mercredi 31 octobre 2018

Vous pensez connaitre le nouveau président du Brésil? Petit florilège de Bolsonaro dans le texte (ça pique)



Voici quelques extraits de déclarations de ces dernières années de Bolsonaro repérés par différents médias.



Combattre le féminisme, assumer les inégalités de salaire et la culture du viol

- « J’ai eu quatre fils et, pour le cinquième, j’ai eu un moment de faiblesse et c’est une femme qui est sortie. » (discours au Club hébraïque, Rio de Janeiro, 3 avril 2017) [2]


- « Je ne voudrais pas employer [une femme] avec le même salaire [qu’un homme]. Mais beaucoup de femmes sont compétentes. » (15 février 2016) [3]
- « Entre [embaucher] un homme et une jeune femme, qu’est-ce que l’entrepreneur pense ? Eh bien, cette femme a une bague au doigt, un peu enceinte, six mois de congé de maternité, et mignonne à croquer. Qui va payer la note ? L’employeur. Le rythme de travail sera cassé, et à son retour [de l’employée], elle aura encore un mois de vacances, c’est-à-dire qu’elle aura travaillé cinq mois en un an », explique -t-il lors d’un entretien donné en février 2015, pour justifier qu’une femme soit payée moins qu’un homme parce qu’elle peut tomber enceinte [4].
- « Je ne te violerai pas. Tu ne le mérites même pas », lance celui qui est alors député de Rio à Maria do Rosário, députée du Parti des travailleurs (PT), qui vient de rendre hommage aux travaux de la Commission nationale de la vérité sur les crimes commis par la dictature militaire au Brésil, en décembre 2014. Dans une interview, il réitère ses propos, se disant victime d’une agression : « Je ne suis pas un violeur. Mais si je l’étais, je ne la [Maria do Rosário] violerais pas, parce qu’elle ne le mérite pas. Elle est très méchante, et très moche. Ce n’est pas mon genre. »
- « Je suis un violeur maintenant !? Je ne te violerais jamais, parce que tu ne le mérites pas… salope ! Vas pleurer plus loin », avait-il déjà lancé à la députée Maria do Rosário, onze ans plus tôt, dans les couloirs du Parlement brésilien, le 11 novembre 2003 [5].

Combattre l’homosexualité

- « [Les homosexuels] ne trouveront pas la paix. Et j’ai l’immunité [du Congrès] pour dire que, oui, je suis homophobe, et très fier de cela si c’est pour défendre les enfants à l’école. » (5 juin 2013) [6]
- « Grosse gouine », lance-t-il lors d’un discours au parlement à l’intention de Eleonora Menicucci, ministre du droit des femmes, du gouvernement de Dilma Roussef (Parti des travailleurs, PT), le 1er avril 2013. Face à une réaction d’une députée du PSOL (gauche radicale), il répond que cette formation « est un parti de connards et de pédés ».
- « Si un couple homosexuel vient vivre à côté de chez moi, cela va dévaloriser ma maison ! S’ils se promènent en se tenant la main et en s’embrassant, cela le dévalorisera », déclare-t-il à la revue Playboy, le 7 juin 2011.
- « Si votre fils commence à jouer un peu gay, frappez-le avec du cuir et il changera de comportement. » (17 octobre 2010) [7]
 « Je serais incapable d’aimer un enfant homosexuel. Je ne vais pas me comporter comme un hypocrite ici : je préfèrerais que mon fils meure dans un accident de voiture plutôt que de le voir avec n’importe quel type moustachu. Pour moi, il serait mort. » (17 octobre 2010) [8]
- « Je ne me battrai pas et ne ferai aucune discrimination, mais si je vois deux hommes s’embrasser dans la rue, je les frapperai. » (19 mai 2002) [9]

Les Amérindiens, les afro-descendants et les écologistes

- « Vous n’aurez plus d’ONG [organisations non gouvernementales] pour étancher votre faim de gauche. Ce sera une purification jamais vue dans l’histoire du Brésil », lors d’un discours en vidéo prononcé le 21 octobre 2018 [10].
- « Si je [deviens président], il n’y aura pas d’argent pour les ONG. Ces gens sans valeur devront travailler », déclare-t-il, le 3 avril 2017, lors d’un discours à Rio de Janero. « Si j’arrive là, chaque citoyen aura une arme à feu chez lui. Vous n’aurez plus aucun centimètre [de terre] démarqué pour les réserves indigènes ou les quilombolas. » [11]. Les quilombolas sont des communautés, en général rurales, composées de descendants d’esclaves et dont le statut est protégé lorsqu’elles sont reconnues par l’État.
- Répondant à une actrice noire, le 28 mars 2011 lors d’une émission TV, qui lui demande ce qu’il ferait si son fils est amoureux d’une noire : « Je ne vais pas parler de promiscuité ni avec toi ni avec personne. Cela ne risque pas d’arriver, car mes fils ont été très bien élevés et n’ont pas grandi dans le type d’environnement qui, malheureusement, est le tien. » [12]

Contrôler les naissances des pauvres

- « J’aimerais que le Brésil ait un programme de planification familiale. Un homme et une femme instruits voudront difficilement avoir un enfant supplémentaire pour faire grossir un programme social », déclare-t-il le 23 mai 2018, à Brasilia. Le candidat d’extrême droite ne cache pas sa volonté d’instaurer un programme de contrôle des naissances visant les catégories populaires [13].
- « Il est inutile de parler d’éducation parce que la plupart des gens ne sont pas prêts à recevoir une éducation et ne s’instruiront pas eux-mêmes. Seul un contrôle des naissances peut nous sauver du chaos. » (Juillet 2008) [14].

Les travailleurs doivent rester à leur place

- « Le travailleur devra décider : moins de droits mais des emplois ou tous les droits mais le chômage », déclare-t-il lors d’un discours dans une banlieue riche de Floride, aux États-Unis, le 8 octobre 2017 [15].

Les militants de gauche : l’exil ou la prison

- « Ce groupe, s’ils veulent rester ici, devra se soumettre à la loi de chacun de nous. Ou sinon quitter le pays ou aller en prison. Ces marginaux rouges seront bannis de notre patrie », lors d’un discours en vidéo prononcé le 21 octobre 2018 [16].
- « Nous devons éviter que les marginaux, les terroristes du MST [le Mouvement des sans terre] continuent leurs actions barbares, là, au Brésil », déclare-t-il lors de sa tournée en Floride, aux Etats-Unis, le 8 octobre 2017. Le MST, qui fédère plusieurs centaines de milliers de paysans sans terres, demande depuis longtemps une réforme agraire et une redistribution d’une partie des terres au profit de l’agriculture familiale. Le MST n’hésite pas à occuper des terres inexploitées mais appartenant à de gros propriétaires fonciers, pour y permettre l’installation de petits paysans.
Je lis, j’aime, je vous soutiens
Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

La nostalgie de la dictature

- « Avec le vote, vous ne changerez rien dans ce pays, rien, absolument rien ! Malheureusement, cela ne changera que lorsqu’un jour, nous déclencherons une guerre civile et accomplirons le travail que le régime militaire n’a pas accompli. Tuer quelque 30 000 personnes, à commencer par FHC [Fernando Henrique Cardoso, président (centre-droit) de l’époque], ne pas les mettre à la porte, mais les tuer ! Si des innocents vont mourir, bon, dans n’importe quelle guerre, des innocents meurent », lance-t-il, sur une chaîne de télé, le 23 mai 1999 [17].
- « Je suis en faveur d’une dictature, un régime d’exception », lance-t-il au congrès, en 1993, alors qu’il a été élu pour son premier mandat de député. Le nouveau président du Brésil est député depuis 28 ans...
- « Le pau-de-arara [technique de torture qui consiste à suspendre une personne par les pieds en lui attachant les jambes et les genoux à une barre métallique] fonctionne. Je suis favorable à la torture, vous le savez. Et les gens également y sont favorables »(23 mai 1999) [18].

On ne juge pas les délinquants, ou présumés tels, on les tue

- « Un bon bandit est un bandit mort », déclare-t-il régulièrement pendant sa campagne électorale.
- « Je donnerai carte blanche à la police pour tuer », déclare-t-il lors de son discoursdans une banlieue riche de Floride, aux États-Unis, le 8 octobre 2017.
- « Si [un policier] tue dix, quinze, vingt personnes, il doit être décoré, pas poursuivi »,dit-il au JT de Globo, la principale chaîne du pays, le 28 août 2018 [19].
Pour plus de détails, lire aussi cet article (en anglais) de The Intercept, celui de Big Browser (blog du Monde) ou le portrait de Jair Bolsonaro que nous avons publié il y a un an.
Ivan du Roy

Notes

[1Lors d’un discours en février 2017, dans la ville de Campina Grande, État du Paraíba. Voir la vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=nmApqz0OgAs
[2Voir la vidéo ici.
[4Interview au magazine brésilien Zero Hora, lire ici.
[5Voir la vidéo ici.
[6Voir la vidéo ici.
[7Voir la vidéo ici.
[8Voir la vidéo ici.
[10Voir la vidéo ici.
[11Voir la vidéo ici.
[13Voir cet article de la Folha de Sao Paulo.
[15Voir la vidéo.
[16Voir la vidéo ici.
[17Voir la vidéo.
[18Voir la vidéo ici.

Source: Basta Mag

24 commentaires:

  1. Honnêtement, c est peut être important pour les étasuniens, mais pour nous Français ce genre d information a un intérêt extrêmement limité... Et pendant que ce genre d information pollue l actualité Française les reformes gouvernementale sur par exemple, les rémunération en baisse et fin la du statut des fonctionnaires, le bugjet 2019 de la sécurité sociale en forte baisse,etc... passent a la trappe.
    Personnellement je me moque complètement que le Brésil est un nouveau président, il a été élu, fin de l histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nnours77, pendant que vous perdez votre temps sur cette page à mettre un commentaire débile, vous pourriez faire vos recherches vous-même et créer votre site avec seulement ce qui concerne la france "qui pour vous est apparemment le nombril du monde". Ce sujet est tout à fait d'actualité, merci M. Fawkes.

      Supprimer
    2. Anonyme
      pauvre idiot la france nest pas le centre du monde mais cest bien la qu'ont vie , tu en n'as reflechis??
      tout ca vas tomber sur notre gueule alors que le bresil ce trouve a des milliers de kilometre bordel

      Supprimer
    3. Je crois deviner pourquoi il y a 2 "n" à nnours77: le 1er, c'est pour "nombril de nours 77"

      Supprimer
    4. Entre idiots : considérer tout ce qui est étranger à la France comme étant sans importance, c'est VRAIMENT être un abruti de première, ho ! oui, ho ! oui.
      Car, et avec un minimum de réflexion (lisiblement ce courageux " anonyme " n'en possède aucune), ce qui est tenté ailleurs, cela s'appelle des coups d'essais afin de tester les réactions des peuples face à toujours plus d'asservissement. Autrement dit, imbécile, ce sont des laboratoires à ciel ouvert : Gaza , ça ne vous dit rien ?
      Question idiotie, vous pesez très, très lourd : z'êtes un super Cador, âne onyme.

      Supprimer
  2. Et si il avait raison sur certaines choses, notre politiquement correct, notre servitude aux minorités,notre avilissement continuelle pour ne pas choquer untel ou untel et surtout notre croyance sans borne à la propagande d’état, tout cela a fait de nous des moutons sans âme qui ont peur de défier la pensée unique que l'on nous distille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. triskel - il me semble qu'il n'a raison sur aucun point.
      il est justement le relais des odieuses propagandes chrétienne (homophobe&myso) et capitaliste (privatisations&destruction de l'Amazonie).

      Supprimer
    2. On peut être chrétien sans être homophobe ou misogyne.

      Supprimer
    3. @ anonyme 12:06
      " il est justement le relais des odieuses propagandes chrétienne (homophobe&myso)".
      Quel est le rapport entre ce bolsonaro et la chrétienté?

      c'est quoi la propagande chrétienne?
      Parce qu'il me semble que depuis 1789 c'est plutôt à de la propagande anti-chrétienne laique, satanique ou lgbtqiwxyz à laquelle on est soumis.
      Sans parler des massacres de chrétiens partout dans le monde.

      Supprimer
    4. 100% d'accord avec anonyme 12.06...
      Dessygaste

      Supprimer
    5. Je réitère mes questions:
      Quel est le rapport avec ce type et la chrétienté et c'est quoi la propagande chrétienne?

      Pouvez-vous argumenter vos affirmations?

      Mais peut-être qu'à part insulter Jésus, vous êtes incapables d'étayer vos propos immondes?...

      Supprimer
    6. triskel - effectivement les references chretiennes de bolsonaro ne sont pas relayé ici. le figaro par exemple : "De tous les candidats, le seul qui parle la langue des évangéliques est Bolsonaro"

      Supprimer
    7. Triskel - j'étaye : évidemment qu'il y a des juifs, chrétiens et musulmans qui ne sont ni mysogine ni homophobe, c'est ce qu'on appelle des modérés ; de là à nier les écritures qui prétendent que Dieu n'a pas donné d'âmes aux unes et a en abomination les autres, c'est un pieux mensonge ? ;0)

      Supprimer
    8. Triskel @Ano 10.26 - vous mélangez absolument tout donc un dernier post : 1. nulle autre culture n'a plus tué au nom de dieu que les chrétiens, spécialement en amérique latine.
      2. il est facile de faire une simple recherche bolso-cretin sur gogole, le prémaché n'existe pas quant il est question de vérité, sachez-le
      3. vous confondez jésus et les églises. Qui l'insulte?, les églises qui violent et tuent en son nom, vous qui êtes un peu haineux à mon gout en son nom ou moi qui fustige ces comportements criminels en son nom ? réflechissez ou mieux méditez ! merci. amicalement.

      Supprimer
  3. Je tiens à rappeler que Bolsonaro est très lié à Israël, et ça c'est pas très bon signe. D'ailleurs ces deux premiers voyages officiels se ferons aux USA et en Israël. Il faut bien qu'il aille remercier ses amis sionistes de l'avoir fait élire, hein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact : volonté de transférer l'ambassade du Brésil à Jérusalem

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/01/97001-20181101FILWWW00081-bolsonaro-veut-transferer-a-jerusalem-l-ambassade-du-bresil-en-israel.php

      Supprimer
  4. José

    Eh ben, il en tient une sacrée couche le bonhomme. Pour ceux qui critiquent Trump pour certaines choses (à juste titre), ce Bolsonaro semble 10 fois pire. Ce que je constate c'est que ce sont à chaque fois les politiciens les plus sionistes qui remporte le trône. En 2017, le politicien avait déclaré “Mon cœur est vert, jaune, bleu et blanc”, en référence aux drapeaux israélien et brésilien.

    RépondreSupprimer
  5. citoyen tranquille31 octobre 2018 à 21:14

    C'est de la part des Brésiliens une réaction de rejet viscérale issu de leur expérience traumatique du Gauchisme qui a porté Bolsonaro au pouvoir: la Gauche a dégouté le petit peuple Brésilien !

    C'est donc la Gauche, son goût pour les idées les plus crétines & les plus coûteuses, sa propension à la corruption, sa dictature du politiquement correct, son antipatriotisme, qui porte la responsabilité historique de la victoire de Bolsonaro.

    Je serais curieux de savoir si de futures opérations false flags signées "Soros CIA & Cie" vont s'acharner à gâcher la présidence Bolsonaro ? Rappelons que ce Monsieur a quand même été victime d'une tentative de meurtre de la part de la Gauche.

    @Guy Fawkes: le code CATPCHA devient vraiment chiant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais mais je ne peux rien y faire. Sur Blogger, tous les commentaires en anonyme doivent passer par la case Captcha. Même comme ça, je dois filtrer une centaine de spam par semaine. La seule solution pour l'éviter c'est d'avoir un compte Google. Là, on ne te demande plus aucune vérification. A toi de voir, je n'impose rien aux lecteurs mais je donne l'info.

      Supprimer
    2. " Rappelons que ce Monsieur a quand même été victime d'une tentative de meurtre de la part de la Gauche."

      Si par contre tu n'as même pas l'esprit de te demander sur la réalité de cette attaque.

      Supprimer
  6. Certains sont tellement englués et "formatés" dans la "bien pensence unique" qu'ils en arrivent à être "choqués" par des propos tout à fait "normaux", surtout si on les replace dans le contexte du Brésil! <hé c'est le pays des travelos du bois de boulogne! c'est pas la patrie des bisounours...le carnaval de Rio c'est pas une fête patronale... et les favelas, c'est pas un havre de paix pour les retraités européens..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Brésil c'est 60.000 morts par armes à feu chaque année.

      Supprimer
    2. C'est donc bien un type comme ce Bolsonaro qu'il leur faut!

      Supprimer
    3. citoyen tranquille1 novembre 2018 à 22:11

      "Le Brésil c'est 60.000 morts par armes à feu chaque année."

      Ces 60 000 morts par armes à feu sont liés à la consommation de drogues & au trafic de stupéfiants.

      Supprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog