mercredi 27 décembre 2017

Le directeur de l'édition musicale de Disney accusé d'abus sexuels sur des enfants


Jon Heely , directeur de l'édition musicale chez Disney , a été accusé de trois chefs d'accusation d'abus sexuels sur des enfants.

Heely, 58 ans, de Santa Clarita, est accusé d'avoir abusé sexuellement de deux jeunes filles mineures il y a une dizaine d'années. Il aurait agressé la première fille alors qu'elle avait 15 ans.


Selon les accusations, il a commencé à abuser de la seconde quand elle avait environ 11 ans et a continué jusqu'à l'âge de 15 ans.

Dans un communiqué, un porte-parole de Disney a déclaré que l'entreprise avait suspendu Heely vendredi, après avoir été informé des accusations.

"Immédiatement après avoir appris cette situation ce soir, il a été suspendu sans solde jusqu'à ce que l'affaire soit réglée par les tribunaux", a déclaré le porte-parole.

Walt Disney était membre de l'ordre de Demolay
Heely a été arrêté le 16 novembre par des policiers du poste de Santa Clarita du département du shérif du comté de Los Angeles. Les registres indiquent qu'il a ensuite été libéré sous caution de 150 000 $.

Mercredi, les procureurs l'ont accusé de trois chefs d'actes obscènes et lascifs sur un enfant. Heely a plaidé non coupable lors de sa comparution devant le tribunal de San Fernando jeudi. Il doit comparaître devant le tribunal le 10 janvier. S'il est reconnu coupable, il risque jusqu'à neuf ans et trois mois de prison.

L'avocat de Heely, Robert Helfend, a nié les accusations.

"Il nie avec véhémence ces allégations et nous nous battrons jusqu'à la fin pour rétablir son nom", a déclaré Helfend. "C'est une honte, c'est tout ce que j'ai à dire."

Heely a travaillé chez Disney depuis 1981, et supervise l'octroi de licences du vaste catalogue de musique de films Disney. Il a également produit une série de concerts Disney dans le monde entier, tels que «Fantasia Live in Concert», avec des performances orchestrales et des extraits de films.

Heely n'a pas pu être joint pour commenter cette affaire. 


Lire aussi: 

États-Unis : des dizaines d'employés de Disney arrêtés pour actes pédophiles


Source: Variety

Traduction: Fawkes News

6 commentaires:

  1. Vue les musique et chanson de merde qu'ils foutent dans ce genre de dessins animé, ça ne m’étonne pas...

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que on sait que chez Disney il se passe des choses pas nettes depuis longtemps.
    Notamment au Disney comedy club.

    RépondreSupprimer
  3. - HS -
    (hotchi...)

    "Liker" sur Facebook n'est plus un acte si innocent
    L'Echo - 28 Dec. 2017, Page 1
    Voici l'extrait:

    Un arrêt de la cour du travail de Liège pourrait faire jurisprudence.
    Un arrêt récemment publié de la cour du travail de Liège offre un autre regard sur les nombreux "likes" auxquels s'adonnent les
    utilisateurs du réseau social Facebook.
    En résulte en substance qu'une entreprise qui souhaiterait licencier de manière sèche un employé parce qu'il a approuvé d'un
    clic sur le bouton "j'aime" des propos antisémites, par exemple, pourrait désormais se voir donner raison. Enfin, presque.
    Comment en est-on arrivé à ce précédent? Il faut retourner à l'affaire à l'origine de cette décision. Un cadre, engagé comme
    comptable par une ASBL bruxelloise active dans la redynamisation et la valorisation du centre-ville, publie à plusieurs reprises
    sur son "mur" divers liens faisant référence à des mouvements soutenant la "quenelle" du controversé Dieudonné. Découverte,
    l'affaire passe mal du côté de son employeur. Le comptable est alors convoqué et s'engage solennellement, par écrit, à retirer
    du réseau social toute publication aux formes d'humour présentant des risques de heurter l'opinion publique. Bien, sauf que
    quelques mois plus tard, le directeur de ladite ASBL constate que le cadre en question a "liké" des publications similaires aux
    précédentes, ce qui amène à son licenciement sec pour motif grave. L'employé saisit la Justice.
    En bref, la cour considère alors que la faute commise est bien "grave" et que le comportement du cadre risque de ternir l'image
    de l'ASBL. Elle donne donc raison à l'employeur. Tout cela, pour un "like". Pour Carl Vander Espt, avocat au sein du cabinet
    Cairn Legal, "cette décision ouvre une brèche nouvelle".

    RépondreSupprimer
  4. Article complet:
    https://www.lecho.be/entreprises/media-marketing/Liker-sur-Facebook-peut-vous-couter-votre-emploi/9967039?ckc=1&ts=1514461660

    RépondreSupprimer
  5. Salut guy as tu entendu parler de ces traductions bizarres faites par google traduction ?? certaines sont vraiment étranges et sonnent comme des avertissements...estce réalisé par certains programmeurs de chez google pour exciter la foule conspirationniste,par un groupe de petits malins ou estce plus que ça? Je te mets un lien j'ai moi même essayé et je tombe sur les mêmes traductions que la video
    https://www.youtube.com/watch?v=aJXmmR8eq38

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog