vendredi 21 septembre 2018

La presse encense Françoise Dolto qui défendait la pédophilie "consentante" (vidéo)



Article paru sur Le Figaro pour les 30 ans de la mort de Dolto





Jean-Christophe Rabiller, s'est penché sur le cas de cette pédiatre et psychanalyste "pionnière de la cause des enfants". Attention ça décoiffe. On peut difficilement faire plus pro-pédophile que ça (ce que les médias n'ont jamais mis en avant bien évidemment). Dire que ce médecin était psychanalisait les enfants...

Dans ces archives de l'INA, Dolto nous explique aussi que battre ses enfants est tout à fait acceptable et peut service à souder un couple. Si les parents ne peuvent pas maitriser leurs pulsions..."pourquoi pas"  car, au fond, "une taloche, ça part comme ça, et puis c'est fini". ça c'est de la pédagogie de première classe, c'est sûr.





Cet extrait de la psychothérapeute Marianne Kuhni permet de comprendre que Dolto avait elle-même une vie intra-familiale chaotique intriquée dans l'inceste. A noter que les extraits du livre "L’enfant, le juge et la psychanalyste" recueillent un dialogue entre la juge pour enfants Andrée Ruffo et Françoise Dolto. 

Les deux sont clairement d'accord pour affirmer qu'un enfant n'a pas à se plaindre de l'inceste car si ça a lieu c'est qu'il était d'accord puisqu'il s'est laissé faire. Pire, il l'a cherché en provoquant sexuellement son parent. En voyant que des juges et médecins adhèrent à ce genre de discours abjecte, on comprend mieux pourquoi tant de pédophiles passent entre les mailles du filet et pourquoi tant d'enfants sont bafoués dans leur droit à obtenir justice en France (et ailleurs). Voyez plutôt:

"Françoise Dolto et l’inceste

La célèbre pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto (spécialisée dans la psychanalyse des enfants) a peut-être elle-même vécu dans un contexte de Syndrome de Stockholm familial en raison d’une histoire d’inceste dans sa famille : « parce que ma sœur est morte et que c’est moi qui aurais dû mourir selon elle.  Ma sœur était blonde aux yeux bleus,  comme le père de ma mère, et elle aurait dû vivre parce que, pour ma mère, elle était la fille de l’inceste ». (Autoportrait d’une psychanalyste – 1934-1988, éd. du Seuil, 1989, p.18). »  Françoise Dolto : portrait
La phrase « Ma sœur était blonde aux yeux bleus,  comme le père de ma mère (…)  elle était la fille de l’inceste » fait penser que la sœur aînée de Françoise Dolto serait née d’un inceste entre sa mère et son grand-père maternel.
Et la phrase « parce que ma sœur est morte et que c’est moi qui aurais dû mourir selon elle » fait penser que sa mère aurait aimé beaucoup plus sa fille née de l’inceste que Françoise Dolto née hors-inceste, allant même jusqu’à dire qu’elle aurait dû mourir à la place de sa sœur. Cet amour fixé sur l’enfant de l’inceste (l’enfant de l’agresseur) fait penser à un Syndrome de Stockholm.
La conception de l’inceste de Françoise Dolto fait elle aussi penser à un Syndrome de Stockholm. Nous avons à disposition plusieurs entretiens dans lesquels Françoise Dolto s’exprime sur ce thème de l’inceste. A la lumière de son histoire personnelle et familiale, ces entretiens sur l’inceste s’éclairent. Il est possible de percevoir dans ses mots le contexte dans lequel elle a vécu, la souffrance qu’elle a peut-être ressentie face à l’amour exclusif de sa mère pour le fruit de l’inceste et le rejet dont elle-même a été victime.
Un entretien avec Françoise Dolto a été publié dans « Le viol du silence » d’Eva Thomas, ainsi que dans « Le livre noir de la psychanalyse », avec une référence à la revue « Choisir » de 1979. Il s’agit d’un entretien dans lequel Françoise Dolto est interrogée par la revue « Choisir » (en novembre 1979) sur le thème de l’inceste. Les descendants de Françoise Dolto n’ont pas exprimé de désaccords au sujet de ce texte.
Voici quelques extraits de cet entretien :
« Choisir – Mais enfin, il y a bien des cas de viol ?
F.Dolto – Il n’y a pas de viol du tout. Elles sont consentantes.
Choisir – Quand une fille vient vous voir et qu’elle vous raconte que, dans son enfance, son père a coïté avec elle et qu’elle a ressenti cela comme un viol, que lui répondez-vous ?
F.Dolto – Elle ne l’a pas ressenti comme un violElle a simplement compris que son père l’aimait et qu’il se consolait avec elle, parce que sa femme ne voulait pas faire l’amour avec lui. 
(…)
Choisir – D’après vous, il n’y a pas de père vicieux et pervers ?
F.Dolto – Il suffit que la fille refuse de coucher avec lui, en disant que cela ne se fait pas, pour qu’il la laisse tranquille.
Choisir – Il peut insister ?
F.Dolto – Pas du tout, parce qu’il sait que l’enfant sait que c’est défendu. Et puis le père incestueux a tout de même peur que sa fille en parle. En général la fille ne dit rien, enfin pas tout de suite. »
D’autres entretiens avec Françoise Dolto ont été publiés dans l’ouvrage : L’enfant, le juge et la psychanalyste ; entretien entre F. Dolto et A. Ruffo, Gallimard, 1999. 
Voici quelques extraits de ce livre :
page 11 (préface) :
La juge : « Ce jour là, Françoise Dolto nous a parlé avec l’assurance que lui donnait sa longue expérience clinique de psychanalyste, son respect des enfants. »
page 33
La juge : […] ce que je veux dire c’est qu’il arrive souvent avec des enfants de douze, treize ans, qu’on nous dise: « Cet enfant a des troubles de comportement », parce qu’il a vécu un inceste, parce qu’il a été rejeté, parce qu’il a été méprisé. Mais moi je refuse de lui accorder la protection pour ses troubles.
F. Dolto : mais vous avez tout à fait raison parce que l’important c’est : puisqu’il a survécu, qu’est-ce qu’il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade; si un être n’a pas de quoi vivre, il ne continue pas.
page34
F. Dolto : Si les enfants savaient que la loi interdit les privautés sensuelles entre adultes et enfants, et bien, à partir du moment où un adulte le lui demande, s’il accepte, c’est qu’il est complice, il n’a pas à se plaindre. Mais il peut avoir, sans se plaindre, à dire : « mais ça m’a fait très mal. – Oui. Pourquoi t’es-tu laissé faire puisque tu savais que ce n’était pas permis… »
À partir du moment où l’enfant est au courant, très jeune de la loi, il est complice et on peut l’aider beaucoup mieux.
La juge : Je comprends très bien. À ce moment-là, on ne lui donne pas un rôle de victime.
page 53
La juge : Oui. Les enfants se sentent tellement coupables! C’est leur donner la permission de grandir de leur dire qu’ils ne sont pas responsables de leurs parents.
F. Dolto : Ils sont responsables de laisser les parents commettre un acte qui les avilit dans leur relation à leurs enfants.
page 81
La Juge : Mais quand le père nie et que la mère est complice, que la mère refuse ou est incapable de protéger son enfant, qu’il faut le retirer du milieu familial, qu’arrive t-il de cette relation avec le père ?
F. Dolto : Ça dépend de chaque enfant, et je crois que ça dépendra de la relation maturante qu’il va rencontrer avec la famille dans laquelle il sera placé, ou avec l’éducateur avec qui il pourra parler et qui pourra justement lui faire comprendre que l’excitation dans laquelle était son père, peut-être sans l’avoir cherché, l’enfant en était complice. Parce que je crois que ces enfants sont plus ou moins complices de ce qui se passe…Il faudra leur dire très tôt…qu’ils ont un devoir de se dérober à ça pour que leurs parents restent des parents pour eux…
page 83
F. Dolto : Les enfants fabulent beaucoup, oui, c’est vrai. vous voulez dire: est-ce qu’ils fabulent sur les agressions dont ils sont l’objet ?
La Juge : Oui, par exemple, un enfant dit : « Papa a fait ceci ou cela avec moi. »
F. Dolto : Oui, justement, et les enfants ne pourraient plus le faire s’ils avaient été informés avant. « Et là pourquoi as-tu laissé faire puisque tu savais que tu ne devais pas, pourquoi l’as-tu laissé faire ? Ton rôle d’enfant, c’était de l’empêcher. »
divan psychanalyse
Source : « Françoise Dolto et la responsabilité des enfants envers leurs parents », un document publié sur Facebook le 14 septembre 2011 par Aude Fiévet, membre fondatrice et Vice Présidente de l’association Le Monde à travers un Regard (association de lutte contre l’inceste et la pédocriminalité).
Et voici les PDFs des textes cités ci-dessus :
– entretien complet de Françoise Dolto dans le dossier « Les enfants en morceaux » publié dans le numéro 44 (septembre-octobre-novembre 1979) de la revue « Choisir  la cause des femmes »http://www.philap.fr/HTML/inconscient-sexuel/Annexes/dolto_interview_choisir_1979.pdf L’entretien de Françoise Dolto débute à la 8ème page de ce dossier (pp. 20-22 de la revue). Cet entretien est suivi d’un commentaire critique de Béatrice Jade, l’une des 3 responsables de ce dossier, qui s’étonne que l’on puisse tenir de tels propos sur les enfants en 1979. Il est vrai qu’à la même époque l’on découvrait peu à peu les travaux d’Alice Miller qui fut une pionnière de la psychotraumatologie, de la prise en compte de la parole des victimes et de la lutte contre la maltraitance des enfants.
– extraits de l’ouvrage « L’enfant, le juge et la psychanalyste » (Paris, Gallimard, 1999, 128 pages)  : http://esteve.freixa.pagesperso-orange.fr/dolto_enfant_juge_psychanalyste.pdf




7 commentaires:

  1. citoyen tranquille21 septembre 2018 à 21:53

    Françoise Dolto personnage douteux et malsain. Rien de nouveau à ce sujet. Déboulonnons les idoles douteuses que les pervers du Système nous imposent.

    Tous les témoignages de femmes marquées par l'inceste ou le viol enfantin disent que cela les a toutes détruites de l'intérieur.

    Quand à cette fumisterie narcissique que l'on appelle "psychanalyse", rappelons que son inventeur Sigmund Freud fût un pervers notoire fou à lier mais -hélas- socialement intégré. Personnage avaricieux, il méprisait les pauvres et ne recevait dans son cabinet que les gens riches ....

    Comme les financiers ont bâti toute une industrie sur les "travaux" délirants de ce fou, on va devoir continuer à en supporter les conséquences pendant longtemps.

    La psychanalyse est faite pour plaire aux égoïstes narcissiques fascinés par leur petit nombril. Et il y en a beaucoup.

    Néanmoins la vérité commence à faire surface peu à peu. Au grand désespoir des fous qui vénèrent leur maître Sigmund le détraqué. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En parlant de Freud, son petit fils aussi était pédophile:

      https://www.bfmtv.com/international/clement-freud-accuse-de-pedophilie-au-royaume-uni-985291.html

      Alain Soral défend le pédophile militant Gabriel Matzneff

      https://www.youtube.com/watch?v=4nCAr-ZsLb4

      Supprimer
    2. citoyen tranquille23 septembre 2018 à 09:13

      Apparemment il y a un sérieux problème psychiatrique au sein de cette "illustre" famille. S.Freud comme tous les grands nombrilistes n'a fait que parler de lui-même à travers ses "théories" foutraques.

      S.Freud n'a jamais guéri un seul de ses patients; par contre il s'est grassement enrichi sur leur dos. Le rêve de tous psychanalyste.

      Dire qu'il y a des couillons pour le prendre au sérieux !:)

      Le génial scénariste René Goscinny a astucieusement tourné en ridicule Freud à travers l'album de bd "la guérison des Dalton". Le coté fumiste & escroc de Freux n'avait pas échappé à la finesse d'esprit de Goscinny. :)

      Quand à Soral et Matzneff, ces deux charlots aux mœurs douteuses sont fait pour s'entendre: "qui se ressemble s'assemble". Sans espoir.

      Soral met un acharnement quasi masochiste à se décrédibiliser lui-même. Ca en finit par devenir suspect .....

      Supprimer
  2. En colo ne chantait-on pas "le zizi" de Pierre Perret ?
    https://www.youtube.com/watch?v=KbKvDkLlluo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pensais justement.
      Drôle de chanson qui ne devrait pas être publique.

      Supprimer
  3. Alain Soral défend l islam et l’islam légalise la pedophilie. Pas besoin de chercher plus loin...

    RépondreSupprimer
  4. Curieux tout de même, cet article et ces commentaires, comme une expression d'une obsession de la pédophilie ! l'inceste est il si présent inconsciemment qu'il en deviendrait comme un acte, ou tout du moins une pensée qui aurait manqué dans la petite enfance de ces personnes ?

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un soucis de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du sujet de départ. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog