dimanche 13 août 2017

Les mensonges de l’industrie du sucre (reportage)



À l’image des cigarettes, le sucre a fait l’objet d’un vaste lobbying sur plusieurs générations pour en accroître la consommation, au prix de la santé de la population : « dans les années 1970, l’industrie mondiale du sucre a mis au point une stratégie délibérée de conquête, visant à inclure toujours plus de saccharose dans l’alimentation quotidienne mondiale et à en dissimuler sciemment les risques sanitaires ».


 Le documentaire « Sucre, doux mensonge » réalisé en 2015 par Michèle Hozer et qui peut être visionné sur le site d’Arte en ce moment, expose le combat des scientifiques pour dénoncer le travail de désinformation des industriels de l’agro-alimentaire.

Des études menées dans des lieux qui ne se sont ouverts à l’alimentation occidentale que récemment, comme l’île Okinawa au Japon (connue auparavant pour ses très nombreux centenaires), montrent le lien entre une alimentation saine et l’espérance de vie.
En la matière, cela fait longtemps que certains scientifiques pointent le sucre du doigt. Déjà il y a 30 ans, rappelle Judith Hallfrisch, une scientifique qui intervient dans le film, des études mettaient en garde. Mais depuis, les industriels « entretiennent l’ambiguïté » en abusant de la technique du doute, argumentant qu’il n’existe pas de « preuve irréfutable » contre cette substance. Ainsi, les fabricants de l’agro-alimentaire manipulent l’opinion, en décrédibilisant la recherche, tout en évitant d’argumenter sur les faits
scientifiquement établis.
Le docteur Cristin Kearns est dentiste, et elle a pu récupérer des archives de la Great Western Sugar Company, ancienne industrie sucrière du Colorado. Elle pointe un élément clé dans cette lutte : « Les débats, questions et recherches n’ont pas évolué depuis les années 1970 », preuve, selon elle, que l’industrie du sucre se bat pour laisser planer le doute sur les ravages du sucre, comme l’industrie du tabac a toujours nié les propriétés addictives de la nicotine et la causalité entre tabagisme et cancer du poumon.
Une mise en cause difficile 
Pendant longtemps, il a été difficile de remettre en cause le sucre, qui est associé au plaisir de manger, à la convivialité et aux repas festifs. Comment exposer un élément dont une grande partie de la population ne peut se passer sans y perdre des plumes ? Mais ce temps semble révolu et laisse place à un bras de fer. En effet, malgré le discours bien rodé des industriels pour balayer les allégations peu flatteuses d’un revers de la main, se reposant sur la stratégie du doute, il existe désormais de nombreuses études qui font le lien entre la consommation excessive de sucre et le développement de certaines maladies, notamment l’obésité et les maladies cardiaques.
Ces 50 dernières années, les habitudes alimentaires ont profondément changé et la consommation quotidienne de sucre a explosé. Aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, on dépasse largement les seuils de consommation recommandés, qui se situent entre 9 et 12 cuillères à café de sucre ajouté par jour. En moyenne, en Europe, on en consomme 17. Aux États-Unis, le chiffre grimpe à 19,5. Naturellement, tout se sucre se répartit dans différents produits de consommation, parfois même dans des produits hors de tout soupçon. Si bien que le sucre s’est transformé en un problème sanitaire aussi important que peu visible, « qui affecte le pays [USA] et le monde entier ».

Des consommateurs floués
Le problème n’est pas le sucre en tant que tel, mais son omniprésence dans de très nombreux plats cuisinés industriels, sous des appellations très diverses : saccharose, miel, sirop d’agave, sucre de canne… Souvent, le consommateur ne se rend même pas compte qu’il est exposé à ce condiment, même dans des produits salés. Habitués très jeunes à une consommation excessive de sucre, les enfants créent des addictions qui persistent à l’âge adulte.
Mais pour continuer à vendre, les industriels sont prêt à tout. N’ayant pas été découragés par les campagnes de prévention officielles pour rendre les habitudes alimentaires plus saines, les producteurs de plats transformés jouent aujourd’hui sur les mots, pour faire passer certains produits pour ce qu’ils ne sont pas. Il en est ainsi des jus de fruits qui, selon les publicités, permettraient de se nourrir sainement, tout en prenant du plaisir. Or, aujourd’hui on sait que ces boissons peuvent engendrer des prises de poids importantes et contiennent souvent plus de sucre que de fruit.
Désormais, des voix sont de plus en plus nombreuses s’élèvent pour alerter et faire prendre conscience des dangers que représente la consommation excessive de sucre. Le documentaire édifiant « Sucre, doux mensonge » en fait partie. Mais face à une industrie bien organisée, et à des habitudes alimentaires profondément ancrées dans nos têtes, le message peine à se faire entendre…
Le reportage peut être visionné dans son intégralité jusqu’au 30 août.



Liens connexes:

L'aspartame de Monsanto: le sucre de la mort

4 commentaires:

  1. Le plus surprenant et malheureusement désespérant, c'est cette incapacité ou ce désintéressement de beaucoup de gens à simplement lire les étiquettes nutritionnelles des produits qu'ils achètent ou se renseigner sur l'impact des produits qu'ils consomment comme le pain de blé(pour ne citer que lui) et son index et charge glycémique...Ingérer sur une journée l'équivalent de 10-15, ou 20 morceaux de sucres pendant des années et regretter souffrir d'un diabète de type 2 des années plus tard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit de faire visiter aux enfants un hôpital de rééducation pour voir les ravages du sucre et le coup en hospitalisation et en prothèses

      Supprimer
  2. Lisez les étiquettes, il y à du sucre dans ( presque ) tout, et souvent à proportion de 1/4 et + .

    RépondreSupprimer
  3. citoyen tranquille17 août 2017 à 19:56

    Il n'y a pas que le sucre comme toxique majeur dans votre alimentation, il y a aussi l' amidon de maïs (conséquences= obésité+diabète).

    Le sucre est une drogue dure en ce sens qu' il active les mêmes circuits neurologiques du cerveau que les autres drogues (cocaïne/héroïnes/etc...) et induit la même addiction.

    Le sucre est lié aussi à des troubles de l'humeur & du comportement & à la dépression.

    Laurent Franssen a raison: l' industrie de la bouffe met du sucre PARTOUT, même & surtout dans les petits pots de nourriture pour bébés car plus l' addiction commence tôt, plus elle vous accompagnera toute votre vie. Du berceau à la tombe.

    Les cellules cancéreuses sont très gourmandes en sucre.

    Le sucre n'est d'aucune utilité nutritionnelle, c'est juste une drogue dure au même niveau que la coke & l' héro. Les rats de labo préfèrent le sucre à l'héro ou la coke, c'est dire !....

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Archives

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Inscription à la newsletter

Archives du blog