dimanche 17 septembre 2017

Une infirmière raconte : Les bébés qui survivent sont abandonnés dans une cuvette où ils meurent en luttant pour respirer


Note de Campagne Québec-Vie : L’intérêt du présent article, est qu’il montre l’horreur de l’avortement et l’abandon dans lequel on laisse les bébés ayant survécus à l’avortement, sans aucun soins, et de montrer que les sages-femmes peuvent perdre leur travail si elles refusent de participer à un avortement.

Par Becky Yeh (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie
Dans un rapport établi par l’American Center for Law (Centre américain pour la loi), une infirmière décrit les horribles épisodes, quand les bébés survivent aux avortements. Dans le document intitulé « Avortement tardif et infanticide néonatal en Europe », Mme Siv Bertilsson décrit comment ces bébés luttent pour respirer pendant 5 à 10 minutes.
Depuis qu’il n’y a plus de réglementation sur ce que devrait faire l’équipe médicale quand un bébé survit à l’avortement, ces enfant sont abandonnés dans une cuvette ou une bassine. Bertilsson décrit le traitement de ces enfants comme étant « inhumain ».
« J’ai d’horribles souvenirs du temps où j’étais au service de gynécologie où je participais à des avortements tardifs, la plupart autour de 16 semaines, où le fœtus se débattait et essayait de respirer pendant 5 à 15 minutes. Parce qu’il n’y a pas de loi ou de règle sur ce qu’on devrait faire avec un fœtus qui lutte pour vivre, vous laissez le fœtus mourir dans une cuvette ronde ou dans une bassine. Horriblement inhumain, à mon avis. »
Bertilsson fait remarquer que les cas tel que décrit ci-dessus « ne sont pas des évènements inaccoutumés ». Elle affirme que les enfants de 16 à 17 semaines qui survivent à l’avortement, lutteront pour leur vie pendant un certain temps.
« Et ceci n’est pas un évènement inaccoutumé. Approximativement 25% des 16 à 17 semaines survivent pendant un certain temps. Maintenant je suis remise à ça. J’avais décidé que jamais de ma vie je ne m’impliquerais dans cette corvée. Je suis maintenant forcée d’arrêter de travailler comme sage-femme ? »
Bertilsson décrit son combat comme sage-femme, sachant qu’il y a des lois qui protège les animaux de la cruauté, mais pas de réglementations exigeant des soins médicaux et la protection pour les survivants de l’avortement.
« Comment devrais-je agir ? Et si je suis forcée à me résoudre à faire ceci de nouveau, que devrais-je faire avec le fœtus quand il est vivant ? Je lis dans le Animal Welfare Act (Loi sur la protection des animaux) comment tuer les chatons, les chiots ou d’autres sortes d’animaux, et il y a des règles claires pour la façon dont l’euthanasie devrait être faite, d’une façon qui ne cause ni anxiété chez l’animal ni ne lui cause de douleur… »


16 commentaires:

  1. RAS LE BOL DE CES RELIGIEUX QUI NE SONT PAS CAPABLES DE COMPRENDRE QUE LES AVORTEMENTS SONT DES DROITS QUE TOUTES FEMMES A; OCCUPEZ VOUS DES VIOLS ET DES PEDOPHILES QUI SONT A FOISONS DANS VOS RELIGIEUX;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que les choses sont dénoncées par des religieux et par personne d'autres, l'info est à tout de même jeter à la poubelle.


      Dommage donc pour ces bébés, on ne doit pas légiférer sur leur souffrance, parce qu'on a mieux à faire, comme condamner les pédo et les violeurs, logique de bac à sable.

      Supprimer
    2. L'avortement est une horreur absolue tout comme le féminisme. Ç'est la mort de notre société.

      Supprimer
    3. L'avortement est une horreur absolue tout comme le féminisme. Ç'est la mort de notre société.

      Supprimer
    4. @Unknown
      Si ta mère avait eu la bonne idée de te laisser crever dans une bassine comme certains de ces petits, c'est sûr qu'on aurait pas à lire ce genre d'idiotie ici.

      Ces enfants n'ont pas demandé à naitre et encore moins à mourir. Si les femmes ne sont pas capables de gérer leur natalité, qu'elles se fassent bonne soeur alors. On avorte pas comme on va au resto du coin. Ces enfants sont des êtres vivants et on n'a pas à disposer d'eux comme de déchets de laboratoires. Les viols et pédophiles ne sont pas l'appanage des religieux et dénoncer l'un ne veut pas dire cautionner l'autre. C'est une logique vraiment stupide.

      Vous pensez que la femme a le droit d'avorter, moi je pense que les enfants ont le droit de vivre.

      Razorsharp

      Supprimer
    5. @Anonyme no.3
      Ou alors, tu peux aussi toi-même te ligaturer si tu ne veux pas savoir que les femmes se font avorter tantôt, même si elles ne le font jamais de gaieté de cœur, ni n'en garde de bons souvenirs (je ne connais aucune exception.). ça a toujours existé, ça existera toujours, et ce malgré tes sentiments (mâles bafoués). Si tu préfères que les 2 soient en danger de mort, libre à toi. A titre personnel, je trouve qu'une personne qui a déjà construit une histoire dans cette vie-là me semble plus importante à sauver ou maintenir en vie qu'un être (potentiel)...qui, potentiellement et proportionnellement a plus de chance de devenir un futur criminel...qu'un très très hypothétique génie (au cas où, toi, tu tenterais de répondre par cette ineptie-là)... (Après, tu peux me les citer si tu veux... car en ce moment, je n'en vois aucun. Des très grands trous-d'uc, si, par contre, pleins : Podesta, Soros, Clintons, Rothschilds, Bill Gates, etc.)
      Moi, par exemple, je ne souhaite pas m'empoisonner avec des pilules contraceptives (bien plus nocives que le grand silence d'effets secondaires relayé, aussi pour la faune aquatique des rivières et des lacs), ni ne souhaite avoir d'enfants. Du coup, certes, je ferais attention à mes périodes d'ovulation, mais trouve quand même plus sûre d'utiliser un préservatif, car jamais à l'abris d'une erreur... (Ce n'est néanmoins pas très écolo non plus, si tant est que l'on fasse attention au futur...de nos enfants justement ! Toi qui estime que la contraception n'incombe qu'aux femmes... qui, pour le coup, en deviennent de sacrées pollueuses, uniquement avec leurs pilules quotidiennes(!!) avec lesquelles, pour le comble, elles engraissent aussi ces très "moraux labos", à hauteurs du budget militaire français, nucléaire compris...)
      Dans l'avortement, je pense que les femmes ET LES COUPLES ont le droit de ne pas donner naissance à quelqu'un qui aurait des handicapes si lourds qu'il/elle serait incapable même de se donner la mort, ni peut-être à ses parents de payer d'éventuels traitements (sadiques) à vie pour éventuellement le soulager un peu.
      Une femme a aussi le droit d'oublier le visage de son violeur.
      Elle a le droit de ne pas se retrouver seule avec un salaire de misère pour élever son enfant.
      Libre à toi de vivre dans un monde où tout ne serait que le standard de ta définition (hors-sol) du juste. (pas de la justice, donc, de ton propre idéal.).
      Betasharp

      Supprimer
  2. l'avortement doit etre une exception ! mais pas généralisé ... https://www.youtube.com/watch?v=cjHosWvylRQ&t=2s&index=65&list=PLg40CnGHqfFrXAfCvalQ7El4dTtJ8gPQx

    RépondreSupprimer
  3. vilain troll sans cerveau, abject.

    RépondreSupprimer
  4. un acte medicale ser a encourager la vie pas le contraire

    RépondreSupprimer
  5. L'avortement est une horreur dont les promoteurs auront à répondre lorsqu'ils mourront à leur tour.

    RépondreSupprimer
  6. Toutes les communications médiumniques avec l'autre côté sont unanimes à indiquer que, sauf exception de raison médicale impérative, l'avortement y est considéré comme un meurtre. Que l'on croie ou pas à un après, ne change pas qu'il y en a un, et qu'il faudra y rendre des comptes de ce que nous avons fait ici. Et que ceux qui se font les promoteurs de ces assassinats ne croient pas qu'ils seront épargnés.

    RépondreSupprimer
  7. Trouver déjà un moyen de ne pas se reproduire comme des lapins.
    Ensuite, cesser de croire que l'enfant appartient à ses parents. Si la mère ne peut s'en occuper, la communauté le peut. Je ne parle d'un truc comme la DDASS, qui est là pour flinguer les enfants, les changer de famille dès que ça marche trop bien, etc.
    Beaucoup de choses à changer dans notre monde en fait, faudrait faire table rase et repartir sur des bonnes bases solides.

    RépondreSupprimer
  8. Les médecins qui pratiquent l'avortement, et même souvent l'encouragent, violent le serment d'Hippocrate :

    "Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.

    Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

    Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

    J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.
    Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

    Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

    Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.
    Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

    Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

    J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

    Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque."

    RépondreSupprimer
  9. Je remercie ma mère de m'avoir abandonnée à la naissance et de ne pas m'avoir tuée. Grâce à elle j'ai pu vivre et, malgré ce que j'ai fait, j'ai aussi pu avoir une belle petite fille..
    J'ai avorté 2 fois, j'ai donc commis deux meurtres et vous avez beau ouvrir vos gueules avec votre pseudo psychologie à deux balles sur le "droit de disposer de son corps", (soit dit en passant, deja c'est pas "son" corps mais c'est bien un autre corps qui se forme à l'intérieur de la femme) y'a rien qui excuse ou qui legitime cet acte abominable, et non on s' en remet pas et même si j'ai demandé pardon à DIEU ça restera toujours dans mon coeur et si je pouvais revenir en arrière JAMAIS je ne l'aurai fait.
    Regardez donc le témoignage vidéo "un cri silencieux" et osez la ramenez après ça !!
    On rendra des comptes un jour et malheur au gens qui prônent ou pratiquent ça et qui ne se repentent devant DIEU avant de mourir

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

L'imposture Macron

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Sidebar Google

Rechercher dans ce blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog