mardi 23 mai 2017

Malgré la censure morale des médias, les Macronleaks contiennent des infos compromettantes pour Macron


Sous couleur de morale, les grands médias ont refusé de diffuser les Macronleaks, documents piratés sur l’équipe Macron juste avant le deuxième tour de la présidentielles. Cette censure d’infos compromettantes a servi à protéger le candidat du système.
 
Daniel Schneidermann, le patron d’Arrêt sur images, constate que la communication d’Emmanuel Macron est très au point, et qu’elle impose via les chaînes de télévision que ses amis contrôlent une série d’images quasi mythologiques du nouveau président. Si le public entend ne pas se laisser fasciner, il l’invite à un travail de critique : « Plus l’image sera belle, plus il faudra chercher le hors champ ». Le hors champ, en termes de cinéma, est la réalité que la caméra ne montre pas, et en termes de communication politique la vérité qui échappe au tri de la propagande. L’affaire des Macronleaks montre à quel point des médias dominants, sous couleur de morale politique, ont refusé ce travail critique, au bénéfice de l’élaboration du mensonge du système Macron.
 

Les Macronleaks révèlent le vrai financement de Macron
 
On ne saurait dire que Médiapart, que dirige le trotskiste Edwy Plennel, ancien commis des basses œuvres du ministre de l’intérieur de Mitterrand Pierre Joxe, ni Libération, soient des supports opposés à la gauche et à Macron. Pourtant leur souci de vendre et de paraître faire leur métier les ont poussés tout deux à publier une partie des Macronleaks. Le passage retenu concerne le mode de financement de la campagne présidentielle de Macron. Contrairement à ce que le patron d’En Marche et désormais président prétendait, sa campagne n’a pas été un miracle de spontanéité populaire.

 Si Macron est parvenu à lever 13 millions d’euros en un temps record, c’est qu’il a bénéficié d’un réseau amical de banquiers d’affaire qui lui a ouvert ses carnets d’adresse. On s’en doutait, les Macronleaks l’a mis noir sur blanc et les investigations de Médiapart et de Libé l’ont confirmé. Dans un courriel daté du 13 février 2017, Christian Dargnat demandait à ses correspondants l’aide de ses correspondants pour En marche. 

Ce fidèle de Macron, qui organisait sa campagne « à titre bénévole », est l’ancien directeur général de BNP-Paribas Asset Management, une filiale du groupe qui s’occupe de gestion d’actifs. On en est sûr maintenant, il a multiplié dîners discrets et courriels de relance avec les généreux donateurs avec l’accord de Macron. La belle histoire des petits chèques et des grandes quêtes n’était qu’un « fake » inventé par la propagande Macron.
 

Comment les médias ont discrédité les infos compromettantes
 
On ne mesure pas encore l’ampleur des révélations compromettantes contenues par les Macronleaks car l’essentiel du travail des principaux médias depuis leur divulgation le vendredi cinq mai a consisté à les discréditer au nom de la morale journalistique. Avec trois arguments : la source de ces infos est impure, ces infos sont lancées et utilisées pour biaiser l’élection, ces infos sont des intox. Cette litanie a été indéfiniment reprise par les « analystes » les plus sourcilleux.

 On peut citer Slate car il les résume tous : « Le terme même de «Macron Leaks» est une imposture: il ne s’agit pas d’un «leak», mais d’un piratage, qui vise moins à révéler des malversations imputables au mouvement En Marche! ou à Emmanuel Macron, qu’à les stigmatiser.  Un «leak» est une fuite de documents émanant d’un lanceur d’alerte, qui les confie à des journalistes qui, avant toute publication, les vérifient, analysent, contextualisent, mettant de côté tout ce qui pourrait attenter à la vie privée de ceux qui sont concernés, pour ne rendre publiques que des informations d’intérêt général.
 
En l’espèce, vendredi soir, les soi-disant «Macron Leaks» ont jeté en pâture le contenu de six boîtes aux lettres de responsables du mouvement En Marche ».
 

La censure morale masque le grand mensonge de Macron
 
Avec les accents péremptoires que donne une position morale reconnue, Slate ajoutait : « A contrario, les courriels et documents censés être accablants et qui ont été plus ou moins largement partagés sur Twitter ont donc été, soit forgés de toutes pièces, soit manipulés et biaisés pour coller à l’agenda conspirationniste des trumpistes pro-FN ». 
 
Il faut croire que les journalistes n’avaient pas bien lu, puisque aujourd’hui les forgeries conspirationnistes débouchent sur un bloc d’infos bien compromettantes pour l’image de Macron, sans préjudices de révélations plus graves encore. Les afficionados du jeune président peuvent faire valoir que ces infos ne relatent rien d’illégal. Sans doute : mais Macron ayant prétendu jouer la transparence et la nouveauté, la preuve qu’il a menti de bout en bout fait s’effondrer tout son système. Sans doute n’a-t-il commis là nul crime ni délit : mais pris en flagrant délit de mensonge, il se trouve convaincu que toute son entreprise n’est que du vent.
 

Des médias propagandistes ont écarté les Macronleaks
 
Plus inquiétante encore pour la santé mentale des Français et pour la sécurité du système démocratique me paraît l’attitude des médias dominants. Quand les Macronleaks ont atterri sur le marché, ils se sont moins préoccupés de savoir ce qu’il y avait dedans et de déterminer ce qu’ils pouvaient contenir de vrai ou de faux que d’empêcher qu’ils puissent servir à l’adversaire de Macron. En d’autres termes, ils n’ont pas réagi en journalistes mais en militants politiques, et en propagandistes du système. Et cela bien sûr sous couleur de probité, de déontologie, de mesure et de morale.
 
Cette inversion des valeurs est un phénomène fascinant, il manifeste un affaissement de l’esprit public et annonce une chute accélérée vers le totalitarisme : les médias dominants n’ont plus besoin de stimulation extérieure pour s’adonner à la censure, il y a un entraînement mutuel des journalistes, une autojustification de la censure qui devient pathétique.
 

Macron : censure participative et totalitarisme optimal
 
On peut rapprocher cela des derniers petits scandales de la fin de la semaine dernière dans les médias. Par exemple la prise de bec entre Najat Vallaud Belkacem et Vanessa Burggraf chez Ruquier, le « canular homophobe » de Cyril Hanouna sur Touche pas à mon poste, ou la blague d’Eric Brunet sur la « gérontophilie » supposée de Macron. Il ne m’appartient pas ici de défendre les uns ou les autres, et Cyril Hanouna n’est certes pas un parangon de bon goût. Mais que 17.800 tweets, encouragés par le CSA, fassent un « signalement » de contenu indu, ce qui débouchera sur une procédure du CSA, en dit long sur la censure participative et la dictature qui s’installent. De même, la façon dont le plateau de Salut les terriens a réagi à la plaisanterie de Brunet sur Macron fait-elle froid dans le dos. 

Tous les pairs du « chroniqueur » se sont dressés comme s’il avait enfreint un tabou (il était piteux, d’ailleurs : Macron n’est pas une vache sacrée, on peut rire un peu). Non, on ne peut pas rire. La morale du système est rigide et infrangible. Et l’ineffable Laurent Baffie s’est mué en vestale des convenances citoyennes et présidentielles jugeant que ces « vannes » pêchent par facilité et que « la façon dont vous le faites est extrêmement désobligeante et pas drôle ». Il existe donc à la télévision des professeurs de maintien républicain et d’humour correct. Au président optimal correspond un totalitarisme optimal, avec censure participative à tous les étages.
 

Pauline Mille

2 commentaires:

  1. Dans 5 ans, il deviendra plus riche que les Rothschild

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous sous-estimez leur fortune je pense!

      Supprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

L'imposture Macron

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Sidebar Google

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog