mercredi 27 juin 2018

Etats-Unis: Des enfants immigrants menottés, cagoulés, battus, déshabillés et drogués




Des documents d’un tribunal des États-Unis publiés en Virginie et au Texas offrent un aperçu de la brutalité systématique qui est infligée à des enfants immigrants dans des prisons publiques et privées. Des enfants sont menottés, cagoulés puis battus, ou drogués contre leur volonté. Ces pratiques, qui font partie de procédures quotidiennes, ne peuvent être décrites que comme le goulag américain.

Un reportage de l’Associated Press (AP) publié jeudi a donné des détails des mauvais traitements commis l'an dernier contre de jeunes immigrants latinos dans le centre de détention de mineurs de Shenandoah Valley, près de Staunton en Virginie. Des avocats des jeunes victimes ont porté plainte contre la prison – une institution d'État contrôlée par un consortium de sept villes de Shenandoah Valley – une audience est prévue pour juillet.

D'après six déclarations sous serment en espagnol de la part des victimes, traduites pour la cour fédérale pour le District ouest de Virginie, des enfants aussi jeunes que 14 ans ont été battus pendant qu’ils étaient menottés, ligotés à des chaises nus et cagoulés, enfermés en détention solitaire pendant de longues périodes, parfois nus et souffrant du froid.

Toutes ces formes de torture sont pratiquées à Guantanamo Bay et dans les prisons de torture de la CIA à travers le monde. Ces techniques ont été transférées aux États-Unis et utilisées contre des enfants immigrants, qui sont diabolisés par l'administration Trump.

La poursuite intentée par l'organisme sans but lucratif, Washington Lawyers’ Committee for Civil Rights and Urban Affairs, déclare que des jeunes immigrants détenus à Shenandoah «sont dans des conditions non constitutionnelles qui choquent la conscience, incluant de la violence exercée par le personnel, et l'usage abusif et excessif d'isolement et d'immobilisation, et le refus de fournir les soins psychologiques nécessaires». En raison de «l'usage violent et sadique de la force», les jeunes «ont subi des blessures importantes, tant physiques que psychologiques».

Un jeune du Honduras envoyé à Shenandoah quand il avait 15 ans déclare «Chaque fois qu'ils m'immobilisaient et m'assoyaient sur la chaise, ils me menottaient... [Ils] m'attachaient très serré, des pieds à la poitrine, on ne pouvait pas vraiment bouger... Ils avaient le contrôle total sur nous. Ils ont également mis un sac sur nos têtes. Il y a des petits trous; on peut voir à travers. Mais on se sent suffoquer avec le sac sur la tête.»

Un jeune de 15 ans du Mexique qui a passé neuf mois à Shenandoah a décrit un traitement similaire.

«Ils m'ont menotté et mis une sorte de sac blanc sur la tête», a-t-il dit, d'après sa déclaration sous serment. «Ils m'ont entièrement déshabillé et attaché sur une chaise, où ils ont attaché mes mains et mes pieds contre la chaise. Ils ont également sanglé ma poitrine. Ils m'ont laissé nu et attaché à la chaise pendant deux jours et demi, même pendant la nuit.»

Un jeune de 14 ans du Guatemala parle d'emprisonnement fréquent dans sa minuscule cellule pendant plus de 23 heures par jour, ainsi que de longues périodes d'immobilisation. «Quand ils n'arrivaient pas à calmer un des jeunes, les gardes nous mettaient dans une chaise – une chaise de sécurité, je ne sais pas comment ils l'appellent – mais ils nous mettaient là-dedans toute la journée», a-t-il raconté dans sa déclaration sous serment. «Ça m'est arrivé, et j'ai vu que c'est arrivé à d'autres également. C'était beaucoup trop.»

Un jeune de 17 ans qui fuyait le Mexique pour échapper à un père violent et la violence des cartels a été arrêté à la frontière américaine et est passé par plusieurs centres de détention avant d'arriver à Shenandoah, l'une des trois institutions aux États-Unis qui reçoivent des contrats de l’Office of Refugee Resettlement, qui fait partie du ministère de la Santé et des Services sociaux, afin de fournir des «institutions sécuritaires» pour les jeunes immigrants. Le garçon qui a été fréquemment immobilisé, généralement avec des liens de tissus, a rapporté au moins une fouille à nu violente et plusieurs occasions où il a été battu. Il a tenté de se suicider à plusieurs reprises.

Il y a d'autres allégations que les jeunes latinos ont reçu de la nourriture et des conditions pires que des jeunes prisonniers locaux, principalement blancs, et que les repas étaient fréquemment froids et inadéquats, n’apaisant pas la faim des enfants.

AP a interviewé une spécialiste anonyme du développement d'enfants qui a travaillé avec des jeunes à Shenandoah. «La majorité des enfants avec lesquels nous avons travaillé lors de notre visite avaient été victimes de violences verbales et émotionnelles. J'ai vu un enfant dont le pied avait été cassé par un gardien», a-t-elle dit. «Ils sont placés en isolement pendant des mois pour des trucs comme ramasser un crayon quand un gardien avait dit de ne pas bouger. Certains d'entre eux ont commencé à entendre des voix leur disant de faire du mal à d'autres ou à eux-mêmes, et je sais qu’avant qu’ils arrivent à Shenandoah, ces jeunes n'avaient pas de pensées violentes.»

Étant donné que les enfants détenus à Shenandoah étaient des mineurs non accompagnés, plutôt que séparés de leurs familles, il y a eu des suggestions dans les médias qu’ils auraient des liens criminels, ou que leur traitement brutal était d'une quelconque façon justifiée. Mais d'après le reportage d’AP, un directeur du programme de l'institution a dit que l'absence de liens criminels des jeunes avait été vérifiée, et qu'ils souffraient plutôt de problèmes de santé mentale dus à des traumatismes subis dans leur pays d'origine.

Les actes de torture impliquaient plusieurs gardes de l'institution, qui était dirigée par un conseil régional sous le contrôle ultime du gouvernement de l'État, alors dirigé durant toute cette période par le gouverneur démocrate Terry McAuliffe. Le nouveau gouverneur, le démocrate Ralph Northam, qui préside depuis le premier janvier, a ordonné une enquête d'État en réponse aux allégations de mauvais traitements, mais seulement après que le reportage d’AP a été rendu public jeudi.

Même de plus jeunes enfants ont été victimes de violence à l'institution au Texas qui détient un contrat avec le Bureau de réinsertion des réfugiés, d'après un reportage publié par le Center for Investigative Reporting et le Texas Tribune mardi dernier. Les allégations ont été détaillées dans une poursuite déposée par le Center for Human Rights & Constitutional Law.

La poursuite accuse le Shiloh Treatment Center à Manvel, au Texas, d'avoir administré des drogues psychotropes à des enfants immigrants, qui dans certains cas avaient été séparés de leurs parents à la frontière. Ni les enfants, certains n’avaient que neuf ans, ni les parents n'ont consenti au traitement, et dans certains cas, les enfants ont été drogués contre leur gré pendant qu'ils se débattaient et hurlaient.

On peut lire dans l’un des reportages: «Certains des enfants détenus à Shiloh rapportaient avoir reçu jusqu'à neuf pilules différentes le matin et six au soir, incluant des drogues antipsychotiques, des antidépresseurs, des médicaments pour la maladie du Parkinson et des médicaments contre les crises d'épilepsie. Ils étaient menacés de demeurer en détention s'ils refusaient les drogues, d'après la poursuite. Les enfants ont également affirmé avoir ressenti des effets secondaires après avoir pris les drogues, disant qu’ils étaient très fatigués et incapables de marcher.»

La poursuite accuse: «ORR a régulièrement administré des drogues psychotropes à des enfants sans autorisation légale... Quand les jeunes refusent de tels médicaments, ORR les force. ORR ne requiert ni ne demande le consentement d'un adulte avant de donner un médicament à un enfant, et ne tente pas non plus d'obtenir d'autorité légitime au lieu du consentement des parents. Au lieu de cela, ORR ou des employés de l'institution signent des formulaires de “consentement” et se donnent à eux même “l'autorité” d'administrer des drogues psychotropes à des enfants détenus.»

Les sept pilules nommées dans les documents judiciaires – clonazepam, duloxetine, quanfacine, Geodon, olanzapine, Latuda, et divalproex – sont des médicaments utilisés pour la dépression, l'anxiété, le déficit d'attention, la bipolarité, des troubles d'humeur, la schizophrénie et les crises d'épilepsie. D'après la poursuite, ce traitement revenait à appliquer des «camisoles de force chimiques» afin de maîtriser les enfants, plutôt que de subvenir à leurs besoins médicaux.

D'après un reportage d’enquête, l’ORR a payé 3,4 milliards $ à des organisations privées pour détenir d’enfants immigrants, et près de la moitié, 1,5 milliard $, est allée à 13 entreprises qui avaient été accusées de centaines de violations sévères de leur responsabilité de fournir des soins. Celles-ci incluaient le manquement d'obtention d'un traitement médical pour des accidents ou maladies, «le contact inapproprié» entre enfants et employés (apparemment de nature sexuelle), et de la négligence.

Ces témoignages de traitement horrible d'enfants n'exposent pas seulement la barbarie et le sadisme de gardiens individuels, d'administrateurs et d'autres cadres, mais l'avarice d'entrepreneurs qui tentent de se joindre à l'orgie de profits sur la base de contrats fédéraux pour la détention et le mauvais traitement d'immigrants. Ce qui est surtout révélé est le caractère criminel de l'élite politique américaine, autant démocrate que républicaine, qui encourage délibérément une atmosphère de brutalité et de terreur en tant que méthode préférée pour «détourner» les immigrants de la frontière entre le Mexique et les États-Unis. De plus, la responsabilité n'est pas seulement celle de la brute sociopathe qui est actuellement à la Maison-Blanche, mais également celle de son prédécesseur démocrate, responsable de plus de déportations que n'importe quel autre président précédent.

Le chef du ministère de la Sécurité intérieur de l'administration Obama, Jeh Johnson a déclaré que la détention de réfugiés demandeurs d'asile d'Amérique centrale et la séparation des parents de leurs enfants auraient un effet positif, incluant la réduction de l’arrivée soudaine de réfugiés en 2014. Ce fut Terry McAuliffe, l'associé de longue date de Hillary Clinton, qui supervisait la torture de jeunes immigrants à Shenandoah de 2014 à 2017.

Le virage d’Obama vers Trump n'a pas fondamentalement changé la politique de la classe dirigeante américaine face aux immigrants, qui a toujours été d'un caractère antidémocratique et brutal. Mais entre les mains de Trump et son assistant fascisant Stephen Miller, la brutalité est devenue plus systématique, et est accompagnée d'une campagne visant à attiser le racisme anti-immigrant et l'hystérie autour du supposé danger que les États-Unis soient «envahis» comme le prétendait Trump dans un discours devant un rassemblement mercredi soir dernier au Minnesota.

D'après un reportage paru dans le Wall Street Journal jeudi, l'administration Trump a octroyé plusieurs contrats de dizaines de millions de dollars plus tôt cette année afin de construire des institutions de détention pour enfants. Ceci confirme que la séparation de masse d'enfants de leurs parents, qui suivait l'annonce d'une politique «tolérance zéro» de la part du procureur général Jeff Sessions, n'était pas une conséquence inattendue de la nouvelle politique, mais prévue et délibérée. Il s’agit d’un crime prémédité, le kidnappage de plus de 2400 enfants, pour lequel Trump, Sessions, Stephen Miller, Kirstjen Nielsen et d'autres hauts représentants devraient être poursuivis et emprisonnés.

Loin d'abandonner cette politique – comme certains reportages sur le décret annoncé par Trump mercredi le suggéraient – la Maison-Blanche prépare l'accélération de la détention de masse d'immigrants, incluant des enfants. Un porte-parole du Pentagone a dit mardi dernier que des bases militaires au Texas et dans l'Arkansas ont été considérées en tant que possibles lieux de détention pour jusqu'à 20.000 enfants immigrants, soit deux fois plus que ceux qui sont actuellement détenus.

Lien connexe:


Source: WSWS

4 commentaires:

  1. Oh la vache ! du pur sadisme !!
    je savais que des milliers d'enfants clandestins étaient séparés de leurs parents renvoyés en amérique latine , puis les jeunes enfermés dans des bases militaires US ..mais là !!!

    En plus les US souhaitent faire de ces jeunes illégaux .des citoyens US ..pour les envoyés en Irak ? Je me demande si l'idée , de les traumatisés par séparation des parents ( parfois des bébés ..) puis de leur faire subir des sévices , puis de les nationalisés ..n'est pas d'en faire des psychopathes ou gravement névrosés .. de parfaits robots !?

    RépondreSupprimer
  2. un peu d'info

    https://www.facebook.com/100010562981432/videos/618014291893998/

    RépondreSupprimer
  3. de la désinformation plutôt , du gouvernement US ! Par ailleurs , oublie complet de l'article plus haut , pourtant bien sourcé ! aucun intérêt ?

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme28 juin 2018 à 16:51
    eh beh quelle humanité cet asselineau !
    trump ou obama même politique ! la même qu'aurait fait ass-lineau ?

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Médias citoyens

Archives du blog