lundi 30 octobre 2017

Voici le seul paragraphe que vous devez lire dans les archives de l'assassinat de JFK qui pourrait tout changer




On comprend mieux pourquoi la CIA était si réticente à déclassifier ces documents (et encore, ce serait bien étonnant que certains documents plus compromettants n'aient pas été fortement caviardés). Je rappel que Kennedy a affirmé un jour qu'il voulait briser la CIA en mille morceaux. Dans un autre document déclassifié, le président Hoover évoque la "nécessité de convaincre le public qu'Oswald est le vrai assassin". Fawkes
-------
En résumé, ICH revient sur l'assassinat de JFK à partir d'un paragraphe d'une archive déclassifiée de JFK publiée par TruePundit.com. en date du 27.10.17 Selon cette archive : "le "Rapport du chirurgien général" sur l'assassinat a déclaré que la première balle est entrée dans la gorge du président sous la pomme d'Adam, ce qui montre clairement que deux personnes ont été impliquées avec un premier coup de feu tiré à partir du pont de l'autre côté du parc, en face de la voiture. Pour étayer cette affirmation, POTITO a déclaré qu'il y avait un Impact de balle dans le pare-brise de la voiture du Président...".


ICH fait le lien avec un article de Douglas P.Horne* sur LewRockwell.comdatant de 2012.
Dans cet article l'auteur allègue que le documentaire The Men Who Killed Kennedy Partie 7 diffusé dans l'émission "Smoking Gun" censuré par la suite sur History Chanel, l'aurait été en raison d'images révélant la présence d'un impact de balles dans le pare-brise de la limousine de JFK révélant la présence d'un deuxième tireur en face du véhicule, alors que le tir de Lee Harvey Oswald provenait de derrière le véhicule. L'auteur de cet article revient sur les 6 témoins qui ont révélé à l'époque la présence d'un Impact de balle dans le pare-brise de la Limousine. On regrettera que l'auteur ne publie pas les photos issus du DVD censuré dont il allègue qu'elle contienne la photo du Impact dans le pare-brise.

TruePundit.com prévient que l'un des paragraphes importants déterrés des 3 000 documents inédits ébranlera les Patriotes sur l'assassinat du président John F. Kennedy.

Ou peut-être pire. Les trois paragraphes importants.

Ce n'est pas joli.

Mais il est probable que le président Donald Trump comprenne ce que Kennedy a compris, ce qui semble maintenant avoir conduit à son assassinat :

    Le gouvernement fantôme incontrôlable de ce pays menace le tissu et l'avenir des États-Unis.
Voyez par vous-même.

Pour rappel, voici la position du tireur présumé expliquée...



Alors, comment expliquent-ils cela...





Pour plus de clarté...

... le "Rapport du chirurgien général" sur l'assassinat a déclaré que la première balle est entrée dans la gorge du président sous la pomme d'Adam, ce qui montre clairement que deux personnes ont été impliquées avec un premier coup de feu tiré à partir du pont de l'autre côté du parc, en face de la voiture.

Pour étayer cette affirmation, POTITO a déclaré qu'il y avait un Impact de balle dans le pare-brise de la voiture du Président...

Ce n'est pas exactement le récit qui a été vendu au monde - et certainement pas le récit que J. Edgar Hoover a proclamé être le récit à transmettre au monde.

Voici Douglas P. Horne, via LewRockwell.com, détaillant la preuve photographique d'un Impact de balle dans le pare-brise de la limousine de JFK "caché à la vue de tous".



En 2009, j'ai cru avoir découvert de nouvelles preuves dans l'assassinat de JFK jamais rapportées par personne d'autre : des photographies convaincantes d'un Impact de balle dans le pare-brise de la limousine de JFK qui avait été rapporté par six témoins crédibles. J'ai revu cette preuve aujourd'hui, et je suis plus convaincu que jamais que l'Impact de la balle dans le pare-brise de la limousine est ce que je vois dans ces images. Mais les lecteurs de cet article n'ont pas à me croire sur parole - vous pouvez examiner les images vous-même et vous faire votre propre opinion. La preuve est contenue dans l'un des épisodes interdits et supprimés de The Men Who Killed Kennedy de Nigel Turner - l'épisode 7 de la série, intitulé "The Smoking Guns", qui a été diffusé en 2003, puis retiré de la circulation par The History Channel en réponse à d'intenses pressions politiques exercées par les anciens assistants Jack Valenti et Bill Moyers de LBJ.

Je vais vous raconter les preuves étonnantes que j'ai trouvées dans cet épisode à la fin de cet article, mais d'abord nous devons préparer le terrain en passant en revue le témoignage oculaire sur les dommages au pare-brise observé le jour de l'assassinat de JFK, le vendredi 22 novembre 1963; ainsi que trois jours plus tard, le lundi 25 novembre 1963.


Introduction

Avant de révéler les détails de la "nouvelle" preuve photographique dont je parle ici, passons en revue le tableau d'ensemble, le "paysage de la preuve" sur cette question (voir les pages 1439-1450 du volume V de mon livre, Inside the Assassination Records Review Board, pour plus de détails) :

(1) Les patrouilleurs motocyclistes de Dallas Stavis Ellis et H. R. Freeman ont tous deux observé un Impact de balle pénétrant dans le pare-brise de la limousine de l'hôpital Parkland. Ellis a déclaré à l'interviewer Gil Toff en 1971 : " Il y avait un Impact dans le pare-brise avant gauche... On pouvait y mettre un crayon... on pouvait prendre un crayon d'écriture ordinaire... et y coller un crayon ". Je pouvais le toucher... c'était un Impact de balle. On pouvait dire ce que c'était "[David Lifton a publié ces citations dans son livre de 1980, Best Evidence.]

(2) Richard Dudman, journaliste de St. Louis Post-Dispatch a écrit un article publié dans The New Republic, le 21 décembre 1963, dans lequel il déclarait : "Quelques-uns d'entre nous ont remarqué l'impact dans le pare-brise lorsque la limousine se tenait à l'entrée de secours après que le Président eut été transporté à l'intérieur. Je ne pouvais pas m'approcher assez près pour voir de quel côté était l'endroit en forme de coupe qui indique qu'une balle avait transpercé le verre de l'autre côté."

(3) Evalea Glanges, étudiante en médecine de deuxième année inscrite à la Southwestern Medical University de Dallas, juste à côté de l'hôpital Parkland, a déclaré à l'avocat Doug Weldon en 1999 : "C'était un Impact vraiment propre". Dans une interview enregistrée sur bande vidéo diffusée dans l'épisode 7 de Nigel Turner's The Men Who Killed Kennedy, intitulée "The Smoking Guns," elle a déclaré : " c'était très clair, c'était un Impact de balle à travers le pare-brise de la voiture, de l'avant vers l'arrière... c'était comme une balle à grande vitesse qui avait pénétré d'avant en arrière dans cette vitre de verre". Au moment de l'entrevue, Glanges occupait le poste de président du département de chirurgie à l'hôpital John Peter Smith de Fort Worth. Elle avait été une experte en armes à feu toute sa vie adulte.


(4) M. George Whitaker, Sr., cadre supérieur à l'usine Rouge de Ford Motor Company à Detroit, Michigan, a déclaré à Doug Weldon, avocat (et professeur de justice pénale), en août 1993, dans une conversation enregistrée sur bande, qu'après s'être présenté au travail le lundi 25 novembre, il a découvert la limousine de JFK - un article unique en son genre qu'il a identifié sans équivoque -  dans le bâtiment B de l'usine Rouge, l'intérieur étant décapé et en voie de remplacement, et le pare-brise enlevé. Il a ensuite été contacté par l'un des vice-présidents de la division pour laquelle il travaillait et a reçu l'ordre de se présenter immédiatement au laboratoire de l'usine de verre. Après avoir frappé à la porte verrouillée (ce qu'il a trouvé le plus inhabituel), deux de ses subordonnés l'ont fait entrer et ont découvert qu'ils étaient en possession du pare-brise qui avait été retiré de la limousine JFK.

 On leur avait dit de l'utiliser comme gabarit et de lui donner une forme identique à un nouveau pare-brise - et de ramener ensuite le nouveau pare-brise au bâtiment B pour qu'il soit installé dans la limousine présidentielle qui était rapidement reconstruite. Whitaker a déclaré à Weldon (citant la bande audio de l'entrevue de 1993) : "Et le pare-brise était percé d'un Impact de balle qui venait de l'extérieur... c'était un Impact de balle propre, droit, de l'avant. Et tu peux dire, quand la balle frappe le pare-brise, comme quand tu frappes une pierre ou quelque chose, que se passe-t-il ? Le dos s'écaille et le front peut avoir un trou d'épingle dedans... celui-ci avait un Impact rond propre à l'avant et la fragmentation sortant de l'arrière" a déclaré Whitaker. Il est finalement devenu surintendant de sa division et a été placé en charge de cinq divisions d'usine. Il a également déclaré à Weldon que le pare-brise d'origine, avec le Impact de balle à l'intérieur, avait été brisé et démoli - comme prévu - après la fabrication du nouveau pare-brise.




Lorsque Doug Weldon a interviewé Whitaker en août 1993, son témoin a insisté sur l'anonymat. Weldon a relaté l'histoire sans dévoiler le nom de Whitaker dans son excellent article complet intitulé : "The Kennedy Limousine: Dallas 1963", qui a été publié dans l'anthologie de Jim Fetzer Murder in Dealey Plaza, en 2000. Après que Weldon eut interviewé Whitaker en août 1993, M. Whitaker écrivit par la suite - le 22 novembre 1993 (le 30e anniversaire de l'assassinat du président Kennedy) - tout ce dont il se souvenait des événements qu'il avait vus concernant la limousine présidentielle et son pare-brise. Après la mort de George Whitaker en 2001, sa famille a rendu public son testament écrit à Nigel Turner, qui, avec leur permission, a révélé le nom de M. Whitaker, ainsi que le texte de son " mémo pour l'histoire " dans l'épisode 7 de The Men Who Killed Kennedy," The Smoking Guns ".

Dans "The Smoking Guns", le texte de la note de Whitaker peut être lu à l'écran en utilisant la technologie de l'image fixe avec le DVD de l'épisode. Il disait, en partie : "Quand[je] suis arrivé au laboratoire, la porte était verrouillée. On m'a laissé entrer. Il y avait 2 ingénieurs verriers. Ils avaient un pare-brise de voiture avec un Impact de balle dedans. L'impact  était à environ 4 ou 6 pouces à droite du rétroviseur extérieur[vu de l'avant]. L'impact venait de l'avant du pare-brise. Si vous avez passé 40 ans dans le verre[illisible] vous savez d'où venait l'impact."

(5) Le sixième témoin crédible de la présence d'un impact de balle dans le pare-brise de la limousine est l'agent des services secrets Charles Taylor, Jr. qui rédige un rapport le 27 novembre 1963 dans lequel il détaille ses activités visant à assurer la sécurité de la limousine immédiatement après le retour de la voiture à Washington après l'assassinat. La limousine de JFK et la voiture de suivi des services secrets connue sous le nom de "Queen Mary" arrivèrent à la BFA Andrews à bord d'un avion cargo à hélice C-130 vers 20 h 00 le 22 novembre 1963. L'agent Taylor a pris la limousine présidentielle alors qu'elle était conduite d'Andrews AFB au garage de la Maison-Blanche, 22e rue et M Street, N. -O. Dans son rapport sur ce qu'il a vu à l'intérieur du garage de la Maison-Blanche lors de l'inspection du véhicule, il a écrit : "De plus, il faut souligner le petit trou juste à gauche du centre du pare-brise, d'où les fragments de balles ont été retirés".

Résumé des témoignages des témoins oculaires d'un impact de balle dans le pare-brise de la limousine de JFK.



En résumé, six témoins crédibles - Stavis Ellis, H. R. Freeman, Richard Dudman, Evalea Glanges, George Whitaker et Charles Taylor - ont tous rapporté avoir vu un impact de balle dans le pare-brise de la limousine de JFK le jour de l'assassinat (pour cinq des six témoins) ou le lundi suivant (dans le cas de M. Whitaker, qui n'a pas vu la limousine mais son pare-brise).

Deux de ces témoins - Evalea Glanges et George Whitaker - étaient absolument convaincus que la balle qui avait causé les dommages était une balle tirée de l'avant, qui avait pénétré dans la surface avant du pare-brise et était sortie par la surface intérieure.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ? Parce que si c'est vrai, la seule preuve de la présence d'un impact de balle dans le pare-brise réfute le mythe d'un seul assassin défendu par le gouvernement étatsunien depuis 49 ans maintenant, puisque l'assassin accusé, Lee Harvey Oswald, était censé tirer d'en haut et derrière la limousine alors qu'il descendait la rue Elm.

La preuve du pare-brise a été deux fois étouffée - remplacée - par le gouvernement des États-Unis...



A lire aussi:






Sources : The One Paragraph You Need To Read From The JFK Assassination Files That May Change Everything (Le seul paragraphe que vous devez lire à partir des archives de l'assassinat de JFK qui pourrait tout changer)

Par Douglas P. Horne*
Truepundit, 27.10.17 / LewRockwell.com 2012/ ICH 28.10.17

Traduction: SLT

7 commentaires:

  1. A qui profite le crime?
    A Israel représenté à l'époque par Ben-Gourion et qui à pu,par la suite,développer son programme nucléaire à Dimona(ce qui permit à Israel de devenir la sixième plus grande force nucléaire au monde)?
    A Lyndon Baines Johnson(pro✡)que JFK voulait répudier et qui hérite de la présidence(sous sa présidence l'aide à Israel triplera par rapport à celle accordé sous JFK)?
    https://www.youtube.com/watch?v=gqxtF4XkzoA
    A la CIA qui se venge du désastre du débarquement de"la baie des cochons"et qui devait être démantelé façon puzzle?
    Allen Dulles viré de la CIA sous JFK,qui dans les années 60 avait été en contacte avec ces mafieux qui haïssaient les Kennedy,Sam Giancana,Carlos Marcello(, Santos Trafficante et Meyer Lansky✡(complot contre Castro)?
    La FED de Rothschild✡ qui aurait été la cible(dans un second mandat de JFK)?
    Pour finir Jacob Rubenstein✡(Jack Ruby)qui fait taire Oswald.
    Pourquoi attendre de nouvelles révélations?!

    RépondreSupprimer
  2. Le rapport du FBI ne fait que reprendre les propos de Oren F. Potito prononcés lors d'une allocution en Floride. Cet homme était un admirateur d'Adolf Hitler et l'un des cadres d'un parti nationaliste américain, le National States Rights Party.

    RépondreSupprimer
  3. citoyen tranquille31 octobre 2017 à 19:21

    Le post de Ali Hamdou est pertinent.

    Il faut rappeler aussi que l'arrogance & la désinvolture des frères Kennedy leur ont values beaucoup de haine revancharde en haut lieu.

    La présidence Kennedy fût loin très loin d'être exemplaire et JFK a multiplié les erreurs politiques. Les Kennedy faisaient figure de catholiques irlandais parvenus à la fortune douteuse dans une Haute Société dominée alors par l'argent WASP & son hypocrisie sociale élitiste .....

    Mais comme la Gauche contrôle les médias, il fût fait à JFK une image de sainte icône qui perdure aujourd'hui malgré les avis mitigés d'historiens sérieux.

    Le GOUVERNEUR JOHN CONNALLY (1917-1993): s'il est vrai qu'il y eu une conjuration d'hommes puissants qui s'unirent pour éliminer JFK & décrétèrent qu'il fallait ABSOLUMENT que ce 22 novembre 1963 fût le dernier de J.F.Kennedy, alors il ne fallait laisser AUCUNE chance à ce dernier et pour cela il était impératif que le tueur fût au plus près de la cible...

    Qui d'autre que JOHN CONNALLY était plus près de JFK dans la limousine présidentielle à part Jackie K., Mrs Connally & J.Connally (et le chauffeur)?...

    Ceci expliquerait POURQUOI :

    1)le film 8mm de Zappruder fût modifié (images 313 à 317).

    2) Jackie Kennedy chercha à s'enfuir de la limousine, craignant pour sa vie. L'agent spécial Clint Hill la persuada de remonter dans la limo.

    3)le nuage de sang à l'impact frontal de la balle explosive (au ralenti on constate un bref micro éclair de détonation)sur le coté droit du visage de JFK & l' arrière coté gauche de la boite crânienne défoncé avec absence quasi totale de matière cervicale (l'effet onde de choc de la micro charge explosive). Un petit révolver calibre 38 S&W faisait parfaitement l'affaire.

    4)la projection touts azimuts de particules de matière cérébrale. Même le motard de protection rapprochée ainsi que le chauffeur de la limo présidentielle en reçurent.

    De plus, il était de notoriété publique que JFK & Connally se détestaient cordialement. Connally, haut initié de la F.M., était en lien avec l'élite secrète qui tenait les USA.

    Il eut la possibilité après coup de passer son révolver à son épouse pour le dissimuler dans son sac à main. Qui aurait jamais pu soupçonner l' "honorable" gouverneur du Texas d'être l'auteur du coup de feu fatal & son épouse Idanell "Nellie" sa complice. La loi U.S. autorise une épouse à ne pas témoigner contre son mari.

    Et pour les naïfs qui s'exclament "Jackie les aurait dénoncé", il faut savoir qu'elle craignait pour sa vie & celle de ses enfants. Son silence était le prix à payer pour rester en vie. la bataille du pot de terre contre le pot de fer.

    Jackie K. a laissé ses confessions sur bandes magnétiques en guise de testament politique. Il n'y a plus qu'à espérer qu'elles contiennent les révélations finales que tous le monde attend depuis si longtemps; si tant est que les bandes ne soient ni modifiées ni détruites....

    Bonne lecture. Désolé pour la longueur de ce post. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connally c'est pris une balle aussi, ce n'est pas lui. Pourquoi persévérez la présence d'un impatce sur le parebrise montre bien qu'un tireur était sur le pont, de plus une douille aurait était retrouver si Connally aurait tirer dans la voiture. Dsl ton raisonnement est biaisé.

      Supprimer
    2. citoyen tranquille3 novembre 2017 à 00:55

      @Unknown

      "Connally c'est pris une balle aussi": l'un n'empêche pas l'autre, Connally s'est effectivement pris une balle APRES que JFK fût mortellement atteint au visage & la présence de plusieurs tireurs était sans doute une tactique pour couvrir J.Connally. Sinon pourquoi le film de Zaprudder aurait été modifié au moment précis ou Connally a tiré à bout portant sur JFK ...

      "de plus une douille aurait était retrouver si Connally aurait tirer dans la voiture": n'ai-je pas mentionné dans ma description de l'arme du crime un REVOLVER S&W calibre 38 ?

      Relisez, attentivement cette fois, mon post détaillé du 31 octobre. Bonne lecture.

      Supprimer
    3. Je pense qu'il y'a plusieur raison sur le fait que le film de Zappruder était modifier enlever des visage présent sur la bande à un certain moment, ou bien caché une action commme vous dite, le ralentissement de la voiture ou autre que sais-je une action dans ce laps de temps, bref il peu y'avoir plusieurs raison à modifier le film et pas qu'une seule.

      Et quand à votre deuxiéme réponse, d'accord très bien je veux bien vous l'accordez. Mais quand même sur ma position que Connally na pas pu tuer le président, tout simplement, les suspects sont ailleurs de la voiture même si dans cette voiture plusieurs était sans doute au courant de ce qui ce tramer à commencer chauffer puis Connally lui même. Mais c'est donné trop de force à cette minable personne. Que dans faire un assassin qui aurait réussit sans coup au milieu de tous.

      Bref je vous conseil ce documentaire de 10H fait pas un archiviste de l'armée. Très intéressant si vous connaissez bien l'histoire, il est composé de témoignage, et de toute les images diffusé. Vous verrez les incohérences et les différents témoignages et vous verrez que la vérité avait était raconter par des témoins à l'époque.
      https://www.youtube.com/watch?v=AHAn0iVIA0k

      Bien à vous.

      Supprimer
  4. Existe-t'il une version sous-titrée FR du film "JFK to 911 Everything Is A Rich Man's Trick" ? Merci

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Archives

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Inscription à la newsletter

Archives du blog