jeudi 21 juillet 2016

Attentat de Nice: le gouvernement a menti concernant la sécurité




Un média de masse qui accuse le gouvernement de mensonge, qui plus est pour une affaire de terrorisme, ça n'arrive pas tous les jours (surtout venant de la part de Libération qui aurait plutôt tendance à boire les paroles de l’exécutif et à en faire la promotion habituellement). Cet article vient pourtant confirmer l'information publié sur le site antérieurement évoquant le fait que la sécurité de l'événement était déficiente puisque des fourgons de police barrant la promenade des Anglais ont été retirés juste avant l'attaque. L'article confirme en plus que les effectifs étaient très restreints, en particulier pour empêcher l'accès au site. Cette photo en témoigne. 


D'après Christian Estrosi, il était prévu "64 policiers» nationaux, 42 policiers municipaux et 20 militaires de la mission Sentinelle annoncé par Bernard Cazeneuve après l'attentat". Or il n'y avait apparemment aucun militaires Sentinelle ni policiers nationaux non plus au barrage...seulement deux policiers municipaux. Le nombre de policiers nationaux affectés à l'événement n'est pas très clair non plus mais ne semble pas refléter les effectifs promis.

Alors si les officiels n'hésitent pas à travestir la réalité jusqu'au plus haut sommet du gouvernement pour protéger leur intérêts, cela devrait donner une piste supplémentaire à pour répondre à la question:  qui dit la vérité dans le cas des allégations de torture au Bataclan? La version officielle vient une fois encore d'en prendre un coup. Comment les français peuvent-t-ils encore croire ce qu'on leur raconte alors que l'on constate aussi régulièrement des mensonges gros comme une maison de l’exécutif? Aujourd'hui plus que jamais, le gouvernement devrait démissionner. Cazeneuve, Valls et Hollande en tête de liste. Fawkes

-------

C’était il y a une semaine. Au volant d’un véhicule de 19 tonnes, Mohamed Lahouaiej Bouhlel fonce dans la foule réunie sur la promenade des Anglais, à Nice, pour les festivités du 14 Juillet. Il laisse derrière lui 84 morts, plus de 200 blessés, et des milliers de personnes traumatisées. Très vite pourtant, la polémique entre responsables politiques démarre, notamment sur les conditions de sécurité le soir du drame. Selon les éléments recueillis par Libération, la communication du gouvernement a, au minimum, travesti la réalité.
LIRE AUSSI NOTRE ÉDITORIALBernard Cazeneuve devra s’expliquer

Quel était le dispositif officiellement prévu ?

Immédiatement après la tuerie, Christian Estrosi, ex-maire de Nice et actuel patron du conseil régional, a mis en cause la responsabilité du gouvernement : «J’aimerais comprendre comment ce camion a pu rentrer dans la zone piétonne ?» s’est-il interrogé, faisant comme s’il ignorait la réponse. Très vite, la question prend une tournure polémique. La mairie de Nice et le gouvernement se renvoyant la balle sur leurs responsabilités réciproques. La première accusant le second de ne pas avoir pris la mesure de l’événement en mobilisant un nombre réduit de policiers nationaux. Le second accusant Estrosi d’être parfaitement au courant du dispositif puisque les services de la mairie ont été étroitement associés aux différentes réunions préparatoires avec la préfecture. Pour tenter de mettre fin à la polémique, cette dernière détaille, dans un communiqué du 16 juillet, le dispositif spécialement pensé pour ce 14 Juillet : «La mission périmétrique était confiée pour les points les plus sensibles à des équipages de la police nationale, renforcés d’équipages de la police municipale. C’était le cas notamment du point d’entrée du camion, avec une interdiction d’accès matérialisée par le positionnement de véhicules bloquant l’accès à la chaussée. Le camion a forcé le passage en montant sur le trottoir.» Et de préciser que ce dispositif a été mis en place pour la première fois.
A croire le communiqué, le début de la zone piétonne de la promenade des Anglais, qui commençait à l’angle avec le boulevard Gambetta, devait donc être barré par des voitures de la police nationale, pour empêcher un éventuel passage en force. C’est ce même scénario que détaille, samedi 16 juillet, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, sur le perron de l’Elysée, à la sortie d’un conseil de défense restreint. «La police nationale était présente et très présente sur la promenade des Anglais», déclare-t-il, avant de préciser que «des véhicules de police rendaient impossible le franchissement de la promenade des Anglais». Et d’assurer que c’est«par les trottoirs et de façon très violente» que le camion a réussi à s’engager sur la voie piétonne.
Quatre jours plus tard, mardi soir à l’Assemblée nationale, à l’occasion du débat sur le rétablissement de l’état d’urgence, Manuel Valls a catégoriquement refusé toute faille des services de l’Etat : «Je ne laisserai jamais dire qu’il y a des failles là où il n’y en a pas ! Je n’accepterai jamais les propos honteux qui insinuent que tout cela aurait pu être évité, car dire cela, c’est discréditer nos forces de sécurité qui se battent chaque jour et qui obtiennent des résultats.» Jusqu’à mercredi 20 juillet, donc, pour le gouvernement, le dispositif de sécurité du 14 Juillet, mis en place de concert avec la municipalité de Nice, n’était sujet ni à débat, ni à questions. Pendant la séance des questions d’actualités, mercredi, le Premier ministre a esquivé la question de Rudy Salles, député UDI des Alpes-Maritimes, et adjoint au maire de Nice, Philippe Pradal, qui s’interrogeait sur l’absence de policiers «lourdement armés» à l’entrée de la zone piétonne. Valls s’est contenté de répondre sur les critiques de Christian Estrosi relatives à une faible présence de policiers nationaux : «Nous tenons le tableau récapitulatif des présences de policiers nationaux sur le terrain à la disposition de la justice» (1). Et de déclarer, solennel : «Le pays a besoin de vérité, de tout savoir

Quelle protection policière en réalité ?

Contrairement à la version avancée au plus haut sommet de l’Etat, le dispositif policier sur la promenade des Anglais ce 14 juillet au soir était en réalité bien plus léger. De nombreux témoignages recueillis par Libération en attestent, ainsi que des photographies, que nous avons pu consulter, prises quelques minutes avant l’entrée du camion conduit par Mohamed Lahouiaej Bouhlel sur la partie piétonne de la Promenade. Celle-ci débute à l’angle du boulevard Gambetta, à une dizaine de mètres du High Club, une boîte de nuit qui sera reconvertie en hôpital improvisé dans la nuit. Sur le cliché que nous publions en une, seuls deux agents de la police municipale sont alors placés au milieu de la chaussée. Vêtus de chasubles jaunes, ils évoluent dans un trafic encore dense et s’assurent qu’aucun véhicule ne pénètre dans la zone piétonne. Les six voies dévolues à la circulation automobile sont coupées par des barrières métalliques et des plots rectangulaires rouge et blanc. C’est également la version d’un témoin présent sur les lieux le soir du drame, qui confirme n’avoir vu que des agents de la ville.
Nulle trace, dans ce périmètre très précis, d’effectifs de la police nationale. Et pour cause, ceux-ci ont été relevés aux alentours de 20 h 30 par leurs collègues municipaux. Il n’y a donc aucune voiture de police nationale susceptible de barrer la chaussée, comme l’assurait la préfecture. Mais une source policière qui a pu visionner les images de la vidéosurveillance assure à Libération qu’un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer. Sans pour autant être en mesure de bloquer le passage. Au moment où Lahouaiej Bouhlel contourne le barrage de Gambetta en montant sur le trottoir, poursuivant ainsi son carnage, les premiers hommes de la police nationale sont placés au cœur de la zone piétonne, à 370 mètres plus à l’est, près de l’hôtel Westminster. Deux voitures sont garées dans le sens de la circulation sur le bas-côté.

Comment expliquer l’absence de la police nationale ?

Le dispositif de sécurité pour les festivités du 14 Juillet a été préparé lors de trois réunions, les 28 juin, 7 et 8 juillet. Présidée par la préfecture des Alpes-Maritimes, la première envisage des mesures renforcées. «Il avait été demandé à la ville de Nice de sécuriser la manifestation par un barrièrage avec filtration du public (palpations, ouvertures de sacs)», peut-on lire dans le compte rendu de la réunion suivante, rédigé par la préfecture. Mais ce 7 juillet, la piste d’une fouille du public (près de 30 000 personnes sont attendues) est abandonnée en raison des effectifs de forces de l’ordre «contraints». La réunion établit alors les rôles de chacun. La police nationale doit se concentrer au cœur de la zone piétonne, là ou il y a les concerts. C’est ce qu’indique le compte rendu de la préfecture du 7 juillet.
Le lendemain, les derniers détails sont fixés. Il est demandé à la police municipale de fournir 42 agents de terrain, soit 16 de plus qu’en 2015. Ces derniers, placés sous l’autorité du préfet, doivent se positionner à partir de 20 h 30 sur une vingtaine de points d’accès, et notamment à l’entrée de la zone piétonne. Au niveau du boulevard Gambetta, leurs missions sont d’assurer la «déviation des automobilistes et la fluidification du trafic», selon la note de service de la mairie de Nice. En clair, le dispositif constaté est exactement celui qui avait été prévu. Mais pas du tout celui décrit a posteriori par la Place Beauvau et la préfecture. Puisque ces derniers assuraient qu’il y avait une présence de la police nationale à l’entrée de la zone piétonne.

Est-ce qu’un dispositif de sécurité renforcé aurait changé les choses ?

Impossible de répondre. Selon nos informations, l’alerte sur la présence d’un camion fou sur la promenade des Anglais est donnée par un équipage de la police municipale aux alentours de 22 h 33. Ces agents, qui n’étaient pas affectés au dispositif de sécurité spécifique au 14 Juillet, sont en pleine intervention près du Centre universitaire méditerranéen quand ils aperçoivent un camion circuler à grande vitesse sur le trottoir de la promenade des Anglais. Lahouaiej Bouhlel a déjà commencé son carnage quelques centaines de mètres plus à l’ouest, près de la rue Lenval. Roulant à près de 90 km/h, il laisse derrière lui de très nombreuses victimes.
L’alerte est donnée sur les ondes radio, mais au moment où les policiers municipaux positionnés à la barrière Gambetta la reçoivent, le chauffard est quasiment sur eux. Ils n’ont pas le temps de faire usage de leur revolver de type 38 spécial, un six coups de calibre 7,65 millimètres, de toute façon inefficace contre un 19 tonnes lancé à pleine vitesse. «Pour endiguer la course d’un tel véhicule, les collègues auraient seulement pu essayer de tirer à travers une vitre latérale. Mais il faut être rapide et précis. Nos armes ne permettent pas de traverser le pare-brise ou de crever les pneus», explique Yves Bergerat, policier municipal à Nice. Il faudra attendre quelques dizaines de secondes plus tard les premiers tirs au Sig-Sauer 9 millimètres des policiers nationaux, alors postés devant l’hôtel Westminster et qui courent en direction de l’hôtel Negresco, pour que la course du camion commence à être entravée. Elle finit quelques mètres plus loin devant le palais de la Méditerranée.

Source: Liberation


29 commentaires:

  1. Valls a quand même osé sortir : "Le pays a besoin de vérité, de tout savoir." alors qu'on voit bien que le mensonge est sa seconde nature. Avec eux, plus ils jouent la carte honnêteté, plus il faut se méfier...la preuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et que la main du président n'a jamais tremblé lorsqu'il fallait prendre une importante décision."

      Toujours après coup, ils n'anticipent rien.

      3 attentats terribles déjà.
      Que sera le 4ème? Un crash d'un avion français revenant de vacances?!

      Rem: un autre avion malaisien s'est crashé/explosé en Malaisie cette semaine et personne n'en parle.

      Supprimer
    2. Je pense à une attaque chimique ou bactériologique. D'après les menaces faites par les terroristes.

      Guy message important aux français:
      https://www.youtube.com/watch?v=bIey21dBSFI
      C'est le regroupement familial apparemment en france.

      Le commandant du rebelle cannibale «modéré» syrien se serait vu accorder l’asile en France.
      https://eschatologiablog.wordpress.com/2016/07/20/le-commandant-du-rebelle-cannibale-modere-syrien-se-serait-vu-accorder-lasile-en-france/
      Source non officielle mais la preuve en photo.

      Supprimer
    3. @hotchinawa
      La main qui tremble, il en connait un rayon Valls. Voir l'avant-dernier tweet.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. "'article confirme en plus que les effectifs étaient minimum, en particulier pour empêcher l'accès au site. Cette photo en témoigne. "

    j'ai pas pigé ? donc suffisant nombreux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas ce que tu ne comprends pas. Valls affirme qu'il n'y avait aucune faille, or cet article confirme qu'il n'y avait que deux policiers municipaux et une voiture de police au milieu de la chaussée pour empêcher le terroriste de passer le barrage. Ce n'est pas ce qu'affirme Valls.

      La plupart du temps, les militaires Sentinelle font des ballades inutiles autour de sites qui n'ont aucun intérêt et là, pour le 14 Juillet, le gouvernement n'en mobilise pas un seul dans une ville de plus de 300 000 habitants connu pour ses nombreux radicaux? ça n'a aucun sens.

      Cela montre bien que leur présence est seulement cosmétique et n'est pas utilisée à bon escient. Si L'Etat d'urgence ne permet pas de sécuriser ce type d'événement à risque alors c'est une simple mascarade politicienne.

      Supprimer
    2. Il y avait 30.000? personnes assistant au spectacle pour 45 policiers!

      Mais n'importe qui vous dira qu'il ne faut pas être expert en sécurité pour se rendre compte que c'est insuffisant. Il aurait bien dû y avoir 450 policiers pour 30.000 personnes, 10x plus et encore c'est probablement trop faible.

      C'est un fiasco total!

      Comme au Bataclan, les circonstances en faveur des criminels leur sont TROP favorables. A plusieurs reprises ils auraient pu être intercepté, remarqué, stoppé mais non ils ont à chaque fois une "chance" incroyable dans leur crime. Dieu n'a pu resté inactif à ces actes, c'est impossible, mais l'homme n'est pas à l'écoute, ne remarque pas les signes, "l'appel à l'aide". Il faut se dire qu'en face les criminels sont aidés par le mal, de plus en plus présent. Le combat est inégal, du moins pour l'instant, les gens doivent se réveiller et s'entraider.

      Supprimer
    3. L'état d'urgence n'est pas pour surveiller du "terroriste" mais de contrôler la masse populaire qui ose questionner les dirigeants.
      Dessygaste

      Supprimer
  3. la photo ? après les faits.
    BREF ok, encore des commanditée bien bien organisé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo a été prise avant les faits dans la soirée bien évidemment. Vu la qualité, sûrement par un riverain.

      Supprimer
    2. Par un homme casqué: CRS, policier...
      Ne serait-ce pas le gars en bas à gauche, en dessous des phares allumés de la voiture, à la droite du bras de la femme montrant du doigt?

      Vous ne l'aviez pas vu? :D

      Supprimer
  4. ils préfèrent garder benoitement les synagogues !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là où j'habite ce n'est pas le cas, ils vivent tranquillement au milieu des Musulmans, des chrétiens et autres.

      Par contre dans mon ancien quartier, dans une grande ville, à majorité juive c'est bien le cas et je pense qu'ils (pas tous) en marrent de tous ces militaires. Cela ne fait que attiser la haine envers eux et ils en sont conscients. Donc c'est purement politique.

      Supprimer
  5. HS mais Michael Snyder, quoique évangéliste protestant n'est absolument pas un diffuseur de "hoax". Il a vérifié les sources avant de diffuser cette info "troublante"..mais garde bien sûr des réserves car on ne sait pas...

    http://endoftheamericandream.com/archives/what-is-that-could-this-bizarre-winged-creature-be-a-fairy-an-alien-or-a-locust-from-the-book-of-revelation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WHATTT, ARE YOU SERIOUS !!!

      Ca ressemble à un fake mais qui sait...

      Apocalypse 9.11

      Supprimer
    2. Oui ça ressemble fortement à un fake. Je suis toujours très prudent avec ces trucs.
      Cela-dit, si c'est réel... Le CERN aurait peut-être déjà crée sa fameuse brèche ?! ;)

      Supprimer
    3. C'est justement parce que je connais le sérieux de Michael Snyder et qu'il dit lui-même avoir vérifier auprès de l'auteur qu'il ne s'agissait pas d'un hoax que j'ai publié l'info...
      Ça m'a fait penser au film SPICE...
      Serait-ce une créature conçue dans un laboratoire secret lors d'expériences de manipulations génétiques?.. Peut-être même pour recréer ces fameuses "sauterelles" annoncées en apocalypse 9... Vu qu'ils simulent tout le texte pas à pas depuis des années...

      Supprimer
  6. https://www.youtube.com/watch?v=65kIOhrM1OM


    R-H

    RépondreSupprimer
  7. https://www.youtube.com/watch?v=bIey21dBSFI
    à voir extremmement grave!!!!!

    Gisèle

    RépondreSupprimer
  8. https://echelledejacob.blogspot.fr/2016/07/attentat-de-nice-des-victimes-portent.html

    RépondreSupprimer
  9. Une nouvelle vidéo de l'état islamique qui prévoit des attaques terroristes sur marseille:

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3700942/ISIS-attacks-France-new-propaganda-videos.html

    Maintenir la population en état de choc et dans la peur.
    ORDO AB CHAOS.

    Censure de l'état sur la réalité des faits:
    Attentat de Nice : la justice a demandé à la mairie de supprimer 24 heures de vidéosurveillance

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/21/97001-20160721FILWWW00269-info-le-figaro-attentat-de-nice-la-justice-a-demande-a-la-mairie-de-supprimer-24-heures-de-videosurveillance.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 434-4 du code pénal : délit aggravé de destruction de preuves par autorité devant concourir à la manifestation de la vérité;peines encourues 5ans d'emprisonnement et 75000€ d'amende; c'est honteux ; mais qu'ont ils donc à cacher?

      Supprimer
    2. Collard ne va certainement pas manquer de plaquer çela sur le nez de Valls :D

      Supprimer
  10. Pardon pour mon orthographe et pour ce ors sujet.

    Mais je viens de regarder le journal sur France2, où ils interview le conducteur du scooter qui prend t'en chasse le chauffeur du camion que l'on peut voir sur de multiple vidéo YouTube.
    J'ai peut être louper un épisode mais il y a deux jours iTélé a fait la même chose avec une toute autre personne.

    Si quelqu'un a les moyen de vérifier et de me rassurer, me dire que c'est mon imagination. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce motard n'était pas tombé sous le camion?! ou alors c'est un autre ou encore un mensonge sur la chute du motard.

      Supprimer
    2. Pas eu le temps de regarder en détail cet article de Panamza mais peut être il répondra à vos questions :

      http://panamza.com/nice-franck

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog