mardi 17 avril 2018

Les "Fake News" de la semaine de Macron et Castaner



[VIDEO] "Quand nos mamans portaient le voile catholique" : l'histoire fantasmée de Castaner


Interrogé sur la portée sexiste du voile islamique, le patron de LREM Christophe Castaner a affirmé ce lundi 16 avril dans "RTL Matin" qu'"il y a quelques années", "toutes les femmes catholiques" étaient voilées en France. Ah bon ?!
Christophe Castaner en service après-vente. Invité ce lundi 16 avril de RTL Matin, le délégué général de la République en Marche (LREM) est revenu sur plusieurs passages de l'interview d'Emmanuel Macron dimanche soir par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. Notamment celui sur le voile islamique, au sujet duquel le président de la République a déclaré que « dans la République, nous devons le tolérer », tout en critiquant l’inégalité entre les sexes qu’il induit : « Ce n’est pas conforme à la civilité dans notre paysc'est-à-dire au rapport qu'il y a entre les hommes et les femmes ».
Il y a quelques années, quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question.
Christophe Castaner
Alors, le port du voile signe-t-il par essence une supériorité de l’homme sur la femme ? En réponse à cette question, le chef de LREM surprend doublement, en prenant ses distances avec le chef de l'Etat et en livrant cette réplique : « On s’est posé la question, il y a quelques années, quand toutes les femmes catholiques portaient un voile ? Je ne crois pas. » Et Castaner fait référence à une époque vraiment récente, puisqu’il précise sans sourciller : « Il y a quelques années, quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question ». 
Christophe Castaner étant né en 1966, il semble donc dater le port d'un voile par « toutes les femmes catholiques » aux années 1950-1960. Or, à cette époque, seules les nonnes se couvraient les cheveux. Les croyantes les plus rigoureuses - et donc pas « toutes » - se contentaient de se conformer au code de droit canonique de 1917 en arborant, à la messe, ce qu'on appelle une mantille, c'est-à-dire une longue écharpe de soie ou de dentelle. Cette règle a d'ailleurs été abandonnée dans le code de droit canonique de 1983. A l’extérieur de l’Église en revanche, le port d'un « voile catholique » n’a jamais été généralisé en France. Ce qui n’exempte évidemment pas la religion catholique d'une dimension patriarcale mais montre que le raisonnement de Christophe Castaner est complètement à côté de la plaque.



Source: Marianne



Frappes en Syrie : les fanfaronnades de Macron démenties par Washington et la Turquie

Au cours de son interview dimanche soir, Emmanuel Macron s'est vanté d'avoir "convaincu" Donald Trump et "séparé" Russes et Turcs sur la question syrienne. Mais Ankara et Washington se sont empressé de contredire ces affirmations.
Emmanuel Macron en aurait-il trop fait ? Au début de son interview par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel ce dimanche 15 avril, le président de la République a livré sa version des coulisses et des conséquences des frappes aériennes ayant ciblé le programme d'armement chimique de la Syrie, se targuant d'avoir "séparé" la Turquie et la Russie ainsi que d'avoir "convaincu" Donald Trump de maintenir ses troupes sur le terrain. Deux affirmations qui ont suscité pas moins de trois démentis en moins de 24 heures, venant à la fois de Washington et d'Ankara.
"Il y a dix jours, le président Trump disait : les Etats-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (...) je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", a d'abord plastronné Emmanuel Macron. Piquant manifestement au vif la susceptibilité de son homologue américain, qui a fait apporter quelques heures plus tard cette précision par la Maison Blanche : "La mission américaine n'a pas changé : le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible". Et de rappeler que la présence des quelques 2.000 soldats américains sur le sol syrien n'ont qu'un seul objectif : combattre l'Etat islamique.
Emmanuel Macron a réagi ce lundi à la rebuffade, assurant que les deux pays ont la "même position" sur la durée de leur engagement militaire dans la région, ainsi que sur son but : "Je n'ai pas dit que ni les
Etats-Unis, ni la France allaient rester militairement engagés dans la durée en Syrie (...) La Maison Blanche a raison de rappeler que l'engagement militaire est contre Daech et s'arrêtera le jour où la guerre contre Daech sera parachevée",
 a-t-il rectifié en marge d'une conférence de presse aux côtés de la Première ministre de Nouvelle-Zélande à l'Elysée.

"Nous attendons des déclarations dignes d'un chef d'Etat"

Mais après Washington, c'est à Ankara qu'on s'est étranglé en entendant les déclarations d'Emmanuel Macron. Vantant une démonstration de force faite au régime de Damas ainsi qu'à son allié Vladimir Poutine, il a brandi un deuxième succès diplomatique : "Ensuite, par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet les Russes des Turcs (...). Les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération que nous avons conduite", quand la Russie s'est évidemment à l'opération, la dénonçant "avec la plus grande fermeté". En effet, bien que Moscou et Ankara soient alliés sur le dossier syrien, Recep Tayyip Erdogan a bel et bien soutenu les frappes occidentales dans le pays, estimant qu'elles étaient une "réponse appropriée" aux "attaques inhumaines" de Damas.
Sauf que l'annonce fanfaronne du président français n'a pas plu pour autant à la diplomatie turque. Laquelle a mis un point d'honneur ce lundi à la démentir à deux reprises. "La politique de la Turquie en Syrie n'est pas d'être avec ou contre qui que ce soit", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Bekir Bozdag, avant d'expliquer que la Turquie s'opposait aussi bien "aux soutiens apportés au régime" qu'aux "soutiens apportés aux organisations terroristes". La réaction de la tête de la diplomatie turque a ensuite été encore plus virulente : "Nous pourrons penser différemment mais nos relations ne sont pas faibles à tel point que le président français puisse les rompre", a cinglé le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Cavusoglu. "Ceux qui défendent ce qui est juste peuvent avoir leurs divergences mais les principes de la Turquie sont clairs", a-t-il ajouté, reprochant vertement à Emmanuel Macron ses propos : "Nous attendons des déclarations dignes d'un chef d'Etat. Nos relations avec la Russie ne sont pas une alternative à nos relations avec l'Otan ou avec nos alliés".
Source: Marianne


4 commentaires:

  1. Le gendarme du monde macron tente laborieusement une justification de son crime de guerre au parlement européen dans le même état d'excitation que lors de ses élections.

    Il invoque ses principes rigides (son obsession de la ligne rouge) et s'estime en droit de bombarder un pays souverain pour faire respecter, sans en être mandaté, une résolution de l'ONU sur les armes chimiques agissant sans la moindre preuve matérielle irréfutable, sans autorisation parlementaire, en violation de la constitution et de la charte de l'ONU. La légitimité ( tolérance) ne signifie rien, il n'existe que la légalité : son bombardement n'était pas légal.

    Son acte de guerre n'est pas une simple attaque mais une déclaration de guerre contre un pays tiers. Notre pays ne subissait pas d'attaque et il n'existait pas de danger imminent. Ce qu'il a commis est un acte de guerre et il doit en répondre devant la communauté nationale et les juridictions. Non , il ne s'en sortira pas avec 3 discours a posteriori devant les chambres. Non Macron n'est pas le bras armé de l'exécution des résolutions de l'ONU, Non Macron n'est pas dans sa toute puissance d'autocrate au-dessus de la constitution ni de la charte de l'ONU.

    Moi en ma qualité de citoyen français, ma ligne rouge est aussi franchie, car je ne veux pas mettre ma vie ni celle de ma famille entre les mains d'un irresponsable mégalomane qui part en guerre seul et gratuitement à l'encontre d'un pays détruit allié à une puissance nucléaire. Si nous passons l'éponge sur des faits d'une telle gravité, demain que nous réserve-t-il encore?

    https://www.lci.fr/international/video-regardons-nos-principes-en-face-macron-s-emporte-contre-ceux-qui-critiquent-les-frappes-en-syrie-2084517.html

    RépondreSupprimer
  2. Pour ce qui est de Castaner, ses anciens amis de Solférino, l'avaient affublé du sobriquet de "Crétin des Alpes" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était simplet apparemment:

      http://www.bvoltaire.fr/voila-christophe-castaner-surnomme-simplet/

      Les meilleures (ou les pires) castâneries de Christophe Castaner

      https://www.dailymotion.com/video/x63bw0x

      Supprimer
  3. Bonjour

    Je suis une chrétienne qui ne fait partie d'aucune dénomination, je suis sauvée par JESUS-CHRIST et j'ai la foi.. et je porte le voile quand je prie car c'est ce que je lis dans la Bible.
    "1 Corinthiens 11.5-7 :

    …5Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef: c'est comme si elle était rasée. 6Car si une femme n'est pas voilée, qu'elle se coupe aussi les cheveux. Or, s'il est honteux pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou d'être rasée, qu'elle se voile. 7 L'homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu'il est l'image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l'homme.…"
    On est quand même loin de la burka ou autre

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un soucis de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog