samedi 5 novembre 2016

Red Flag: les Etats-Unis affirment vouloir lancer des cyberattaques sur les infrastructures critiques russes en cas d'ingérence pendant les éléctions


Si elle s'avère bien exacte, cette information est grave: les Etats-Unis menacent de lancer des cyberattaques sur la Russie pendant ou juste après les élections si les russes essayaient d'influer sur le scrutin. Ils affirment en effet avoir pénétré les télécommunications, le réseau électrique (infrastructure clé de tout pays) et pire encore le système de contrôle du Kremlin...carrément. 

Le simple fait d'annoncer ces piratages à l'encontre d'une nation comme la Russie ainsi que l'intention d'attaquer est déjà un acte extrêmement belliqueux. Cette information pourrait prêter à sourire dans un autre contexte vu que le b.a.-ba d'une cyberattaque réussie est tout de même l'effet de surprise. Annoncer à l'avance une cyberattaque tout en précisant en plus les cibles est totalement grotesque. 

Pourquoi donc le gouvernement américain se risque-t-il a une annonce de la sorte? Il sont tout simplement en train de se forger un alibi. En effet, le roman du piratage du DNC a déjà été débunké mais les Etats-Unis persistent à présenter "la main invisible de Poutine" comme un danger pour les élections, mettant notamment en avant les avertissements du hacker Guccifer 2.0, qui a reprit le flambeau de son prédécesseur qui purgant actuellement une peine de 4 ans et demi de prison

L'identité du hacker est bien entendu inconnue à ce jour et pourrait provenir de n'importe ou, y compris des Etats-Unis...mais non, pour Washington, c'est forcément la Russie. Conclusion, si d'aventure la moindre attaque d'envergure venait perturber les élections, et cela même si elle venait de l'intérieur du pays, les Etats-Unis pourraient faire porter le chapeau à la Russie et lancer des représailles, au minimum proportionnelles. En gros, un vrai acte de guerre déguisé en "juste retour des choses". C'est bien connu, les Etats-Unis ne sont jamais des agresseurs: ils installent la démocratie, protègent la veuve et l'orphelin (du moins, quand ce ne sont pas eux qui rendent les gens orphelins).

Pour couronner le tout, le gouvernement US annonce qu'Al Qaida pourrait lancer des attentats le 7 novembre, la veille des élections. Ils sont en train d'instiller en place un climat de terreur agitant le spectre d'attaques à la fois terroristes et cybernétiques. Concernant d'éventuels attaques "terroristes", rappelons que les dernières attaques d'envergures sur le sol américain officiellement attribuées à Al Qaïda (crée par les Etats-Unis dixit Hillary) se sont avérées être le plus gros false flag de tout les temps, impliquant divers gouvernements. Quand au piratage tant redouté, ce serait l'acte d'agression le plus grossier et le moins avantageux sur la scène internationale que la Russie puisse faire.

 Autant dire que la Russie n'a pas fait de déclarations aussi stupides que celles de Biden à ce jour et qu'il y a très peu de chances que cela arrive. Soit il ne se passera strictement rien, soit ce sera la main non pas de Poutine...mais d'Obama. A suivre. Fawkes
-------

Moscou demande des explications à Washington sur des soupçons de préparation de cyberattaques

NBC News a révélé dans un article choc que le gouvernement des Etats-Unis pourrait lancer des cyberattaques s'il soupçonnait la Russie de vouloir s'immiscer dans les élections du 8 novembre prochain. Moscou attend des éclaircissements.
Le 4 novembre, le site de la chaîne télévisée NBC News a publié un article véritablement exalté annonçant que les hackers américains travaillant pour le gouvernement se tenaient prêts à «frapper» si la Russie tentait de «perturber l'élection présidentielle».  
Dans cet article, des sources gouvernementales américaines ont clairement mis en garde contre la possibilité d'une cyberguerre avec la Russie dans un avenir proche.
L'article préfigure un nouveau point de discussion, celui que l'ingérence des pirates du gouvernement américain dans l'élection est nécessaire consécutivement à une supposée cyber-agression russe.
L’article de NBC News rapporte en effet que des hackers de l’armée des Etats-Unis ont pénétré le réseau électrique russe, les réseaux de télécommunications et les systèmes de commandement du Kremlin, les rendant vulnérables à des cyberattaques américaines top secrètes qu’ils ne manqueront pas de mettre en œuvre si Washington le juge nécessaire, selon le témoignage d'un haut responsable du renseignement américain et des documents secrets examinés par NBC News.   

Selon la chaîne, les responsables américains ont longtemps annoncé publiquement que la Russie, la Chine et d'autres pays avaient sondé et disposé des logiciels malveillants dissimulés sur certaines parties de l'infrastructure informatique des Etats-Unis, afin de «préparer le champ de bataille» pour des cyberattaques qui pourraient paralyser les réseau électrique et internet dans les grandes villes américaines.   
NBC News enchaîne en supposant sérieusement que Washington a vraisemblablement fait de même de son côté : les documents qu'ils ont pu examiner, ainsi que les remarques d'un haut fonctionnaire des services de renseignement des Etats-Unis sous couvert d'anonymat, confirment les suppositions du média, du moins dans le cas de la Russie. 
Les responsables américains continuent d'être préoccupés par le fait que la Russie puisse utiliser ses capacités de piratage informatique pour tenter de perturber l'élection présidentielle du 8 novembre prochain.

Si les services de renseignement américains ne s'attendent pas à ce que la Russie attaque directement les infrastructures importantes du pays – ce qui, selon beaucoup, serait immédiatement considéré comme un acte de guerre affirmé et officiel – mais elle anticipe néanmoins de potentiels cyber-méfaits, comme notamment la publication de faux documents ou la mise en place d’une importante campagne de désinformation.   
Le 4 novembre, le hacker connu sous le nom de «Guccifer 2.0» – que les responsables américains accusent de travailler pour le renseignement russe – a posté un tweet dans lequel il menace de surveiller les élections américaines «de l'intérieur du système».

Moscou attend des explications de la part de Washington


Suite à l'article de NBC News, le Kremlin a déclaré attendre du gouvernement américain des explications à propos de ces allégations.

Car ni le Pentagone, ni la Maison Blanche n'ont pour le moment commenté les faits ou tenté de réfuter les accusations de préparation d'une cyber-attaque sur la Russie. Ainsi, selon les responsables russes, ce silence pourrait signifier un aveu éventuel.
Dans un communiqué officiel publié sur le site du ministère des Affaires étrangères russe, la porte-parole du ministère Maria Zakharova a déclaré : «En cas d'absence d'une réponse concrète de l'administration américaine dans les plus brefs délais, le Kremlin considérera que les Etats-Unis se livrent à du cyber-terrorisme.»
Le 15 octobre dernier, un rapport de la CIA indiquait déjà que le renseignement américain a été chargé d’offrir des options de cyberattaques sur la Russie à la Maison Blanche.

Source: RT

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Réseau Pédophile de l'Elite

Médias citoyens

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog