dimanche 12 novembre 2017

Tuer pour la science : elle filme le calvaire des souris d’expérimentation en plein Paris




L’association Animal testing vient de diffuser des images glaçantes prises par une lanceuse d’alerte dans un laboratoire de recherche parisien. On y découvre comment des expériences sont menées sur des souris au nom de « la recherche médicale » souvent sans ménagement. Selon l’association, il est urgent de mettre en place une commission d’enquête parlementaire afin de lancer un débat public sur les pratiques menées derrière les murs des labos. En 2015, en France, 1,9 millions d’animaux ont été utilisés à des fins scientifiques dans des laboratoires, dont 1 million de souris. 

Pour des raisons évidentes, les laboratoires de recherche qui pratiquent des expériences sur les animaux n’aiment pas ouvrir leurs portes, encore moins être filmés. Dans une enquête inédite, tournée en caméra cachée, l’association Animal testing révèle une réalité macabre à propos d’un sujet tabou : les tests sur les animaux et leur mise à mort à des fins scientifiques.

En proie au doute et décidée à témoigner de la réalité de son travail, une salariée d’un laboratoire de recherche parisien à pris la décision de contacter l’association et de collaborer pour lui remettre des images prises pendant ses heures de travail. L’élément déclencheur fut pour elle la demande d’un chercheur responsable qui l’a révulsée : ce dernier lui avait donné l’ordre de « prélever du sang sur un certain nombre de souris, plusieurs dizaines, autant de sang que possible sur chaque animal sans anesthésie, au niveau de l’œil ». Il s’agissait donc de vider l’animal de son sang jusque mort s’en suive.

(Attention, images choquantes)



Des souris vivantes vidées de leur sang « pour la science »

Dans le laboratoire en cause, les souris sont le plus souvent tuées par « dislocation cervicale » ou par asphyxie. Dans le premier cas, décrit l’auteur des images, « avec ses propres mains, on va tenir la souris et rompre la colonne cervicale, pour qu’il n’y ait plus de connexion entre le cerveau et le corps », avant de préciser qu’elle a procédé à cette manipulation des centaines de fois et qu’il faut parfois s’y prendre à plusieurs reprises pour que l’animal meurt. La mise à mort par asphyxie, en enfermant les souris dans une boîte dans laquelle on injecte progressivement du CO2, provoque des souffrances chez les animaux, selon les propos tenus par la salariée auprès du journal Libération : « l’animal meurt en deux voire trois minutes. On voit que les souris respirent très vite, elles cherchent à se déplacer, elles titubent… pas besoin d’être scientifique pour voir qu’elles ne sont pas bien ». Pour la salariée et certains de ses collègues, cette mise à mort des souris est un acte répété de manière quotidienne.

Point de vue rarement abordé, ces pratiques ont également des conséquences sur le moral et le psychique des personnes qui travaillent dans les laboratoires. Personne ne tue des êtres-vivants en masse de bon cœur. Celle qui a finalement décidé d’alerter anonymement l’opinion publique explique : « On est en direct avec leurs blessures. On est enfermé avec eux, toute la journée, dans leur environnement, sans lumière et sans fenêtre. Seul. Forcément, on se remet en question. Au bout d’un moment, on devient fou, on devient malheureux, ça nous détruit », explique-t-elle face à la caméra. Dans d’autres cas, les individus développent une dissonance cognitive, si bien qu’ils ne s’aperçoivent plus de la contradiction entre leur système de valeur et ce qu’ils font réellement.
.......

Source et suite de l'article: Mr Mondialisation




10 commentaires:

  1. Ça en dit long sur le fonctionnement de notre "science", une société ne peut pas évoluer de manière saine lorsque la science est exploitée de manière misérable... Surtout qu'il y a aucune excuse car il existe des alternatives nous évitant d'utiliser des animaux pour des tests morbides au nom de l'évolution.

    RépondreSupprimer
  2. - HS -
    Unconfirmed “Pope Francis Heresy Claims May Bring Resignation”
    https://www.youtube.com/watch?v=caAgNbcSQgQ
    (unconfirmed reports)
    Lien du Washington post dans la vidéo

    Que ce soit vrai ou faux, ça sent le brûlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et cette vieille vidéo, toujours d'actualité.
      Un homme averti en vaut deux, comme on dit.

      https://www.youtube.com/watch?v=bnW2Pr4jk-8

      Supprimer
  3. Monde de merde...Qu'il disparaisse dans le néant !

    RépondreSupprimer
  4. un doc effrayant qui passe actuellement sur planète, "sous le radar", la maltraitance animale, l'horreur absolue avec de beaux petits kapos chargés de la sale besogne tel le " tueur " de bovins (dans un abattoir) qui a bonne conscience et assassine des milliers de bovins chaque année ou l'éleveur de poules en batterie
    qui traite de raclures les gens de L214. Et tout çà pour nourrir le bon peuple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ça que ça continue cette barbarie, c'est à l'image de l'humain, un être démoniaque sans vie disons 98%. Et de plus les politiques jubilent vu que c'est des pourritures. Et le côté subtil ça empoisonne l'âme humaine. Qu'ils aillent tous au diable ces humanoïdes primitifs.

      Supprimer
  5. Les test sur des humains seraient bien plus efficaces !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Edit : par exemple les condamnés à mort serviraient à la science, du gâchis de barback !!

      Supprimer
  6. Si les animaux pouvaient parler...

    Nb 22.27: L'ânesse vit l'ange de l'Éternel, et elle s'abattit sous Balaam. La colère de Balaam s'enflamma, et il frappa l'ânesse avec un bâton.

    Nb 22.28: L'Éternel ouvrit la bouche de l'ânesse, et elle dit à Balaam: Que t'ai je fait, pour que tu m'aies frappée déjà trois fois?

    Nb 22.29: Balaam répondit à l'ânesse: C'est parce que tu t'es moquée de moi; si j'avais une épée dans la main, je te tuerais à l'instant.

    Nb 22.30: L'ânesse dit à Balaam: Ne suis-je pas ton ânesse, que tu as de tout temps montée jusqu'à ce jour? Ai-je l'habitude de te faire ainsi? Et il répondit: Non.

    Nb 22.31: L'Éternel ouvrit les yeux de Balaam, et Balaam vit l'ange de l'Éternel qui se tenait sur le chemin, son épée nue dans la main; et il s'inclina, et se prosterna sur son visage.

    Nb 22.32: L'ange de l'Éternel lui dit: Pourquoi as-tu frappé ton ânesse déjà trois fois? Voici, je suis sorti pour te résister, car c'est un chemin de perdition qui est devant moi.

    Nb 22.33: L'ânesse m'a vu, et elle s'est détournée devant moi déjà trois fois; si elle ne fût pas détournée de moi, je t'aurais même tué, et je lui aurais laissé la vie.

    RépondreSupprimer
  7. le pire c'est qu'on se permet de donner des leçons aux autres sur comment traiter les animaux....tout en portant une fourrure de renard qui coute 10000€
    ceux à qui on donne des leçons sont mille fois plus humains que nous....

    bretonne

    RépondreSupprimer

Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges. Cette possibilité est en test sur le blog.

Pas de spams, d'insultes, de discriminations, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Archives

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Inscription à la newsletter

Archives du blog