mardi 17 avril 2018

Des journalistes américains n’ont pas trouvé de preuves d’une attaque chimique à Douma


Il ne reste plus que l'OIAC confirme cette version des faits et les 3 pays agresseurs (dont la France qui semble si fière d'avoir attaqué une usine de fabrication de médicaments...) vont avoir l'air bien bêtes. Fawkes

-------

Ayant visité Douma pour retrouver des signes d’usage d’armes chimiques, des journalistes américains n’ont pas réussi à recueillir de preuves confirmant que l’attaque chimique avait réellement eu lieu.
Des journalistes américains de la chaîne de télévision One America News Network se sont rendus dans la ville syrienne de Douma pour rechercher des preuves de l'attaque chimique présumée.
Témoignages de civils
Pearson Sharp, un journaliste de la chaîne qui s'est rendu à Douma avec des représentants des autorités syriennes, a annoncé en direct qu'il s'était entretenu avec les habitants de la ville et que personne n'avait confirmé que l'attaque en question avait eu lieu.
«J'ai parlé avec une dizaine d'habitants de la région qui se trouve dans le quartier où l'attaque présumée aurait eu lieu. Personne parmi ces gens-là, avec lesquels j'ai parlé, ne m'a dit qu'il avait entendu parler ou qu'il avait vu quelque chose concernant l'attaque chimique. Ils ont dit que ce jour-là, tout était comme toujours dans ce quartier et qu'ils n'avaient rien remarqué d'extraordinaire», a-t-il expliqué.
Il poursuit en disant avoir interrogé encore 40-50 personnes dans la ville sans que personne n'ait rien entendu relativement à cette «attaque».
«Lorsque je leur ai demandé ce que c'était, à leur avis, comme attaque, ils m'ont appris que c'était une mise en scène, organisée par les radicaux qui occupaient la ville à ce moment-là. (…) Quand j'ai demandé pourquoi, ils m'ont répondu que les radicaux étaient désespérés et qu'ils avaient besoin d'une astuce pour fuir l'armée syrienne qui leur mettait la pression», a précisé M. Sharp.
Témoignages de médecins
Dans le même temps, le journaliste a expliqué qu'il avait pu visiter le lieu où cette attaque présumée se serait déroulée mais qu'il n'avait pu retrouver aucune preuve. Par la suite, M. Sharp s'est rendu dans un hôpital qui se trouvait sous le contrôle de radicaux. Il est rentré dans la chambre filmée dans les vidéos où des «victimes» de l'attaque chimique présumée auraient été emmenées.
«J'ai parlé avec l'un des médecins. (…) Ce jour-là, lors de l'attaque, il était de service. J'ai demandé ce qu'il avait vu. Il m'a répondu que c'était une journée ordinaire mais qu'il y avait beaucoup de poussière. Beaucoup de gens sont venus se plaindre de toux et d'irritations des voies respiratoires. Mais aucun autre symptôme n'a été signalé. (…) Soudain, un groupe d'inconnus est arrivé en criant qu'une attaque chimique s'était produite. Ils ont apporté des personnes qui, comme ils l'affirmaient, étaient affectées et se sont mis à les asperger d'eau. (…) Les médecins ont commencé à s'en occuper tandis que des inconnus filmaient cette scène», a relaté le journaliste.
Se référant à des témoins, Pearson Sharp a expliqué que dès que ces inconnus ont terminé de filmer, «ils sont partis et tout s'est arrêté là».
«Le médecin a dit que lorsque les patients y étaient [à l'hôpital], il n'a vu aucun symptôme d'une attaque chimique. (…) Les personnes qui sont venues avaient l'air être en forme», a-t-il ajouté.
«L'opposition modérée»
Le journaliste a également souligné qu'il avait interrogé les habitants au sujet de «l'opposition modérée» qui contrôlait la ville.
«Ils ont dit qu'il n'y avait pas d'opposition modérée mais il y avait des personnes qui les faisaient mourir de faim. (…) Les radicaux ne leur donnaient ni nourriture, ni médicaments. Ils gardaient tout pour eux et si quelqu'un se plaignait, ils le tuaient ainsi que sa famille», a-t-il annoncé.
Comme l'a indiqué Pearson Sharp, les habitants remercient le Président syrien d'avoir libéré la ville. 
Dans le même temps, le journaliste a affirmé que lors de sa visite à Douma, c'est lui qui interrogeaient les personnes avec qui il s'entretenait.

«Ce n'est pas la propagande dont on nous accuse. Ce sont simplement les faits que nous avons découverts sur place et ce que nous avons vu de nos propres yeux», a-t-il conclu.
Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Les pays occidentaux soutiennent qu'une attaque chimique a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux.
Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Source: Sputnik

4 commentaires:

  1. Analyse du Général (2S) Dominique Delawarde
    (Ancien Chef Situation-Renseignement-Guerre électronique
    État-major interarmées de planification opérationnelle)

    Cette analyse devrait servir à ceux qui ne comprennent pas particulièrement comment fonctionne une vraie guerre, et qui s'emballe parce que la Russie n'aurait pas réagit à ses frappes..

    Il faut faire une différence majeure entre ce que la propagande médiatique occidentale vous offre comme narrative et ce que laisse entrevoir les faits du terrain ; ce qui permet d'avoir probablement une vision plus claire de la véritable situation actuelle.. Avant que cette guerre devienne (probablement) chaude, il faut comprendre absolument que c'est tout d'abord une guerre (pour l'instant) de l'information, contre les peuples occidentaux ; en cachant la faillite de l'Occident sur le terrain, en falsifiant systématiquement les faits afin de manipuler cette opinion publique.. Car cette guerre de l'information risque de prendre un tour beaucoup plus dramatique lorsque les USA prendront une décision (gravissime) qui concernera l'Iran et le deal fait par Obama et d'autre pays du G7 et qui risque d'être mis a mal courant mai.. C'est concernant ce pays que les risques les plus mortels pour la région et l'humanité risque d'être engendrés pas l'état profond aux USA et par accointance, Israël se cachant derrière eux..

    Bonne lecture

    http://echelledejacob.blogspot.ch/2018/04/general-dominique-delawarde-examinons.html#more

    RépondreSupprimer
  2. M'est avis que Trump s'est fait roulé dans la farine par ses services comme lors de la dernière attaque au soi-disant gaz quand il a riposté à contre-coeur, pour la forme. Macron lui a emboité le pas car dans le Triumvirat les places sont chères si l'on se rappelle de Bush aux Açores.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trump n'a jamais frappé a contre coeur. Tu n'as pas vu les tweets enthousiastes qu'il envoyait? Trump aime faire la guerre et envoyer des "beaux missiles inteligents" sur ses ennemis (et s'en vanter en plus).

      Est-ce qu'il est conseillé par des va-t-en guerre suicidaires? Certains probablement comme John Bolton. Trump voulait même cibler des bases militaires russes provoquant de facto une guerre ouverte avec une puissance nucléaire avec toutes les conséquences qu'on connait. Il n'a aucune recul ni vision à long terme sur les décisions qu'il veut prendre, comme un enfant en fait.

      Curieusement, ce serait Mattis qui l'aurait dissuader de frapper les russes alors qu'il est connu pour être une tête brulée:

      http://www.fawkes-news.com/2016/12/le-nouveau-chien-de-guerre-du-pentagone.html

      Supprimer
    2. Pour ma part, je pense la vérité doit se situer quelque part dans cette direction. Des modérés et des militaires conscients au sein du Pentagone représenté par Mattis ont du batailler contre les plus dingues des faucons comme des Bolton et autres pour démontrer la folie d'une frappe contre des installations ou des soldats russes étaient présents.

      Trump devait peut être vouloir y aller, mais d'une manière ou d'une autre, les modérés ont remportés cette bataille et le reste fut de la com et de la propagande.

      Mais l'inquiétant, est de voir que de plus en plus de faucons rejoignent le navire Trump et il faut donc savoir jusqu’à quand les militaires lucides du Pentagone pourront empêchés les Faucons de faire le pas de trop.. En cela, nous n'avons aucune réponse, mais plus le temps avance, plus la situation peut dégénérée au vu des forces en présence en Syrie et en Méditerranée..

      Supprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript![ ? ]

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog