vendredi 18 mai 2018

Comme prévu, Trump a déjà réussi à anéantir les efforts de paix de la Corée du Nord et menace son président de finir comme Kadhafi...


La Corée du Nord a annulé les pourparlers au sommet qui devaient se tenir avec la Corée du Sud mercredi 16 mai. En cause: le lancement des exercices militaires américano-sud-coréens Max Thunder qualifiés par Pyongyang de «provocation militaire intentionnelle» violant l'entente convenue lors du sommet intercoréen du 27 avril.
D'après la déclaration des autorités nord-coréennes, les USA et la Corée du Sud ont utilisé près de cent appareils pour travailler une «frappe préventive» contre le territoire nord-coréen. De son côté, le Pentagone affirme que les exercices Max Thunder portaient uniquement sur des scénarios défensifs, écrit jeudi le site d'information Gazeta.ru.

Le refus de participer à la rencontre prévue avec la délégation sud-coréenne a été annoncé par le premier vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Kim Kye-gwan. Ce dernier a averti que Pyongyang pourrait également renoncer au sommet avec les États-Unis si l'administration de Donald Trump «exigeait que la Corée du Nord renonce à l'arme nucléaire unilatéralement».

«Les autorités sud-coréennes et américaines ont lancé des exercices militaires conjoints d'envergure contre notre République avant que ne sèche l'encre de la déclaration signée pendant le sommet intercoréen historique», stipule le communiqué officiel de Pyongyang.

Comme l'indique l'ancien ambassadeur de Russie en Corée du Sud Gueorgui Kounadze, Pyongyang a toujours réagi très négativement aux exercices américano-sud-coréens traditionnels. D'après Pyongyang, ces manœuvres consistent à travailler des scénarios d'attaque contre la Corée du Nord et ne peuvent être considérées comme une démarche amicale.

Les exercices actuels étaient initialement prévus pour le début de l'année, mais compte tenu de la participation de la délégation nord-coréenne aux JO de Pyeongchang Séoul avait réussi à persuader Washington de reporter les manœuvres. Selon Gueorgui Kounadze, il est parfaitement évident qu'après la récente réunion intercoréenne au sommet et en prévision du sommet américano-nord-coréen, la Corée du Nord espérait qu'aucun exercice n'aurait lieu cette année.
Mais Washington n'avait fait aucune promesse à Pyongyang concernant les exercices américano-sud-coréens.
Les déclarations du ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord sont parfaitement naturelles et prévisibles, estime Dmitri Souslov, directeur adjoint du Centre d'études européennes et internationales du Haut collège d'économie.
«La Corée du Nord a accepté des concessions préalables très sérieuses en renonçant à l'enrichissement d'uranium, en fermant un polygone nucléaire et en principe en acceptant de parler de dénucléarisation, en renonçant aux essais nucléaires, balistiques, et ainsi de suite. Maintenant il s'avère que la Corée du Nord a gelé ses essais, mais les USA n'ont pas gelé leurs exercices. Il était difficile de s'attendre à une autre réaction de la part de Pyongyang», affirme l'expert.
D'après lui, les menaces de Pyongyang ne se refléteront certainement pas sur la position de Washington concernant la question nord-coréenne.
L'expert doute également que la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un puisse être annulée.
Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Source: Sputnik

Trump estime «très probable» que Kim Jong-un finisse comme Kadhafi s'il n'y a pas d'accord


Après la déclaration du faucon John Bolton le 29 avril qui faisait allusion au modèle libyen pour résoudre le conflit diplomatique entre Washington et Pyongyang sur le programme de dénucléarisation, Donald Trump joue-t-il au pompier pyromane ?

Alors que les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord semblaient en passe de devenir moins glaciales, il se pourrait que Donald Trump ait commis un nouvel impair : interrogé sur la référence de son conseiller à la Sécurité nationale au «modèle libyen» (c'est-à-dire le programme de dénucléarisation de la Libye en décembre 2003) en date du 29 avril, le président américain a visiblement compris le terme «modèle libyen» comme une évocation de la chute du président libyen en 2011, soit quelque cinq années après la reprise du dialogue diplomatique avec les Etats-Unis. Sans gouvernement stable, le pays a ensuite sombré dans le chaos.

«Si vous regardez bien le modèle libyen, ça a été un vrai massacre, nous sommes allés là-bas pour l'abattre [Kadhafi]. C'est très probablement le modèle qui se mettrait en place si on ne trouvait pas un accord [avec Kim Jong-un]. En revanche, si nous trouvons un accord, je suis sûr qu'il en sera très, très satisfait», a déclaré le président américain à la presse depuis la Maison Blanche le 17 mai. Donald Trump semble ainsi avoir promis une fin «à la Kadhafi» à Kim Jong-un en cas d'absence d'accord avec les Etats-Unis.

Ce n'était pourtant pas le sens des propos de son conseiller à la Sécurité, le néo-conservateur John Bolton, eux-mêmes déjà très maladroits, voire ambigus. Il avait fait référence au «modèle libyen» pour rappeler que Tripoli avait abandonné son programme de développement d'armes chimiques, biologiques ou nucléaires en 2003 afin de restaurer ses relations avec l'Occident, après neuf mois de négociations secrètes avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Une décennie plus tard, le dirigeant libyen était assassiné lors de l'intervention militaire occidentale.
Ca a été un vrai massacre, nous sommes allés là-bas pour l'abattre
Le 12 juin, une rencontre historique est toujours prévue à Singapour entre les dirigeants de la Corée du Nord et des Etats-Unis. Mais si la déclaration de John Bolton avait déjà chahuté les relations diplomatiques entre Washington et Pyongyang, il se pourrait que la déclaration de Donald Trump, qui se voulait probablement rassurant en déclarant qu'il ne voulait pas du «modèle libyen» en Corée du Nord, n'arrange pas la précaire entente entre les deux pays. Kim Jong-un retiendra-t-il la menace voilée ou l'assurance des meilleures volontés de Donald Trump ?

Le président américain l'a affirmé lors de cette même déclaration à la presse : «Si on traite avec Kim Jong-un, il sera là. Il dirigerait lui-même son pays. Son pays serait très riche. Nous sommes prêts à concéder beaucoup et... lui aussi. Je crois que nous allons entretenir de bonnes relations, à condition que notre rencontre ait lieu et qu'elle débouche sur quelque chose. Et il aura accès à une très puissante protection.»

Source: RT

3 commentaires:

  1. Sauf que et contrairement à Kaddafi , Kim Jong-un est un pur produit illuminati, suffit de gratter un peu pour s'en apercevoir ( son enfance , ses études et références), le ptit gros tiens bien son rôle, tout comme les autres , russes ou encore iraniens.

    RépondreSupprimer
  2. - HS -
    Les guerres, le capitalisme et la stratégie du chaos (Michel Collon, 8 mai 2018, durée ~1h09)
    https://www.youtube.com/watch?v=oWM0q3Oknlg

    RépondreSupprimer
  3. MF
    le théâtre de Satan bat son plein normal l'humanité a choisi son camp plus dure sera sa chûte

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript![ ? ]

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog