mardi 17 octobre 2017

Comment Netanyahu tire les ficelles de Trump


Il s'avère que Hillary Clinton avait en partie raison : le président Trump est une "marionnette", mais son marionnettiste n'est pas le président russe Poutine, mais le Premier ministre israélien Netanyahou, rapporte Robert Parry.

Dans le dernier débat présidentiel de 2016, Hillary Clinton a célèbrement appelé Donald Trump la "marionnette" du président russe Vladimir Poutine. Mais ce qui est de plus en plus clair, c'est que Trump a un maître marionnettiste plus typique pour un politicien étatsunien - le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.


Depuis le 18 septembre, quand les deux hommes se sont rencontrés à New York autour de l'Assemblée générale des Nations Unies, Netanyahu tire les ficelles de Trump sur presque toutes les questions de politique étrangère. On peut soutenir que la relation marionnette/marionnettiste a commencé beaucoup plus tôt, mais on m'a dit que Trump avait été dominé très tôt par Netanyahu et qu'il avait même montré quelques signes de rébellion.


Par exemple, Trump a d'abord résisté à la demande de Netanyahu d'un engagement plus profond des États-Unis en Syrie en ordonnant la fermeture de l'opération de la CIA soutenant les rebelles antigouvernementaux, ainsi que lors de la déclaration de l'administration Trump selon laquelle la politique étatsunienne ne cherchait plus à "changer de régime" à Damas.


Immédiatement après cette annonce, Netanyahu a réussi à obtenir de Trump qu'il fasse demi-tour et tire 59 missiles Tomahawk sur une base aérienne syrienne le 6 avril. L'attaque a fait suite à ce qu'une source de renseignements m'a déclaré, à savoir un incident d'armes chimiques organisé par des agents d'Al-Qaïda dans la ville de Khan Sheikhoun, contrôlée par les rebelles et située dans la province d'Idlib, qui utilisait peut-être du sarin livré par drone à partir d'une base d'opérations spéciales saoudiennes et israéliennes en Jordanie. Pourtant, bien qu'apparemment dupé par le subterfuge dans l'attaque des missiles, Trump rechignait toujours à changer complètement sa politique syrienne.


Puis, en mai, Trump a choisi l'Arabie saoudite et Israël pour ses premiers voyages outre-mer en tant que président - essentiellement sur les conseils de son gendre Jared Kushner - mais on m'a dit qu'il est reparti en se sentant quelque peu humilié par le traitement exagéré qui l'a entraîné dans une danse de l'épée cérémonielle en Arabie saoudite et qui l'a confronté à la condescendance de Netanyahu.
Ainsi, au cours de l'été, Trump a écouté les conseils d'une possible refonte majeure de la politique étrangère des États-Unis qui aurait modifié les ambitions régionales israéliennes et saoudiennes, ouvert des portes diplomatiques à l'Iran et abordé la crise coréenne en négociant des négociations entre le Nord et le Sud au sujet d'une forme quelconque de confédération lâche.

Il y avait même la possibilité d'un moment de style Nixon-va-en-Chine avec la rencontre de Trump avec le président iranien Hassan Rouhani et les deux pays rétablissant des liens diplomatiques, un processus qui aurait pu donner aux entreprises étatsuniennes une meilleure chance d'être compétitive sur le marché iranien.

Ces mesures proposées avaient l'avantage de réduire les tensions internationales, d'épargner l'argent du gouvernement étatsunien pour de futures aventures militaires et de libérer les entreprises étatsuniennes de l'enchevêtrement des sanctions économiques - exactement la stratégie " America First " que Trump avait promise à sa base ouvrière.

Toutefois, au lieu de cela, Netanyahu a réussi à tirer les ficelles de Trump lors de leurs conversations le 18 septembre à New York, mais la manière dont cela s'est exactement passé reste encore un mystère pour certaines personnes proches de ces développements. Une source a indiqué que la société immobilière familiale Kushner a été exposée à un financement israélien substantiel qui pourrait être arraché, bien que le formulaire de déclaration financière de Jared Kushner ne mentionne qu'une ligne de crédit non garantie de 5 millions de dollars, détenue conjointement avec son père, auprès de la Israel Discount Bank.

Trump a également d'importants donateurs pro-Netanyahu dans son coffre de guerre politique et à son fonds de défense juridique qui sont de fervents défenseurs de la guerre avec l'Iran, y compris le magnat des casinos Sheldon Adelson, qui a investi 35 millions de dollars dans le Super PAC Future 45 pro-Trump et qui a demandé publiquement de lâcher une bombe nucléaire sur l'Iran comme tactique de négociation. Donc, Netanyahu avait un certain nombre de cordes potentielles à tirer.
Vociférations

Quelles qu'en soient les raisons précises, Trump a fait de son premier discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, le 19 septembre dernier, une véritable farce guerrière, insultant personnellement le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un en le qualifiant de "Rocket Man", menaçant de "détruire totalement" sa nation de 25 millions d'habitants, et se faisant l'écho des appels de Netanyahu en faveur d'un autre projet de changement de régime visant l'Iran.


La plupart des diplomates présents dans l'auditoire ont été estomaqués alors que Trump menaçait de faire la guerre agressive depuis le podium d'une organisation créée pour prévenir le fléau de la guerre. La seule exception notable fut Netanyahu qui a applaudit avec enthousiasme son succès de voir Trump passer dans le camp néocon après son attaque agressive.

Ainsi, au lieu de détourner la politique étatsunienne d'un affrontement, Trump a abandonné la stratégie diplomatique alors qu'il avait déjà envoyé des intermédiaires pour entrer en contact avec les Iraniens et les Nord-Coréens. Trump a plutôt opté pour l'approche néocon classique privilégiée par Netanyahu, bien que Trump ait décidé d'habiller sa reddition au néocon d'une certaine rhétorique du " America First ".

Le discours de l'ONU a placé certains intermédiaires étatsuniens dans une position difficile devant s'évertuer à expliquer à leurs contacts en Iran et en Corée du Nord pourquoi Trump avait répudié les messages qu'ils avaient véhiculés. En privé, Trump a expliqué à l'un d'entre eux qu'il aimait simplement "zigzaguer" et que le point final visé n'avait pas changé.

Certaines de ces tensions sont apparues à la fin du mois de septembre lorsque le secrétaire d'État Rex Tillerson a pris la décision extraordinaire d'annoncer les contacts en coulisses avec la Corée du Nord lors d'une visite d'État en Chine.

"Nous sommes en train de sonder, alors restez à l'écoute", a déclaré Tillerson. "Nous avons des lignes de communication avec Pyongyang - nous ne sommes pas dans une situation sombre, une panne de courant ", a ajouté M. Tillerson, "Nous avons deux ou trois canaux ouverts à Pyongyang... Nous leur parlons. ,,, Directement. Nous avons nos propres canaux."

En réaction aux efforts de Tillerson pour sauver les initiatives du backchannel, Trump a montré que son obéissance à Netanyahu et aux néoconservateurs l'emportait sur sa loyauté envers son Secrétaire d'Etat ou les intermédiaires qui s'étaient aventurés dans des situations délicates pour le compte de Trump.
Dans les messages Twitter, Trump a dénigré l'idée d'un dialogue avec la Corée du Nord, en tweetant : "J'ai dit à Rex Tillerson, notre merveilleux secrétaire d'État, qu'il perdait son temps à essayer de négocier avec Little Rocket Man".

"Économisez votre énergie Rex", a ajouté Trump, avant de glisser dans une autre menace à peine voilée d'une frappe militaire : "Nous ferons ce qui doit être fait !"

En apparence, la répudiation de Trump de Tillerson aurait pu être considérée comme un autre " zigzag ", mais il est maintenant clair que l'explication de Trump en " zigzag " n'était qu'un mensonge de plus. Plutôt que de zigzaguer, il suit plutôt une ligne droite tracée par Netanyahu.

Pendant ce temps, en Syrie, Netanyahu semble avoir obtenu plus de concessions de la part de Trump. L'armée étatsunienne semble aider le restes des forces islamistes qui combattent encore le gouvernement, selon les responsables russes. Ils accusent les États-Unis d'aider secrètement les groupes terroristes islamistes avec des armes, des conseils tactiques et une reconnaissance aérienne.
En d'autres termes, Trump semble poursuivre l'intervention militaire étatsunienne en Syrie, comme le souhaite Netanyahu.
Alignement

Trump a également montré qu'il suit les ordres de marche de Netanyahou avec le discours extrémiste sur l'Iran vendredi, répétant essentiellement toutes les lignes de propagande israéliennes contre l'Iran et brûlant les ponts qui restaient vers une approche diplomatique significative.

Le discours de Trump sur l'Iran était si ridicule qu'il défie presque toute analyse sérieuse. Il s'inscrit dans la rhétorique insouciante du président George W. Bush lorsqu'il a prononcé un "axe du mal", avec le lien incongru entre l'Irak et l'Iran (deux ennemis acharnés) et la Corée du Nord, accompagné des prétentions bidon de Bush sur les ADM irakiennes et la prétendue collaboration de l'Irak avec Al-Qaïda.

Dans le discours de vendredi, qui ressemblait à l'œuvre de John Bolton, l'un des conseillers néoconservateurs de Bush qui a été vu entrer à la Maison-Blanche la semaine dernière, Trump a répété toutes les absurdités qui lient l'Iran à Al-Qaïda, pensant sans doute que le peuple étatsunien ne comprend toujours pas qu'Al-Qaïda est un groupe terroriste sunnite fanatique qui vise à la fois l'Occident et les chiites, la foi musulmane dominante en Iran, comme des hérétiques méritant la mort.

La vérité qui dérange, c'est qu'Al-Qaïda est depuis longtemps liée à l'Arabie saoudite, qui soutient ces fanatiques depuis les années 1980, lorsque le citoyen saoudien Oussama ben Laden a été soutenu dans son jihad contre les troupes soviétiques en Afghanistan, qui tentaient de protéger un régime laïc.
Bien que la monarchie saoudienne affirme officiellement qu'elle s'oppose à Al-Qaïda, les services de renseignement saoudiens ont utilisé Al-Qaïda comme force de combat non conventionnelle déployée pour déstabiliser et terroriser les adversaires dans la région et dans le monde entier. [Pour plus de détails, voir "The Need to Hold Saudi Arabia Accountable" dans Consortiumnews.com]

Alors que les Israéliens ont développé une alliance de facto avec l'Arabie Saoudite ces dernières années, ils ont également exprimé leur préférence pour une victoire d'Al-Qaïda en Syrie si nécessaire pour détruire ce que Michael Oren, ancien ambassadeur aux Etats-Unis et maintenant vice-ministre sous Netanyahu, a décrit comme l'"arc stratégique" chiite allant de Téhéran à Beyrouth en passant par Damas.

L'une des plaintes les plus fréquentes des Israéliens au sujet de l'Iran est qu'il a aidé le gouvernement souverain de la Syrie à vaincre Al-Qaïda et ses alliés militants (ainsi que l'État islamique qui lui a succédé), ce qui devrait nous en dire beaucoup sur la loyauté de Netanyahu.

Des média compromis

Pourtant, aussi malhonnête que fût le discours de Trump en Iran, les médias grand public étatsuniens ne le critiqueront pas aussi durement qu'ils le méritent, car pratiquement tous les grands journalistes et les têtes d'affiche ont englouti la propagande anti-iranienne d'Israël. Ils ont souvent répété le mensonge sur l'Iran en tant que "principal commanditaire mondial du terrorisme", alors que ce titre devrait clairement être attribué aux Saoudiens et aux Qataris, sinon à d'autres.

Les principaux organes d'information occidentaux ont également ingéré toute la propagande sophistiquée contre le gouvernement Assad en Syrie, en particulier les allégations d'attaques aux armes chimiques, tout en ignorant la preuve que les agents d'Al-Qaïda et leurs collaborateurs de la " défense civile " ont organisé des attaques dans le but de provoquer une intervention militaire directe des États-Unis. [Voir Consortiumnews.com : "A New Hole in Syria-Sarin Certainty."]


Dans son discours de vendredi, Trump a également sorti l'un des premiers mensonges sur le "terrorisme" iranien, l'attaque par des militants chiites libanais contre la caserne de l'US Marine à Beyrouth en 1983 tuant 241 Etatsuniens.

Lorsque cet attentat s'est produit, je travaillais à l'Associated Press en tant que journaliste d'enquête spécialisée dans les questions de sécurité nationale. Bien que le rôle précis de l'Iran n'ait pas été clair, ce qui aurait dû être évident, c'est que l'attaque n'était pas du "terrorisme", qui est classiquement défini comme de la violence envers les civils pour atteindre un objectif politique.

Non seulement les Marines n'étaient pas des civils, mais l'administration Reagan les avait rendus belligérants dans la guerre libanaise en décidant d'ordonner à l'USS New Jersey de bombarder les villages musulmans. Le conseiller à la sécurité nationale de Reagan, Robert McFarlane, qui représentait souvent les intérêts d'Israël au sein de l'administration, était le moteur de cette mission rampante, qui a tué des civils libanais et convaincu des militants chiites que les États-Unis avaient rejoint la guerre contre eux.

Des militants chiites ont riposté en envoyant un camion-suicide piégé à travers des postes de sécurité étatsuniens, démolissant la caserne maritime de Beyrouth. Reagan repositionna bientôt les forces étatsuniennes survivantes au large des côtes. A AP, j'ai plaidé en vain contre le fait de qualifier l'attaque de Beyrouth de "terrorisme", un mot que d'autres organes de presse ont également utilisé de façon négligente. Mais même les hauts fonctionnaires Reagan ont reconnu la vérité.

Lorsque les obus ont commencé à tomber sur les chiites, ils ont supposé que l'"arbitre" étatsunien avait pris parti, écrit le général Colin Powell dans son mémoire, My American Journey. En d'autres termes, Powell, qui était alors conseiller militaire du secrétaire à la Défense Caspar Weinberger, reconnut que les actions de l'armée étatsunienne avaient modifié le statut des Marines aux yeux des chiites.
(Bien que ce "terrorisme" soit toujours imputé au Hezbollah, ce groupe n'a officiellement vu le jour qu'en 1985, en tant que mouvement de résistance contre l'occupation israélienne du Liban, qui n' a pris fin qu'en 2000).
 Opposé à Poutine


Trump est donc sur le chemin des guerres avec la Corée du Nord et l'Iran, que le président russe Poutine ne privilégie pas. Poutine, qui a joué un rôle clé dans l'aide au président Obama pour parvenir à l'accord nucléaire iranien, se range maintenant du côté des Européens contre le retrait de la certification de Trump.


Poutine est également favorable à une fin rapide du conflit syrien avec la défaite d'Al-Qaïda et de ses alliés, et il veut des négociations pacifiques avec la Corée du Nord sur son désir de sécurité contre une menace d'agression étatsunienne. Trump est du côté opposé de toutes ces priorités de Poutine.
En d'autres termes, non seulement l'hystérie du Russiagate a des problèmes fondamentaux d'administration de preuves - à la fois sur les questions de "piratage" des courriels démocrates et les allégations concernant les entités soupçonnées d'être "liées à la Russie" de payer pour un nombre infinitésimal de publicités pro-russes sur les médias sociaux (y compris certains sur les chiots et un autre sur la promotion d'un documentaire sur le terrain de golf de Donald Trump en Écosse) - mais Trump se comporte d'une manière directement contraire aux désirs de Poutine.

Si Clinton avait vraiment eu raison concernant le fait que Trump était la "marionnette de Poutine", il aurait alors accepté des négociations pour régler la crise nord-coréenne, il aurait accepté une diplomatie constructive à l'égard de l'Iran, il aurait mis fin à tout le soutien des États-Unis aux militants syriens et il aurait encouragé l'arrêt rapide de la guerre.

Au lieu de cela, Trump prend la direction opposée, s'alignant avec Netanyahu et les néocons, que certains alliés européens nomment des "Agents israéliens": Bien qu'il déguise sa capitulation envers Netanyahu sous la forme d'un discours dur. Trump fait ce que font la plupart des politiciens étatsuniens- ils se prosternent devant Bibi Netanyahu.

Et, si vous avez des doutes sur cette réalité, vous pouvez voir combien de fois les Républicains et les Démocrates se lèvent comme un seul homme quand Netanyahu s'adresse à une session conjointe du Congrès, un honneur qu'il a reçu trois fois, le liant avec le Premier ministre britannique Winston Churchill.

Ces moments d'humiliation étatsuniens - comme si presque tous les 535 membres du Congrès agissaient comme des marionnettes sur des cordes invisibles - représentent l'assujettissement réel du gouvernement étatsunien à une puissance étrangère. Et ce pouvoir n'est pas celui de  la Russie.
Le président Trump n'est que le dernier politicien étatsunien  à avoir vu son fils tiré par le premier ministre israélien Netanyahu.
*Le journaliste d'investigation Robert Parry a publié de nombreux articles sur l'Iran-Contra pour The Associated Press et Newsweek dans les années 1980. Vous pouvez acheter son dernier livre, America's Stolen Narrative, soit en version imprimée ici ou sous forme de livre électronique (d'Amazon et barnesandnoble.com)


Traduction: SLT

2 commentaires:

  1. HS: encart p.24 => le renseignement américain imagine une news de 2033 où le Bangladesh annoncerait officiellement qu'elle ferait de la géoingénierie pour contrer le réchauffement climatique:
    https://www.dni.gov/files/images/globalTrends/documents/GT-Main-Report.pdf

    RépondreSupprimer
  2. Euh! N'en déplaise à Robert Parry mais à mon avis le pétrole et le gaz comptent plus dans la politique états-unienne au Moyen-Orient qu'Israël. J'étudierais les crimes de l'impérialisme états-unien avant de dénocer l'influence israélienne sur le gouvernement US. Ceci dit sur Israël, il faut parler de ses crimes et de son influence sur Washington mais éviter de tomber dans le piège du "c'est la faute au seul régime israélien". Je connais les plans de Grand Israël mais à l'heure du nouvel ordre mondial (création du chevalier de Malte, formé au collège jésuite anglais de Stonyhurst et membre de l'Ordre du Bain, chaperonné par le prince de Galles Charles), cela ne s'oppose pas au projet britanno-états-unien de pillage des réserves pétrolières et gazières d'Irak, de Syrie, d'Asie centrale...

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Archives

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Inscription à la newsletter

Archives du blog