dimanche 29 janvier 2017

Détournements de fonds au Sénat : Certains élus (Fillon y compris) mangent à tous les rateliers


François Fillon a bénéficié de fonds publics détournés au Sénat

François Fillon n’a pas seulement salarié son épouse ou ses enfants avec les fonds publics mis à sa disposition par le parlement. À l’époque où il siégeait au Sénat, il s’est mis dans la poche une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes.


Les sommes siphonnées entre 2005 et 2007 par l’actuel candidat LR à la présidentielle ne dépassent sans doute pas les 25 000 euros mais des juges d’instruction ont d’ores et déjà estimé que le stratagème utilisé, partagé avec nombre de sénateurs UMP entre 2003 et 2014, pouvait relever d’une infraction pénale. Plusieurs élus en ayant profité viennent même d’être mis en examen pour « recel de détournements de fonds publics ». À ce stade, l’information judiciaire en question porte uniquement sur des faits postérieurs à 2009, période à laquelle François Fillon avait déjà quitté le palais du Luxembourg pour Matignon. Son cas ne fait donc pas l’objet d’investigations.1

Mais d’après des témoignages et documents comptables de l’époque, le sénateur Fillon a bien bénéficié de ce mécanisme clandestin de captation de fonds publics au cours de son mandat. Comment cela fonctionnait-il ?

Il suffit de savoir que les parlementaires n’épuisent pas toujours l’enveloppe mise à leur disposition pour salarier des assistants personnels. Plutôt que de laisser leurs « restes » dans les caisses du Sénat, certains élus préfèrent alors les déléguer à leur « groupe politique » (la structure qui se charge d’organiser le travail collectif entre élus d’une même étiquette). Jusque-là, rien d’irrégulier. Si l’institution tolère ce transfert, c’est qu’il permet aux groupes (subventionnés par ailleurs) d’embaucher des collaborateurs supplémentaires, donc d’améliorer le travail parlementaire. En théorie.

Car entre 2003 et 2014, le système a été perverti côté UMP : des sénateurs récupéraient en douce un tiers du crédit qu’ils déléguaient au groupe. Dans les couloirs du palais du Luxembourg, cette commission portait même un surnom, désuet et euphémisé à souhait : « la ristourne ». Selon les années et les courants politiques auxquels appartenaient les bénéficiaires, ces sommes ont pu suivre divers circuits, être directement distribuées par le groupe UMP ou bien transiter par une association fantoche baptisée Union républicaine du Sénat (URS), plus discrète, qui se chargeait de signer les chèques.

Interrogé par Mediapart samedi après-midi, l’entourage de François Fillon a refusé de confirmer ou démentir que l’ancien premier ministre ait touché de tels chèques, se contentant d’affirmer : « Pas de commentaire sur une affaire judiciaire en cours. »

Sollicité par l’intermédiaire de son avocat, l’ancien trésorier du groupe UMP au Sénat, Jean-Claude Carle, mis en examen depuis novembre 2016, fait savoir qu’il n’a aucun commentaire à faire. « Aucun commentaire », nous répond également le sénateur Henri de Raincourt, ancien président de l’URS, lui aussi mis en examen. « L’enquête actuelle porte sur la période 2009-2014, souligne l’avocat de Jean-Claude Carle, Me Raphaël Gauvain. Monsieur Fillon n’était pas sénateur à cette période. Il s’agit d’un système ancien, connu de tous et parfaitement légal. » La justice se chargera de trancher.

Comme Mediapart l’a détaillé dans une précédente enquête, ces commissions ont rarement dépassé 4 000 euros par personne et par trimestre. Mais sur douze ans, ce goutte-à-goutte a concerné des dizaines d’élus et les subventions publiques déroutées de leur objet initial se comptent en millions d’euros.

Lien connexe:

La menace fantome: François Fillon est l'un des députés les moins présents à l'Assemblée nationale

Source: Mediapart

8 commentaires:

  1. Bande de voyous de la pire espèce qu'ils sont tous, sans exception.
    Saloperie de mafia d'état qui vole les citoyens depuis des décennies sans être inquiétés par la justice humaine qu'ils ont mis en place eux-mêmes.
    Bientôt c'est Dieu qui vous jugera bande de serviteurs du diable, et j'aimerai pas être à votre place.
    Quand un livreur s'arrête en pleine rue pour faire son boulot vous envoyez vos chiens enragés par dizaines pour le mettre en garde à vue. Mais quand vous volez le peuple vous n'êtes jamais inquiétés, sale race de chiens que vous êtes!!!

    RépondreSupprimer
  2. Et comme toujours personnes pour stopper ces démons violeurs d'enfants.

    RépondreSupprimer
  3. Nous devons lui couper sa retraite de 1er sinistre (500 mile euros par an) pour nous rembourser de ce voleur

    RépondreSupprimer
  4. Même Jacques Mesrine était plus honnête que ces gens-là, la France n'est jamais tomber aussi bas

    RépondreSupprimer
  5. Si vous voulez récupérer votre argent, vous pouvez toujours signer une pétition.lol http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3066791/2017/01/29/Mme-Fillon-rendez-nous-ces-500-000-euros-une-petition-recolte-160-000-signatures.dhtml

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=DJV282frgzA

      Supprimer
  6. “Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés.” [Mark Twain]
     « Saviez vous que la politique est la seule profession dispensée de se conformer à son code de déontologie ? » douloureux constat : tous des crapules immondes

    RépondreSupprimer
  7. Décryptage de la scène de théâtre qui se joue sous nos yeux: à mon humble avis, Fillon est fini pour la présidentielle car même s'il n'est pas mis en examen, il en ressortira sali. Fillon prétend que ses ennemis sont à gauche mais il devrait plutôt regarder dans son propre parti. Quel candidat, proche de lui, aurait eu l'outrecuidance de monter des dossiers? Examinons : comme par hasard, nous avons, ce jour, le député Georges Fenech, ancien magistrat et ancien président de miviludes (gendarme des sectes),donc caution morale du parti réputé pour son intégrité, qui monte au créneau pour dire que la droite doit trouver un autre candidat,question de respectabilité, et comme par hasard quel candidat soutient Fenech?.....Sarkozy (membre du comité des 300)qui va faire son retour par la petite porte sans le préalable des primaires puisque Juppé a déclaré ne pas vouloir être le candidat de substitution...Donc nous aurons 3 candidats en compétition pour la présidentielle dont deux proches des zélites : Macron à gauche et Sarkozy à droite, et Lepen...

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Médias citoyens

Archives du blog