dimanche 22 janvier 2017

Documentaire d'Oliver Stone: "Tous les gouvernements mentent"


En hommage à "Izzy" Stone, légendaire franc-tireur du journalisme, ses héritiers américains dressent un état des lieux accablant, et passionnant, des médias de masse aujourd’hui.

Isador Feinstein Stone, alias "I. F." ou "Izzy" Stone (1907-1989) est l’une des figures les plus glorieuses du journalisme américain : farouchement indépendant et engagé à gauche, il a battu en brèche durant des décennies la propagande gouvernementale, dénonçant les abus du maccarthysme comme la ségrégation raciale, la guerre du Viêtnam comme la collusion entre l’industrie et le pouvoir.


 Au nom de sa devise, "Tous les gouvernements mentent", il défend âprement la liberté et la démocratie promises par la Constitution dans un bulletin hebdomadaire austère et dépourvu de toute publicité. Placé sous son autorité tutélaire, ce documentaire part à la rencontre de ses héritiers dans l’Amérique d’aujourd’hui – engagée au moment du tournage dans une campagne qui n’avait pas encore été couronnée par la victoire de Trump, mais avait déjà vu éliminé le candidat à l’investiture démocrate Bernie Sanders.

La "crème de la crème"

Ils forment la "crème de la crème" du journalisme indépendant de gauche américain et s’appellent Amy Goodman (Democracy now!), Jeremy Scahill et Glenn Greenwald (créateurs du site d’investigation The intercept, dans la foulée des révélations d’Edward Snowden sur la NSA, qu’ils ont contribué à rendre publiques), Matt Taibbi (chroniqueur politique pour Rolling Stone), David Corn (Mother Jones), Cenk Uygur (créateur de l’émission The young Turks)... On suit aussi John Carlos Frey dans l'enquête patiente qu'il mène au Texas, grâce au soutien financier d'une fondation, sur des charniers, vraisemblablement de migrants assassinés, dont les autorités se désintéressent totalement. Tous ont pour armes un métier qu’ils revendiquent avant tout comme un artisanat et un engagement, et la formidable puissance d’Internet, qui leur a permis de s’adresser directement au public sans dépendre de la publicité.

 Le réalisateur Michael Moore, le philosophe Noam Chomsky, mais aussi Carl Bernstein, célèbre pour avoir révélé, avec Bob Woodward, le scandale du Watergate qui fit tomber Nixon, joignent leurs voix pour dresser un état des lieux à la fois accablant et passionnant du fonctionnement des grands médias aujourd’hui. Des networks télévisés comme ABC et NBC au vénérable New York times, la concentration croissante des titres, la course à l’audience et la confusion des intérêts publics et privés promeuvent une forme de propagande de masse – en particulier, depuis le 11-Septembre et l’invasion américaine de l’Irak, dans les domaines de la défense et de la sécurité. Une très convaincante enquête à charge qui, au-delà de la question américaine, invite à la réflexion tout citoyen soucieux d’être informé de l’état du monde.


Source: Arte



7 commentaires:

  1. Amusant, vous avez vu sur quoi porte les premiers décrets de M Trump 3 jours après sont investiture...?
    Le premier est qu il va abroger la loi qui aide tous les américain a avoir une couverture sociale dite loi "obama care".
    Le second l arrêt des réglementations entre états jusqu a qu elles soient approuvées ou changées...
    En d autre termes la destruction de l assurance maladie Étasunienne, comme le propose M Fillion directement ou M Macron mais plus discrètement.
    Il est beau votre révolutionnaire anti système au service du petit peuple Étasunien.

    http://www.lci.fr/elections-americaines/donald-trump-j1-le-nouveau-president-signe-un-decret-contre-l-obamacare-2022805.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais l'obamacare n'a rien à voir avec notre système de santé en France. C'est une obligation pour tout le monde de souscrire à une assurance "payante" chez des assureurs privés. ça n'a rien d'extraordinaire. Celui qui par exemple pour x raisons ne souhaitait pas passer par le système de santé traditionnel s'est vu obliger de le faire par la loi. Ce n'était en aucune façon une protection pour tous financée par l'Etat.

      Quand à notre CPAM, c'est bien pratique pour le peuple qui en abuse allègrement en achetant tout et n'importe quoi comme médicament qui finissent très souvent à la poubelle. C'est un gouffre à pognon. Je ne dis pas qu'il vaudrait mieux ne rien avoir mais cela semble parfois bien trop magnanime pour un pays endetté. Il y aurait sûrement des changements à faire.

      Supprimer
    2. La dette est un leurre virtuel ou j'ai mal compris ? ce n'est pas l'abus de frequentation du doc par l'hypocondriaque qui fait la "dette" mais bien les professionnels qui profitent du système pour s'engraisser

      Supprimer
  2. Privé ou non la n est pas l importance au usa... En France une assurance est obligatoire aussi, pour éviter que les accidents deviennent un gros problèmes (publique ou privé on a les deux). Sur le principe interne de compagnies d assurance médicale et autres ont des utilités qui ne sont plus a prouver, combien de famille se sont retrouver dans des difficultés inimaginables pour des frais opératoires ou de traitements de fond, quelque fois a vie. Alors oui, le privé ce n est pas l idéal, mais je tiens a vous rappeler dans quel état est le système de santé au usa... Ou en faite tous les systèmes sociaux et services publiques, le capitalisme libérale en est la bas a un stade beaucoup plus avancé que chez nous, c est un faite, il n y a plus que du privé la bas. Mais il faut pourtant utiliser les seules infrastructures a la disposition du petit peuple, et donc, la loi obama care même en considérant tous les défauts de sa présidence, cela restait tout de même mieux que se qu il y avait avant. Mais il ne fallait pas s en arrêter la, je suis d accord... enfin ça c était avant. M Trump a rendu la chose bien plus complexe maintenant.

    RépondreSupprimer
  3. incroyable? soupçon de fraude aux élections pour les primaires https://francais.rt.com/france/32860-chiffres-primaire-gauche-entre-confusion-fraude

    RépondreSupprimer
  4. Le documentaire est de Fred Peabody et n'a rien à voir avec Oliver Stone sinon une référence à Izzy Stone (1907 - 1989), un journaliste homonyme sans lien de parenté avec le réalisateur.

    Etant donnés les noms alignés, Cenk Uygur, David Corn, Amy Goodman ou Michael Moore, Il est évident que tout cela manque de sérieux. j'aurais été très étonnée qu'Oliver Stone ait trempé là-dedans. Il n'en est rien, ouf.
    http://boutique.arte.tv/f11620-tous_gouvernements_mentent_va_rita_mensonge_et_esprit_i_f_stone

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant si. Le réalisateur est Fred Peabody mais le producteur est bien Oliver Stone:

      http://www.arte.tv/guide/fr/072807-000-A/tous-les-gouvernements-mentent

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

L'imposture Macron

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Sidebar Google

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog