vendredi 17 février 2017

Le Décodex n'était qu'un amuse-gueule: dans 10 jours nous aurons le droit à CrossCheck



Bon, au moins, cet outil est censé aider à détecter les fausses informations au cas par cas et non jeter opprobre sur un site entier. Par contre, je doute fortement que le résultat soit réellement différent. Tout ce qui n'aura pas été validé par un média de masse et qui ressemblera de prés ou de loin à la dénonciation d'un complot ou à une information compromettante pour les puissants sera très probablement étiqueté comme faux. Les gens doivent s'habituer à vivre dans un monde de plus en plus orwellien ou l'information est filtrée de bout en bout. Fawkes

-------

Plusieurs médias sont partenaires du projet. Le public pourra aussi participer en signalant des contenus douteux afin que CrossCheck puisse mener une enquête

Avec la présidentielle en ligne de mire, le réseau First Draft News et le Google News Lab ont annoncé lundi le lancement avec 16 rédactions françaises d’un outil de vérification des infos du web. Une initiative soutenue par Facebook qui développe son propre outil.

Baptisé "CrossCheck", cet outil permettra aux rédactions de collaborer pour "identifier et vérifier les contenus qui circulent en ligne, qu’il s’agisse de photos, de vidéos, de commentaires ou de sites d’actualités", explique Google.

Le public pourra aussi participer


Une équipe d’étudiants en journalisme, recrutés au CFJ et à l’école de journalisme de Sciences Po et formés par Google, "résumeront et remettront dans leur contexte chaque allégation" (citations tronquées, photomontages, rumeurs…), un flux qui sera supervisé par l’Agence-France Presse et consultable sur le site CrossCheck. 


Parmi les médias partenaires de ce projet, France Médias Monde (via les Observateurs de France 24), France Télévisions, Global Voices, l’AFP, Libération, La Provence, Les Echos, La Voix du Nord, Le Monde (Les Décodeurs), Nice-Matin, Ouest-France, Rue89 Bordeaux, Rue89 Lyon, Rue89 Strasbourg et StreetPress.

D’autres rédactions pourront rejoindre ce projet qui sera lancé le 27 février et le public pourra également participer en signalant des contenus douteux afin que CrossCheck puisse mener une enquête.

Facebook partenaire du projet

Facebook, accusé ces derniers mois de faciliter la diffusion de fausses informations, est partenaire du projet et mettra à disposition un outil d’identification et de suivi de contenus en lien avec la présidentielle. Le réseau social s’engage aussi à contribuer "activement à la détection de fausses informations et à la sensibilisation des internautes à une lecture critique de l’information".

Facebook va également tester en France, après les Etats-Unis et l’Allemagne, sa propre arme de lutte contre les fausses infos en partenariat avec huit rédactions (l’AFP, BFMTV, L’Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes).

Les internautes pourront signaler les fausses informations, qui seront soumises aux rédactions partenaires pour vérification. Si deux "fact-checkeurs" estiment que c’est une fausse information, elle sera signalée sur Facebook par un pictogramme et une mention "contesté par des tiers". 

Source: Sudouest

5 commentaires:

  1. Les infos "vérifiées" par les pires menteurs du système, on peut être certains que le travail sera bien fait.

    Quand on pense que tout ce délire a commencé après la petite dispute électorale chez nos chers maîtres américains, quel bonheur de faire partie des colonies soumises.

    RépondreSupprimer
  2. Désoler M Fawkes, un petit hors sujet...

    http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=422338C4tEqsWcAAPONR.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=0lOkqFZt8Ws

    Vous étiez au courant...? La corruption atteint des sommet en France...

    RépondreSupprimer
  3. en général ces comportements se terminent toujours tres mal ..... pour le peuple

    RépondreSupprimer
  4. Franchement, même si on se fout tous de ces outils et des médias dominants, je trouve que ça fait peur : il y a une volonté obstinée de censure qui s'intensifie de mois en mois montrant qu'ils veulent reprendre le contrôle sur l'information.Ils n'y arriveront pas. Merci Internet !

    RépondreSupprimer
  5. Staline, c'était un enfant de cœur...Surveillance généralisé, disparition du cash. La corde se serre de plus en plus. Pauvre de nous! Priez!

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

L'imposture Macron

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog