vendredi 10 juin 2016

La Russie l’emporterait sur l’OTAN en à peine 60 heures – voire moins – si une guerre éclatait entre les deux puissances


La Russie ne veut pas – et n’a pas besoin – d’une guerre. Pourtant, le récit de l’«agression russe» ne s’arrête jamais. C’est pourquoi il est toujours révélateur d’y revenir.
Une étude de la RAND Corporation examine ce qu’il se passerait si une guerre éclatait vraiment. La RAND en est arrivée à une conclusion «ambigüe» après une série d’exercices militaires en 2015 ; la Russie l’emporterait sur l’OTAN en à peine 60 heures – voire moins – si une guerre éclatait entre les deux puissances sur le sol européen.


La RAND Corporation est avant tout une succursale de la CIA – et donc une machine de propagande. Pourtant, affirmer que les pays Baltes et l’Ukraine seraient écrasés par l’armée russe en moins de trois jours ne relève pas de la propagande. Suggérer que des renforts aériens de l’OTAN et des divisions blindées feraient une différence est bidon.  
Des missiles américains à 30 minutes de Moscou [représentent] une réelle menace pour la nation russe
L’Aegis change la donne car il représente une zone d’envoi pour les missiles américains. Représentez-vous des missiles américains à une portée minimum – environ 30 minutes – de Moscou ; cela représente une réelle menace pour la nation russe. L’armée russe s’est elle aussi montrée «ambiguë» ; si les intentions de l’OTAN – via le Pentagon – sont incertaines, une frappe préventive des systèmes Iskander-M depuis la Transnistrie – pour détruire les missiles américains avec des armes de précisions est nécessaire.
Pendant ce temps, Moscou a connu un succès fracassant – même si c’est loin d’être terminé – en Syrie. Par conséquent, il ne reste au Pentagon – via l’OTAN – qu’à sortir la carte des tactiques alarmistes. Ils savent que la Russie est prête à faire face à la guerre – qu’elle y est certainement bien mieux préparée que l’OTAN. Ils savent que ni Vadimir Poutine ni l’armée russe ne cèderont à l’alarmisme auquel jouent les Américains. En ce qui concerne le ton bien trop conciliant du Kremlin envers Washington, cela pourrait bien changer dans un avenir proche.
Dites bonjour à mon S-500
L’armée russe est sur le point de tester les premiers prototypes du système de défense aérien S-500 Prometheus, aussi connu sous le nom de 55R6M Triumfator M – capable de détruire les missiles et les avions hypersoniques à missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) à une vitesse de 5 Mach et de détecter et attaquer simultanément jusqu’à dix têtes de missiles balistiques. Cela signifie que le S-500 peut pulvériser les missiles balistiques avant que leurs têtes ne ré-entrent dans l’atmosphère.
[Le Pentagon et l'OTAN] savent que la Russie est prête à faire face à la guerre [et] qu’elle y est certainement bien mieux préparée que l’OTAN
Par conséquent, dans le cas des tergiversations de l’OTAN à la RAND, le S-500 éliminerait toute force aérienne de l’OTAN dans les pays baltes – pendant que le missile Kornet détruirait tous les véhicules blindés de l’OTAN sur le terrain. Et je ne parle même pas des armes conventionnelles.
Si on en vient aux missiles nucléaires, les missiles anti-missiles S-400 et S-500 bloqueraient tout missile américain de type ICBM, missile de croisière et avion furtif. Les drones d’attaque seraient bloqués par les drones de défense. Le S-500 réduit à néant des avions de guerre furtifs tels que le F-22, F-35 et B-2.
Enfin, en termes de développement de missiles hypersoniques, la Russie devance les Etats-Unis de quatre générations, si l’on se fie aux systèmes S-300, S-400 et S-500. Les Russes travaillent déjà sur le prochain système, le S-600. Cela prendrait au moins dix ans aux Américains pour développer et sortir un nouveau système, ce qui, dans l’armée, équivaut à une génération. Tous les planificateurs du Pentagon qui accordent un peu de valeur à leur retraite devraient le savoir.
En termes de développement de missiles hypersoniques, la Russie devance les Etats-Unis de quatre générations
Les Russes – et les Chinois – sont déjà capables d’éliminer les systèmes de navigation par satellite pour les missiles nucléaires américains de type ICBM et les missiles de croisière. Ils pourraient également éliminer les premières alertes que les constellations de satellites lanceraient. La durée de vol d’un missile hypersonique russe, lancé depuis un sous-marin nucléaire russe jusqu’à la côte est des Etats-Unis, est de moins de 20 minutes. Par conséquent un système d’alerte précoce est essentiel. Ne comptez pas sur les systèmes THAAD et Patriot pour faire leur travail, ils sont inutiles. Encore une fois, la technologie hypersonique russe a déjà rendu tout le système de défense anti-missile aux Etats-Unis et en Europe complètement obsolète.
Pourquoi alors la mise en place du système Aegis par le Pentagon près des frontières russes inquiète autant Moscou ? La réponse la plus crédible est que Moscou s’inquiète toujours que l’industrie militaire américaine puisse développer des missiles anti-missiles efficaces même si les Américains ont maintenant quatre générations de retard.
La Russie doit accepter docilement d’être encerclée par l’OTAN
En même temps, les planificateurs du Pentagon ont raison de s’inquiéter de ce qu’ils savent ou de ce qu’ils soupçonnent. L’armée russe – d’une façon très asiatique – ne montre jamais complètement son jeu. Le facteur clé dans tout cela : l’impénétrabilité du S-500 qui permet à la Russie pour la première fois dans l’histoire de lancer une attaque nucléaire, si elle choisit de la faire un jour, et d’être immunisée contre toutes représailles.
Le reste n’a aucune importance. Mais ne vous attendez pas à ce que le récit officiel de l’OTAN/du Pentagon change. Après tout, l’industrie militaire est un panier sans fond, et un ennemi puissant est nécessaire (le «califat» bidon de Daesh ne compte pas).
Selon le récit de la menace, la Russie doit accepter docilement d’être encerclée par l’OTAN. La Russie n’a pas le droit de répondre ; toute réponse sera cataloguée «agression russe». Si la Russie se défend, cela sera «montré du doigt» comme une provocation inacceptable. Et pourrait même fournir le prétexte pour une attaque préventive de l’OTAN contre la Russie.
Maintenant laissons ces planificateurs du Pentagon/de l’OTAN retourner jouer dans leur somptueux jardin d’enfants. 

Source: RT (extrait d'un article du journaliste indépendant brésilien Pepe Escobar)

4 commentaires:

  1. Ce genre de pronostic ("qui c'est qui est le plus fort") et minuté par dessus le marché n'a aucun sens.
    Tout dépend si on parle de guerre conventionnelle ou nucléaire, et si nucléaire il faut aussi distinguer entre usage d'armes seulement tactiques en Europe ou usage plus large de missiles intercontinentaux et sous-marins...
    Et je ne discute même pas des formes chimiques ou bactériologiques, couplées si nécessaire avec cyber-attaques sur les systèmes financiers...
    La guerre de nos jours est hybride mon cher...quel que soit le scénario il est très aléatoire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Scenario très aléatoire... sauf s'il est réglé comme du papier à musique.. ;-)

      Supprimer
    2. Il ne faut pas se focaliser sur le timing, ça pourrait être plus ou moins. L'idée est que, compte tenu des armements offensifs et défensifs en possession de la Russie, l'OTAN est grillé d'avance en cas de guerre en l'état actuel des choses.

      J'ai déjà publié divers articles qui montrent que la Russie peu percer les boucliers de défense US mais que l'inverse n'est pas vrai. Or, ceux qui croient que la prochaine guerre se jouera sur le champs de bataille se trompent lourdement. Les guerres aériennes sont bien plus rapides, décisives d'un point de vue stratégique, dévastatrices et permettent de limiter les pertes humaines...pour ceux qui lancent les attaques préventives du moins. Pour les autres, c'est une autre histoire.

      Bien sûr, cela reste un scénario...mais qui parait bien probable en cas de conflit. Même les chars russes surclassent de loin les chars européens. Après, la technologie ne fait pas tout mais cela peut faire la différence (surtout quand il y a plusieurs générations de retard).

      Supprimer
  2. C'est vite vu: une frappe nucléaire dans une ville Européenne et c'est la fin. Une panique indescriptible et la fuite hors d'Europe s'ensuivrait. Les Russes s'approcheraient des frontières avec tous leurs chars pour une invasion totale en cas de réponse nucléaire de l'OTAN.

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog