.dailymotion.com/video/xkq1yl_les-methodes-de-subversion-2de4_lifestyle

    http://www.dailymotion.com/video/xkq1py_les-methodes-de-subversion-3de4_lifestyle

    http://www.dailymotion.com/video/xkq1i9_les-methodes-de-subversion-4de4_lifestyle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite précision sur cette conférence.

      Bien que Tomas Schuman fut un transfuge du kgb passé à l'ouest (a situer dans le contexte de la guerre froide URSS/états-unis des années 80), il ne faut pas croire que ces techniques de subversion du peuple soit l'exclusivité d'un camp russe ou américain, du moins c'est ce que je pense personnellement.

      Supprimer
  4. Un coup fourré?
    Évidemment.

    Nous connaissons tous l'influence de la franc-maçonnerie qui oriente et manipule toute les composantes de notre société tant sur les plans religieux, idéologique, éducatif, juridique...

    Le véritable pouvoir se trouve donc dans les arrières loges et entre les mains de conseillers politiques initiés tels qu'attali (loge maçonique b'nay b'rith) ou alain bauer (godf).

    Le gouvernement n'est que la courroie de transmission qui permettra l'application des lois préparées dans les "convents maçonniques".

    L'éducation nationale fut toujours une cible privilégiée pour la franc-maçonnerie.
    C'est un moyen pour elle de diffuser auprès de nos enfants et dès le plus jeune âge les valeurs de la république.
    Un formatage des jeunes esprits à la sauce laique, lgbt, mondialiste, droit de l'hommesque.
    Une initiation à la lumière luciférienne pour les futures générations de citoyens adultes du nouvel ordre mondial.

    "Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents" comme le disait laurence rossignol.

    Un des objectifs premiers des mondialistes est de détruire la famille, cela passe aussi par l'éducation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, du coup on se retrouve à devoir faire un double travail sur nos enfants, les éduquer conformément à nos valeurs bien évidemment mais aussi repérer et déconstruire les tissus de mensonges et propagandes qui leur ont été distillés par l'"éducation nationale"
      La fin nous la connaissons ils iront aussi loin qu'ils voudront mais ne gagneront pas et n'auront jamais le dernier mot.

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog