lundi 6 août 2018

Les géants d'internet censurent Alex Jones, l'extrême droite crie au complot



Comble du "hasard", youtube a fermé le compte d'Infowars quelque temps après l'interview de l'acteur Isaac Kappy qui évoquait les pédophiles à Hollywood. Fawkes
-------

Les géants d'internet ont lancé lundi une offensive contre le conspirationniste américain Alex Jones, désormais privé d'accès à Facebook, YouTube, Apple et Spotify, des sanctions dénoncées par l'extrême droite, qui y voit un complot.

Ces mesures interviennent après des mois de critiques visant YouTube, Facebook et Twitter, accusés de ne pas en faire assez pour combattre la désinformation et les discours incitant à la haine.


Fondateur du site InfoWars, Alex Jones est une personnalité médiatique affiliée à l'extrême droite, devenue une célébrité à la faveur de propos et théories conspirationnistes sur la fusillade de Sandy Hook, en 2012.

A de multiples reprises, depuis la tuerie perpétrée par Adam Lanza dans une école élémentaire du Connecticut qui a fait 26 morts, dont 20 enfants, Alex Jones a prétendu que le massacre était une mise en scène.

Plusieurs familles ont assigné Jones en justice, l'accusant d'avoir propagé ces théories pour accroître son audience et ses revenus.

Le Texan de 44 ans a évoqué de nombreuses autres théories conspirationnistes, selon lesquelles, notamment, le gouvernement américain aurait commandité plusieurs actes terroristes, comme les attaques du 11-Septembre.

Il y a quelques jours, Facebook a retiré quatre vidéos de pages affiliées à Alex Jones qui violaient le règlement du réseau social sur le discours haineux et le harcèlement, a indiqué la plateforme dans un message posté lundi.

Depuis, Alex Jones a mis en ligne du contenu supplémentaire sur Facebook, lequel a amené le groupe a suspendre les quatre principales pages du polémiste d'extrême droite.

Ces pages sont accusées de "glorifier la violence" et "d'utiliser un langage déshumanisant pour décrire des personnes transgenre, musulmanes et immigrées", en infraction avec le règlement interne de Facebook.

Le réseau social précise que c'est bien le langage utilisé et pas les thèses conspirationnistes véhiculées par Alex Jones qui l'a incité à agir.

- Jones dénonce l'"establishment" -

De son côté, Apple a retiré de sa plateforme la plupart des podcasts d'Alex Jones, a constaté l'AFP, information relevée initialement par BuzzFeed.

Sollicité par l'AFP pour commenter cette décision et en préciser la portée, Apple n'a pas donné suite.

A la mi-journée lundi, YouTube a suspendu la chaîne d'Alex Jones, qui comptait 2,4 millions d'abonnés.

Jones avait été interdit, fin juillet, d'utiliser la plateforme pour diffuser en direct après avoir enfreint le règlement de la filiale de Google sur le discours haineux et la mise en danger d'enfants, a rappelé YouTube à l'AFP.

L'homme de médias au visage rond et à la voix râpeuse a alors cherché à contourner cette suspension en diffusant, en direct depuis d'autres chaînes YouTube, a précisé la plateforme, qui a décidé de suspendre l'ensemble des canaux affiliés à Alex Jones.

Lundi également, le service de musique en ligne Spotify a annoncé avoir retiré de sa plateforme tous les enregistrements de l'émission The Alex Jones Show et privé le programme d'accès à l'avenir, évoquant également des entorses à son règlement sur les discours haineux.

En décalage ostensible avec les autres grands noms d'internet, Twitter a indiqué lundi à la chaîne CNBC qu'il ne suspendrait pas, en l'état, les comptes d'Alex Jones et d'InfoWars, car ils ne violaient pas le règlement de Twitter.

Sollicité par l'AFP au sujet d'Alex Jones, qui avait reçu le soutien public de Donald Trump durant la campagne présidentielle, Twitter n'a pas donné suite. 

"Cette purge était une action coordonnée et n'avait rien à voir avec l'application des règles sur les propos haineux", a affirmé l'agitateur dans son émission de lundi.

Plusieurs sites ultra-conservateurs ont affiché leur soutien à Alex Jones, reprenant sa thèse d'un complot de la "Big Tech", appellation qui réunit les champions de la nouvelle économie.

"Les géants de la tech se sont entendus contre les conservateurs", a titré le site Gateway Pundit.

"Qui tire les ficelles en coulisse?", s'est interrogé Jim Hoft, le fondateur de cette plateforme proche de l'extrême droite.

"CNN et les démocrates poussent les +Big Tech+ à censurer ceux qui les critiquent", a écrit, sur le site Breitbart, le journaliste Allum Bokhari pour qui la séquence de lundi "montre à quel point la concentration du pouvoir est passé du gouvernement aux +Big Tech+".

Source: AFP


6 commentaires:

  1. RIP la constitution américaine (qui est censée garantir la liberté d'expression théoriquement). Le fait que les géants du net aient tous agit en même temps en dit long sur leur niveau de connivence. Le politiquement correct est en train de prendre le pas sur tout le reste. Seule la bien-pensance mondialiste aura le droit de cité bientôt. J'apprécie pas particulièrement Alex Jones mais cette censure insidieuse qui se met en place est inquiétante. La prochaine étape c'est carrément la censure des sites conspis.

    RépondreSupprimer
  2. la constitution américaine garantit la liberté d'expression pas des mensonges et la haine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les mensonges étaient réprimés par les géants du net, ça ferait longtemps que les politiciens n'auraient plus accès aux réseaux sociaux. Ce qu'il y a c'est qu'il y a des "mensonges" autorisés et d'autres non.

      Supprimer
  3. La mafia mondialiste perd du terrain, elle n'arrive plus à dissimuler ses mensonges et ses manipulations.
    Elle a peur d'être démasquée par le plus grand nombre et de devoir rendre des comptes un jour devant la justice, elle censure donc internet pour retarder l'échéance.
    Si cette manoeuvre réussit, les fermetures de comptes vont se multiplier, ce sera un pas de plus vers une dictature mondiale. Si elle échoue, c'est peut-être le début de la fin pour le système.

    Trump doit absolument s'opposer à cette censure, au nom du respect du premier amendement de la constitution qui garantit la liberté d'expression. C'est lui qui est visé en fait, les auditeurs d'Alex Jones ont massivement voté pour lui à la présidentielle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pas de place pour se cacher pour ces vilains destructeurs de civilisation, même pas un autre pays où internet est maintenant disponible dans les villages les plus reculés de la planète.

      L'enfer sur Terre pour eux !!!

      Supprimer
  4. Alex Jones portait probablement une paire de bas qui avait été béni par un prêtre chrétien orthodoxe russe.

    Il ne faut pas prendre de risque, c'est contagieux cette pensée christique, plutôt que d'essayer de saigner son voisin à la 'sauce néo-libérale'!

    Le néo-libéralisme c'est la viiie, la natureeee ... je suis plus gros que toi, alors je te mange! ... c'est si beau cette suvagerie débridé dans la créativité que nos jeunes expriment avec le premier outil qu'il trouvent tout près d'eux, comme un Michel-Ange cherchant la forme, le coeur dans la toile vierge qu'il a devant lui.

    J'ai presque envie de pleurer quand je les voit à l'oeuvre avec les yeux plein d'espoir ;)

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog