mardi 24 juillet 2018

Affaire Benalla: le directeur de l'ordre public à Paris met à mal la version de l'Élysée (MAJ: puis il revient sur ses déclarations: pressions?)



Auditionné lundi, Alain Gibelin, directeur de l'ordre public et de la circulation (DOPC) à la préfecture de police de Paris, a affirmé qu'Alexandre Benalla était présent à des réunions entre ses services et l'Éysée entre le 4 et le 19 mai, période pendant laquelle l'adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron était censé être suspendu.
Lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire, le directeur de l'ordre public et de la circulation à Paris, Alain Gibelin, a donné deux éléments qui contredisent la version de l'Élysée.

Selon lui, Alexandre Benalla ne disposait pas d'une autorisation de la préfecture de police pour être présent aux côtés des forces de l'ordre le 1er mai en tant qu'observateur. 
De plus, d'après ce témoignage, il a participé à des réunions avec les services du DOPC entre le 4 et le 19 mai, alors que l'Élysée affirme qu'il était mis à pied pendant cette période. 

Source: Sputnik

MAJ 11H:   Ce 24 juillet, selon les informations du Figaro, Alain Gibelin revient sur cette déclaration dans un courrier qui sera publié plus tard dans la journée et adressé à la présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet (LREM). «Plusieurs sources bien informées au sein du groupe La République en marche» font savoir, d'après le quotidien, que le directeur de l'ordre public dit avoir mal compris la question qui lui était posée par Marine Le Pen, «à cause du bruit dans la salle». Dans ce courrier, Alain Gibelin évoquerait notamment une incompréhension au niveau des dates évoquées par la présidente du Rassemblement national.

Fawkes: Là Gibelin se moque carrément de nous, il n'y avait aucun bruit dans la salle (c'est vérifiable dans la vidéo plus bas) et les dates lui ont été communiquées 3 fois en l'espace de deux minutes par Marine Lepen puis une nouvelle fois, très clairement, à la fin de l'audition par le corrapoteur. Par quatre fois, Giberlin n'a pas bronché. Dès lors, il est hautement improbable qu'il ait mal compris la question. Gibelin aurait-il subit des pressions pour se rétracter? Il n'y a pas d'autre explication plausible. Voyez par vous-même...

Donc le directeur de l'ordre public, M. Alain Gibelin, confirme que la suspension de 15 jours ayant frappé #AlexandreBenalla n'a jamais existé. C'est un très grave mensonge de l'Elysée. Un de plus... MLP #AffaireBenallaMacron pic.twitter.com/yY1h4aOgXK
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 23 juillet 2018

41 commentaires:

  1. La présidente de la commission et coraporteure se trouve être du parti de Micron. C'est bien pratique pour faire taire ce qui déplait:

    https://www.youtube.com/watch?v=jxLOQ3kH_ko

    RépondreSupprimer
  2. Le mec n'est pas plus français que marocain,,il auraient était capable de le faire passer même pour un martien,,,mais qu'il soit israélien,non c'est pas possible!
    Chercher plutôt du côté du mossad voir la LDJ,,y'a certainement un dossier d'admission dans un de leurs tiroirs...mais non on nous envois chercher du côté de Casablanca ou djerba...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est né en France mais son père est marocain et Benalla a essayé de monter une entreprise au Maroc en 2015:

      https://mondafrique.com/letape-marocaine-alexandre-benalla/

      Il est aussi proche de la ligue de défense des musulmans donc ce supposé lien avec le mossad ou la LDJ n'existe pas pour le moment. Par contre il serait franc-maçon et ça ça aide pour gravir les échelons.

      L'affirmation selon laquelle il serait un agent de renseignement marocain parait peu crédible, surtout vu la source. Concernant un hypothétique lien avec le mossad, même Panamza n'a rien trouvé, précisant simplement qu'il pratique le krav maga (info BFM, rien de secret), sport de combat israélien. Mais franchement, ça ne prouve rien. C'est un sport très répandu dans la police et la gendarmerie. Quelques exemples:

      "Ils étaient 50 l'an passé et sont désormais 80 à s'entraîner assidûment chaque semaine à l'escadron de gendarmerie de Blois ou à la salle des fêtes de Villebarou"

      https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/krav-maga-on-peut-tous-se-defendre

      Au GIGN: "Il en est de même pour les sports de combat, comme les boxes anglaise, thaï ou américaine, le judo ou Krav Maga, qui occupent une grande place, et également mais surtout le tir."

      https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/gign/Decouverte/Entrainement2

      L'Escadron départemental de sécurité routière de Bourg en Bresse en stage:

      https://www.youtube.com/watch?v=dLjcfyKlT2o

      Bref, pratiquer un sport de combat (répandu et reconnu dans le milieu) ne prouve aucun lien avec Israël. Je ne cherche pas à cacher un lien existant, il n'y en a pas pour l'instant. Moi je m'en fout. Si on trouve quelque chose, j'en parlerai.

      Supprimer
    2. Benalla était à la cérémonie hommage de Madame Knoll (alors qu'il est censé être le garde du corps de Macron) , "benalla" a, de concert avec le CRIF et la LDJ organisé l'éviction de Mélenchon de la cérémonie...marrant le CRIF et la LDJ qui feraient confiance à un arabe marocain???

      Supprimer
    3. Benalla n'était pas à cette cérémonie. C'était Philippe Mizerski. Lui il est possible qu'il soit lié à la LDJ (ou pas) parce qu'il était à côté de leurs gros bras lors de la marche. 00:16 (l'homme à lunettes à côté du barbu).

      https://www.youtube.com/watch?v=xOEMQ0GB-qk

      En même temps, c'est un policier de la Direction de l'ordre public et de la circulation donc ça a du sens qu'il soit là mais ce qui coince c'est que, plutôt que de virer la LDJ, il a demandé à Mélenchon de partir. Ce n'était pas son rôle. Il a clairement un rôle flou.

      Supprimer
  3. J'ai mis côte à côte les visages de François hollande,juncker et l'ancien 1er ministre anglais..."ma parole,des triplés",ils sortent tout les trois du même "vagin".
    La ressemblance est frappante,voyez par vous mêmes.

    RépondreSupprimer
  4. Salut Guy,

    Pourquoi accorde-tu crédit à mondafrique.com et non à l’info de algériepatriotique.com qui diffuse une info comme quoi Alexandre Benalla serait un agent de la DGED marocaine.

    L’argument serait que le journaliste ne cite pas sa source.

    1)° Reprend l’histoire du Watergate,

    "deux journalistes du Washington Post, aidés par un mystérieux informateur surnommé Deep Throat (« gorge profonde »), publient de nombreuses révélations, en particulier sur les liens des cambrioleurs avec la Présidence et sur les financements irréguliers de la campagne de Richard Nixon." (wikipedia)

    Les journalistes ont dénoncer dans le Washington Post, sans Jamais donner leurs sources, les agissements de l’administration Nixon !

    2°) www.algeriepatriotique.com

    "Algérie patriotique est un site web algérien d'information généraliste francophone, dans la catégorie des médias alternatifs, fondé le 18 février 2012, par Lotfi Nezzar, fils du général-major et ancien ministre de la Défense à la retraite Khaled Nezzar1,2.

    Le site se définit comme « républicain et patriotique », se situe proche de l'armée et hostile au « clan présidentiel » à sa tête Abdelaziz Bouteflika3, anti-islamiste et anti-sioniste. Sa ligne éditoriale est connue aussi pour sa position virulente anti makhzen marocain4. Le site propose une information généraliste et réserve une grande place à la couverture de l'actualité nationale et internationale qui touche de près ou de loin l'Algérie, dont diverses informations et contributions au sujet des activités diplomatiques, politiques et économique du pays à l'étranger (France, Maghreb et le reste du monde) sont souvent publiées en exclusivité par des sources à l'appui, référence la plus citée sur les réseaux sociaux5. Le site consacre également des articles à l'Afrique, au Monde arabe, à l'Asie et à l'Amérique latine. "

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Algérie_patriotique

    Ce journal Web, est un journal d’opposition politique en Algérie.

    Il publie une info, et sous un quelconque prétexte, parce que ce journal serait trop ceci ou pas assez cela, trop proche du pouvoir ou pas assez dans l’opposition, nous devrions rejeter cette info d’un revers de la main.

    Il faut rappeler que ce quotidien n’est pas blog, mais un vrai journal avec des journalistes accrédités. Que ce journal soit proche ou loin du pouvoir, il n’empêche que nous ne pouvons rejeter d’emblée toutes informations.

    Il est bien entendu, que l’on peut toujours remettre en cause une information d’où qu’elle provienne. Les meilleurs peuvent se tromper. Cette info pourrait être également de la propagande pour jeter de l’huile sur le feu des relations franco-marocaine.
    Mais il se peut également que l’Algérie règle ses compte avec le Maroc, en lâchant une vrai info et discréditant ainsi les relations franco-marocaine !

    Mais rejeter cette info d’emblée est tout aussi absurde que de nier le watergate sous prétexte que l’info était sans source connue. Il faut rappeler que les journalistes n’ont pas l’obligation de révéler leurs sources, cette une mesure explicite de protection.

    Il appartient aux R.G., aux députés et à nos journalistes de faire l’investigation, de croiser les sources pour vérifier cette info, la confirmer ou l’infirmer. Ne pas le faire et nous serions aveugles.

    C’est en ce sens que la question de Marine Le Pen au ministre de l’intérieur Gérard Collon, était judicieuse.
    12h19. Le CV de Benalla a-t-il été vérifié ? « Un garde du corps peut-il intervenir auprès du président de la République en toutes circonstances sans que le ministère de l’Intérieur ne fasse sur lui une enquête ??? », demande Marine Le Pen.

    Aujourd’hui, il y a déjà de graves suspicions sur la personne de Benalla. Nous ne pouvons rejeter l’hypothèse soulevée par ce journal algérien.

    Publier cette info, c’est exiger que les R.G. fassent leur travail, que nos journalistes fassent leurs investigations, qu’ils confirment ou infirment cette information, alors seulement on pourra fermer cette porte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. «Bien que le cambriolage semble avoir été mené par d'anciens employés de la Maison-Blanche, l'affaire ne fait, dans un premier temps, que très peu de bruit. En apparence, l'enquête du FBI ne va pas loin. Cependant, deux journalistes du Washington Post, aidés par un mystérieux informateur surnommé Deep Throat (« gorge profonde »), publient de nombreuses révélations, en particulier sur les liens des cambrioleurs avec la Présidence et sur les financements irréguliers de la campagne de Richard Nixon. Ce dernier est néanmoins confortablement réélu en novembre 1972. L'année suivante, l'obstination du juge John Sirica et la mise en place d'une commission d'enquête sénatoriale resserrent de plus en plus l'étau autour des collaborateurs du Président. Une série de révélations portant sur des cas d'obstruction à la justice et d'abus de pouvoir mènent à des inculpations. Le public américain s'intéresse davantage à l'affaire avec la retransmission à la télévision des auditions du Sénat sur le Watergate. Lorsque l'existence d'un système d'écoute dans la Maison-Blanche est rendue publique, un bras de fer s'engage entre Nixon et les enquêteurs à propos de la restitution des bandes magnétiques des enregistrements. L'implication du Président se précise. Quand le Congrès en vient à engager la procédure d'impeachment, visant à la destitution du chef de l'État, Nixon se résout à démissionner.» wikipédia.

      Ce sont les articles du Washington Post, sans preuve, qui ont permis la réouverture de l’enquête par le juge John Sirica. C’est après investigation de ce juge, que les éléments probants ont été accumulés, et ont conduit à la commission d’enquête sénatoriale.

      Si les journalistes n’avaient pas fait leur boulot, le Watergate n’aurait jamais existé !

      Supprimer
    2. Concernant le fait qu'il a bossé à Casablanca, ça a été confirmé par d'autres médias:

      "Le jeune homme fait, ensuite, quelques infidélités à la politique. On le retrouve plusieurs mois plus tard à Casablanca, représentant un certain groupe Velours au Maroc, spécialisé dans la sécurité privée et fondé par d’anciens policiers. Il y travaille jusqu’en 2017, date de la dissolution de l’activité au Maghreb"

      https://www.ouest-france.fr/politique/affaires/qui-est-alexandre-benalla-le-collaborateur-violent-d-emmanuel-macron-5887204

      Concernant l'article d'Algérie Patriotique, c'est peut-être vrai mais le journal ne mentionne aucune preuve, aucun nom et les sources anonymes, on sait ce que ça vaut en règle générale. En plus, ce journal n'est pas connu pour être particulièrement fiable. En gros, c'est une info sortie uniquement chez eux donc soit ils ont accès à des informations privilégiées, soit ils inventent ce qui les arrange quand ça les arrange.

      Supprimer
  5. Gibelin a répondu clairement hier à plusieurs reprises dans un silence absolu, et se rétracte dans la nuit avec une lettre qui semble trop bien écrite par rapport à ce qu'on capte de cet homme. Il était assermenté. Donc il faut porter l'affaire devant la justice pénale pour faux témoignage et contre X pour subornation de témoin, pour enquêter et savoir qui l'a obligé à se rétracter, qui a rédigé cette lettre et le lui a remise, et sous quelles menaces. Les faits sont trop graves pour se contenter de ces pratiques mafieuses. Le peuple est en droit de connaître la vérité. Le gars avait l'air honnête et les pressions subies sont inadmissibles.

    RépondreSupprimer
  6. "La possibilité de DESTITUER un Président de la République est inscrite dans la Constitution (article 68) depuis la révision constitutionnelle du 23 février 2007, à la fin du second mandat de Jacques Chirac. Elle n'est possible « qu'en cas de MANQUEMENT A SES DEVOIRS manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat », une formulation volontairement floue qui laisse de la place à l'interprétation.

    Selon Didier Maus, professeur de droit à l'Université Paul-Cézanne Aix-Marseille III, interrogé par Libération et qui a participé à une commission sur le sujet sous la présidence de Jacques Chirac, il peut s'agir d'un blocage du « fonctionnement régulier des pouvoirs publics » (refus de signer des lois votées par le Parlement, blocage de la Constitution, etc.) ou bien d'un « COMPORTEMENT PERSONNEL INCOMPATIBLE AVEC LA DIGNITE DE LA FONCTION » (crime, propos publics inacceptables, etc.)."

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/22/comment-un-president-de-la-republique-peut-il-etre-destitue_4510625_4355770.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dépêchez-vous d'utiliser cet article 68, avant que Macron ne l'abroge :)

      Supprimer
  7. Sortie de Rivarol demain le 25/07/2018
    Guerre et vice perpétuels en Macronie



    François Hollande nous disait naguère avec un vibrato théâtral dans la voix « Nous sommes en guerre », laissant entendre que l’Occident aurait été la pitoyable cible d’une cinquième colonne terroriste. Quelle plaisanterie ! Oui nous sommes en guerre, mais certainement pas contre l’ennemi ainsi désigné car les vrais ennemis de la Nation résident et se pavanent au sommet d’un État qui, avec l’affaire Benalla, de son vrai nom Lahcène Benahlia, apparaît au grand jour comme profondément vérolé, autrement dit mafieux ! Au demeurant la présence dans les antichambres des puissants, d’hommes de mains et de gardiens des secrets d’alcôve n’a rien de nouveau ni d’extraordinaire… si ce n’était l’arrogance des hommes de paille et des fantoches qui prétendent aujourd’hui gouverner un pays aussi chargé d’histoire qu’est la France (voir sur cette affaire la chronique d’Hannibal en dernière page). L’impunité et l’immunité dont a joui de manière stupéfiante Benalla s’expliqueraient-elles parce qu’il aurait été l’amant de Macron, et qu’il pourrait éventuellement faire chanter le chef de l’Etat, connaître de lourds secrets ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Posons en tout cas que les affrontements entre puissances, groupes ou individus sont en premier lieu psychiques. Les cerfs, avant de croiser leurs bois, se lancent dans d’éloquentes démonstrations sonores, leurs naseaux se dilatent, ils soufflent et grattent rageusement le sol. Une gestuelle destinée à impressionner et à dissuader l’adversaire. Le plus incertain cède généralement la place. Il s’agit au préalable de défaire l’ennemi sans avoir à le combattre, ou tout au moins, de le rendre suffisamment indécis pour exploiter ce qui est en soi la prémonition d’une fuite. Ce fut toute la doctrine, il y a vingt-cinq siècles, du stratège Sun Tzu dont l’Art de la guerre n’a jamais cessé d’être d’actualité tant il a su identifier et désigner les arcanes de la confrontation guerrière. Ce pourquoi nous pouvons affirmer en accord avec les concepts que cet ancien a mis en évidence, que tout conflit est d’abord la confrontation d’esprits antagonistes à l’issue de laquelle le plus violemment déterminé, le plus retors, le plus perspicace ou le plus vicieux, est conduit à l’emporter.



      Ces lignes ne sont évidemment pas du pur MacDo. Il ne s’agit pas d’aliment précuit, prémâché voire prédigéré. Et il en est de même pour les nourritures du corps et de l’esprit. Or il n’est ici question que de faire passer quelques idées simples relatives aux guerres que nous subissons sans même nous en rendre compte. Parce que face à la complexité de nos environnements, face à la confusion croissante des esprits et des mœurs, face à la montée du chaos mental et social, du désordre international, personne ne peut espérer aujourd’hui comprendre la marche du monde sans un effort minimum pour lire, penser et agir… par lui-même et en communion aves ses pairs. Sans effort, sans arrachement aux ornières de la pensée lyophilisée ou surgelée, il ne saurait en effet y avoir de sursaut possible… et de réaction salvatrice.

      D’abord posons que les guerres en cours et à venir devront donc être nécessairement précédées d’un réarmement moral sans lequel aucune lutte matérielle n’est envisageable… Parce que les guerres — insistons — se perdent et se gagnent sur le terrain de la volonté, des idées, des représentations, des symboles, de l’imaginaire collectif, des mots et de l’information. Le rapport de forces sur le terrain ne vient qu’ensuite, n’étant souvent que “secondaire”. De ce point de vue la bataille de l’opinion est primordiale. C’est entres autres, pour avoir méconnu une telle évidence, que les États-Unis ont quitté honteusement le Vietnam le 30 avril 1975. Toutefois, depuis ils se sont largement rattrapés et sont devenus, après l’entrée des troupes baasistes au Koweït en août 1990, les maîtres incontestés du mensonge offensif, redoutable arme de guerre et de destruction massive.

      Supprimer
    2. De nos jours, des tirs nourris des grosses artilleries médiatiques préparent le terrain pour des offensives aériennes et terrestres uniquement destinées à donner le coup de grâce : Irak 1991, Somalie 1992, Kossovo 1999, Afghanistan 2001, Irak 2003, Yémen 2004, Liban 2006, Géorgie 2008, Libye et Syrie 2011… la liste est loin d’être exhaustive ! L’objectif est de diaboliser l’ennemi afin de l’isoler, en premier lieu diplomatiquement et dans l’opinion. Laquelle doit être neutralisée afin de prévenir le développement d’oppositions à des actions de piraterie internationale sous couvert d’opérations d’ingérence humanitaire en vue d’instaurer ou de restaurer la démocratie. Les féticheurs animistes d’antan ne procédaient pas autrement lorsqu’ils désignaient à l’opprobre communautaire les futures victimes de leurs sacrifices.

      Cependant aussi sidérants les mensonges de la propagande de guerre soient-ils, ils ne résistent désormais (aux yeux des observateurs avertis) que le temps de l’offensive et des éphémères succès induits par une écrasante disproportion de forces dans des guerres dites asymétriques ou hybrides. Néanmoins, une leçon se dégage des récents conflits orientaux (Balkans, Maghreb et Machrek), c’est que des peuples — même écrasés sous les bombes — peuvent encore mettre en échec relatif l’agresseur et ce, avec des moyens dérisoires tels qu’engins explosifs improvisés, fusils d’assaut home made, lance-roquettes anti-char et tous moyens de fortune. Un piètre arsenal dont l’efficacité est décuplée par une détermination sans faille et un certain mépris de la mort… Soit le déploiement d’une sauvage énergie en vue d’attraire l’occupant, de le démoraliser, de le pousser à la faute, in fine, de le dégonder. Soulignons que là encore ce sont les forces de l’esprit qui prennent l’avantage, épuisent la puissance mécanique et matérielle et la poussent vers la sortie : Sud Liban 2006, Irak 2012, Afghanistan 2014…



      Simultanément, les mensonges aussi généreusement déversés par la superpuissance que les bombes sur leurs victimes, font, à l’heure de la Toile et de la télématique, de plus en plus rapidement long feu. Il n’a pas fallu longtemps pour que la fraction informée de l’opinion mondiale soit au fait des forgeries supposées accréditer les “Armes de Destruction Massive” de Saddam Hussein. Quant au château de cartes édifié autour du 11-Septembre, il n’est pas loin de s’effondrer avec autant de fracas symbolique que les Tours jumelles elles-mêmes. À telle enseigne qu’en 2017, lors des commémorations de la tragédie, le président Trump interdisait aux membres de son cabinet de faire référence aux conspirateurs islamistes qui, selon le récit officiel, auraient perpétré cet acte de guerre[1]. En un mot, le mensonge perd tendanciellement de sa force et du terrain, tout en gardant cependant, pour l’heure, l’avantage en raison du monopole informatif des grands médias. Reste que les législations visant à brider l’information, sous prétexte de combattre les fake news qui infesteraient le cyberespace, montrent que les pouvoirs dominants sont aux abois, en tout cas que leurs positions monopolistiques commencent à être ébranlées.

      Supprimer
    3. Forts de ce constat, celui d’une accélération de l’histoire et du cycle de vie et de mort de l’information, considérant à la fois le rapport de forces existant au sein de nos sociétés réputées démocratiques eu égard aux capacités de répression, policières et judiciaires susceptibles d’être mises en œuvre ou déployées pour contenir voire éliminer toute velléité de révolte politique ou de dissidence intellectuelle, compte tenu d’une résurgence des sentiments identitaires et d’une remontée des forces nationales en Europe… considérant également l’éloignement de pouvoirs décisionnaires de plus en plus délocalisés (à Bruxelles ou à Washington par exemple, en raison d’une indéniable “vassalisation” du Vieux Continent à l’égard du Nouveau Monde) ou encore, au vu du discrédit croissant des équipes dirigeantes constituées par un personnel de plus en plus médiocre (nous le voyons à l’instant même avec la crise qui secoue la présidence empêtrée dans des affaires de sordide barbouzerie), la soumission et la corruption morale étant peu propices à l’émergence de fortes personnalités, nous pouvons en conclure, dans ce contexte de crise universelle et de déséquilibre[2] grandissant du monde, qu’il est grand temps de reprendre l’initiative et de nous engager autant que possible sur la voie de la reconquête politique.

      Une guerre à bas bruit et « qui ne dit pas son nom », guerre non déclarée, permanente, et pas seulement économique, une guerre sur tout les plans, culturel, spirituel, moral, sociétal, une guerre à peine visible depuis deux siècles[3] mais qui va en s’accélérant ces soixante-dix dernières années… car nous sommes entrés dans un décisif goulet d’étranglement historique !



      Le mal de notre côté est pourtant connu. Il a pour nom démission, résignation, démobilisation, soumission, apathie. Le dépeuplement, le vieillissement, les berceaux vides, le vagabondage sexuel (et son dévastateur corollaire, l’avortement, utilisé comme un moyen expéditif de contraception), la déferlante migratoire comme arme d’annihilation programmée de notre matrice ethnohistorique (à l’instigation du gang des “altruistes” et des “philanthropes”, ceux qui aiment surtout l’Autre, l’Alien, infiniment plus que nos personnes et nos enfants), l’individualisme, l’égocentrisme, la paresse et la lâcheté, l’abrutissement consenti dans l’alcool, l’opium télévisuel, nous acheminent inexorablement vers un irrémissible abâtardissement… Et certes nous sommes assurément en bonne voie pour devenir des « petits blancs » semi-débiles par acculturation et déspiritualisation ! L’air est connu, mais la chanson ne dépasse pas le seuil de la conscience primaire. La fange est chaude et odorante pour qui s’y vautre sans complexe. Déconnexion ou réflexe d’évitement ? Une forme de défense passive par anesthésie collective, une régression panurgique ?

      Supprimer
    4. La plus grande conquête de l’homme moderne et démocratique aura ainsi été sa Liberté, l’ultime liberté, celle de s’autodétruire. De se faire la guerre à lui-même. Belle conquête en vérité, celle du droit à transformer en ruines l’édifice humain et civilisationnel édifié au prix de tant de sacrifices au cours de trois millénaires d’âpres luttes et de rudes labeurs. S’y ajoute la guerre ouverte que nous devrions livrer contre les envahisseurs pacifiques que font entrer à flot continu de « généreuses politiques d’accueil », à la manière du chancelier Merkel (dix millions de migrants entre 2011 et 2017 ? Chiffre maudit, chiffre interdit[4] alors que les médias menteurs se focalisent sur le seul million de 2015). En guerre subséquente contre l’assimilation à rebours par des cultures et des religions aliénantes, l’islam certes mais pas uniquement parce qu’il ne faut pas oublier l’américanisation de nos mœurs désormais imprégnées de judéo-protestantisme sous les deux espèces terroristes que sont le néo-puritanisme juridique et le politiquement correct. L’ensemble sur fond de permissivité morale avilissante ! Pour les néoconservateurs, libertariens et télévangélistes, rien ne souille, toute abjection étant automatiquement absoute comme l’expression d’une liberté, d’un droit ou au pire — résidu de l’ancien monde — en tant qu’erreur amendable après repentance et corrigible. L’homme étant “bon” par définition, aux purs tout est pur. Et puisque nous sommes tous égaux, tous les hommes se valent, sont interchangeables dans la spirale infernale du progrès.

      Et certes, aujourd’hui, des peuples plus avides, plus affamés, plus jeunes, n’ayant rien à perdre (hormis leur vie, mais ils n’y pensent guère), qui, en outre, n’ont pas encore oublié les liens qui les unissent à leur foi (fût-elle primitive), à leurs coutumes (aussi élémentaires soient-elles), à leurs villages et à leur famille étendue, viennent combler les brèches, occupent les places laissées vacantes, les emplois du bas de l’échelle, les zones franches, les friches industrielles, les terrains vagues et les berges des voies périphériques. Peu à peu s’implantent sur les marges de la nation de nouveaux ayants-droit et allocataires universaux, race étrangère à la terre et à l’esprit du sol qui les importent. Et sans autres devoirs que de jouir des droits qui leurs sont offerts d’entrée de jeu, sitôt débarqués et sans contrepartie avec la recharge de leurs téléphones portables dernier cri ! Droits dont certains d’entre eux savent user et abuser à l’envi. A contrario, la charité devenue caritative n’a de cesse de nous (l’indigénat de souche) assener les devoirs d’une morale chrétienne pourtant honnie et vomie dès lors qu’elle nous rappelle les devoirs que nous avons à l’égard de nous-mêmes et des nôtres.


      Supprimer

    5. Aussi les faux ouvriers de la Onzième heure prospèrent-ils au milieu des décombres de ce qui fut la terre féconde de nos aïeux… Terre dont nous sommes silencieusement mais sûrement dépossédés. La Chine populaire, après le Japon post-impérial, achètent nos terres et nos vignobles tandis que nombre de nos paysans surendettés se suicident. Le remplacement de populations constitue à cet égard un procédé inédit d’expropriation par consentement passif, cela en complément de l’extinction physique des primo-occupants en perte d’âme, renonçants et abouliques. Mais n’est-il pas vrai que soixante pour cent des vertébrés se trouvent aujourd’hui menacés d’extinction, parce qu’une espèce invasive les a directement détruits (le super parasite proliférant homo sapiens sapiens), ou repoussés hors de leur espace vital ? Comprenons et voyons que cette guerre interspécifique, ce gigantesque conflit écologique dépasse de loin les dérèglements climatiques à l’origine plus ou moins anthropique (le bilan carbone serait bien moindre si l’on — le gros argent — ne dévastait pas les forêts, n’est-ce pas ?).

      Cela d’autant que des solidarités actives persistent entre des migrants avides d’allocations et de prises en charge, dans un exil partagé où les liens d’origine et de race, les liens confessionnels cimentent des communautés qui se développent à grand pas comme autant de corps étrangers, pour ne pas dire d’abcès tumoraux. Derniers arrivants qui servent de tête de pont aux invasions futures, alors que ces mêmes solidarités organiques n’existent quasiment plus entre nous, au sein de nos peuples où l’entraide devient de plus en plus l’exception, où les liens du sang ont été oubliés et même sont à présent ignorés et moqués.

      Après tous ces siècles passés, le temps est-il venu de mourir et de se fondre dans le grand magma indifférencié, dans la ruche fébrile des fourmilières humaines que nous promettent pour demain les prophètes macroniens du Meilleur des Nouveaux mondes ? Nous et nos voisins sur ce promontoire de terres occidentales, nos proches et nos semblables par l’histoire, la vision du monde, les goûts et le modes alimentaires, les coutumes, la morale et la langue, nous nous trouvons embarqués dans une même galère… Nef folle qui a cale ouverte et a bel et bien commencé de sombrer à l’instar des bateaux du massacreur Carrier dans les tourbillons de la Loire… Car nous autres Européens appartenons à une même civilisation, quels que soient nos cousinages issus de germain, à un même creuset primordial qui vint, vagues après vagues, s’enraciner sur ce promontoire du bout du monde face à la mer océane.



      Léon CAMUS et Jérôme BOURBON.



      [1]. Au soir du 11 septembre 2001, Donald Trump, alors promoteur immobilier, avait relevé l’impossibilité physique que deux avions de ligne à la carlingue d’aluminium aient pu faire s’écrouler les tours jumelles, ainsi que la tour n¡7 qui, elle, n’avait pas été percutée. Un constat de bon sens confirmé par un grand nombre d’ingénieurs à travers le monde.

      [2]. Gustave Le Bon (1841/1931), Le déséquilibre du monde, 1923 et L’évolution actuelle du monde, illusions et réalités, 1927.

      [3]. Jean-Michel Vernochet, La guerre civile froideÊÑ la théogonie républicaine de Robespierre à Macron. Le retour aux sources, 2017.

      [4]. Officiellement près de trois millions. Le journal Le Monde [6janv15] avoue le chiffre de 15 millions deÊgastarbeiter (travailleurs invités) ÇÊdepuis les années 1950ÊÈ. En 2010, les statistiques officielles établissaient à 19,3Ê% les personnes issues de l’immigration dans le paysÊ: 8,6Êmillions étaient de nationalité allemande et 7,15Êmillions de nationalité étrangère. Parmi ces immigrés, 10,6 millions étaient nés à l’étranger et 5,15 millions en Allemagne. On sait que ces données sont éminemment et évidemment mensongères.







      Editorial du numéro 3340 de RIVAROL daté du 25 juillet 2018.

      Supprimer
    6. Très beau texte, à méditer.

      Supprimer
  8. Si c'est un agent israélien placé au plus haut sommet de l'Etat, forcément les gars du MOssad ils lui ont refait la biographie de A à Z; le fait d'en faire un marocain est somme toute logique, pas marqué islamiste comme peu l'être le tunisien ou l'algérien et en plus israël est au plus haut sommet de l'état marocain (Azoulay et bien d'autres)donc faire de faux papiers, c'est pas le plus difficile.
    En plus le gars "benalla" c'est un faux nom assurément dèjà le prénom est faux, il a l'air tranquille,sûr de lui,arrogant avec les gendarmes et policiers français (ce qui montre qu'il n'en est pas !!!) on sent qu'il y a du très gros derrière.
    Franchement vous croyez qu'un marocain arriverait ainsi au plus haut sommet de l'état français, avec toute une série d'accréditations spéciales pour entrer où il veut et qui lui sont accordées comme ça...
    Benalla c'est plutôt Mata Hari.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il né en France et a été scolarisé à L'Aigle, au collège privé Foch, entre 2001 et 2005. Il y a même des témoignages d'anciens élèves et directeur de collège:

      https://actu.fr/normandie/aigle_61214/alexandre-benalla-ete-scolarise-college-foch-laigle_17908386.html

      ça discrédite aussi la théorie selon laquelle il aurait changé de nom (sortie par certains sans aucune source ni preuve comme d'habitude). Alexandre Benalla c'est son vrai nom. Si l'on part du principe que malgré ça, il a une fausse identité et qu'on lui a inventé une vie, on peut aussi prétendre que Macron s'appelle en fait Moshé Rothschild, né à Tel Aviv...c'est un peu du même acabit. On avait aussi eu le droit à cette théorie avec le chef de daesh qui était soit disant du mossad. Du pipeau à chaque fois.

      Supprimer
    2. biographie incohérente; evreux la madeleine= no go zone (afrique noire+maghreb; casse voitures, racaille, rixes, meurtres...); quand on est issu de cette zone, on ne va pas au collège dans l'orne (à 60kms) ni au lycée à bernay (à 50kms); il y a tous les établissement sur place. Donc biographie fabriquée; par ailleurs, il dit qu'il aurait eu son BAC en 2009 à Bernay au lycée et il faisait déjà garde du corps du PS en 2008; l'âge ne correspond pas au regard de ses activités multiples ni même physiquement. De la même façon qu'on n'a pas retrouvé la mariée d'issy les moulineaux ni la publication des bans.

      En revanche on a retrouvé sa trace comme garde du corps d'un cheik comme l'indique un grand reporter

      Georges Malbrunot‏Compte certifié @Malbrunot
      Il y a deux ans, j'avais rencontré à l'hôtel Ritz Alexandre Benalla, qui protégeait alors le cheikh Jamal al-Dhari, un exilé Irakien fortuné, que j'avais interrogé lors de son passage à Paris. Son oncle, Hareth al-Dari, avait été sollicité pour nous libérer d'Irak en 2004.
      12:38 - 23 juil. 2018

      Georges Malbrunot‏Compte certifié @Malbrunot
      A. Benalla avait assisté à l'entretien. Il semblait s'intéresser à l'Irak, comme j'avais pu le constater après lors d'un bref échange que nous avions eu. Surpris de le voir ensuite parmi la garde rapprochée du candidat Macron. Mais comme on dit, le monde est parfois petit....
      12:45 - 23 juil. 2018

      Supprimer
    3. "Il est né à", ça ne veut pas dire qu'il y est resté toute sa vie: "Le jeune homme de 26 ans au cœur du scandale serait né à Evreux (Eure) et aurait habité Rugles avec sa mère qui, selon nos informations, était professeur de mathématiques aux collèges de Breteuil et de Rugles."

      Si admettons que sa mère a eu un poste à Rugles, il est logique qu'il aient déménagé et il est allé dans un collège privé apparemment donc en payant, on va ou on veux. Ce n'est pas parce qu'il né à Evreux qu'il doit nécessairement aller au collège là bas.

      Concernant les dates, il intègre en 2010 le service d’ordre du PS après avoir été portier d’un bar à Rouen puis il est affecté à la sécurité de Martine Aubry lors des primaires du parti en 2011 et fait aussi partie du service d’ordre de François Hollande durant la campagne de 2012.

      Donc il avait 19 ans quand il a commencé dans la sécurité et a passé son bac a l'âge de 17/18 ans. Son parcours est tout à fait cohérent en terme de dates. Après, c'est sûr que passer de barman à service d'ordre du PS à un si jeune âge c'est étonnant mais pas impossible. C'est surtout après qu'il a vite gravi les échelons.

      Supprimer
    4. Cher Guy, depuis le temps que tu décryptes les infos, n'as tu donc pas encore remarqué qu'il y avait une certaine "logique" dans tout ce qui nous entoure??? Crois tu vraiment qu'un "petit rebeu" un peu racaille et sans doute "bi" pourrait se frayer un chemin aussi haut dans l'appareil étatique 100% contrôlé par le sionisme maçonnique simplement parce qu'il fait s'envoyer au plafond "le mignon poudré" que Rothschild & Cie ont placé à l'Elysée? C'est évident qu'il est "juif"! Car c'est nécessaire (ou plutôt indispensable!) pour évoluer à ce niveau!
      Je te l'accorde il n'est certainement pas Ashkénaze...
      Je te conseille cette petite vidéo (découverte ce jour) et qui recoupe ce que j'avais déjà évoqué concernant les "juifs" ou plus exactement ceux qui se revendiquent comme tel de nos jours:
      https://www.youtube.com/watch?v=7h0x84F4f5U

      Supprimer
    5. "C'est évident qu'il est "juif"! Car c'est nécessaire (ou plutôt indispensable!) pour évoluer à ce niveau!"

      Cette affirmation est insultante pour tout ceux qui ont gravi les échelons avant lui. Si tu crois que l'Élysée est rempli de juifs, faut aller consulter je crois. Franchement, l'obsession de certains pour le sujet me dépasse. Vous voyez des juifs partout en fait.

      Supprimer
    6. Et moi Guy, c'est l'aveuglement total de certains qui me consterne...

      Supprimer
    7. Pardonne moi d'insister mais je me demande (poliment) quelle peut bien être la substance que tu as dans les yeux...
      Tu prends la liste du "gouvernement" de l'autre tafiole et au hasard, tiens, l'insignifiant Mounir Mahjoudi.. secrétaire "des tas" (de merde?)
      Bon alors, il est "franco marocain"...tiens ça me rappelle quelque chose.. (sans parler du décret Crémieux...) mais bon c'est sans doute que parmi les simples français il n'y avait personne de capable.... et puis il est pédé... bon jusque là tout est "normal"... et son compagnon s'appelle...s'appelle... Mickael (c'est mignon tout plein!) JOZEFOWICZ...
      Je te laisse éplucher le reste du GVT..
      Tiens un autre poste stratégique: le maire de Paris... Après Delanöe (pédé, juif et franco-tunisien/Crémieux) "ils" ont parachuté Hidalgo... Si elle est juive tu me diras que c'est un pur hasard ou bien alors peut-être la "loi des statistiques"... ^^

      Supprimer
    8. Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de juifs au gouvernement mais dire que c'est impossible d'être promu sans l'être, c'est ridicule. Par ailleurs, Hidalgo n'a pas été promu, mais élu.

      Supprimer
  9. « La confusion est à la vérité ce que le mensonge est à la politique : la posture déontologique préférée des communicants »

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Extraits d’articles paru sur
    http://www.83-629.fr/2018/07/lrem-en-infraction-penale-securite-privee-et-alexandre-benalla.html

    En l’état actuel de la législation et du code de la sécurité intérieure, il n’est pas possible à un organisme privé à but non lucratif d’organiser un service de sécurité intérieure.

    Et bien l'assemblée nationale à tout simplement supprimé en septembre 2017 cet article, cette "possibilité" offerte à des associations loi 1901 de créer un service interne de sécurité.

    Donc, il ne faut surtout pas que M. Alexandre Benalla soit "salarié" de LREM pour assurer la protection de Mr Macron ... sinon LREM et ce monsieur tomberaient sous le coup de l'autorité du CNAPS, ce qui les obligerait à respecter le code de la sécurité intérieure livre VI ... car on serait alors dans le cas de figure d'une activité professionnelle de sécurité privée (Car rémunéré).

    Alexandre Benalla était bien salarié de LREM : Donc soumis au CSI livre VI !!

    C'est du pénal ... si Alexandre Benalla n'est pas titulaire d'une carte professionnelle ...

    Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait, pour les personnes mentionnées à l'article L. 612-25 : [le LREM en l'occurrence] 2° De sous-traiter l'exercice d'une activité mentionnée à l'article L. 611-1 à une entreprise dépourvue de l'autorisation prévue à l'article L. 612-9.)

    (cf. Article L617-4 du CSI : Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende : [Vincent Crase, en l'occurrence] 1° Le fait d'exercer l'une des activités mentionnées à l'article L. 611-1 sans être titulaire de l'autorisation prévue à l'article L. 612-9 ou de continuer à exercer l'une de ces activités alors que l'autorisation est suspendue ou retirée ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite

      Fais ce que je dis, pas ce que je fais : LREM en tête !

      Voilà, donc des députés LREM on REFUSES en septembre 2017 que des associations loi 1901 à but non lucratif crée un service interne de sécurité car :

      - " elles peuvent faire appel à des entreprises privées de sécurité disposant déjà de toutes les autorisations d’exercer "

      et que

      -"Le recours à des entreprises privées (...) obéit à des règles strictes prévues par le code de la sécurité intérieure et nécessite notamment le recrutement d’agents privés de sécurité dont il faut assurer l’encadrement et le maintien des qualifications professionnelles

      Voilà voilà ... donc les députés LREM on refusés aux associations loi 1901 de créer un service interne (comme pour La Fondation Lenval implantée à Nice) ... mais EUX (le parti LREM, association loi 1901) ce n'est pas grave ? et ce qui me fait rire c'est la justification ultime " le recrutement d’agents privés de sécurité dont il faut assurer l’encadrement et le maintien des qualifications professionnelles ". Comme pour alexandre Benalla ou Vincent Crase alors ?

      Donc LREM se permet de rémunérer un service d'ordre et de faire appel à un auto-entrepreneur pendant la campagne présidentielle (sans autorisation ni agrément) .... et PIRE, LREM continue d'embaucher en direct Vincent Crase pour assurer "l'accueil" (en réalité des missions de sécurité certainement)

      BILAN
      LREM a voulu interdire aux associations loi 1901 de créer un service interne de sécurité. (http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0104/CION_LOIS/CL265.asp )

      LREM se permet de créer un service interne de sécurité, rémunéré, sans aucunes autorisations ni formations, et sans un contrôle du CNAPS, et sans reverser la taxe CNAPS dû (0,60% sur le salaire de Alexandre Benalla .. et aujourd'hui sur le salaire de Vincent Crase ...). C'est d'ailleurs une infraction pénale, pour LREM et Alexandre Benalla

      Commentaire :

      Ce matin, notre cher ministre de l'intérieur a confirmé que monsieur BENALLA était bel et bien un agent de sécurité avec une carte professionnelle délivrée en 2011 (voir lien de la vidéo ci-dessous), renouvelée une seconde fois en 2014 (vers 01h55m00s)

      http://www.83-629.fr/2018/07/service-de-securite-interne-d-un-parti-politique.quand-les-deputes-lrem-se-tire-une-balle-dans-le-pied.html

      Supprimer
  12. Mariage ?

    La publication des bans consiste à assurer la publicité du projet de mariage par affichage aux portes de la mairie. Elle énonce les prénoms, noms, professions, domiciles et résidences des futurs époux, ainsi que le lieu où le mariage devra être célébré. Les bans doivent être publiés pendant une durée de 10 jours à la mairie du (des) domicile(s) ou de résidence des futurs époux, ainsi qu’à la mairie du lieu de célébration du mariage civil. Le mariage doit être célébré dans l’année qui suit l’expiration de ce délai de 10 jours.
    Valeurs Actuelles, constatant dimanche que les bans n'étaient pas publiés, est même allé jusqu' à questionner la véracité de ce que l’hebdomadaire appelle un «mariage bidon».

    Contactée par CheckNews, la municipalité assure que les bans ont bien été affichés aux portes de la mairie d’Issy pendant 10 jours. Interrogé sur leur absence, le service presse nous précise qu'«ils ont été retirés samedi parce qu’ils n’avaient plus lieu d’être». «Ils auraient pu m’appeler», déplore notre interlocuteur isséen. La mairie fait remarquer qu’il lui est légalement interdit de les communiquer aux journalistes maintenant qu’ils ne sont plus affichés puisque cela constituerait une «atteinte à la vie privée», selon une décision de 2011 de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA).

    http://www.liberation.fr/checknews/2018/07/24/est-ce-que-alexandre-benalla-devait-vraiment-se-marier-le-samedi-21-juillet_1668524

    RépondreSupprimer
  13. Alexandre Benala lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle ?

    Que dit cet article ?
    Article 9
    Abrogé par Ordonnance 2007-465 2007-03-29 art. 13 20° JORF 30 mars 2007
    Les forces armées peuvent avoir recours à des spécialistes volontaires pour exercer des fonctions déterminées correspondant à leur qualification professionnelle civile, sans formation militaire spécifique.

    Le grade attaché à l’exercice de cette fonction de spécialiste dans la réserve opérationnelle est conféré par arrêté du ministre chargé des armées. Il ne donne pas droit à l’exercice du commandement hors le cadre de la fonction exercée.

    Les réservistes recrutés comme spécialistes ne sont pas des réservistes opérationnels comme les autres et d’ailleurs ne sont pas considérés par les “vrais” réservistes opérationnels comme faisant partie des leurs. Ils sont recrutés pour une durée limitée et sont une sorte d’officier sous contrat dans la réserve ou d‘officiers commissionnés dans la réserve.

    A la fin de leur contrat, à l’instar des réservistes citoyens, ils ne conservent pas leur grade et n’ont pas droit, contrairement aux autres réservistes opérationnels qui répondent aux conditions, à l‘honorariat de leur grade.

    Un incident avec les (vrais) gendarmes à Roissy
    Selon M6, Alexandre Benalla a eu un incident avec les gendarmes des transports aériens à Roissy lors du retour des bleus. Ces derniers ont alerté leur hiérarchie.

    “Qui êtes-vous ?”, lui aurait demandé un commandant de gendarmerie. Ce à quoi Alexandre Benalla aurait répondu : “Vous me manquez de respect”, en montrant son macaron portant le sigle de l’Élysée et affirmant être en droit de diriger les opérations.

    La réserve citoyenne de défense et de sécurité est constituée de volontaires agréés auprès d’autorités militaires en raison de leurs compétences, de leur expérience, mais aussi de leur intérêt pour les questions relevant de la défense nationale. Son rôle principal est de diffuser l’esprit de Défense et de contribuer au renforcement du lien entre les armées et la société civile. Les réservistes citoyens de défense et de sécurité, n’ayant pas vocation à porter une arme, ne font pas partie de la garde nationale.
    Didier Chalumeau

    https://reseauinternational.net/alexandre-benalla-un-reserviste-operationnel-passe-de-brigadier-a-lieutenant-colonel-explications/

    RépondreSupprimer
  14. Il y a combien de benalla, à savoir des chargés de mission louches et officieux au sommet de l'Etat d'origine étrangère gravitant autour du PR. Il y en a un autre révélé, au profil trouble, absent de l’organigramme officiel, en charge du renseignement et du terrorisme, qui a seulement un master 1 de ressources humaines et amateur de sport de combat asiatique, qui se retrouve propulsé "commandant" et chargé de mission, avec encore un prénom muzz. LUDOVIC MALIK CHAKER.

    C'est lui qui avait validé le devis d'armes pour Benalla au sein du mouvement en marche et l'avait recruté. rien dans sa biographie sur ses origines. Quels intérêts servent ces taupes?

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/24/ludovic-chaker-l-autre-conseiller-secret-de-l-elysee_5335265_823448.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ludovic_Chaker

    RépondreSupprimer
  15. Le directeur de cabinet de l’Élysée a refusé de répondre à la commission sur les avantages perçus par benalla se retranchant derrière la mise en garde qui lui a été faite préalablement par macron. Cela signifie qu'il a subi des pressions pour faire obstruction à l'enquête de la commission parlementaire :

    "Mais Patrick Strzoda ne dira pas tout : "Le président de la République [...] m'a demandé de rappeler le cadre juridique dans lequel s’inscrit mon audition : je dois veiller à respecter la séparation des pouvoirs, je ne pourrai donc pas répondre à des faits portant sur des faits donnant lieu à une enquête judiciaire ou à des faits portant sur l’organisation interne de la présidence de la République."

    Pour délivrer le badge H d'accès à l'AN à benalla pour espionner, il n'était pas question de séparation des pouvoirs. 2 poids deux mesures.

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Benalla , l'homme au 1000 vies.

    Il passe son bac en 2009. En 2015 il travaille pour Velour Maroc, et il est déjà considéré comme un ancien gendarme!(avec une longue carrière :) )Entre temps, il passe un master en droit (5ans). Ok mais dans quelle Fac ???
    Entre temps il suit l'école de gendarmerie et en sort officier.
    Entre temps il est chauffeur pour Montebourg, bagagiste pour Hollande, et décapsuleur pour Aubry.

    Reste à découvrir qu'il est pilote de chasse pour Macron, ingénieur en technologie furtive chez Dassault (ce qui expliquerait que personne ne l'a jamais vu), spécialiste en reproduction microfilm, expert en stratégie nucléaire, attaquant de réserve pour l'équipe de France, armurier, et médaille d'or au judo.
    Que ferait la France sans Benalla !

    article du 5 nov 2015
    http://abc24.ma/le-specialiste-du-conseil-en-surete-velours-securite-sinstalle-au-maroc/

    RépondreSupprimer
  19. Macron sur l'affaire Benalla : «S’ils cherchent un responsable, le seul responsable c’est moi»

    En espérant que le deep state ne décide pas de se débarrasser d'Emmanuel Macron en l'accrochant à un radiateur.

    Cette affaire pourrait très mal se terminer.

    https://francais.rt.com/france/52842-macron-sur-affaire-benalla-responsable-seul-responsable-moi

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog