mercredi 11 janvier 2017

Quand Hollywood célébrait le fugitif pédo-sataniste Roman Polanski aux Oscars


En 2003, Roman Polanski a gagné l'Oscar du meilleur film avec Le Pianiste. Étonnement...ou pas vu que l'on parle  d'Hollywood, l'antre de la pédophilie), les invités s'étaient alors majoritairement levés pour faire une ovation au pédophile condamné aux Etats-Unis mais qui n'a jamais effectué sa peine vu qu'il a fui vers la France. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire de Polanski, voila un résumé assez exhaustif qui montre que son statut d'élite (et son porte-monnaie) ont réussi a venir à bout de tous les obstacles à sa liberté tout en bénéficiant d'un soutien inconditionnel de nombreuses personnalités du Showbizz.

"Les Poursuites judiciaires

Depuis l'année 1977, Roman Polanski (alors âgé de 44 ans) est poursuivi pour une affaire de crime sexuel sur une mineure de 13 ans. L'adolescente a déclaré avoir subi un viol sous l'emprise de l'alcool et de drogue.


 La victime, Samantha Gailey (future épouse Geimer), a été sélectionnée pour une séance de prise de vues commandée par l'édition française du magazine Vogue. Durant la séance, dans la propriété californienne de Jack Nicholson qui était absent30, Roman Polanski lui a fait boire du champagne avec un sédatif, le méthaqualone, très utilisé à l'époque comme drogue récréative, avant de la contraindre à un rapport anal30.

Polanski est alors incarcéré pendant 47 jours. Il a plaidé coupable pour rapports sexuels illégaux avec un mineur31 en échange de l'abandon des charges plus graves de viol, de sodomie et de fourniture d'alcool et de drogue à un mineur, en accord avec le juge. Polanski part ensuite en Grande-Bretagne puis en France, dont il possède la nationalité depuis plus d'un an32. Comme d'autres États, la France refuse généralement l'extradition de ses citoyens33. Sous le coup d'un mandat d'arrêt américain lancé en 1978, il ne revient jamais sur le sol américain. Certains ont estimé qu'il aurait pu être jugé en France34,35, mais la porte-parole du procureur de Los Angeles fait observer que ce n'est pas possible dans la mesure où Polanski a déjà été reconnu coupable des faits par la justice californienne, se heurtant ainsi au principe non bis in idem.

La justice américaine va alors tenter de mettre la main sur Polanski lors de ses déplacements à l'étranger. Des demandes d'extraditions sont adressées aux pays avec lesquels les États-Unis ont signé une convention d'extradition : en mai 1978 au Royaume-Uni, en décembre 1986 au Canada, en 1988 en Allemagne, au Brésil, au Danemark et en Suède, en octobre 2005 en Thaïlande et en 2007 en Israël. Cependant toutes ces tentatives ont été vaines36.

En 1993, Roman Polanski se serait engagé à verser à Samantha Geimer une indemnité de 500 000 dollars dans un délai de deux ans. Polanski ne tient pas cet engagement dans le délai convenu37 et la somme qu'il a finalement versée à Samantha Geimer demeure inconnue38. La victime souhaite alors retourner à l'anonymat et exprime son désir d'abandonner les poursuites contre le cinéaste, ce qui semble indiquer que le différend portant sur l'indemnisation a été résolu39. Celle-ci est sortie du silence à deux reprises : en 2003 pour écrire à l'Académie des Oscars et dire aux votants qu'il fallait juger l'artiste et non l'homme en lui-même40 à propos du film Le Pianiste et en 2008 en apparaissant à la première du documentaire de Maria Zenovich, Roman Polanski: Wanted and Desired, réitérant pour l'occasion son souhait de délaisser toute procédure à l'encontre du réalisateur pour éviter de revivre ce traumatisme et pour protéger ses enfants41. Polanski ne lui a jamais adressé de message public en retour41. Samantha Geimer révèle en 2013 que le réalisateur lui a envoyé une lettre d'excuses privée depuis déjà plusieurs années42.

Le 27 septembre 2009, alors qu'il se rend à un festival de cinéma en Suisse afin d'y recevoir un prix pour l'ensemble de sa carrière, il est arrêté par la police à Zurich sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis en 200543,44. Très rapidement, il reçoit le soutien personnel d'une centaine de représentants du monde politique45 et artistique46,47 (notamment en France et en Pologne, les deux pays dont il a la nationalité), puis aux États-Unis46.

La plupart des grands journaux américains approuvent cette arrestation48, s'étonnant du soutien manifesté au réalisateur, étonnement partagé par une partie de la population américaine49. Ces soutiens soulèvent également des oppositions et indignations dans l'opinion publique et la presse française50,51,52. Un journal américain s'interroge sur le coût de cette arrestation. Ainsi, dans son édition du 28 septembre 2009, le Los Angeles Times juge-t-il curieux que le district attorney du comté de Los Angeles, alors que l'État de Californie est en proie à des difficultés financières et à une surpopulation carcérale, cherche à boucler Polanski pour une affaire vieille de 32 ans et alors même que la victime a exprimé le souhait que les poursuites cessent53,54. 

Néanmoins, dans l'ensemble, les journaux américains rappellent que la pédophilie est un crime grave et que Polanski a fui la justice48. La conseillère fédérale suisse responsable du département de Justice et Police Eveline Widmer-Schlumpf défend quant à elle l'arrestation comme conforme au traité d'extradition helvético-américain55 et comme manifestation de l'égalité devant la loi. Elle affirme par ailleurs que l'arrestation ne résulte d'aucune pression politique américaine56. Dans l'ensemble, la classe politique suisse approuve l'arrestation de Polanski57.

Les États-Unis et la Suisse ont signé ensemble une convention d'extradition en 1990 qui est entrée en vigueur en 199758. Roman Polanski s'oppose à son extradition. L'article 22 du traité d'extradition prévoit qu'il « s'applique pour tous les faits commis avant ou après son entrée en vigueur » sauf lorsque la procédure d'extradition a été lancée avant son entrée en vigueur, auquel cas un traité de 1900 doit être appliqué59.

Le 25 novembre 2009, le Tribunal pénal fédéral accepte sa libération conditionnelle contre une caution de 4,5 millions de francs suisses (environ 3 millions d'euros) et une assignation à résidence avec port d'un bracelet électronique à son chalet de Gstaad en Suisse60.

Le 22 avril 2010, la cour d’appel du 2e district de Californie a rejeté sa demande de pouvoir être jugé par contumace, ouvrant la voie à son extradition vers les États-Unis. La demande d’abandon des poursuites présentée par la victime a également été rejetée61.

Le 2 mai 2010, Roman Polanski sort de son silence dans une lettre ouverte publiée sur le site de Bernard-Henri Lévy, La règle du jeu, intitulée, « Je ne peux plus me taire »62.

Le 14 mai 2010, l'actrice britannique Charlotte Lewis, que Polanski avait dirigée dans Pirates, accuse également le cinéaste d'avoir abusé d'elle « de la pire des façons » lorsqu'elle avait 16 ans63. Un des avocats de Roman Polanski, Me Georges Kiejman, a menacé de poursuivre Charlotte Lewis en justice pour ses allégations64.

Le 7 juin 2010, La règle du jeu, le site de Bernard-Henri Lévy, rend publique une liste de noms de signataires de la pétition en soutien à Roman Polanski lancée au lendemain de l'arrestation du cinéaste en Suisse. Parmi plus de 400 noms, figurent Isabelle Adjani, Paul Auster, Pascal Bruckner, Patrice Duhamel, Isabelle Huppert, Milan Kundera, Yann Moix, Salman Rushdie, Barbet Schroeder, Mathilde Seigner, Jean-Pierre Thiollet, Danièle Thompson et Henri Tisot65.

Le 10 juin 2010, Dominique Sels, favorable à la la libération du cinéaste, et qui avait réagi dans Libération dès le 6 octobre 200966, publie San Fernando Valley, impressions67, dans lequel elle écarte l’outil d’analyse habituel connu sous le nom de domination masculine, pour interroger « l’emprise maternelle, qui a l’antériorité biologique et qui n’est parfois pas plus enviable »NB 4, par exemple quand il s’agit de prendre les filles pour des objets68. Elle replace aussi ce fait divers ancien, donc enveloppé d’incertitudes, dans le contexte des années 1970, libertaires et xénophobesNB 5.

Roman Polanski en 2011, au Festival du film de Zurich : le cinéaste recevait à cette occasion le prix pour l'ensemble de sa carrière qui aurait du lui être décerné à l'époque de son arrestation deux ans plus tôt69.

Le 12 juillet 2010, la ministre suisse de la Justice Eveline Widmer-Schlumpf annonce que le cinéaste « ne sera pas extradé vers les États-Unis et les mesures de restriction de sa liberté sont levées » en raison d'un possible vice de procédure dans la demande d’extradition américaine. Polanski retrouve la liberté70,71. Les autorités américaines ont fait appel de la décision. Elles avaient auparavant refusé de faire parvenir aux autorités suisses un procès-verbal d'une audition du procureur de l'époque, arguant du caractère confidentiel de la pièce, et amenant l'Office fédéral de la justice à refuser l'extradition.

Interpol rappelle aux États membres de l'organisation qu'une notice rouge concernant Roman Polanski est toujours en vigueur, et qu'il est toujours considéré comme fugitif72,73. Désormais, les trois pays où Polanski peut circuler librement sont donc la France, la Pologne et la Suisse.

En octobre 2013 alors que sort en salles La Vénus à la fourrure, Samantha Geimer, qui souhaite que toute poursuite judiciaire soit abandonnée, assure en France la promotion de son livre La Fille42. Elle y revient sur la traque dont elle a fait l'objet après les faits et dit correspondre ponctuellement par mail avec le cinéaste depuis 200974,75. Elle affirme par ailleurs lui avoir pardonné42.

Le tribunal de Los Angeles a refusé de réexaminer le dossier de son affaire76."

Alors, vous allez me dire, ok pour le côté fugitif et pédophile mais alors d'ou sort le satanisme? Nous allons voir cela dans cet autre article (afin que l'article ne soit pas trop long).


Publié par Fawkes News





2 commentaires:

  1. on ne comprend plus rien dans cette affaire la , d'abord il y a ce polansky , après il y a sa femme sharon state , après il y a les satanistes psychopathes et dégénérés comme manson et qui ont assassiné sharon state d'une façon atroce et qui était enceinte et qui purge la prison à perpet au lieu d'etre condamné à mort et exécuté depuis longtemps , à ne rien comprendre .

    RépondreSupprimer
  2. par contre asange de wikileaks est totalement innocent de ce qu'on l'accuse faussement en suède .
    un site qui dévoile les crimes au plus haut sommet des chefs des tas de m... et de leurs sbires et qui est obligé de rester dans l'ambassade d'équateur à londre et il a aussi sa famille en australie et des enfants .
    et tandis que les criminels et leurs famille et sbires peuvent vivre à l'abri avec tout leurs système de sécurité , ce n'est plus à gerber mais plus que cela et il y a pas de mot ou de définition à d'écrire cela .
    et les autres site alternatifs aussi c idem , et les anonymes et autres chercheurs de vérité , et oui on 'a tous un peu peur des " gestapo " qui peuvent débarquer ou autre chose et cela je l'écris avec une paranoia saine .

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Médias citoyens

Archives du blog